Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« En direct du débat de France europe express : l'arrogance de Copé | Page d'accueil | Débat Royal - Sarkozy : 1-0 - François Bayrou ne votera pas pour Nicolas Sarkozy. »

30 avril 2007

Hors du temps, prendre de la hauteur ! Haut les coeurs !

Ils nous appellent, nous jeunes générations ! Ils nous demandent de dépasser les causes partisanes. Dans des temps où les lignes bougent, je suis heureuse de vous proposer de découvrir ou redécouvrir cette vidéo. Dépassons les enjeux sectoriels. Gardons nos idéaux. Imaginons de nouveaux médias pour faire vivre le pluralisme. Imaginons des nouvelles pratiques politiques. Résister c'est créer, créer, c'est résister. A nous de jouer !

Commentaires

J'ai voté Bayrou au 1er tour et je voterai Ségolène Royal au 2ème tour tout simplement parce que c'est l'occasion unique de changer en profondeur les institutions et ce système bi-polaire qui sclérose la vie politique depuis plus de vingt ans...

Écrit par : brubois | 30 avril 2007

Revenir à l'esprit de la résistance : c'était le fond du projet de R. Castro quand il a lancé son mouvement "Utopie concrète". Et oui, le propos était convaincant. Les solutions étaient discutables - mais depuis samedi, on a vu que parfois on pouvait vraiment discuter !
(NB - on a beaucoup parlé de "renouvellement des têtes", pour cette élection ; mais les Copé et autres, je les trouve déjà très vieux ;)

Écrit par : secondflore | 30 avril 2007

Ici, quelques phrases qui m'avaient profondément émue à Bercy : Décrivant "un pays en danger d'épuisement, de révolte, de fracture", il a décrété l'état de "résistance". "Je le dis aux sectaires des deux bords : dans la résistance, on ne refuse pas les mains qui se tendent", a jugé M. Bayrou. Et c'est à Louis Aragon, celui de La Rose et le réséda, qu'il en a appelé : "Celui qui croyait au ciel/Celui qui n'y croyait pas/Tous deux adoraient la belle/Prisonnière des soldats/Lequel montait à l'échelle/Et lequel guettait en bas/Celui qui croyait au ciel/Celui qui n'y croyait pas/Qu'importe comment s'appelle/Cette clarté sur leur pas/Que l'un fût de la chapelle/Et l'autre s'y dérobât/Celui qui croyait au ciel/Celui qui n'y croyait pas/Tous les deux étaient fidèles/Des lèvres du cœur des bras/Et tous les deux disaient qu'elle/Vive et qui vivra verra." Ce poème, il l'a dédié à quatre jeunes hommes fusillés sous l'Occupation : Gabriel Péri, communiste, Honoré d'Estienne d'Orves, membre de l'Action française rallié à de Gaulle, Guy Môquet, communiste, et Gilbert Dru, jeune philosophe chrétien. "C'est avec tout ça qu'on fait la France, ce n'est pas avec du sectarisme, ni avec de la bêtise, s'est emporté M. Bayrou. Quand il s'agit de reconstruire la France, on a besoin de tout le monde." Parmi les "sectaires", il a commencé par ranger Nicolas Sarkozy, dont le nom a immédiatement déclenché une véritable bronca, qui "a jugé que François Bayrou est à gauche".

"Dans sa bouche, c'est presque une insulte, s'est moqué M. Bayrou. C'est un peu comme s'il avait dit que je suis un immigré, que j'égorge des moutons dans ma baignoire ou que je suis un pervers génétique." Est ensuite venu le tour de Lionel Jospin, qui, "du haut de ses succès, a déclaré que François Bayrou est à droite" : "C'est presque comme si, à ses yeux, j'étais devenu un trotskiste déviationniste!" "Eh bien, a poursuivi M. Bayrou, si vous saviez comme je suis heureux de ne pas avoir le label de la droite à la mode Sarkozy ni celui de la gauche à la mode Jospin." Se disant "du côté de la France généreuse, ouverte et réaliste", le candidat centriste a revendiqué avoir en lui "de la droite, parce que je veux de la rigueur et de la sévérité (…), de la gauche, parce que je veux l'égalité des chances, l'égalité des droits et la solidarité (…), et du centre, parce que je veux l'équité, la justice et la fraternité".

Écrit par : Quitterie | 30 avril 2007

Sur la culture :
http://anarcho-monarchiste.over-blog.org/article-6434774.html

Sur la réforme des institutions et de l'Etat :
http://anarcho-monarchiste.over-blog.org/article-6382615.html

Résister c'est créer, créer, c'est résister. Très juste. Dans ce monde soumis à la tyrannie de l'urgence médiatique, la forme prime sur le fond, la consommation prime sur la création, la censure semble même avoir disparu, faute de véritables créateurs, faute de pluralisme...
Oui, il faut réagir !

Cordialement, :-)

Hyarion, résolument anti-sarkozyste.

Écrit par : Hyarion | 30 avril 2007

« Je crois que toutes les pressions qui ont eu lieu, notamment sur un système médiatico-financier auquel Nicolas Sarkozy est très lié, n’ont aucune raison d’être dans un pays démocratique ».
Ségolène Royal

« J’ai parlé, de la part de Nicolas Sarkozy, d’intimidation et de menace, c’est exactement là qu’on en est. Alors qu’en sera-t-il si il est élu ? »
François Bayrou

Il se passe quelque chose

La vie politique connaît parfois quelques moments d’accélération où les consciences évoluent à un rythme tellement rapide, qu’aucun sondage, même quotidien, peut en mesurer la traduction arithmétique. Nous vivons l’un de ces moments forts de dynamique politique. Nul ne peut dire aujourd’hui quelle en sera l’issue. Mais il place la victoire de Ségolène Royal à portée de militantisme échevelé.

Au point où nous en sommes, il est possible de discerner dans les dernières heures qui viennent de s’écouler quatre séquences décisives quoi déjà, ont fait bouger les lignes.

Première séquence : le résultat du premier tour. Le raz de marée de la participation est d’une telle puissance que le 22 avril 2007 s’inscrit lui aussi dans la lignée des votes d’insurrection civique qu’ont été ceux des régionales ou du référendum européen. C’est un nouveau vote contre un système à bout de souffle, mais qui cette fois, s’exprime en positif, pour un renouveau. Son message résume en quelques mots : la politique peut et doit servir à quelque chose. Il s’accompagne d’un codicille capital pour qui croit en la démocratie : le changement passe par le vote et pas par des voitures brûlées. Il se prolonge par le refus des votes protestataires qui contribuaient à maintenir le système en place et à bloquer toute évolution.


Ce vote débouche donc logiquement sur un deuxième tour qui verra la confrontation entre deux projets de société radicalement opposés en tous points.

A gauche, le score haut de Ségolène Royal conjure enfin le drame du 21 avril. D’abord parce qu’il assure nettement la présence de la gauche au second tout bien sûr. Mais aussi parce qu’il marque la réconciliation du PS avec l’électorat populaire qui lui avait tant fait défaut. Les faibles scores de la gauche de la gauche confirment à la fois l’impact du vote utile et le dépassement du clivage du oui et du non. Enfin, au passage, celles et ceux qui n’ont eu de cesse de parier depuis un an et demi sur l’éclatement de ce qu’ils appelait la « bulle Ségolène » auront sûrement compris qu’elle n’éclatera jamais puisqu’elle n’en a jamais été une …

A droite, le score haut obtenu par Sarkozy s’est effectué aux dépens du FN qui s’écroule, mais au prix d’une droitisation extrême de l’UMP désormais Berlusconisée. Cela réduit considérablement ses réserves en vue du second tour.

Au centre, le score haut obtenu par Bayrou le place devant ses responsabilités et constitue un gros souci pour Sarkozy. Si le rapport de force gauche-droite traditionnel est par effet d’optique défavorable à la gauche, l’ampleur du vote Bayrou brouille sa lecture véritable. Composé d’électeurs de gauche, comme d’électeurs de droite qui ne veulent pas de Sarkozy, il regorge aussi d’électeurs qui ne parviennent pas eux-mêmes à se définir en fonction du clivage historique. Conjugué à l’effet de la participation de masse qui rend difficile la comparaison des chiffres du premier tour avec ceux des précédents scrutins, ce melting pot du vote Bayrou rend hypothétique la transformation de l’avance de Sarkozy en victoire de la droite au second tour.

Deuxième séquence : l’audacieuse prise de risque de Ségolène Royal. Dès le soir du premier tour, à peine les résultats connus, l’ensemble de la gauche Traditionnelle appelle sans sourciller ses électeurs à voter pour Ségolène Royal le 6 mai. Ils savent bien que la purge sociale que mènerait un Sarkozy élu n’autorise aucune ambiguïté, même tactique. Pour certains, comme Arlette Laguiller, c’est historique. Et Ségolène, en meeting à Valence, à fait acclamer longuement les prises de position claires et qui les honore de José Bové, Olivier Besancenot, Marie-George Buffet, Dominique Voynet et Arlette Laguiller.

La gauche, toute la gauche est rassemblée pour la victoire de Ségolène Royal.

Aussi, forte de son ancrage populaire, forte du soutien de toute la gauche, Ségolène Royal s’engage dès le lendemain du premier tour dans l’élargissement de ce grand rassemblement des forces de progrès en tendant la main aux électeurs de François Bayrou. Le procédé est totalement novateur, dans le droit fil de la démarche participative : la candidate propose à celui qui n’a eu de cesse de pilonner Sarkozy de débattre avec lui en toute transparence afin de vérifier les convergences et les divergences existantes, sur la base du pacte présidentiel. Pour quoi faire ? Créer les conditions de la victoire. Sur quelles bases ? Celles du pacte présidentiel. Dans quelle perspective ? La recherche de l’intérêt général.

Nous voilà donc à 10000 lieus des combinaisons de couloir de la VI7me République : la transparence garantit le respect des citoyens, sans arrangement politicien et avec pour seul objectif d’aider à clarifier le choix des électeurs, sur le fond et seulement sur le fond.

Nous voilà très loin d’un renversement d’alliance ou d’une droitisation du PS : Parce que les socialistes ont reconquis le vote populaire et parce que l’ensemble de la gauche s’est joint à eux face à Sarkozy, l’interpellation de Ségolène Royal aux électeurs de François Bayrou s’inscrit dans un élargissement de l’arc de rassemblement dont le PS est le centre de gravité politique. Ségolène Royal l’a doté d’un joli nom : l’arc en ciel. Grand écart ? Il suffit d’écouter les discours des uns et des autres pour se rendre compte de l’importance des convergences entre les forces qui composent l’arc en ciel qui va de Besancenot à Bayrou face au bloc Berlusconien qui va de Santini à Le Pen.

Nous voilà enfin en pleine fidélité avec les textes d’orientation issus du congrès du PS : chercher à élaborer un contrat de gouvernement avec toutes celles et ceux qui rejoignent le Pacte Présidentiel. Cela n’était possible qu’après le 1er tour, contrairement à ce qu’avaient proposé certains avant le 22 avril.

Car c’est le premier tour qui détermine le rapport de force politique. Et c’est sur la base de ce rapport de force que le rassemblement du second tout peut s’opérer. Inverser cet ordre, c’était prendre le risque de brouiller l’identité du PS et en conséquence, mettre en danger sa présence au second tout en semant le doute dans les esprits de gauche.

On constate donc que cette démarche nouvelle et toute politique n’a pas grand chose en commun avec la logique de débauchage individuel pratiquée en 1988 par Michel Rocard avec les résultats que l’on sait et à laquelle nous nous étions alors opposés, ce que nous ne regrettons pas.

Troisième séquence : le faux non-choix de François Bayrou. Il n’aura pas fallu dix minutes pour que chacun réalise, en regardant la conférence de presse de Bayrou que dans son non choix, il y avait un choix. D’abord parce que les mots extrêmement durs employés pour qualifier le programme et la personnalité de Sarkozy se passent de commentaires. Ensuite parce que Bayrou a clairement accepté la proposition de Ségolène Royal de débattre ensemble pour aider les électeurs à se faire une idée. Enfin parce que l’annonce concomitante de la mue de l’UDF en Parti Démocrate, comme pour se défaire des derniers oripeaux qui faisaient du Parti de Bayrou un supplétif du RPR valide ce qu’a dit Ségolène Royal lors de sa très bonne prestation sur le plateau de « A vous de juger » : « François Bayrou a évolué ».

Il faut aussi ajouter que pour garder L’illusion de ne pas choisir, François Bayrou a fait semblant de croire que le programme économique de Ségolène Royal était celui d’une gauche archaïque, caricaturalement Etatiste. C’est faux bien sûr, et il le sait. Le pacte présidentiel s’inscrit dans le socialisme du XXIème siècle : ancré à gauche, y compris avec de nouveaux services publics comme celui de la petite enfance mais aussi profondément rénovateur pour rendre toute son efficacité à l’action publique , avec de nouveaux principes : la décentralisation juste et aboutie, la clarification des compétences, la précocité, le suivi individuel.

La nécessité de contenir la dette n’est pas niée. Mais le pacte présidentiel distingue les déficits passifs et les déficits actifs nécessaire à la relance de la croissance car c’est justement cette croissance, par les rentrées fiscales qu’elle générera, qui pourra juguler la dette sur le long terme. Les purges budgétaires auront l’effet inverse : en atrophiant la consommation, l’emploi et l’activité, elles aggraveront la situation des finances publiques, exactement de la même façon que les cadeaux fiscaux sans contreparties distribués aux entreprises comme aux ménages le plus aisés depuis 2002 ont creusé la dette comme jamais depuis 20 ans. Gageons que le débat de samedi pourra clarifier ce point décisif.

Car ce n’est pas la gauche qui a mis les finances publiques dans le rouge, mais bien la droite de l’UMP, qui confond le budget de l’Etat avec une cagnotte d’aide au CAC 40.

Quatrième séquence : tout est possible surtout le pire ou la politique par la preuve. En totale opposition – même la-dessus il y a bien différence diamétrale entre Ségolène Royal et le candidat de l’UMP - avec la démarche d’ouverture transparente et sur le fond de la candidate de la gauche, l’UMP a usé des pires méthodes, menaces et intimidations en direction des élus UDF. Cela n’a pas amélioré l’ambiance. Mais surtout, les grossières et scandaleuses tentatives avortées d’empêchement du débat public transparent Ségolène Royal/François Bayrou achèvent de démontrer ce que tout le monde sait déjà : si Sarkozy l’emporte, le pays sera muselé.

Ainsi, les Lexomil et les calmants divers et variés n’auront pas fat effet jusqu’au bout de la campagne. A peine l’homme des Hauts de Seine n’est plus au cœur des débats qu’il perd ses nerfs. On le comprend. Car c’est sûr, depuis lundi, il se passe quelque chose. Quoi ? Une dynamique.

Eric Benzekri

Écrit par : Virginie | 30 avril 2007

@ Quitterie

Très beau rappel, comme toujours. On le fait quand, ce centre ?

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

@ quitterie et hervé

oui parce que ça commence à urger ; le bateau prend l'eau de toute part

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

Et si on organisait le congrès fondateur du nouveau parti démocrate sur Internet ? Assurément, ça en ferait, des économies... De temps, et d'argent... ;-)

Cordialement, :-)

Hyarion, démocrate résolument anti-sarkozyste.

Écrit par : Hyarion | 30 avril 2007

Hier à Bercy, j' ai assisté (oui, j' y étais pour des raisons professionnelles et strictement professionnelles... Heureusement d' ailleurs) à une sorte de Messe ou plus exactement à un Congrès que n' auraient pas renié les jeunes allemands de 1936. Il faut appeler un chat un chat et arrêter de se cacher derrière son petit doigt! Nicolas Sarkozy a pété les plombs!!!! Et si ce n' est pas le cas, alors c' est encore plus grave!!!!!!

J' ai retenu quelques moments "forts":

1- N Sarkozy s' est livré devant la foule enthousiaste au plus extraordinaire réquisitoire de toute la politique du Gouvernement précedent (le sien!!!). Tout devant quasiment TOUT le gouvernement dont le 1er Ministre! Cela avait un coté surréaliste absolument dingue!

2- Il a parlé de "Triomphe de la volonté"... Je vous laisse cliquer sur google cette expression. L' a t il fait exprès ou pas? Je ne sais pas. Mais cela se tient avec ce qui se précède quand même

3- Il a déclaré:" Il faut LIQUIDER (J' insiste sur le terme) l' esprit de mai 68"... En particulier en matière d' éducation, rappelant que les méthodes pédagogiques nouvelles avaient tué l' esprit de compétition pour nos chères têtes blondes. Il a simplement "oublié" de dire que les méthodes nouvelles datent de bien avant mai 68 (Méthodes FREINET/Libres enfants de Summer Hill, etc...). Bref, avec lui on efface tout, on revient à avril 68: au moins à cette époque là, les femmes ne nous emmerdaient pas!

4- Enfin (mais je vous laisse le "plaisir" de lire son discours), il a invité, sans rire, la droite, la gauche, le centre(tu m' étonnes!!!) MAIS AUSSI LES EXTREMES à le rejoindre pour accomplir son oeuvre!!!

Quitterie et tous les autres: je vous le dis tout net! On va vers un fascisme plus ou moins soft du pire effet! François doit se déterminer ou, au moins, dénoncer ces propos. En tout cas moi, je vote Ségo. Elle n' est peut être pas parfaite mais il y a des choses qui sont insupportables.

INSUPPORTABLE!!!

Val

Écrit par : Val | 30 avril 2007

@Mickael : on le fait on le fera ne t'inquiete pas la dynamique est en route pour un grand parti democrate on sera la au rendez vous, à bientôt j'espere, amitiés virginie

Écrit par : virginie | 30 avril 2007

merci virginie

toutes mes amitiés, michael

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

@virginie


Royal a précisé à ses collègues du PS qu' il n' y aurai PAS de ministres du centre dans son gouvernement ! Les membres du PS n' ont certainement pas envie de se faire piquer des postes au gouvernement. Ségolène utilise Bayrou et ses électeurs pour leur prendre leur voix. Ensuite on sera jetté comme furent les ecolos et communistes à une autre époque.

Écrit par : sophie | 30 avril 2007

A Virginie

Si j' étais à ta place, je ne rêverais pas trop. Sarko va TOUT dévorer! Et c' est une horreur! Tu as lu le discours de Bercy hier??????

Virginie2 (euh oui, je m' appelle aussi Virginie donc je mettrai "2" derrière pour éviter toute confusion)

(Je vote S Royal)

Écrit par : Virginie2 | 30 avril 2007

@virginie


Royal a précisé à ses collègues du PS qu' il n' y aurai PAS de ministres du centre dans son gouvernement ! Les membres du PS n' ont certainement pas envie de se faire piquer des postes au gouvernement. Ségolène utilise Bayrou et ses électeurs pour leur prendre leur voix. Ensuite on sera jetté comme furent les ecolos et communistes à une autre époque.

Ecrit par : sophie | 30 avril 2007

_________________________________________________________

La "propaganda UMP" est en marche ici aussi! ELLE N'A PAS DIT CA!!!

Et n' importe qui ici peut en témoigner. Elle a dit et redit (ce qui d' ailleurs fait trembler au PS) qu' elle ne s' interdisait rien, y compris Bayrou 1er Ministre

Alors ta propagande d' un autre age, tu te la gardes!

Virginie2

Écrit par : Virginie2 | 30 avril 2007

Bonjour à tous ,

Quitterie je n'ai plus ton adresse mail mais voilà .
François Bayrou va créer un nouveau parti.
Gilles de Robien veut reprendre l'udf.
Je n'ai pas envie de cotiser pour ce type.
Comment allons nous faire? Je sais que tu a une boite mail à l'udf mais je n'ai plus l'adresse.
De toute façon je n'ai pas envie de t'écrire sur la boite UDF car je n'ai absolument plus confiance (récupération des mails, des coordonées etc...).
Donc j'aimerais savoir quelles sont les modalités.
Je sais sais c'est très tôt mais voilà j'ai encore reçu un bulletin de cotisation pour l'udf.
Je te laisse mon adresse mail si tu veux me répondre

vincent-wagner@noos.fr

Écrit par : vince01 | 30 avril 2007

@ virginie 2

eh virginie2, hauts les coeurs, on est dans une dynamique n'oublie pas, à nous d'en inventer son prolongement politique, social, économique...

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

@ val


Bravo, il faut être attentif aux mots employés par sarko. Ces mots ont un sens, une portée.
Il révéle mieux que d'autres une pensée.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

Strauss Kahn le 18 mars : "Ségolène Royal a 100 propositions , François Bayrou est sans propositions"

Écrit par : n oublions pas | 30 avril 2007

certains ici rêvent, se méprennent complètement ou bossent tout simplement pour le PS


extrait d' un article (28 avril)

"Royal joue donc le tout pour le tout pour amener à elle un maximum d'électeurs de Bayrou, faisant le forcing pour organiser un débat avec lui .


L'affaire fait plus que grincer des dents au sein du PS, dont les responsables apprécient peu de voir la ligne stratégique du parti bouleversée entre les deux tours par la can­didate et quelque proches, sans la moindre discussion ou même consultation de ses instances élues. Pour un proche de Laurent Fabius, la proposition de Royal de faire entrer des ministres centristes dans son gouvernement constitue « le geste de trop ».


Sur son blog, Pascal Cherki, conseiller de Paris et proche d'Henri Emmanuelli, laisse transparaître sa colère. « Ségolène Royal doit arrêter de courir derrière Bayrou qui refuse le débat droite-gauche. Cet homme est un imposteur ! », affir­me-t-il. Il dénonce « le numéro de curée magistralement exécuté » de Bayrou qui, pour « aspirer la gauche, doit faire semblant de moins aimer Sarkozy que Royal ». « Face à un Sarkozy qui avance sur une ligne bonapartiste revendiquant un État fort économiquement et qui de ce fait s'adresse à la France du non au référendum, Ségolène Royal ne doit pas tomber dans la sarabande du oui comme MM. Bayrou, Delors, Rocard, Cohn-Bendit et consorts l'y invitent », implore-t-il.


Jean-Pierre Chevènement, très en cour auprès de la candidate au point que certains le voient premier ministre en cas de victoire de la candidate PS, a aussi créé de l'émoi mercredi, notamment chez les candidats aux législatives. L'ancien ministre de la Défense affirmait, sur France Info, que la gauche « peut trouver des accords de désistement mutuel » entre candidats socialistes et UDF. « On a déjà donné des circonscriptions à Chevènement alors qu'il n'est plus rien, et maintenant il brade les nôtres aux UDF et nous serions priés de nous sacrifier. Mais on se moque du monde ! », s'insurgeait hier un responsable socialiste."

Écrit par : sophie | 30 avril 2007

là aussi dans l' express

"Jean-Luc Mélenchon: proposer une alliance PS/UDF, c'est "jouer avec le feu"
Le sénateur PS de l'Essonne Jean-Luc Mélenchon a accusé mercredi Ségolène Royal et son équipe de "jouer avec le feu" en proposant une alliance avec l'UDF, rappelant que "Bayrou, c'est la droite", sur son blog. Selon lui, le PS devrait plutôt "parler au peuple, car c'est lui qui va faire la décision", a-t-il insisté. Dans un entretien au Figaro, accordé avant l'offre faite par Mme Royal à l'UDF mardi soir de prendre des ministres UDF dans son gouvernement, Mélenchon avait déjà estimé que "pour la gauche, il n'y a pas de majorité présidentielle possible avec Bayrou".


que les pro-SOCIALISTES qui viennent polluer notre blog arrêtent de nous prendre pour des lanternes ! merci
Le PS n' a pas changé depuis toutes ces années. CE sont juste des opportunistes. On se fera bouffer.
La seule solution est le vote blanc qui donnera une vrai mesure de notre importance

Écrit par : maxime | 30 avril 2007

@Mikael : de rien mikael moi c'est virginie la petite brune toujours avec quitterie donc virginie v, a bientôt et haut les coeurs! bises, virginie

Écrit par : virginie | 30 avril 2007

@Vince : je t'envoie un mail, a vite, virginie

Écrit par : virginie | 30 avril 2007

"Il n’a plus été question des ministres Udf et c’est tant mieux."

http://www.jean-luc-melenchon.fr/

Écrit par : sophie | 30 avril 2007

Je vois que l' UMP rapplique...

On a peur? Après avoir entendu votre mentor hier à Bercy, j' APPELLE solennellement du haut de ma petite voix à voter pour S Royal qui, au risque de se faire dégommer du PS, est en train de le refonder!

Qu' avait elle a gagner à parler à François? Rien! Qu' avait elle à perdre? TOUT!

Non à Sarkozy et à son extrêmisme même plus dissimulé

Ca fait peur! ^

Écrit par : Virginie2 | 30 avril 2007

Bonjour Val
Bonjour Quitterie
Bonjour Virginie

J'étais au meeting de Sarkozy dans la salle.

Parlons franchement, Sarko aime faire peur au peuple. Surtout le disocur de Michele Alliot Marie au début, elle a dit que le monde était complexe et qu'il y avait plein de risques : terroristes, nucléaire. C'est facile de faire peur au peuple.
Ensuite dire que Nicolas est un "dictateur" "fasciste" c'est peut être un peu trop fort.
Une chose est sur, Sarko a peur des foules. Pourquoi ? :
1 il est arrivé loin de la foule, atouré de ces proches
2 il était tout seul sur la scene
3 il est reparti aussi vite qu'il est venu, ce qui est un comble car il venait de parler du mot communion quelque minute avant.

Il faut remercier Faudel le chanteur d'avoir accepter d'être avec lui au départ car sinon je pense que la tension aurait été trop forte.
Pour information à la fin du meeting, il y a eut une bagarre : c'est un signe de malaise (même si il faut mettre ça sur le compte de la chaleur).

Val tu as raison dans les sentiments de peur que donne sarko.
Il est vrai qu'il y avait tout le gouvernement au "garde à vous". Est ce normal ? peut être ?
Par contre utiliser les artistes comme potiche ça me pose toujours problème (ceci est vrai à droite comme à gauche).

L'ambiance était trés silensieuse, beaucoup de personne était en attente d'un disour plus rassembleur.

quelques réactions face au discour qu'il faut étudier en profondeur pour expliquer aux indécis :

"Ce fut une campagne aux prises avec une crise morale, avec une crise d’identité comme la France n’en a peut-être jamais connu de telle dans son histoire, sauf peut-être au temps de Jeanne d’Arc et du traité de Troyes, quand la conscience nationale était encore si fragile."

et revoilà Jeanne, utilisé aussi par Ségo.

Y a t il une crise morale.
Dite moi vous avez vous perdu le morale ?
As t'on perdu le morale ou as t'on peur de se lever pour denoncer les exces et les manques de solidarité de la société ?

"Je suis allé à la rencontre du peuple, de ce peuple au nom duquel tout le monde prétend parler, auquel personne ne parle vraiment, et pour lequel personne ne veut jamais rien faire, comme si l’objectif était toujours de le tenir à l’écart, à la lisière du pouvoir, de la décision."

"personne ne veut jamais rien faire" : ça c'est faux, non ?

"Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portés par les valeurs de mai 68."
Comment dire que c'est vrai ou faux ?
Y a t 'il des valeurs dans mai 68 ?
moi je vois seulement les pavés qui volent ...
il est interdit d'interdire.
sous les pavés la plage.

et pour finir:
"qu’une grande vie c’est une vie mise au service de quelque chose de plus grand que soi "

c'est quoi "plus grand que soi" c'est l'interet général, c'est aider les plus faibles a devenir libre, c'est être soumis au dictat de l'argent

Vive le parti démocrate libre
Vive la blogsphere libre

Tous au meeting de ségo demain mardi 17h

Courage, le peuple se réveille et se met en marche pour reconquerir sa liberté.

Vive la France libre.

*************
*************

Nicolas Sarkozy
Président de l'Union pour un Mouvement Populaire

Bercy - Dimanche 29 avril 2007

Seul le prononcé fait foi




Mes chers amis,


En prenant la parole devant vous cet après-midi, à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, je ne peux pas m’empêcher de penser à ce grand rassemblement du 14 janvier à la Porte de Versailles par lequel j’ai commencé ma campagne.
Je me souviens de l’émotion qui m’a submergé lorsque j’ai pris la parole.
Je me souviens de ce sentiment qui était si fort que je ne trouvais aucun mot assez grand pour le dire.
Cette émotion, à ceux qui étaient là, j’avais demandé simplement de la recevoir comme un témoignage de ma sincérité, de la vérité, de mon amitié.

Ce jour-là, ce ne fut pas une réunion publique comme j’en avais vécu beaucoup tout au long de ma vie politique, ce ne fut pas l’un de ces moments ordinaires de la vie politique où l’on vient puiser un supplément de force, de détermination, d’ardeur pour se persuader que la victoire est à portée de main.

Ce ne fut pas l’un de ces moments d’excitation collective où la foule exaltée donne à l’orateur le sentiment d’une toute-puissance qui n’est qu’une ivresse passagère, une illusion sans lendemain, mais qui peut être si dangereuse quand on s’y laisse prendre.

Ce jour-là, nulle excitation dans la foule mais une attente qui se lisait sur les visages.
Ce jour-là, nulle exaltation de la part de la foule. Ce qui me frappa ce furent l’écoute et l’attention, ce fut la communion, ce fut la gravité presque religieuse, ce fut l’espérance, ce fut non les applaudissements mais cette sorte de prière silencieuse que cent mille personnes m’adressèrent.

Ce qui sortit de cette réunion ce ne fut pas pour la campagne à venir qu’un supplément de force, de détermination et d’ardeur.
Ce fut un supplément d’âme.
Ce jour-là, j’ai su que cette campagne ne serait pas comme les autres.
J’ai su ce jour-là que désormais je porterais sur mes épaules la plus lourde des responsabilités, celle de ne pas décevoir ceux qui comptaient sur moi, de ne pas désespérer ceux qui espéraient en moi.
J’ai su qu’à partir de ce moment-là le principal de mes devoirs était de ne jamais donner à ceux qui me faisaient confiance le sentiment que je les trahissais, eux qui avaient été tant de fois trahis, tant de fois trompés, tant de fois déçus.

A cet instant si grave, si solennel, si émouvant, si unique dans une vie d’homme où tant de gens plaçaient en moi tant d’espoir, j’ai su qu’au moment même où mes amis me choisissaient je cessais de leur appartenir et que désormais je devais me tourner vers tous les Français, vers ceux qui n’avaient jamais été mes amis, qui n’avaient jamais appartenu à ma famille politique, qui parfois m’avaient combattu.
Parce que le Président de la République est l’homme de la nation et non celui d’un parti. Et tous ceux qui étaient là le comprenaient.
Parce que le Président de la République parle pour tous les Français et pas seulement pour ses amis. Et tous ceux qui étaient là l’acceptaient.

J’avais rassemblé ma famille politique. Il me fallait maintenant rassembler les Français.
Il me fallait m’ouvrir aux autres, à leurs idées, à leurs convictions, à leurs croyances qui n’étaient pas forcément les miennes.
Il me fallait aller à leur rencontre, les comprendre et donc partager leurs joies, leurs peines, leurs angoisses, leurs attentes parce qu’il est impossible de comprendre quelqu’un quand on n’est pas capable de ressentir ce qu’il éprouve au plus profond de lui.
Il me fallait me donner tout entier, aimer sans réserve, abolir toutes les barrières et toutes les distances, et par conséquent accepter de devenir plus vulnérable, prendre le risque de souffrir.
Et c’est ce que j’ai fait.

Près de quatre mois sont passés depuis ce jour que je n’oublierai jamais. Près de quatre mois durant lesquels j’ai tout donné.
Près de quatre mois durant lesquels je me suis adressé aux Français avec toute ma sincérité, toute ma vérité.
Près de quatre mois qui furent pour moi une épreuve de vérité : je ne sors pas de cette campagne comme j’y suis entré.

Le 14 janvier je vous ai dit : « J’ai changé ». Près de quatre mois sont passés, pendant lesquels j’ai parlé avec mes convictions mais aussi avec mon cœur.
Près de quatre mois à aller à la rencontre des Français sans mentir, sans tricher, obligé d’aller chercher au fond de moi tout ce que j’avais à donner.
Près de quatre mois pendant lesquels j’ai beaucoup appris sur les autres et sur moi-même.

Non, ce ne fut pas une campagne comme les autres.
Partout, dans toutes les réunions publiques, dans toutes les rencontres, ce fut comme le 14 janvier, le même besoin d’espérance qui s’exprimait dans le silence et le recueillement, le même sentiment qui se lisait sur les visages émus que cette fois-ci c’était important, que le rendez-vous ne pouvait pas être manqué comme il l’avait été trop souvent par le passé.
Nulle part je n’ai rencontré le déchaînement des passions partisanes, mais partout j’ai senti cette gravité qui précède toujours les moments décisifs, les moments où l’on devra faire un choix que l’on ne peut plus différer et dont on sait au fond de soi qu’il sera lourd de conséquences.

Non ce ne fut pas une campagne comme les autres.
Ce fut une campagne aux prises avec une crise morale, avec une crise d’identité comme la France n’en a peut-être jamais connu de telle dans son histoire, sauf peut-être au temps de Jeanne d’Arc et du traité de Troyes, quand la conscience nationale était encore si fragile.

On attendait une campagne où la politique aurait à affronter le scepticisme qu’elle avait elle-même fait naître en trahissant si souvent ses engagements, en croyant si peu en elle-même. On croyait qu’elle aurait à surmonter le doute qu’elle avait suscité par ses reniements, par ses renoncements. Et c’est un doute beaucoup plus profond qui s’est exprimé, un doute qui est en chacun d’entre nous, un doute qui est en chaque Français, un doute sur ce que nous sommes, sur ce qui nous unit, sur ce que nous pouvons construire ensemble, sur la manière dont nous pouvons vivre ensemble. Un doute qui nous fait ressentir l’avenir non plus comme une promesse mais comme une menace. Un doute qui est un doute existentiel. Un doute sur la France elle-même, sur ce qu’elle incarne, sur ce qu’elle peut accomplir, un doute sur notre destinée commune.
Un doute immense qui fait naître la peur.
Un doute immense que tout alimente, aussi bien la mondialisation que l’Europe ou la décentralisation, aussi bien la crise du travail que celle de la culture, aussi bien les délocalisations que la défaillance de l’école, aussi bien le chômage et la précarité que l’immigration non maîtrisée, aussi bien l’insécurité que la peur de l’exclusion.
Un doute immense qui se nourrit de tout ce qui contribue à la détestation de soi, qui se nourrit de la repentance, qui se nourrit de la détestation des valeurs de la République, de la détestation de la laïcité, de la montée du communautarisme.

Non, cette campagne ne fut pas une campagne comme les autres.
Cette campagne fut peut-être la plus exigeante moralement de toutes les campagnes. Cette campagne exigeait plus d’authenticité, plus de sincérité, plus de vérité que toutes les autres campagnes parce que le problème qui était posé était plus profond, plus grave, plus lourd de conséquences.

Tout au long de cette campagne je suis allé à la rencontre des Français avec mon histoire, avec ce que j’ai appris de la vie, avec mes souvenirs, avec mes émotions.
J’y suis allé avec en moi toute la volonté de changer les choses.
J’y suis allé avec mes rêves de jeunesse qui ne m’ont jamais quitté.
J’y suis allé avec ma longue expérience politique qui m’a tout appris.
J’y suis allé avec tout ce que l’exercice du pouvoir m’a fait découvrir, avec toute la douleur à laquelle il m’a été donné d’être confronté.

J’y suis allé avec en moi le souvenir de cette famille à la Courneuve qui pleurait la mort d’un petit garçon de onze ans. C’était le jour de la fête des pères, deux bandes rivales s’affrontaient au pied de l’immeuble, il a pris une balle perdue. C’était le jour où j’ai parlé du Karcher. Je ne regrette rien.

Je suis allé à la rencontre des Français avec dans ma mémoire la douleur des parents de cette jeune fille brûlée vive dans un bus auquel des voyous avaient mis le feu pour s’amuser.

J’y suis allé avec dans la tête la voix de ce petit garçon que je tenais par la main devant le cercueil de son père gendarme et qui me tirait par la manche en me disant : « Sors mon papa de la boîte ! »

J’y suis allé avec devant les yeux l’image de la jeune Ghofrane battue à mort et atrocement torturée parce qu’elle refusait de donner son numéro de carte bleue à ses bourreaux.

Je suis allé à la rencontre des Français avec en moi cette conviction, enracinée dans toutes les douleurs auxquelles j’avais été confronté, que cela ne pouvait plus durer, que cette violence ne pouvait plus continuer.

J’y suis allé avec la conviction qu’il fallait bien faire quelque chose pour que tout cela s’arrête et que c’était un problème de société et pas seulement un problème de police.

J’y suis allé avec la conviction que nous avions déjà trop cédé, trop cédé aux bandes, aux trafiquants, aux voyous, que nous avions trop laissé faire et qu’à force tout cela allait finir par devenir irrattrapable, qu’il fallait reprendre les choses en main avant qu’il ne soit trop tard et que bientôt il serait trop tard.

Je suis allé à la rencontre des Français avec en moi le souvenir de ces familles immigrés de ces pères, de ces mères, de ces enfants brûlés vifs dans l’incendie de cet hôtel sordide où on les avait entassés parce qu’on n’avait pas les moyens de les loger plus convenablement.
J’y suis allé avec en moi la certitude que la France ne pouvait plus accueillir dignement toute la misère du monde qui pourrait être tentée de se réfugier chez elle.
J’y suis allé en rejetant de toutes mes forces la bonne conscience qui ne veut jamais voir les conséquences de ce qu’elle prône surtout quand elles sont tragiques.

Je suis allé à la rencontre des Français en ayant en moi le souvenir des ouvriers d’Alstom tétanisés par la peur de voir leur entreprise disparaître.
Je suis allé à la rencontre des Français en pensant à tous ces ouvriers que j’avais rencontrés, vivant dans la hantise des délocalisations et dont les conditions de travail ne cessent de se dégrader sous la pression de la concurrence déloyale et des dumpings.
Je suis allé à la rencontre des Français, révolté par le fait que de plus en plus de travailleurs ne puissent pas faire vivre dignement leur famille avec leur salaire.
J’y suis allé, révolté par le fait que les revenus de l’assistance puissent être plus élevés que ceux du travail et que l’on puisse s’appauvrir en se remettant à travailler.

J’y suis allé hanté par le désespoir qui s’empare d’une jeunesse condamnée à vivre moins bien que ses parents, dont les diplômes ne valent rien sur le marché du travail, qui est obligée de vivre chez ses parents parce qu’il n’y a pas d’emploi pour elle, dont les rêves se brisent sur le chômage des jeunes et sur l’impossibilité d’acquérir une indépendance financière.
J’y suis allé inquiet de cette rancœur qui s’accumule dans une jeunesse qui se sent victime de discrimination, qui éprouve le sentiment que la couleur de sa peau ou le quartier où elle habite comptent plus que ses qualifications et ses compétences.
J’y suis allé inquiet de la colère qui grandit contre une République qui ne tient pas ses promesses d’égalité et de fraternité vis-à-vis de ceux qui ont cru à la récompense du mérite et de l’effort.

J’y suis allé avec en moi l’indignation que j’ai éprouvée au moment de la canicule devant le drame de toutes ces personnes âgées si enfermées dans leur solitude que personne ne s’était rendu compte qu’elles étaient mortes.
J’y suis allé avec en moi l’indignation devant le sort que l’on fait aux retraités les plus modestes, aux veuves de paysans et d’artisans qui ont travaillé toute leur vie et qui n’ont pas les moyens de vivre alors que dans le même temps on n’a pas le courage de réformer les régimes spéciaux pour rétablir un peu d’égalité et de justice.

J’y suis allé avec chevillée au corps la conviction que nos lâchetés, nos défaillances, nos reniements étaient la cause de trop de douleurs, de trop de souffrance pour qu’ils soient plus longtemps supportables, pour que tout continue parce qu’on préfère regarder ailleurs, se donner bonne conscience à peu de frais, et surtout ne rien faire jamais, ne rien bousculer, ne rien déranger pour que cela change, pour que cela ne continue pas.

Je suis allé à la rencontre non de ceux qui ne veulent plus de la nation parce qu’ils ne veulent rien partager, parce qu’ils accaparent tous les bénéfices, parce qu’ils ont le sentiment qu’ils ne doivent rien à leur pays, mais de ceux qui se sentent solidaires d’un destin collectif dont ils veulent aussi leur part parce qu’il est à leurs yeux ce qu’ils peuvent avoir de plus précieux, parce qu’ils ont le sentiment de n’être forts que lorsque la France est forte, parce qu’ils sentent au fond d’eux-mêmes que seule la grandeur de la France peut leur donner le sentiment qu’ils sont grands, leur faire éprouver la fierté de ce qu’ils sont.

Je suis allé à la rencontre non de la France qui casse mais de la France qui veut construire, qui veut travailler, qui veut s’en sortir et qui n’y arrive pas.

Je suis allé à la rencontre de la France qui paye toujours pour tous les autres, qui paye toujours les conséquences de fautes qui ont été commises par d’autres, qui paye pour les fautes des politiques, des technocrates, des patrons, des syndicalistes, qui paye pour les fraudeurs, pour les voyous, pour ceux qui profitent du système, qui demandent toujours et qui ne veulent jamais rien donner.
Je suis allé à la rencontre de la France qui souffre, de la France qui n’en peut plus, de la France exaspérée.

Je suis allé à la rencontre du peuple, de ce peuple au nom duquel tout le monde prétend parler, auquel personne ne parle vraiment, et pour lequel personne ne veut jamais rien faire, comme si l’objectif était toujours de le tenir à l’écart, à la lisière du pouvoir, de la décision.
Ce peuple c’est vous, c’est nous tous, ce peuple, je l’ai rencontré dans les villes, dans les villages, dans les campagnes. Je l’ai rencontré dans les ateliers, dans les bureaux, dans les écoles. Mais aussi dans les hôpitaux, dans les centres de rééducation, dans les maisons de retraite, partout où il y a des gens qui vivent, qui vivent par leur travail, qui vivent par leur souffrance, qui vivent par leurs rêves, par leurs ambitions.
Tous ces sans grade, tous ces anonymes, tous ces gens ordinaires auxquels on ne fait pas attention, que l’on ne veut pas écouter, que l’on ne veut pas entendre.
C’est pour eux que je veux parler.
Je veux être leur porte-parole.
Je veux être celui qui leur redonnera la parole et qui leur redonnera le pouvoir.
Je veux être leur candidat. Je veux être le candidat du peuple et non celui des médias, celui des appareils, celui de tel ou tel intérêt particulier.

Je veux être le candidat du peuple parce que pendant des mois j’ai vu ce que le peuple vivait, ce qu’il ressentait, ce qu’il souffrait.
J’ai vu les ravages du discours sur l’impuissance publique.
J’ai compris ce qu’il pouvait y avoir de désespérant pour ceux qui n’ont pas d’autre recours, d’autre espoir que dans la politique d’entendre les responsables politiques leur dire : « Je n’y peux rien ! »
J’ai mesuré l’attente vis-à-vis de la politique de la part de ceux qui se sentent prisonniers d’une multitude de contraintes dont ils n’arrivent pas à desserrer le carcan.
J’ai pris conscience du besoin que la politique représentait pour redonner une espérance à ceux qui l’ont perdue, pour qu’ils aient le sentiment de pouvoir redevenir les acteurs de pleur propre histoire.
J’ai pris conscience de la nécessité pour la politique de redevenir l’expression d’une volonté aux yeux de ceux qui ne se sentent plus eux-mêmes la force de vouloir.

La pensée unique qui est la pensée de ceux qui savent tout, de ceux qui se croient non seulement intellectuellement mais aussi moralement au-dessus des autres, cette pensée unique avait dénié à la politique la capacité d’exprimer une volonté. Elle avait condamné la politique. Elle avait prophétisé son déclin inéluctable face aux marchés, aux multinationales, aux syndicats, à Internet. Il était entendu que dans le monde tel qu’il est, avec ses informations qui se diffusent instantanément, ses capitaux qui se déplacent de plus en plus vite, ses frontières qui sont largement ouvertes, dans ce monde-là il était entendu que la politique ne jouerait plus qu’un rôle anecdotique, et qu’elle ne pourrait plus exprimer une volonté parce que le pouvoir serait bientôt partagé, dilué, parce qu’il serait en réseau, parce que les frontières resteraient totalement ouvertes, parce que les hommes, les capitaux et les marchandises circuleraient sans obéir à personne.

Mais la politique revient. Elle revient partout dans le monde. La chute du Mur de Berlin avait semblé annoncer la fin de l’Histoire et la dilution de la politique dans le marché.
18 ans plus tard tout le monde sait que l’Histoire n’est pas finie, qu’elle est toujours tragique et que la politique ne peut pas disparaître parce que les hommes d’aujourd’hui ressentent un besoin de politique, une envie de politique comme on n’en avait rarement vu depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Le besoin de politique a pour corollaire le besoin de nation.
La nation aussi était condamnée. La voilà de retour, pour répondre au besoin d’identité face à la mondialisation vécue comme une entreprise d’uniformisation et de marchandisation du monde où il n’y aurait pas de place pour la culture et pour les valeurs de l’esprit. L’inquiétude est peut-être excessive mais elle est bien réelle et elle exprime un besoin d’identité très fort.

Mais la nation ce n’est pas que l’identité. C’est aussi la capacité à être ensemble pour se protéger et pour agir.
C’est le sentiment que l’on n’est pas tout seul pour affronter un avenir angoissant et un monde menaçant.
C’est le sentiment qu’ensemble on est plus fort et que l’on pourra faire ce que tout seul on ne pouvait pas faire.

Ensemble, c’est le mot le plus important à mes yeux de cette campagne. C’est le mot qui appelle plus de volonté politique et plus de nation.

J’ai voulu remettre la volonté politique et la France au cœur du débat politique. Au cours de cette campagne, à travers tous les discours et tous les sujets, je n’ai finalement parlé que d’elles, et les Français que j’ai rencontrés ne m’ont aussi parlé que d’elles.
La volonté politique et la nation c’est toujours pour le meilleur et pour le pire.
Le peuple qui se mobilise, qui devient une force collective, c’est une puissance redoutable qui peut aussi bien agir pour le meilleur que pour le pire.
Faisons en sorte que ce soit pour le meilleur.
Nous conjurerons le pire en respectant les Français, en tenant nos engagements, en respectant la parole donnée.
Nous conjurerons le pire en remettant de la morale dans la politique.

Oui, de la morale.
Le mot « morale » ne me fait pas peur. La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler. C’était un mot qui avait disparu du vocabulaire politique. Pour la première fois depuis des décennies, la morale a été au cœur d’une campagne présidentielle.

Mai 68 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral. Les héritiers de mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait aucune différence entre le bien et le mal, entre le vraie t le faux, entre le beau et le laid. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître, qu’il ne fallait pas mettre de note pour ne pas traumatiser les mauvais élèves, qu’il ne fallait pas de classement.
Ils avaient cherché à faire croire que la victime comptait moins que le délinquant.
Ils avaient cherché à faire croire qu’il ne pouvait exister aucune hiérarchie de valeurs.
Ils avaient proclamé que tout était permis, que l’autorité c’était fini, que la politesse c’était fini, que le respect c’était fini, qu’il n’y avait plus rien de grand, plus rien de sacré, plus rien d’admirable, plus de règle, plus de norme, plus d’interdit.
Souvenez-vous du slogan de mai 68 sur les murs de la Sorbonne : « Vivre sans contrainte et jouir sans entrave. »

Voyez comment l’héritage de mai 68 a liquidé l’école de Jules Ferry qui était une école de l’excellence, une école du mérite, une école du respect, une école du civisme, une école qui voulait aider les enfants à devenir des adultes et non à rester de grands enfants, une école qui voulait instruire et non infantiliser, parce qu’elle avait été construite par de grands républicains qui avaient la conviction que l’ignorant n’est pas libre.
Voyez comment l’héritage de mai 68 a liquidé une école qui transmettait une culture commune et une morale partagée grâce auxquelles tous les Français pouvaient se parler, se comprendre, vivre ensemble.

Voyez comment l’héritage de mai 68 a introduit le cynisme dans la société et dans la politique.
Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portés par les valeurs de mai 68.
Voyez comment la contestation de tous les repères éthiques, de toutes les valeurs morales a contribué à affaiblir la morale du capitalisme, comment elle a préparé le terrain au capitalisme sans scrupule et sans éthique des parachutes en or, des retraites chapeaux et des patrons voyous, comment elle a préparé le triomphe du prédateur sur l’entrepreneur, du spéculateur sur le travailleur.

Voyez comment les héritiers de mai 68 ont abaissé le niveau moral de la politique.
Voyez tous ces politiciens qui se réclament de l’héritage de mai 68, qui donnent aux autres des leçons qu’ils ne s’appliquent jamais à eux-mêmes, qui veulent imposer aux autres de comportements, des règles, des sacrifices qu’ils ne s’imposent jamais à eux-mêmes.
Voyez-les, écoutez-les proclamer : « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ! »

Voyez-la, écoutez-la cette gauche héritière de mai 68 qui est dans la politique, dans les médias, dans l’administration, dans l’économie,
cette gauche qui a pris goût au pouvoir, aux privilèges, cette gauche qui n’aime pas la nation parce qu’elle ne veut plus rien partager,
cette gauche qui n’aime pas la République parce qu’elle n’aime pas l’égalité,
cette gauche qui prétend défendre les services publics mais qui ne prend jamais les transports en commun,
cette gauche qui aime tellement l’école publique qu’elle n’y met pas ses enfants,
cette gauche qui adore la banlieue mais qui se garde bien d’aller y habiter,
cette gauche qui trouve toujours des excuses aux voyous à condition qu’ils restent dans des quartiers où elle ne va jamais,
cette gauche qui fait des grands discours sur l’intérêt général mais qui s’enferme dans le clientélisme et dans le corporatisme,
cette gauche qui signe des pétitions quand on expulse des squatters mais qui n’accepterait pas que l’on s’installe chez elle,
cette gauche qui passe son temps à faire la morale aux autres sans être capable de se l’appliquer à elle-même,
cette gauche qui entre Jules Ferry et mai 68 a choisi mai 68,
cette gauche condamne la France à un immobilisme dont les travailleurs, dont les plus modestes, les plus pauvres, ceux qui souffrent déjà seraient les principales victimes.

Voyez-la, écoutez-la cette gauche qui depuis mai 68 a renoncé au mérite et à l’effort.
Voyez-la, écoutez-la cette gauche qui depuis mai 68 a cessé de parler aux travailleurs, de se sentir concernée par le sort des travailleurs, d’aimer les travailleurs parce qu’elle rejette la valeur travail, parce que la valeur travail ne fait plus partie de ses valeurs, parce que son idéologie à elle ce n’est pas l’idéologie de Jaurès, ce n’est pas l’idéologie de Blum qui respectaient le travail, qui aimaient les travailleurs, son idéologie à elle c’est l’idéologie du partage du travail, des 35 heures, de l’assistanat.
La crise du travail est d’abord une crise morale dans laquelle l’héritage de mai 68 porte une lourde responsabilité. Je veux réhabiliter le travail. Je veux redonner au travailleur la première place dans la société.

Regardez comment l’héritage de mai 68 affaiblit l’autorité de l’Etat ! Regardez comment les héritiers de ceux qui en mai 68 criaient : « CRS = SS » prennent systématiquement le parti des voyous, des casseur et des fraudeurs contre la police.
Regardez comment ils ont réagi après les incidents de la gare du Nord. Au lieu de condamner les casseurs et d’apporter leur soutien aux forces de l’ordre qui font un travail difficile, ils n’ont rien trouvé de mieux à dire que cette phrase qui mérite de rester dans les annales de la République. Je cite : « Il est inquiétant de constater qu’un fossé se creuse entre la police et la jeunesse ».
Comme si les casseurs de la gare du Nord représentaient toute la jeunesse française.
Comme si c’était la police qui était en tort et pas les casseurs.
Comme si les voyous avaient tout cassé et avaient pillé les magasins pour exprimer une révolte contre une injustice.
Comme si la jeunesse excusait tout.
Comme si la société était toujours coupable et le délinquant toujours innocent.

Ecoutez-les, les héritiers de mai 68 qui cultivent la repentance, qui font l’apologie du communautarisme, qui dénigrent l’identité nationale, qui attisent la haine de la famille, de la société, de l’Etat, de la nation, de la République.

Dans cette élection il s’agit de savoir si l’héritage de mai 68 doit être perpétué ou s’il doit être liquidé une bonne fois pour toutes.

Je veux tourner la page de mai 68.
Mais il ne faut pas faire semblant.
Il ne faut pas se contenter de mettre des drapeaux aux fenêtres le 14 juillet et de chanter la Marseillaise à la place de l’Internationale dans les réunions du Parti Socialiste.
Il ne faut pas dire que l’on veut l’ordre et prendre systématiquement parti contre la police.
Il ne faut pas crier à l’Etat policier et à la provocation à chaque fois que la police chercher à faire respecter la loi.
Il ne faut pas dire que l’on est pour la valeur travail et généraliser les 35 heures, continuer à surtaxer le travail ou encourager l’assistanat.
Il ne faut pas dire que l’on veut faire obstacle aux délocalisations et refuser toute expérimentation de la TVA sociale, qui permet de faire financer la protection sociale par les importations.
Il ne faut pas se contenter d’afficher de grands principes en se gardant bien de les inscrire dans la réalité.
Je propose aux Français de rompre réellement avec l’esprit, avec les comportements, avec les idées de mai 68.
Je propose aux Français de rompre réellement avec le cynisme de mai 68.
Je propose aux Français de renouer en politique avec la morale, avec l’autorité, avec le travail, avec la nation.
Je leur propose de reconstruire un Etat qui fasse réellement son métier et qui par conséquent domine les féodalités, les corporatismes et les intérêts particuliers.
Je leur propose de refaire une République une et indivisible contre tous les communautarismes et tous les séparatismes.
Je leur propose de rebâtir une nation qui soit de nouveau fière d’elle-même.

En faisant valoir systématiquement les droits au détriment des devoirs, les héritiers de mai 68 ont affaibli l’idée de citoyenneté. En dénigrant la loi, l’Etat et la nation, les héritiers de mai 68 ont favorisé la montée de l’individualisme. Ils ont incité chacun à ne compter que sur lui-même et à ne pas se sentir concerné par les problèmes des autres.
Je crois à la liberté individuelle mais je veux compenser l’individualisme par le civisme, par une citoyenneté faite de droits mais aussi de devoirs.

Je veux des droits nouveaux, des droits réels et non des droits virtuels. Je veux le droit opposable à l’hébergement et au logement, le droit opposable à la garde d’enfants, le droit opposable à la scolarisation des enfants handicapés, le droit opposable à la prise en charge de la dépendance pour les personnes âgées.
Je veux le droit à une allocation formation pour les jeunes de plus de 18 ans. Je veux le droit à la formation tout au long de la vie. Je veux le droit à la caution publique pour ceux qui n’ont pas de parents qui peuvent se porter garants, pour ceux qui n’ont pas de relations, pour les malades auxquels on ne veut pas prêter parce qu’on considère qu’ils représentent un risque trop élevé.
Je veux le droit à un contrat de transition professionnelle pour celui qui est au chômage.

Mais je veux que ces droits soient équilibrés par des devoirs.

L’idéologie de mai 68 sera morte le jour où dans la société on osera rappeler chacun à ses devoirs.
L’idéologie de mai 68 sera morte le jour où dans la politique française on osera proclamer que dans la République les devoirs sont la contrepartie des droits.
Ce jour-là sera enfin accomplie la grande réforme intellectuelle et morale dont la France a une nouvelle fois besoin. Alors nous pourrons reconstruire sur des bases renouvelées la République fraternelle qui est le rêve toujours inachevé, toujours inaccompli de la France depuis le premier jour où elle a pris conscience de son existence en tant que nation.
Car la France n’est pas une race, car la France n’est pas une ethnie, car la France n’est pas qu’un territoire, car la France est un idéal inlassablement poursuivi par un grand peuple qui croit depuis son premier jour à la force des idées, à leur capacité à transformer le monde et à faire le bonheur de l’humanité.
Je veux le dire aux Français : le plein emploi, la croissance, l’augmentation du pouvoir d’achat, la revalorisation du travail, la moralisation du capitalisme, c’est nécessaire et c’est possible. Mais ce ne sont que des moyens qui doivent être mis au service d’une certaine idée de l’homme, d’un idéal de société où chacun puisse trouver sa place, où la dignité de chacun soit reconnue et respectée.

J’ai rencontré dans les hôpitaux des malades qui ajoutaient aux souffrances de la maladie la douleur de se sentir exclus, mis à l’écart de la société.
Je me souviens d’une infirmière dans un hôpital qui pleurait en me racontant comment la désorganisation due aux 35 heures l’empêchait de s’occuper autant qu’il aurait été nécessaire de malades pour lesquels elle était le dernier lien avec la vie.
Je me souviens de ce jeune rugbyman dans ce centre de rééducation qui tentait avec toutes les forces qui lui restaient de rassembler les morceaux d’une vie brisée par un accident qui l’avait rendu tétraplégique.
Je me souviens d’une visite à la prison pour femmes de Rennes et de la rencontre avec une mère d’une petite fille de 7 ans qui était sa seule raison de vivre.
J’ai vu la misère des prisons françaises si souvent indignes de la patrie des droits de l’homme.
J’ai vu les femmes martyrisées dans les centres d’accueil où elles tentent de se reconstruire.
J’ai vu dans les maisons de retraite la tristesse qui était dans le regard des vieillards frappés par la dépendance et qui n’avaient plus l’impression de vivre amis de survivre parce qu’ils étaient abandonnés de tous, parce qu’ils n’avaient besoin que d’un peu d’amour et de respect que plus personne ne leur donnait.

De tous ces malheureux que la vie a brisés, que la vie a usés, je veux être le porte-parole.
Je veux être celui qui leur rendra une place dans la République, qui leur rendra leur dignité, qui leur redonnera un peu de cette considération et de cet espoir sans lesquels il n’y a plus d’humanité.

Je veux être celui par lequel la France renouera avec ses valeurs universelles. Ses valeurs universelles avec lesquelles elle ne devrait jamais transiger, qui doivent être le fondement de toutes ses politiques, au dedans comme au dehors. Je veux être le Président de la liberté de conscience contre tous els intégrismes.
Je veux être le Président de la liberté d’expression contre toutes les intolérances.
Je veux que dans la patrie des droits de l’homme on puisse librement critiquer, librement caricaturer, sans être menacé de mort, sans être exposé à la violence.
Je veux qu’à tous ceux qui veulent vivre en France nous ayons le courage de dire que cette idée de la liberté n’est pas négociable.
Mais je veux qu’il soit bien entendu que pour notre République, la laïcité c’est le respect de toutes les croyances et non le mépris de toutes les religions.
Je veux être le Président d’une France qui défend la liberté chez elle mais aussi dans le monde. Parce que c’est la vocation de la France.

Je veux être le Président de la France des droits de l’homme. Je ne crois pas à la « realpolitik » qui fait renoncer à ses valeurs sans gagner des contrats. Je n'accepte pas ce qui se passe en Tchétchénie,ou au Darfour. Le silence est complice. Je ne veux être le complice d'aucune dictature à travers le monde. Je veux avoir le courage de faire ce que la gauche au pouvoir n’a pas eu le courage de faire.

Chaque fois qu’une femme ou qu’un enfant est martyrisée dans le monde, je veux que la France se porter à ses côtés. La France, si les Français me choisissent comme Président, sera aux côtés des infirmières bulgares condamnées à mort en Libye. Elle sera aux côtés de la femme qui risque la lapidation parce qu’elle est soupçonnée d’adultère. Elle sera aux côtés de la persécutée qu’on oblige à porter la burka, aux côtés de la malheureuse qu’on oblige à prendre un mari qu’on lui a choisi, aux côtés de celle à laquelle son frère interdit de se mettre en jupe. A chaque femme martyrisée dans le monde je veux que la France offre sa protection en lui donnant la possibilité de devenir française.


Je voudrais remercier tous les Français qui dimanche dernier m’ont témoigné leur confiance pour conduire le changement dont la France a besoin. Cette confiance je ne la trahirai pas. Si je suis élu je tiendrai mes engagements. C’est l’idée que je me fais de la morale en politique.
Si j’ai voulu tout dire avant l’élection, c’est pour pouvoir tout faire après. C’est pour que les français n’aient pas le sentiment, au lendemain des élections, qu’une fois de plus on les a trompés et que la politique qui est mise en œuvre n’est pas celle pour laquelle ils ont voté.
A ceux qui m’ont fait confiance le 22 avril et à tous ceux qui me feront confiance le 6 mai, je veux dire que je mettrai un point d’honneur à ce qu’ils ne se sentent ni trompés, ni déçus.

Mais je voudrais m’adresser tout particulièrement aujourd’hui à ceux qui n’ont pas encore fait leur choix, à ceux qui ont voté au premier tour pour un autre candidat et qui hésitent encore sur leur vote du second tour.
Je voudrais leur dire que je comprends leur déception et que je sais combien ce nouveau choix peut être difficile pour eux. Mais ce choix sera celui qui engagera l’avenir du pays.
Je veux leur dire : vous allez avoir à vous demander lequel des deux candidats correspond le mieux avec ses qualités et ses défauts, à l’idée que vous vous faites de la fonction présidentielle. Vous allez avoir à vous demander lequel des deux projets est le plus à même de permettre que la France reprenne confiance dans l’avenir. Vous allez avoir à vous demander dans quelle mesure les valeurs qui sont celles des candidats sont compatibles avec celles auxquelles vous croyez. Puis il vous faudra choisir, faire cet effort sur vous-mêmes qui consiste à choisir entre deux candidats que vous n’avez pas désignés. Vous le ferez parce que c’est votre devoir de citoyens, parce qu’à la fin il faut que la France soit gouvernée, parce que c’est la responsabilité de chacun de faire vivre la démocratie.
Ce choix vous le ferez en votre âme et conscience. Ce choix, quel qu’il soit, je le respecterai.

Je ne vous dirai pas : « C’est moi ou le chaos ! » Quel démocrate serais-je si j’exprimais autant de mépris pour les convictions de tous ceux qui ne pensent pas comme moi ? Mais à tous ceux d’entre vous qui croient aux valeurs de tolérance, de liberté, d’humanisme, je veux dire que ce sont les valeurs sur lesquelles j’ai bâti mon projet, que ce sont les valeurs qui fondent mon engagement politique et ma candidature à l’élection présidentielle.

Je veux m’adresser aux électeurs du Centre, dont les valeurs sont si proches de s miennes.
Je veux leur dire que leur sensibilité a toute sa place dans la majorité présidentielle que je veux construire et autour de laquelle je veux rassembler les Français.
Je veux leur dire que j’ai besoin d’eux, de ce qu’ils représentent, de ce à quoi ils croient.

Je veux m’adresser aussi à tous ceux qui après le premier tour ne se sentent pas représentés, ont l’impression d’être exclus, d’être condamnés à ne pas avoir leur mot à dire dans la République. A tous ceux-là je veux dire que je les comprends et que je les respecte. Je veux leur dire que la proportionnelle n’est pas un bon système parce qu’elle donne le pouvoir aux partis, parce qu’elle rend difficile la constitution de majorités stables.
Nous avons déjà connu dans notre histoire les conséquences dramatiques de l’instabilité gouvernementale. Nous ne pouvons pas y revenir.
Mais nous devons réfléchir tous ensemble au moyen de permettre une représentation plus large des opinions et des sensibilités.
Je m’engage, si je suis élu, à réunir toutes les forces politiques et à discuter avec elles de la possibilité d’introduire un peu de proportionnelle au Sénat ou à l’Assemblée Nationale sans créer le risque d’une instabilité qui serait désastreuse.
Je veux m’adresser aussi à tous ceux qui après le premier tour ne se sentent pas représentés, ont l’impression d’être exclus, d’être condamnés à ne pas avoir leur mot à dire dans la République. A tous ceux-là je veux dire que je les comprends et que je les respecte. Je veux leur dire que la proportionnelle n’est pas un bon système parce qu’elle donne le pouvoir aux partis, parce qu’elle rend difficile la constitution de majorités stables.
Nous avons déjà connu dans notre histoire les conséquences dramatiques de l’instabilité gouvernementale. Nous ne pouvons pas y revenir.
Mais nous devons réfléchir tous ensemble au moyen de permettre une représentation plus large des opinions et des sensibilités.
Je m’engage, si je suis élu, à réunir toutes les forces politiques et à discuter avec elles de la possibilité d’introduire un peu de proportionnelle au Sénat ou à l’Assemblée Nationale sans créer le risque d’une instabilité qui serait désastreuse.

Mes chers amis, nous voici arrivés au terme de cette campagne.
J’ai voulu la conduire conformément à l’idée que je me faisais de la fonction présidentielle. Des responsabilités qu’elle implique. Des devoir qu’elle impose. De la dignité qu’elle exige.
Je n’ai pas été épargné par les attaques personnelles. On a mis en cause ma probité. Mon intégrité. Mon honneur. Ma sincérité. Mon caractère. On a insinué que j’étais dangereux pour les libertés. On m’a soupçonné de vouloir mettre en place un Etat policier. On m’a accusé d’avoir exercé des pressions. On n’a jamais produit la moindre preuve ni le moindre indice, ni quoi que ce soit qui puisse étayer les accusations portées contre moi.
Je n’ai pas répondu aux attaques. Sauf pour dire, quand ces attaques sont devenues insupportables, que ceux qui les portaient n’avaient pas fait la preuve de tellement de vertus qu’ils puissent se permettre un tel mépris à mon égard.
Je ne les ai pas rejoints dans la boue où ils auraient voulu m’entraîner.
Ils n’ont pas changé.
Ce sont les mêmes que ceux qui en 1958 défilaient contre le Général de Gaulle en hurlant que le fascisme ne passerait pas.
En 1965, comme aujourd’hui, ils avaient fait au second tour une « coalition des républicains » contre celui qui n’avait jamais mis la République en danger et qui au contraire l’avait sauvée deux fois.

Je suis allé à Colombey, dans le silence et le calme, loin de ces agitations médiocres.
Sur le livre d’or du Mémorial de la Croix de Lorraine j’ai écrit :
« Je suis venu ici pour la première fois il y a 30 ans.
Rien n’a changé : ni la grande croix de Lorraine, ni l’austère grandeur du paysage ; ni le silence et le recueillement ; ni le sentiment éprouvé devant l’humble tombe du Général de Gaulle, dans le petit cimetière, qu’une grande vie c’est une vie mise au service de quelque chose de plus grand que soi ; ni la conviction qui m’est venue ici pour la première fois et ne m’a plus quitté que la France ne pourra pas disparaître tant que nous serons décidés à la maintenir comme un idéal pour les hommes et prêts à nous battre pour qu’elle vive. »

Et maintenant je n’ai plus que deux choses à vous dire, qui viennent du fond du cœur :

Vive la République !
Vive la France !

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

@quitterie Je trouvais un peu fort de café d'en appeler à la résistance, mais ton rappel du discours de FB à Bercy - où j'étais - ainsi que les extraits du discours de NS hier soir me convainquent du bien-fondé de la présence de cette vidéo sur ton blog.

@val Merci d'avoir été sur place pour nous transmettre directement les mots de NS.

@n oublions pas : ne t'inquiète pas on n'oublie pas. Je me suis enfin décidé après la rencontre FB/SR de samedi : je voterai Royal (il y a quelques convergences, auxquelles NS tente in extremis de se rallier pour attirer nos voix), mais sans illusion bien sûr quant à la suite. Du reste, je ne pense pas qu'il serait très utile, voire très sage, d'accepter de participer à un gouvernement PS (ni UMP si, par malheur, NS devait être élu).

La suite, c'est à nous de la bâtir ! Je crois fermement que le mouvement initié au premier tour, et maintenu devant les projecteurs entre les deux tours, peut se prolonger aux législatives avec un bon travail de terrain - et probablement des accords circonstanciels... il ne faut pas se voiler la face !

Écrit par : Tom | 30 avril 2007

@virginie2

l' ump rapplique ? non mais tu sais lire ? je voterais blanc, c' est à dire NI pour l' un ni pour l' autre ! Ils nous ont déscendu pendant des mois, je ne vais pas les soutenir maintenant. J' aime pas me faire avoir moi. Tous les partis qui se sont unis avec le PS se sont fait bouffer . il n' y a qu' a relire l' histoire politique des 30 dernières années

tu dis "Qu' avait elle a gagner à parler à François? Rien!" . MORTE de rire. Non , à part 18% d' électeurs , elle n' avait rien à gagner. Arrêtez de prendre les gens pour des demeurés, sympathisans socialistes. Et retourner polluer vos blogs . MERCI

Écrit par : sophie | 30 avril 2007

@ virginie

j'ai hate de connaitre toute la fine équipe ; fais moi signe quand vous vous réunissez

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

"Il n’a plus été question des ministres Udf et c’est tant mieux."

http://www.jean-luc-melenchon.fr


arrêtons de prendre les centristes pour des cons ! On ne donnera pas nos voix à royal en échange de rien.
Là apparait aussi un nouveau problème, une bonne partie de l' udf se désolidarise des pro royal.
Les pro Bayrou se divisent en 2 ! Que restera t il aux éléctions ? 18/2 = 9%

le PD sera un parti mort né après les legislatives

Écrit par : maxime | 30 avril 2007

Ca vole haut, ce matin.

Je trouve décidément que les pressions de l'UMP sur les centristes sont de plus en plus insupportables. Ca me rappelle l'époque où l'UMP, quand on faisait gouvernement commun avec elle, composait elle-même les cabinets de nos ministres, qui, de ce fait, n'avaient guère l'occasion de prendre de vraies décisions politiques conformes à leurs idées. Sauf Bayrou, qui ne s'est jamais laissé faire.

Parfois, ils arrivaient quand même à tirer leur épingle du jeu, mais c'était si rare.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

J'ai voté socialiste au premier tour avec conviction comme certains d'entre vous ici ont voté François Bayrou. Mais au second tour, le débat si courtois, si intéressant, si novateur entre Royal et Bayrou ayant bien montré qu'ils étaient tous les deux dans le camp de la démocratie, il nous faut combattre ensemble le danger Sarkozy. Danger qui provient certes de son caractère mais surtout de son programme. La main-mise de l'UMP sur tous les rouages de l'Etat achèvera de laminer toutes les libertés. Déja l'UMP exerce une pression maximale sur les députés UDF pour essayer, en vain j'espère, d'asphyxier F. Bayrou. Actuellement vu la mise en scène d'hier à Bercy je crois qu'on peut estimer que la démocratie est en danger et que face à ce danger tous les démocrates doivent s'unir. Il en va de notre avenir à tous.

Écrit par : Marie | 30 avril 2007

bravo marie,

j'espère que les éléments socio-démocrates du PS vont venir nous rejoindre pour fonder notre futur parti ; nous sommes en train de le faire vis à vis de l'Ump ; on compte sur vous

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

Mais comment pouvez vous voter pour Segolene Royal quand on voit tout ce que le PS nous a mis dans la tronche!!!! Un peu de fierte et surtout de constance quand meme !!! Vous croyez vraiment aux belles offres de Segolene Royale et a son futur gouvernement d'union avec l'UDF?! Vous pensez que l'extreme gauche va tolerer ca? Mais ouvrez les yeux!!

Ségolène Royal, le 16 avril dernier, au micro de RMC Info : « Il faut respecter les électeurs. Laissons les électeurs libres sans les embrouiller avec des tractations, des manipulations, des accords dans leur dos et nous verrons entre les deux tours. Toutes ces tractations avant le premier tour sous prétexte de faire un front anti-Sarkozy, ce n'est pas le problème ».

Ségolène Royal, le 20 février, à Rennes : « Ceux qui se disent ni de droite ni de gauche (...) ont toujours fini par tomber du même côté, (...) cherchent à brouiller les cartes de l'élection » ; « Seule l'union des forces de progrès peut permettre de battre la droite ».

François Hollande, le 10 avril, au siège du PS : « Nous ne ferons rien avec Bayrou puisque c'est une variante de la droite ».

François Hollande, le 13 avril, à l'AFP : « Il n'y a pas d'alliance concevable entre la gauche et une partie de la droite ».

François Hollande, le 21 février, à Liévin : « moi je ne connais pas les propositions de François Bayrou, je connais juste sa démarche : ni droite ni gauche pour finir avec la droite ».

Lionel Jospin, le 17 mars, à Lens : « ce que propose M. Bayrou provoquerait une vraie crise politique dans notre pays (...). La proposition politique de M. Bayrou est mort-née (...) » et d'ajouter que François Bayrou « a toujours été de droite ».

Dominique Strauss-Kahn, le 16 mars, à Charleville-Mézières : « Ségolène fait campagne avec 100 propositions (...) François Bayrou fait campagne sans proposition ».

Jack Lang, le 20 février, siège du PS : François Bayrou « est une variante de la droite ».

Jack Lang, le 14 mars, siège du PS : « François Bayrou n'est pas là pour empêcher l'élection de Nicolas Sarkozy mais pour éliminer la gauche ». Il veut « tout le pouvoir pour lui tout seul » en s'appuyant « sur un mouvement de droite, en alliance avec l'UMP ».

Jack Lang, le 13 avril : une alliance avant le premier tour : « est totalement absurde, on ne peut pas concilier l'inconciliable ».

Jean-Louis Bianco, le 13 avril, à Belfort : « aucun commentaire, je ne parle que des choses importantes ».

François Rebsamen, 14 mars, sur LCP, « François Bayrou, candidat du ni ni et de l'immobilisme » et d'ajouter « il n'est pas ni droite, ni gauche » mais « un homme du centre-droit libéral, d'une droite classique ».

Jean-Christophe Cambadélis, 13 avril, par communiqué : « Ségolène Royal ne veut pas d'ouverture au centre ».

Jean-Luc Mélenchon, le 25 avril, sur son blog : « Bayrou, c'est la droite ».

Claude Bartolone, le 20 février, à l'Assemblée nationale : « François Bayrou donne le sentiment d'être le Che Guevara de l'extrême-centre (...) Il faut que nous soyons assez forts pour démasquer cette imposture. Bayrou est quand même celui qui, lorsqu'il a été ministre de l'Education nationale, a voulu démanteler l'école de la République. L'ensemble de ses députés sont élus par des gens de droite et par le désistement de l'UMP ».


Le dossier « argumentaires » du Parti socialiste contre François Bayrou

« Le programme économique et social de François Bayrou est UMP compatible. (...) Il fait l'impasse sur le pouvoir d'achat des salariés et des retraités. (...) En matière de fiscalité seule la baisse de l'impôt de solidarité sur la fortune semble le préoccuper. En réalité, François Bayrou n'a rien d'autre à proposer que ce qui a été fait sous tous les gouvernements de droite (...). De droite en économie, il est également conservateur sur les questions de société. »

« François Bayrou maintient les Français dans le flou d'une construction politique chimérique et dangereuse : « l'union nationale » qui n'est qu'une alliance des contraires. Ce n'est pas une nouvelle donne politique, mais une ligne opportuniste qui nourrit la confusion. »


« L'hebdo des socialistes » du 24 mars consacré à François Bayrou :

« Le programme de Bayrou ? Il se résume en deux mots : libéralisme outrancier. Il tient en trois temps : réduire l'Etat, aider les plus riches, servir les entreprises. Les plus faibles n'ont qu'à se terrer. Le centrisme, c'est ni la gauche, ni la gauche... »

« Bayrou a le même programme que Sarkozy. »

« Bayrou a pour modèle Thatcher et Reagan »

« On ressort de la lecture des deux derniers ouvrages de François Bayrou avec le sentiment de vaste supercherie. »

« François Bayrou, c'est toujours pareil. Ce qu'il dit semble d'abord frappé au coin du bon sens. Et quand on gratte un peu, c'est une immense arnaque. »

« Les deux livres récemment publiés par François Bayrou, sous un populisme patelin, laissent percer une idéologie néolibérale et réactionnaire. »

Écrit par : Anna | 30 avril 2007

@Hervé torché

Et qu' en est il des associations du PS avec d' autres partis par le passé ... On t ils pu faire quelques chose au gouvernement les écologistes ou les communistes ? non
alors arrête de divaguer. L' ump et l' udf ont plus de chance de s' entendre au gouvernement qu' un gouvernement avec Ségolène qui tente de rallier l' extrème gauche jusqu' à la droite !
Sarkozy lui au moins ne s' est jamais associé avec les extrèmes !
Voter comme les communistes responsables de millions de morts, certainement pas !
Redescendons sur terre une minute svp.

Écrit par : jean | 30 avril 2007

@ anna

le sens de l'histoire c'est l'émergence d'un centre débarassé de ses oripeaux UMPiens ; choisis ton camp

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

@anna

fait gaffe ici c' est infesté par les membres du PS depuis quelques jours... on se demande pourquoi ! lol

Écrit par : Francois | 30 avril 2007

@ Michael Silly

J'ai vote Francois Bayrou au 1er tour, donc quoi qu'il arrive, l'option PS avec Segolene Royal ou UMP avec Nicolas Sarkozy ne me convient pas. Ensuite, par coherence et surtout convergence d'idee, mon choix va au candidat Sarkozy, qui prendra des ministres UDF eb + de sa majorite, ce qui me permet d'avoir une representation de mes idees. Ce n'est pas une question de choisir son camp, c'est une question de representativite optimale de mes idees. Crois tu vraiment Michael que Segolene Royal nomera des ministres UDF?!

Écrit par : Anna | 30 avril 2007

bonjour à tous, je suis un jeune électeur de Royal et je dois avouer que j'ai été très touché par cette vidéo. Parce que bon sang, ceux là me semblent avoir gardé un espoir immense dans le futur de notre pays. mais je suis aujourd'hui très triste aussi, parce que la société qui se profile va brader la culture et les valeurs républicaines pour une république de façade, jouée tous les jours sur TF1, avec en guest star le cynisme et le mensonge. je partage l'indignation d'un autre ancien, Claude levy Strauss, qui se disait écoeuré du désastre de notre société. J'ai un peu peur que la France ne devienne "une belle histoire qui finit mal". J'ai beau être profondémment attaché à notre pays, avouez que se dire que les français ont pour héros un homme qui foule toutes les valeurs humanistes, tout en s'en déclarant, ça fait un peu mal.

par contre je suis ravi d'une chose, m'apercevoir que les jeunes UDF et nous (jeunes socialistes) avions beaucoup de points communs, et bien sûr des différences (qui sont importantes ne les minorons pas), alors qu'en effet nous avons toujours vécu dans une sorte d'animosité. quelque soit le résultat du second tour, il serait intérressant que nous entammions un dialogue; après tout la LCR et autres mouvements d'extrème gauche nous caricaturent depuis tellement longtemps que vous êtes les seuls, avec les Verts, avec qui nous puissions dialoguer.
chiche?

Écrit par : daquin | 30 avril 2007

@Mikael : avec plaisir, virginie v, bise, virginie

Écrit par : virginie | 30 avril 2007

@Mikael : avec plaisir, virginie v, bise, virginie

Écrit par : virginie | 30 avril 2007

@ François
je pense que si c'est infesté de membres du ps ou de sympathisants comme moi, c'est peut être l'occasion d'entammer un dialogue, non?

Écrit par : daquin | 30 avril 2007

@ jean dit jeannot lapin

La seule façon d'exister dans un gouvernement, c'est de peser suffisamment au parlement. Le PCF et les Verts n'existaient pas beaucoup, pq le PS disposait à lui seul de la majorité absolue. C'est bien tout l'enjeu de la législative : ce que les démocrates y obtiendront ne sera dû qu'à leurs propres efforts.

Sarko ne s'est jamais associé avec les extrêmes ? Non ? Il a sauté à pieds joints dans leurs idées. Sans vergogne.

Parce que voter comme l'extdte, ça, c'est bien ? Au fait, Sarko, combien aura-t-il de voix de Le Pen au 2d ? 4% ? 5% ? Et Ségo de communistes ? 1,8%. cet argument n'est donc pas recevable.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

@ anna

c'est de l'UDF canada dry qui sera au gouvernement si sarko passe

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

@ jean

torché s'écrit Torchet.

@ tous

C'est curieux, ce sont toujours les pro-Sarko qui nous incitent à voter blanc.

Écrit par : un ami d'Hervé Torchet | 30 avril 2007

Très beau témoignage de ces vieux(c'est un hommage) résistants,qui malgré leur grand-âge n'ont pas oublié de résister,car comme disait Lucie Aubrac,qui nous a quitté il y a si peu:"Résister est un verbe qui ne se conjugue qu'au présent!".Cette vidéo de 2004,que je connaissais bien sur déjà,est exemplaire de sobriété et de conviction,sont disparus depuis Lise London,Stéphane Eissel,Germaine Tillon,Lucie Aubrac... mais leur esprit est resté.Que le petit Napoléon veuille "liquider"l'esprit de 68,on peut comprendre que ça le révulse!C'est tellement subversif!et si peu républicain,tout en l'étant au plus haut degré!Mais l'esprit de cette résistance-là,dont le Conseil de la Résistance,qui en 1944 créa toutes les protections sociales,qui irritent tant à droite,institua entre autres la nécessité de l'indépendance des médias..etc! osera-t-il aussi réclamer leur liquidation(terme de sinistre mémoire d'ailleurs!).A l'heure qu'il est et il y a urgence,l'heure n'est pas à dénicher les convergences posssibles entre centristes et "socialistes", l'heure est au front républicain sans exclusive et à la résistance active.Merci,Quitterie encore plus charmante dans la révolte,d'ouvrir cet espace de convergence,même passager!

Écrit par : alain gautier | 30 avril 2007

bien vu "ami de jean torchet"

je n'aimerais pas etre dans la peau d'un pro sarko qui va voter blanc ; pas trop insoutenable comme posture ?

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

J'aimerais dire aux militants UMP qui commence a transpirer qu'un/une electeur(rice) de l'UDF est libre.

Que nous ne votons pas sur ces calculs du style nombre de ministres ou parlementaires, mais sur des valeurs de sociétés, des valeurs de fond, des conceptions de la nation et de la démocratie.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

Le Débat Corinne Lepage - Bruno Rebelle conclusion :
http://www.dailymotion.com/da93/video/x1uomw_corinne-lepage-rebelle-extrait

Pour le débat dans son intégralité :
http://www.segoleneparis.fr/node/2941

@ Quitterie
Merci pour la discussion d'hier sur le marché Blanqui et votre choix personnel.

Écrit par : Richard... | 30 avril 2007

Avec l'actuelle situation des scores

Tout vote blanc = vote sarko.

Il faut le savoir.
Sinon Mendes France disait « Gouverner c’est choisir »

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

durant des mois le PS a autant critiqué Bayrou et Sarkozy.

Aujourd' hui ils débarquent bien gentiment

Je n' aime pas les faux amis. Ceux qui vous tendent la main un jour après vous avoir giflé!

vous êtes pathétiques certains ici. Vous changez de veste dès que vos interêts en on besoin.
Aucune fierté , aucune morale, aucune éthique.

Écrit par : n oublions pas | 30 avril 2007

@ n'oublions pas

La France et l'Angleterre se sont fait la guerre pendant mille ans puis elles ont fait l'entente cordiale. La France et l'Allemagne se sont fait trois guerres puis elles ont fait l'Europe. Il faut savoir déposer les fusils.

Le combat de l'union nationale reprendra aux législatives. En attendant, chacun est devant sa conscience.

Écrit par : oublions | 30 avril 2007

@ n'oublions pas
si, je crois qu'on a de la morale et de l'éthique, en tout cas on en a assez pour nous rendre compte qu'il est de notre devoir d'évoluer . certains au ps c'est vrai campent sur leurs positions, comme mélenchon et jospin. mais d'autres essayent de changer parce que nous pensons qu'il en est de notre responsabilité.
mais le plus intérressant reste l'après élections: est ce que nous pourrons batir des ponts entre nos partis?

Écrit par : daquin | 30 avril 2007

@prevalli

tout vote Royal=fin du parti centriste

Le vote blanc sera répresentant des francais qui ne désirent ni l' un ni l' autre . Et il y en a beaucoup :)

Écrit par : francois | 30 avril 2007

@oublions @daquin

il fallait y penser avant de vous appercevoir que vous aviez besoin des voix du centre pour faire élir votre Ségolène.

Vous êtes comme je l' ai dit pathétiques car vous changez de veste à la DERNIERE minute.

Vous n' êtes jamais venu nous parler avant sauf pour nous agresser avant le 22 avril.

Je n' oublierais pas ainsi que beaucoup d' autres.

Les alliances avec le PS ont toujours été en faveur de ce dernier.

Actuellement le centre se désagrège. Les futurs ministrables du PS tiennent à leur siège et les têtes pensantes de l' udf retournent à droite tandis que l' électorat vase scinder en 3.
Grosse erreur d' appeller à voter pour un candidat, on se retrouve dispersé.

Écrit par : n oublions pas | 30 avril 2007

Michael Silly : c'est Hervé Torchet, pas Jean.

Écrit par : un ex-ami d'Hervé Torchet | 30 avril 2007

@ daquin

totalement en phase avec toi ; et même au delà des bonns volontés qui existent au sein du PS et de l'UDF (Verts, UMP écoeurés par la droite dure et violente...) ; créons les passerrelles bon sang de bon soir !!!

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

@ n'oublions pas
je n'appelle pas à voter ségolène, ce choi vous le faites en âme et conscience et nous n'y changerons rien. j'expère simplement un dialogue ,après les élections, parce que aujourd'hui les critiques que peut faire l'udf sur le ps me semblent plus juste que les insultes que nous recevons de part et d'autre. et pour ma part avant le premier tour je n'ai été sur aucun blog, ps udf ou ump. par contre je comprends votre gène devant l'arrivée des militants ump et ps.

Écrit par : daquin | 30 avril 2007

@ ami d'hervé torchet

oups désolé !

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

Pour Ségolène Royal et contre Nicolas Sarkozy


Pour, parce que Ségolène Royal porte la parole et la promesse d'une gauche qui a appris de ses échecs et de ses divisions, qui s'est remise en cause, réinventée et renouvelée. Son pacte présidentiel, sa campagne participative et ses engagements socialistes l'ont montré : elle incarne une France qui ne renonce ni à ses valeurs sociales ni à ses ambitions démocratiques, une France en mouvement, ouverte et créative. Pour, parce qu'elle place la question sociale au centre de ses préoccupations, soucieuse du sort des travailleurs et opposée à l'oligarchie financière. Parce qu'elle s'engage sur une rénovation profonde de nos institutions, mettant fin à l'abus de pouvoir présidentiel et restaurant la démocratie parlementaire. Parce qu'elle représente une France nouvelle, féministe et écologiste, métissée et universaliste, protectrice et dynamique. Parce qu'elle veut une République de tous et de chacun(e), associant l'intérêt général au droit des minorités, combattant toutes les formes de discrimination, soucieuse du sort des autres et de la paix du monde.

Contre, parce que Nicolas Sarkozy incarne une droite durcie et radicalisée, sous le poids de l'extrême droite, de ses peurs et de ses haines. Sa campagne, ses excès et ses provocations l'ont montré, comme l'avait déjà illustré sa virulence au sein de son propre camp face à ses rivaux. Ses discours opportunistes et ses promesses fallacieuses ne sauraient faire illusion : tout lui est bon pour conquérir le pouvoir. Et tout lui sera bon pour le garder. Car nous le savons d'expérience : tant que nos institutions n'auront pas changé, l'Elysée restera un fortin inexpugnable. Confier la présidence de la République à un tel démagogue, c'est donc prendre le risque d'une confiscation durable du pouvoir au profit d'une caste, d'une bande ou d'un clan. Contre, parce que, loin d'apaiser les crises dont souffre la France, l'élection de Nicolas Sarkozy les aggraverait. La crise sociale d'abord, parce qu'il entend donner beaucoup plus à ceux qui ont déjà trop, augmenter les privilèges privés et réduire les solidarités publiques. La crise politique ensuite, parce qu'il veut renforcer le pouvoir présidentiel, se donner les pleins pouvoirs au détriment de tous les contre-pouvoirs. La crise identitaire enfin, parce qu'il a une vision ethnique, communautariste, voire religieuse, de la politique, celle-là même qui nourrit le désastreux choc des civilisations.
Aux électeurs du Parti communiste et de l'extrême gauche, qui portent une exigence sociale et internationaliste, aux électeurs des Verts et de José Bové, qui portent une exigence écologiste et altermondialiste, aux électeurs de François Bayrou, qui portent une exigence démocratique et éthique, aux électeurs de droite et du centre, qui portent une exigence de sérieux et de modération, nous disons que seule l'élection de Ségolène Royal peut garantir l'ouverture de ces possibles et le dialogue de ces espérances, dans le respect de leur diversité.
Voter contre Nicolas Sarkozy, c'est éviter le péril d'une France en guerre contre elle-même, en conflit et en crise, divisée et déchirée.
Voter pour Ségolène Royal, c'est faire le pari d'une France réconciliée avec elle-même, en dialogue et en ouverture, élevée et apaisée.

Signataires : Marc Abélès, anthropologue, Gabriel Aghion, réalisateur, Paul Alliès, politiste, Louis Astre, syndicaliste, Raymond Aubrac, Marc Augé, anthropologue, Jean-Pierre Azéma, historien, Jean-Pierre Bacri, comédien, Jeanne Balibar, comédienne, Sébastien Balibar, physicien, Christian Baudelot, sociologue, Guy Bedos, artiste, Samuel Benchetrit, écrivain-réalisateur, Charles Berling, comédien, Carmen Bernand, anthropologue, Dominique Besnehard, producteur, Philippe Besson, écrivain, Mario Bettati, juriste, Didier Bezace, metteur en scène, Luc Boltanski, sociologue, Daniel Borrillo, juriste, Jacques Bouveresse, philosophe, Michel Broué, mathématicien, André Burguière, historien, Marilyne Canto, comédienne-réalisatrice, Arnaud Cathrine, écrivain, Philippe Caubère, comédien, Stéphane Célérier, distributeur, Claude Chambard, écrivain, Noëlle Châtelet, écrivain, Monique Chemillier-Gendreau, juriste, Patrice Chéreau, metteur en scène, Christine Citti, comédienne, Albert Cohen, mathématicien, Catherine Corsini, réalisatrice, Constantin Costa-Gavras, réalisateur, Pierre-Louis Curien, mathématicien-informaticien, Olivier Delbosc, producteur, Robert Delpire, éditeur, François Dubet, sociologue, Bernard Faivre d'Arcier, ex-directeur du Festival d'Avignon, Cynthia Fleury, philosophe, Antoinette Fouque, psychanalyste, Gérard Fromanger, peintre, Françoise Gaspard, sociologue, Julie Gayet, comédienne, Christian Gilain, historien des mathématiques, Christophe Girard, producteur, Jean-Yves Girard, mathématicien, Christine Gozlan, productrice, Anouk Grinberg, comédienne, Etienne Guyon, physicien, Françoise Héritier, anthropologue, Stéphane Hessel, ambassadeur de France, Liêm Hoang-Ngoc, économiste, Angélique Ionatos, musicienne, Jean Jamin, anthropologue, Catherine Jeandel, océanographe, Philippe Joutard, historien, Axel Kahn, généticien, Cédric Kahn, réalisateur, Marcel-Francis Kahn, médecin, Sam Karmann, comédien-réalisateur, Camille Kouchner, juriste, Julia Kristeva, psychanalyste, Catherine Lamour, journaliste, Nicole Lapierre, sociologue, Armelle Le Bras-Chopard, politologue, Michèle Leduc, physicienne, François Luciani, réalisateur, Dominique Méda, sociologue, Eric Michaud, historien de l'art, Jean-Pierre Mignard, avocat, Marc Missonnier, producteur, Ariane Mnouchkine, metteur en scène, Sarah Moon, photographe, Jeanne Moreau, comédienne, Janine Mossuz-Lavau, politologue, Georges Moustaki, musicien, Gérard Noiriel, historien, François Ozon, réalisateur, Michelle Perrot, historienne, Christine Petit, biologiste, Thomas Piketty, économiste, Evelyne Pisier, juriste, Marie-France Pisier, comédienne, Denis Podalydès, comédien, Michèle Ray-Gavras, productrice, Natacha Régnier, comédienne, Joël Roman, éditeur, Jean-Paul Scarpitta, metteur en scène, Fabienne Servan-Schreiber, productrice, Philippe Sollers, écrivain, Marc Soriano, acteur-auteur, Dan Sperber, philosophe, Maria Stavrinaki, historienne de l'art, Benjamin Stora, historien, Bernard Stora, cinéaste, Martine Storti, écrivaine, Pierre Tambourin, biologiste, Bernard Teissier, mathématicien, Sylvie Testud, comédienne, Alexandre Tharaud, pianiste, Irène Théry, sociologue, Philippe Torreton, comédien, Pierre V. Tournier, démographe, Jacques Treiner, physicien, Lucette Valensi, historienne, Eliane Viennot, historienne, Daniel Vigne, réalisateur, Fabienne Vonier, productrice, Emmanuel Wallon, sociologue, Patrick Weil, historien, Lambert Wilson, comédien.

Site : www.appel6mai.net

Écrit par : virginie2 | 30 avril 2007

@ michael silly
RDV après les élections alors?
au moins sur internet, comme ça on sera hors d'un esprit partisan...

Écrit par : daquin | 30 avril 2007

@ michael silly
RDV après les élections alors? comme ça on sera sorti de l'esprit partisan pour avoir un dilaogue serein!

Écrit par : daquin | 30 avril 2007

N'oublions pas. Votre argumentaire tient debout, sauf qu'il est haineux et amer et comme centriste depuis peu (première carte en 2007) j'avais plutôt l'impression qu'on se souciait de l'intérêt général plus que de son égo, au centre.
D'ailleurs, c'est à quoi Mme Delmas nous invite avec cette très belle vidéo : l'idéal. Sachons lever le front, contempler l'idéal. Et ensuite, avec sérénité, faire un choix. Le ni droite ni gauche est-il pertinent pour le 2d tour ?
Est-ce céder au système que de trancher pour l'un ou l'autre camp ?
Ca, ce sont de vraies questions. Pour le reste, comme chantait Piaf, "je me fous du passé".

Écrit par : hector | 30 avril 2007

http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-903572@51-822961,0.html

Interview aujourd' hui dans Le Monde de S Royal

Je voterai S Royal! Avec Sarko, nous n' existons plus!

Virginie2

Écrit par : virginie2 | 30 avril 2007

@ daquin

il faut commencer dès maintenant ; hors internet me parait effectivement plus simple

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

Le parti centristre ne disparaitra pas avec le vote blanc au 2éme tour.
Mais il disparaitra si les electeurs centriste ne votent pas Parti Democrate aux législatives.

Arrétez avec cet intox.

On vote pour un idéal pas pour un appareil.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

@ Virginie 2,

As tu vraiment besoin de l'appui de "celebrites" pour faire ton choix?! Il est ou l'esprit libre dans tout ca?!

Écrit par : Laurent | 30 avril 2007

Ségolène Royal a déclaré au quotidien Le Monde que Dominique Strauss-Kahn "pourrait être un très bon Premier ministre".

"Un homme talentueux et imaginatif"
"Dominique est présent à mes côtés à sa demande et je m'en félicite. C'est un homme talentueux et imaginatif. Il pourrait être un très bon Premier ministre, si tel est mon choix", dit-elle dans cet entretien que le quotidien publie lundi.

La candidate socialiste à l'élection présidentielle a déjeuné la semaine dernière avec l'ancien ministre de l'Economie, qui avait été, avec Laurent Fabius, son rival malheureux dans la course à l'investiture présidentielle du PS à l'automne dernier.

Accord de gouvernement avec Bayrou
Dans le même entretien, Ségolène Royal redit qu'elle ne s'interdit pas de prendre François Bayrou comme Premier ministre si elle est élue et de sceller un accord de gouvernement avec toutes les composantes d'une majorité présidentielle.

La candidate socialiste précise qu'il y aura des accords de désistement aux élections législatives en juin si le dirigeant centriste rejoint sa majorité présidentielle. "Si une majorité présidentielle se constitue, ainsi qu'un gouvernement, il faudra un accord entre organisations pour constituer une majorité parlementaire, capable de mettre en oeuvre le pacte présidentiel", explique-t-elle.

Selon elle, c'est aujourd'hui à François Bayrou de se définir. "S'il vient sur la majorité présidentielle, il fera partie de la majorité présidentielle. Comme toutes les autres forces politiques qui ont appelé à voter pour moi", dit-elle.

Priée de dire si, à ses yeux, le Parti socialiste est prêt à de tels accords, Ségolène Royal répond : "C'est la dynamique politique qui va le définir. Là, je construis une majorité présidentielle dans la cohérence, la clarté, le respect des partenariats et les valeurs du progrès économique, social et écologique."

Écrit par : Virginie2 | 30 avril 2007

@ virginie2

Je trouve le ton de cet article combinard. Étant donné que le Parti Démocrate pourra se maintenir dans au moins 200 circonscriptions au 2e tour, je trouve que Mme Royal devrait raisonner autrement.

Je serais très surpris, surtout dans ces conditions, que François Bayrou vienne dans sa majorité. Ce qu'il fera, il ne le devra qu'à lui-même, comme le dit joliment Quitterie.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

RÉSISTER C'EST CRÉER, CRÉER, C'EST RÉSISTER. Je me permets de le réécrire, car on a quelque peu tendance à perdre cette phrase de vue au milieu de la mêlée électorale... ;-)

Cordialement, :-)

Hyarion, démocrate résolument anti-sarkozyste.

Écrit par : Hyarion | 30 avril 2007

je rappelle que le vote blanc n'est as reconnu. DOnc voter blanc, en l'état actuel du droit, c'est voter pour celui (ou celle) qu'on ne veut pas, car ça revient à ne pas donner sa voix à celui (ou celle ) qu'on veut
Résister, c'est créer, et pour créer il faut choisir
Le discours de FRançois Bayrou n'a jamais relevé du ni-ni. Sinon, il n'aurait jamais parlé de rassemblement. Le centre ce n'est plus ce que beaucoup imaginent: un rassemblement de falots qui hésitent en permanence.
Le choix ne nous fait pas peur. Choisir au deuxième tour entr le pire et la moins mauvaise, ce n'est pas se ranger dans un camp pour les cinq ans à venir, c'est tout simplement dire à certains: quel message voulez vous porter, un message républicain, non dénué de libéralisme et de souci social, ou un discours autoritaire qui se rapproche dezs idées du FN?
Demain Le Pen parle, on verra si après son intervention certains seront toujours aussi heureux dêtre derrière Sarkozy, "bien accompagnés".

Écrit par : Philippe | 30 avril 2007

@ philippe

La question est : Le Pen s'emploiera-t-il à dégommer Sarko pour lui reprendre l'électorat perdu ou le confortera-t-il ?

Si lui aussi il vote blanc, autrement dit s'il ne prend pas parti, c'est qu'il soutient Sarko.

Alors il est indéniable que les électeurs centristes devront réfléchir.

Je dis ça tout en rappelant que je suis d'accord avec Quitterie.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

Bonjour Quitterie,

bel outil de débats, ce blog, mes félicitations pour son animation !

Philippe TOUZEAU-MENONI
touzeau-menoni@wanadoo.fr

Écrit par : PTM | 30 avril 2007

J'ai trouvé la phrase de JMBigard hier très méprisante pour les centristes. C'est le vrai visage de l'UMP, Union pour le Mépris du Peuple et des 7 millions d'électeurs de Bayrou. La politique n'est pas une partie de tennis entre gens qui en ont les moyens, mais une activité dont la matière est la vie des gens de jour en jour.

Écrit par : Bigard | 30 avril 2007

Dimanche prochain, la meilleure alliée de Nicolas Sarkozy sera l'ABSTENTION...

Ne déconnez pas, votez pour la France.
Votez Ségolène Royal !

Écrit par : Vali | 30 avril 2007

http://www.marianne2007.info/-Sarkozy-et-Moi-,-un-documentaire-corrosif-inedit-sur-le-Net_a1127.html

Pour comprendre le système Sarkozy...

Le choix n' est pas entre le PS et l' UMP! C' est dépassé depuis hier soir avec le discours de Bercy

Le choix c' est la Démocratie ou le Totalitarisme

C' est tout

Virginie2

Écrit par : Virginie2 | 30 avril 2007

@Philippe : "discours autoritaire qui se rapproche dezs idées du FN?"

A qui sert le FN ? au PS, non?

Pourquoi des électeurs vote FN ?
peut être parce qu'il aime pas Sarko ?
peut etre en ont il marre que rien ne change dans leur vie en mieux ?

les électeurs FN vont ils voter Sarko, pas sur ?

Mais dite pas que Sarko et Le Pen c'est pareil, c'est bien sur faux.
Sarko était ministre d'état, a t il enlever la liberté de penser et de parler à quelqu'un ?

Attaquer Sarko sur son programme : oui trés bien.
Mais faire des comparaisons ces pas trés politique.

Beaucoup de françaises et français ont peur de l'avenir ? il est là le probleme.
Que doit on leur dire : on peut rien faire ?
ou bien nous avons la possibilité de faire beaucoup ensemble pour une societe socialement uni pour aider les plus faibles d'entre nous.

Les entreprises vont elles arreter de délocaliser et de licencier si on vote Sarko ?
Si Ségo est élu, toutes les entreprises vont elle quitter la France ?

La force de travail c'est qui : toi moi nos amies, collegues c'est ni sarko, ni sego.

Allez retroussons nos manche, prenons notre battons de pelerins et allons dire à tous, que rien n'est gagné mais qu'ensemble humblement nous pouvons changer nos vies.

Bon courage à toutes et tous.


PS : Si Sarko est élu, qui va quitter la France ? (Johnny Halliday ??? ou vous et moi )

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

@Virginie2 : "Totalitarisme"

Le totalitarisme qualifie les systèmes politiques dans lesquels l'État a absorbé la société civile et ceux où l'idéologie de l'État est transfigurée en dogme imposé aux intellectuels et aux universités[1].

L'État, relayé par le parti unique, exerce en ce sens un contrôle total sur la société, la culture, les sciences, la morale jusqu'aux individus mêmes auxquels il n'est reconnu aucune liberté propre d'expression ou de conscience.

L'expression totalitaire vient du fait qu'il ne s'agit pas seulement de contrôler l'activité des hommes, comme le ferait une dictature classique, mais aussi leurs pensées en leur imposant l'adhésion à une idéologie. À la contrainte physique s'ajoute celle du dogme.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Totalitarisme

Vous croyez vraiment que Sarko va controler quelque chose si il est élu président.
Je pense qu'il sera soumis au grande multinational bancaire comme depuis si longtemps, non ?

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

Normal que quitterie vote Royal, elle est trop jeune pour avoir subi les affres du PS quand il était au pouvoir :)

Écrit par : Fabien | 30 avril 2007

Ok pour Ségolène présidente mais pour quel 1er ministre ?

-Hollande ? beurk
- Strauss Kahn ? déjà vu et trop mouillé dans les affaires
- Fabius ? pareil !

Les francais plébiscitent Borloo et Bayrou ! mais avec Royal aucune chance de les avoir.

Écrit par : Francois | 30 avril 2007

Pour moi, la combinaison n'est pas blanc ou Segolène, ou alors Blanc ou Nicolas.
Il y a le vote pour l'intérêt objectif de notre democratie, rassemblée sur des valeurs humanistes.
MAIS ENSUITE
les législatives où nous devons

Mon raisonnement: 1) faire gagner la France 2) faire gagner nos idées (les deux reviennent un peu au même)
Ségolène Royal présidente + Le Parti Libre et Démocrate à l'assemblée = on gagne parce qu'on est au gouvernement et on prend nos idées en compte
Nicolas Sarkozy + UDF = au gouvernement on aura uniquement les UDF "pas oranges" comme Douste-Blazy, de Robien, etc. Si c'est NS + Parti Démocrate, les ministres UDF feront tout pour nous savonner la planche et nous laminer.

Comparez le mépris de Coppé hier "pas la peine de discuter, les idées de Nicolas Sarkozy sont celles de François Bayrou", avec la réponse de Peillan (?) "Vous devriez peut-être demander à M. Bayrou avant de parler pour lui" -- y'a pas photo. Ils veulent bien de nous à l'UMP, mais seulement si on laisse tomber nos idées et qu'on fait semblant d'avoir les leurs! Si j'avais voulu voter pour les idées de Nicolas Sarkozy j'aurais voté pour lui. Qu'on ne nous fasse pas passer pour qui nous ne sommes pas.

D'après mes amis au PS, Melenchon s'agite pour se donner l'illusion d'exister mais il parait qu'il compte moins que Douste-Blazy chez nous. :-) On le laisse s'agiter. Ce qui compte, c'est que Ségolène Royal est en train de bouleverser la donne et c'est même bon signe que ça fasse grincer au PS: ça veut dire que VRAIMENT on a réussi à faire bouger les lignes.

Voter blanc, c'est donner raison aux "UDF" qui sont allés se fondre dans l'UMP au mépris de notre engagement pour renouveler la politique!

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Dans l' UMP personne ne s' est elevé contre la possibilité de prendre des ministres centristes. Par contre au PS, beaucoup de ministrables se sont déclarés opposés.

En effet, les socialistes font une belle preuve d' ouverture .

En fait ils ouvrent leurs oreilles pendant 2 semaines , viennent discuter gentiment sur les blogs: " oui on est avec vous, super ce que dit Bayrou, changeons tout , vive l' union ". Je caricature mais à peine.
Et au soir du 6 mai, on aura le droit à un nonos puis un beau doigt d' honneur aux legislatives.

Le futur président quel qu' il soit ne sera pas élu par moi :)

Écrit par : Julien94 | 30 avril 2007

Mais comment pouvez vous voter pour Segolene Royal quand on voit tout ce que le PS nous a mis dans la tronche!!!! Un peu de fierte et surtout de constance quand meme !!! Vous croyez vraiment aux belles offres de Segolene Royale et a son futur gouvernement d'union avec l'UDF?! Vous pensez que l'extreme gauche va tolerer ca? Mais ouvrez les yeux!!

Ségolène Royal, le 16 avril dernier, au micro de RMC Info : « Il faut respecter les électeurs. Laissons les électeurs libres sans les embrouiller avec des tractations, des manipulations, des accords dans leur dos et nous verrons entre les deux tours. Toutes ces tractations avant le premier tour sous prétexte de faire un front anti-Sarkozy, ce n'est pas le problème ».

Ségolène Royal, le 20 février, à Rennes : « Ceux qui se disent ni de droite ni de gauche (...) ont toujours fini par tomber du même côté, (...) cherchent à brouiller les cartes de l'élection » ; « Seule l'union des forces de progrès peut permettre de battre la droite ».

François Hollande, le 10 avril, au siège du PS : « Nous ne ferons rien avec Bayrou puisque c'est une variante de la droite ».

François Hollande, le 13 avril, à l'AFP : « Il n'y a pas d'alliance concevable entre la gauche et une partie de la droite ».

François Hollande, le 21 février, à Liévin : « moi je ne connais pas les propositions de François Bayrou, je connais juste sa démarche : ni droite ni gauche pour finir avec la droite ».

Lionel Jospin, le 17 mars, à Lens : « ce que propose M. Bayrou provoquerait une vraie crise politique dans notre pays (...). La proposition politique de M. Bayrou est mort-née (...) » et d'ajouter que François Bayrou « a toujours été de droite ».

Dominique Strauss-Kahn, le 16 mars, à Charleville-Mézières : « Ségolène fait campagne avec 100 propositions (...) François Bayrou fait campagne sans proposition ».

Jack Lang, le 20 février, siège du PS : François Bayrou « est une variante de la droite ».

Jack Lang, le 14 mars, siège du PS : « François Bayrou n'est pas là pour empêcher l'élection de Nicolas Sarkozy mais pour éliminer la gauche ». Il veut « tout le pouvoir pour lui tout seul » en s'appuyant « sur un mouvement de droite, en alliance avec l'UMP ».

Jack Lang, le 13 avril : une alliance avant le premier tour : « est totalement absurde, on ne peut pas concilier l'inconciliable ».

Jean-Louis Bianco, le 13 avril, à Belfort : « aucun commentaire, je ne parle que des choses importantes ».

François Rebsamen, 14 mars, sur LCP, « François Bayrou, candidat du ni ni et de l'immobilisme » et d'ajouter « il n'est pas ni droite, ni gauche » mais « un homme du centre-droit libéral, d'une droite classique ».

Jean-Christophe Cambadélis, 13 avril, par communiqué : « Ségolène Royal ne veut pas d'ouverture au centre ».

Jean-Luc Mélenchon, le 25 avril, sur son blog : « Bayrou, c'est la droite ».

Claude Bartolone, le 20 février, à l'Assemblée nationale : « François Bayrou donne le sentiment d'être le Che Guevara de l'extrême-centre (...) Il faut que nous soyons assez forts pour démasquer cette imposture. Bayrou est quand même celui qui, lorsqu'il a été ministre de l'Education nationale, a voulu démanteler l'école de la République. L'ensemble de ses députés sont élus par des gens de droite et par le désistement de l'UMP ».


Le dossier « argumentaires » du Parti socialiste contre François Bayrou

« Le programme économique et social de François Bayrou est UMP compatible. (...) Il fait l'impasse sur le pouvoir d'achat des salariés et des retraités. (...) En matière de fiscalité seule la baisse de l'impôt de solidarité sur la fortune semble le préoccuper. En réalité, François Bayrou n'a rien d'autre à proposer que ce qui a été fait sous tous les gouvernements de droite (...). De droite en économie, il est également conservateur sur les questions de société. »

« François Bayrou maintient les Français dans le flou d'une construction politique chimérique et dangereuse : « l'union nationale » qui n'est qu'une alliance des contraires. Ce n'est pas une nouvelle donne politique, mais une ligne opportuniste qui nourrit la confusion. »


« L'hebdo des socialistes » du 24 mars consacré à François Bayrou :

« Le programme de Bayrou ? Il se résume en deux mots : libéralisme outrancier. Il tient en trois temps : réduire l'Etat, aider les plus riches, servir les entreprises. Les plus faibles n'ont qu'à se terrer. Le centrisme, c'est ni la gauche, ni la gauche... »

« Bayrou a le même programme que Sarkozy. »

« Bayrou a pour modèle Thatcher et Reagan »

« On ressort de la lecture des deux derniers ouvrages de François Bayrou avec le sentiment de vaste supercherie. »

« François Bayrou, c'est toujours pareil. Ce qu'il dit semble d'abord frappé au coin du bon sens. Et quand on gratte un peu, c'est une immense arnaque. »

« Les deux livres récemment publiés par François Bayrou, sous un populisme patelin, laissent percer une idéologie néolibérale et réactionnaire. »

Écrit par : anna | 30 avril 2007

Cause toujours Anna

Quelle trouille vs avez hein?

Virginie2

Écrit par : virginie2 | 30 avril 2007

Bon sang !

Comprenez bien... Avez-vous vu le sarko-show hier à Bercy ? Ne voyez-vous pas qu'il a danger réel pour la démocratie ?

Toute autre considération serait politicienne. Il f a u t voter Ségolène Royal. Qui peut raisonablement dire le contraire ?

Écrit par : Athan | 30 avril 2007

Gianfranco Fini a rédigé la préface de "Testimonianza" traduction de "Témoignage" de son ami Nicolas Sarkozy.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gianfranco_Fini

Citations [modifier]
"Je crois encore dans le fascisme, oui, j'y crois" (19/08/1989) "Personne ne peut nous demander d'abjurer notre matrice fasciste" (05/01/1990) "Mussolini a été le plus grand homme d'Etat du siècle. Et s'il vivait aujourd'hui, il garantirait la liberté des Italiens" (30/09/1992) "…Celui qui a été vaincu par les armes mais non pas par l'histoire est destiné à goûter à la douce saveur de la revanche… Après presque un demi-siècle, le fascisme est idéalement vivant…" (mai 1992) "Mussolini a été le plus grand homme d'Etat du siècle… Il y a des phases dans lesquelles la liberté n'est pas parmi les valeurs prééminentes" (juin 1994).

Que dire ?!?

Nicolas président
Sego presidente

La betise humaine presidente

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

Petite intervention d'un des soutiens de sarkosy hier.

Le comique Jean-Marie Bigard est l'un des premiers à prendre le micro : «C'est pas la première fois que je viens à un meeting. Moi, j'ai déjà bourré Bercy, et j'ai aussi bourré d'autres trucs la semaine dernière"

Aprés le soutien (foireux) de Charasse et de B. Tapie, de doc Gyneco (qui dés qu'il voit une fille dit tu baises...).

On voit qu'il y a de vrais beaufs misogyne pour soutenir Sarko. Et on les met en avant. Hé bé elle est belle la france qui réussi.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

@ Anna : Merci de rappeler ces "belles paroles" des gentils socialistes toujours prêt à toutes les concessions pour sauver leur salaire de députés et de ministres.

Mais pourquoi ne vont ils jamais travailler vraiment dans la vrai vie comme vous et moi ?
j'ai dit une connerie ?!

vive la liberté

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

@ Philippe
Merci de rappeler que Bayrou n'a JAMAIS prôné le ni-droite ni-gauche, et que PS et UMP l'ont moqué en disant que, ce faisant, il reprenait les phrases de Le Pen. Bayrou a appelé à se rassembler, qu'on soit de droite, de gauche ou du centre, pour travailler ensemble sur un programme de priorités pour la France.
Il n'y a pas si longtemps, tout le monde disait qu'il n'avait pas de programme, maintenant nos deux candidats trouvent que le programme de Bayrou ressemble beaucoup au sien propre : qu'en déduire ?

Si certains sont sensibles à l'avenir de la recherche fondamentale, de la recherche en sciences humaines, ou tout simplement à leur enseignement supérieur en université, voici une déclaration qui m'a fait dresser les poils :
"Vous avez le droit de faire littérature ancienne, mais le contribuable n'a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne". C'est signé le candidat de l'UMP. L'intégralité de l'interview à cette adresse :
http://www.20minutes.fr/article/151848/20070416-France-Le-Pen-ne-m-interesse-pas-son-electorat-si.php

Si l'on veut continuer de pouvoir créer, il va falloir résister encore un moment, car nos universités, notées sur les critères de Shangaï (des gens qui ont décidé de ce que devait être le rôle de l'université), ne paraissent pas très armées pour la politique de la rentabilité. Mais si le candidat de l'UMP a les moyens d'évaluer financièrement la rentabilité d'une université, qu'il me l'explique. L'université sert à former des cerveaux et n'a jamais prétendu former à des métiers. C'est bien gentil de changer le rôle des universités, mais pour ça, il faudrait peut-être associer les gens qui y travaillent aux réformes qu'on veut mettre en place. Et si l'on enlève la recherche aux universités, à qui la confie-t-on ?

Écrit par : Laurent | 30 avril 2007

Anna, c'est un blog de jeunes LIBRES ici. ca signifie avec notre libre-arbitre, notre sens critique. Si tu nous donnes seulement un côté des choses, tu fais de la politique d'opposition alors que nous, justement, nous voulons rassembler.

Donc si tu veux poster tout ce que le PS a dit sur nous, d'accord, c'est de bonne guerre... mais SEULEMENT si tu mets toutes les citations de l'UMP sur François Bayrou à côté.

Je me rappelle de certaines sorties de Nicolas Sarkozy qui font passer le "100 propositions, sans propositions" de Strauss Kahn pour de la confiture. Tu me diras que c'est normal que NS soit un peu plus violent vis-à-vis de nos idées puisqu'il croit qu'on est des traitres, alors que la gauche découvre avec ravissement que le Centre ce n'est pas que l'UDF/filiale de l'UMP, c'est aussi un VRAI PARTI LIBRE, CRITIQUE, ET RASSEMBLEUR derrière François bayrou qui a complètement renouvelé la politique française.

Ce que je vois, c'est que ce renouvellement sans précédent de la vie politique française fait peur à l'UMP qui compte sur le duel "gauche/droite" et qui essaie de dissoudre cette dynamique nouvelle en "captant" les députés UDF -- pour les 'fondre' dans l'UMP comme c'est arrivé à Douste ou à de Robien!
Bon débarras, s'ils sont si pressés de quitter le centre, on fera notre parti d'idées et de rassemblement sans eux, cela renouvellera la vie politique avec des jeunes de toute façon!

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

@ prevalli : "Le comique Jean-Marie Bigard est l'un des premiers à prendre le micro : «C'est pas la première fois que je viens à un meeting. Moi, j'ai déjà bourré Bercy, et j'ai aussi bourré d'autres trucs la semaine dernière"

Merci de raconter cette énorme bêtise populaire que l'on nomme Bigard. Il a des problèmes ce Mosieur avec la sexualité. il faudrait lui expliquer qu'une femme ça se respecte. c'est limite, trés limite.

Pourquoi la droite est elle arrivé si Bas.
et comment Gilles de Robien peut il accepter un tel irrespect des femmes ... ? ... et Mr santini, et Mr Morin, et maurice Leroy ....
Pourquoi pour de l'argent ... ! ... ils sont pas assez riche encore ....

Au secour, La France c'est une histoire d'une civilisation respectueuse de tous des femmes des hommes des minorité.

Je croyait que Sarko se sentait proche de la pensée du Général de Gaulle.
C'est pas trés respectueux ce qu'il a fait hier en parlant des femmes et en utilisant les français pour des matcho en invitant Bigard.

Le peuple français mérite un président qui les respecte, qui respecte les femmes et les hommes.

Unissons nos forces.
Peuple français léve toi !
Vive la liberté et le respect de tous.

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

Laurent, apparemment Sauver la Recherche vient de prendre position sur la question des universités et de la recherche (dépêche de 12h29)
Sauvons la recherche (SLR), fer de lance du mouvement des chercheurs depuis 2004, s'était refusé à donner une consigne de vote. L'association a franchi le pas, estimant, explique son président, le mathématicien Bertrand Monthubert, qu'"il n'est pas possible de faire comme si les deux projets en lice étaient équivalents". Lundi 30 avril, au cours d'une conférence de presse, SLR devait appeler les chercheurs à "utiliser leur bulletin de vote pour sauver la recherche et l'université". En se prononçant sans ambiguïté en faveur de Ségolène Royal.


"Même si son projet est perfectible, Ségolène Royal dessine une ambition renouvelée pour ces secteurs, explique M. Monthubert, alors que Nicolas Sarkozy programme leur déclin par des mesures déstabilisatrices." C'est d'abord le programme du candidat UMP en matière de recherche (Le Monde du 12 avril) qui inquiète SLR, opposé à "une généralisation du financement sur projet, qui donne la priorité à une recherche à court terme sur des thématiques que le gouvernement croit les plus rentables, au risque de passer à côté des grandes avancées scientifiques à venir (…)"

la recherche fondamentale et appliquée doit être une priorité, et c'est vrai que vu d'ici, l'idée de financer projet par projet au lieu d'avoir une politique cohérente semble être une façon d'enterrer la recherche française (sachant qu'une découverte majeure peut prendre cinq, dix ans, il suffti de se rappeler des scientifiques qui passent à la télé et qui disent "en 1987 j'ai commencé.. en 1995 j'ai trouvé...et c'est pour ça qu'en 2007 on..."!) Ceci dit je ne sais pas ce que SR propose, qui sait?

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Mr Sarkozy, vs êtes inculte!
Mr Sarkozy est un inculte absolu!

1- Les nouvelles méthodes pédagogiques qu' il dit issues de mai 68 sont nées bien avant: Freinet/Montessori et d'autres et elle étaient appliquées bien plus qu' aujourd' hui

2- Il est lui même un enfant de mai 68, un "pur" produit (avec Glucksman par exemple)

3- L' éducation nationale et ses programmes sont issues du programme du CNR, Conseil National de la Résistance. Eh oui Mr Sarkozy! Il faut lire de temps en temps!

Vs ne voulez pas liquider l' esprit de 68! Vs voulez une France vichyste

C' est tout!

Ségolène Royal sera élue Présidente de la République, Mr Sarkozy.

C' est un fait certain

Au revoir Mr.

PS: je me rendrai à Charléty en T shirt orange. Sans l' ombre d' un souci. Exister, on peut avec S Royal!

Écrit par : virginie2 | 30 avril 2007

Est-ce que vous discutez du concert à Charlety? Moi j'aime quasiment tous les chanteurs et ce serait une occasion pas trop ... barbante... d'entendre un peu ce que l'autre a à dire (elle est censée parler, entre Bénabar, Cali, Noah, et Têtes Raides). Mais je me sentirais, au minimum, obligée de porter un tee-shirt orange. Et vous?

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Quelqu'un a-t-il la liste des députés ralliés à Sarko et ayant de surcroît annoncé leur décision d'entrer dans l'UMP ?

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

avant d'entrer dans la Résistance, camarades ...

Convenons ensemble que ni le programme économique de Ségolène, ni celui de Nicolas n'ont de chance de réussir si la croissance n'atteint pas les 2.5 %.
Or les USA viennent de plonger en récession sur le 1er trimestre ...

Le programme fiscal et social de Nicolas est un "non dit" scandaleux : "On ne peut plus sauver tout le monde ! les rentiers et les actifs d'abord ! "
On ne peut pas laisser les plus faibles sur le bord du chemin pour sauver ce qui reste de croissance en laissant croire qu'il sont responsables de leur sort ... qui sait si ce ne sera pas mon tour un jour ou celui d'un des miens ?

Si l'on doit en baver 15 ans, faisons les comptes, ne gaspillons rien, n'abandonnons personne et investissons en priorité sur nos jeunes. Si certains sont tentés par un sauvetage individuel, ne le retenons pas ... la Suisse c'est par là !

Ne laissons plus personne faire joujou avec nos libertés comme ce fût le cas durant 5 ans. La prison n'est pas une solution. Les enfants ne sont pas une menace. Les familles d'étrangers qui refusent 11 000 euros de prime au retour partagent l'essentiel de nos valeurs, restent pour donner un avenir à leurs enfants et sont donc bienvenus!

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

Salut Tzarrible Quitterie de la Constellation de l'Astre,

J'ai pensé comme ça, à une neuve forme de plat de résistance de la politique, et ça s'appelle : l'écriture.

Franchement c'est l'éclate ! et quand en plus on destine ça à des yeux comme l'étreinte.

Par ailleurs...

Ségolène Royal a rejoint Demian West sur Myspace.

Écrit par : Demian West | 30 avril 2007

@Lou

cela vaut le coup d'assister une fois à un meeting du PS, j'ai assisté avec ferveur à ceux de François mais ce n'est pas vraiment pareil.
En plus Ségolène progresse énormément ...
Seul truc, évite les MJS, ils sont arrogants et prétentieux !

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

Oui je serais a Charlety avec ma délicieuse femme

Je porterais aussi un T Shirt orange (pas marqué Bayrou car j'en ai pas).

Et je serais fier ce 1er Mai d'être avec vous tous, pour une france de dialogue, de construction pragmatique et de solidarité active.

Aupravant j'irais me recueillir au mur des fédérés au pére lachaise dans la section des résistants.

A bientôt, chers camarades.
Et aprés le 6 mai votons pour le parti orange aux législatives.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

je serai aussi à charletty en t-shirt orange

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

@ Video Meliora : merci merci et encore merci de ce message

Oui, milles fois oui nous avons besoin de tout le monde le pauvre, le riche, l'immigré, le "gaulois".
Ne nous laissons pas aller.
Le peuple de France, Le peuple de Monde compte sur notre grandeur, notre honneté, notre humilité, notre générosité, nous avons tous a y gagner.

Gagner quoi ? un monde plus beau plus uni plus en accord avec se Nature éternelle c'est à dire la joie la paix la danse la fête.

Vite, vite ce monde n'attend pas rejoignez nous ....

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

à propos des tee-shirts oranges ...
j'étais en tête du service d'ordre du meeting de ségolène à Lyon et j'en ai croisé quelques uns . Je leur ai serré la main et leur ai souhaité : "Bienvenu aux Démocrates" ce à quoi ils me répondaient tous à peu près :
"- rejoignez-nous !"
"- dès que vous organiserez des meetings de cette ampleur Camarade!"

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

@ Lou

Merci.

Un parti politique, ce sont trois éléments :

- une doctrine
- des élus
- des militants

Sans élus, un parti n'est qu'un cercle d'idées.

Sans doctrine, un parti n'est qu'un appareil de pouvoir.

Sans militants, un parti ... peut vivoter.

Accessoirement (lol), il faut aussi des électeurs.

L'enjeu du second tour, pour Bayrou et son équipe, c'est de maintenir sa dynamique électorale pour obtenir un nombre d'élus suffisant aux législatives.

Ce n'est pas cynisme, mais raisonnement.

Dimanche 22, je pensais que Ségo n'avait aucune chance. Aujourd'hui, je crois qu'elle en a une au contraire et ça me soulage.

@ Quitterie

Et toi, tu t'orangises, pour Charléty ?

Faut-il transformer un vote personnel en soutien affiché ?

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

@Lou

SLR a pris parti pour Royal officiellement avant le premier tour (pour ne pas dire dès sa création !!!). C'est un mouvement qui s'est créé sur une dynamique antigouvernementale. Et je dis cela sans porter de jugement. C'est juste un fait. Et je ne peux pas leur donner tort car à l'époque, la réforme qui était prévue était scandaleuse.
Malheureusement, elle a commencé d'être appliquée et je ne crois pas que Royal veuille l'arrêter. On a créé l'Agence Nationale de la Recherche, qui finance des projets sur 5 ans, autant dire de petits projets. Rien qu'en sciences dures, un tel financement ne veut rien dire. Alors, en sciences humaines, où l'on étudie longuement avant de publier (parfois à tort ou à perte, mais pas toujours), 5 ans, ça passe très vite, sauf si l'on a quelques menus projets qui relèvent plus de la création de bases de données, si utiles qu'elles soient, que de la recherche. C'est un bon moyen pour financer des post-docs, mais ça en reste là !

Ce qui m'inquiète autant, c'est la volonté affichée de fermer les filières "non rentables" faute de débouchés. On n'a jamais étudié le grec pour trouver du travail dans le domaine, sauf les quelques-uns qui deviennent profs... de français, puisuq e l'on supprime les classes de latin et de grec au fur et à mesure dans les établissements, au nom de l'égalité : si tel lycée n'a pas de prof de grec, alors personne ne doit en avoir. A qui veut-on faire oublier les racines gréco-romaines de l'Europe, la civilisation qui a inventé la philosophie, la démocratie, qui a rationnalisé le savoir, la civilisation qui a inventé le droit, les civilisations qui ont fondé les principes de l'art architectural universellement reconnus. Et je passe sur leur littérature, mais je crains que le candidat de l'UMP ne l'ait pas lue de fond en comble ! ni la candidate du PS, d'ailleurs... Bayrou, lui, l'a lue ;-)
Cela dit, la CFDT avait pris les mêmes positions, en disant qu'il suffisait qu'on se batte pour sauver des filières en perdition alors que d'autres sont à créer. En gros, les vieux dans les maisons de retraite, en attendant la mort. Place aux choses nouvelles. Circulez, il n'y a plus rien à voir. Laissez les morts enterrer leurs morts...
C'est un discours d'uniformisation et de renoncement que je n'aime pas, d'abdication à la société de rentabilité et de profit qui me donne la nausée.

Écrit par : Laurent | 30 avril 2007

Virginie2 - il a dit ça sur 68 N.Sarkozy? Et personne n'en a parlé au JT????
Franchement on étudie tous la période au lycée, on a des parents et grands-parents - eh bien quand on leur parle on comprend que ce qui se passait alors serait inacceptable de nos jours et que c'est un progrès. D'accord les étudiants dans la rue ont bien deliré, mais sinon c'était: brimades sur tous les élèves (y compris privation de nourriture et coups); des tenues très régimentées (les pantalons interdits pour les femmes par exemple, les chaussettes obligatoires pour les élèves-filles au lieu de collants); la non-mixité!!!; la majorité à 21 ans, avec les garçons qui n'ont pas le droit de rencontrer les filles sans chaperon et horaires réglementés dans les résidences universitaires, oui, A LA FAC on surveillait les filles!; des classes à 45-50; les enfants (moins de 21) qui n'ont pas le droit d'exprimer un avis ou de faire un achat personnel; les filles qui devaient systématiquement s'effacer devant les garçons, considérées comme des "auxiliaires" et non des individus (par exemple on m'a dit que les filles qui voulaient faire médecine étaient dirigées vers des études d'infirmière parce que docteur était un métier trop dur pour elles); l'accomplissement d'une fille c'était si elle se mariait avec quelqu'un de plus riche que son père et qu'elle avait beaucoup d'enfants; on opérait les bébés sans anesthésie et on pensait que la douleur 'servait' au malade; les préservatifs étaient illégaux; le viol n'était pas un crime mais l'homosexualité oui; quand on a légalisé la pillule un député a dit que ça le dépossédait de son droit fondamental!
(J'ai eu à faire des entretiens avec des gens qui étaient jeunes à l'époque et même si la majorité bossait et donc n'a pas vraiment fait 68 comme dans les images, ils ont plein de souvenirs. Ce qui comptait pour eux cétait les accords avec les ouvriers, plus que les étudiants. Ah oui, à l'époque on bossait très tôt... et ils le regrettaient, ne voulaient pas ca pour leurs petits-enfants.)
De nos jours c'est INIMAGINABLE comment on vivait à cette époque.
Alors d'accord les jeunes ont bien déliré voire pété un cable, mais c'est grâce à eux qu'on peut voter à 18 ans, qu'on a la mixité à l'école, le début de l'égalité entre les hommes et les femmes...
quant aux nouvelles méthodes pédagogiques, Montessori je croyais que ça datait de la 1e guerre mondiale et que c'était des écoles privées pour enfants riches, donc je ne vois pas le rapport avec l'école publique de maintenant. Enfin, passons....

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Quitterie, tu es formidable, et je ne serais pas étonné de te voir à de hautes responsabilités plus tard (où est-ce bientôt ? ;-) ).

Personnellement, j'ai voté Bayrou et UDF depuis 1995. Depuis ce temps, l'UDF n'a de cesses que de me trahir aux second tours des élections. Ainsi, aux européennes de 2005, après avoir totalement critiqué la politique du gouvernement dont faisait partie Copé, n'ai-je pas vu Monsieur Santini se prononcer en sa faveur au second tour ?

Vous me direz, cela n'est pas nouveau, car pour exister, le centre a eu besoin des voix de la droite depuis les années 80. Nous avons fait notre campagne sur le dépassement de la fracture qui nous séparait avec la gauche. J'ai convaincu bon nombre de voisins, amis, parents, passants de voter Bayrou pour qu'enfin émergent une alternative aux idéaux ultra libéraux d'un côté, et neo marxites de l'autre. Aujourd'hui encore, je me sent plus que trahi, et c'est avec dégoût de la politique que je m'exprime à présent au sujet du second tour.

Tour à tour, les députés UDF annoncent qu'ils votent Sarkozy, comme si une fatalité les poussent à croire qu'il s'agit là pour eux de leur seule chance de subsister à l'Assemblée Nationale. Quel courage politique ! Quel sens de l'intérêt général ! Quel respect des électeurs ! Plus que jamais, notre position de parti indépendant est menacée par Sarkozy et les siens. Et comme le dit si bien François Bayrou, Sarkozy veut le pouvoir pour lui et les siens. Nous allons entrer à coup sûr dans ce que l'on appelle une ère de néo dictature, comme l'ont connu les Etats-Unis avec Bush, ou précédemment l'Italie avec Berlusconi. Nicolas Sarkozy va étouffer le débat politique en France, par une main mise totale sur l'ensemble des pouvoirs, à l'Assemblée Nationale, avec l'UDF de Robien, au Senat, où il possède déjà la majorité absolue des sièges, dans les médias par une frapante amitié avec les plus grands groupes de presse, dans les sphères financières par des amitiés interessées. Avant tout, je ne diabolise pas Nicolas Sarkozy, que je ne considère pas comme un dictateur. Mais comme pour l'Italie ou les Etats-Unis, nous savons tous que, sans contre-pouvoir réel, un pays dirigé par un seul homme et son entourage va dans une impasse.

En ce qui concerne notre discours, je suis plus qu'attristé de constater que nous sommes en train de dégonfler le ballon sur le terrain. Cela s'explique finalement par le manque de clarté de François Bayrou en ce qui concerne ce second tour. Je ne lui en veux pas, parce que nous devons assumer notre électorat de gauche comme de droite. Simplement, il est un fait que nous avions basé notre discours sur une ouverture à gauche. Nous visions la seconde place, face à Nicolas Sarkozy, et dans laquelle nous aurions évidemment fait appel à cette gauche pour gagner. Cette hypocrisie est malheureusement mal vécue par un grand nombre d'électeurs de François Bayrou, qui perçoivent son discours de ne pas prendre parti comme un desenchantement. Finalement après avoir cru à la possibilité d'un dépassement du clivage, il s'avère que le clivage est plus que présent. J'ai apprécié personnellement la main tendue de Ségolène Royal. C'est pourquoi d'ailleurs je m'apprête à voter pour elle, même si je reste lucide sur les faiblesses de son programme économique, et de réduction de la dette.

Jusqu'à présent, le président préside, le gouvernement gouverne. Dans l'action et si nous y sommes associés, un gouvernement de centre gauche pourra tout à fait conduire une politique moins coûteuse. Il est pour moi incontestable que Royal est à l'écoute du pays tout entier, et pour moi, le fait qu'elle puisse changer de discours n'est pas un aveu de faiblesse. François Bayrou n'a-t-il lui même pas changé dans certain de ses discours ? Changer, c'est reconnaître que l'on n'a pas réponse à tout, et que parfois, il faut faire des compromis. Présider et gouverner avec tout le monde, ce n'est absolument pas le désir de Nicolas Sarkozy. Il est vrai que pour des motivations libérales, je me laisserais tenté par le vote Sarkozy. Cependant, il m'apparaît clairement aujourd'hui qu'il souhaite la fin du centre indépendant, la fin des modérés, l'alignement sur sa politique, sa vision de la France. Et cela je ne peux le tolérer. D'autres parts, sur tous les autres thèmes comme l'Europe ou encore la santé, la sécurité, je suis plus en phase avec Mme Royal qu'avec Mr Sarkozy.

Evidemment, je ne me fais pas d'illusion à ce stade. Simplement, je tiens à dire que même si tu as une voix importante, je te trouve bien seule, Quitterie, sur le paysage UDF à poser clairement que beaucoup d'entre nous s'apprêtent à voter Royal pour des motivations claires et lucides. Cela pénalise notre action sur le terrain, en préparation des législatives, et cela est bien dommage.

Personnellement, je pense que c'est la dernière fois que je m'engage avec l'UDF quoi qu'il arrive. Je suis désabusé par le comportement des députés UDF totalement négligeant de l'électorat qui s'est exprimé en faveur de François Bayrou aux présidentielles. Pas question non plus pour moi d'appartenir à un parti démocrate qui ne donnerait pas non plus clairement un message en faveur de Royal au second tour. Car même si nous laissons la liberté de choix, nous savons tous pertinemment, que voter blanc c'est laisser Sarkozy gagner, c'est négliger l'intérêt général et la survie d'un courant centriste indépendant.

A bientôt je l'espère
Romain
Militant UDF 91

Écrit par : Romain | 30 avril 2007

@ Lou

J'ai entendu dire beaucoup de bien de Montessori.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

c'est pas très motivant pour la suite ...
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-903646@51-902911,0.html

Écrit par : aja | 30 avril 2007

@ video meliora

Donc le PS n'explosera pas et tout ça est du flan pour nous enfumer. Donc je vote blanc.

Écrit par : attentif | 30 avril 2007

Bayrou devrait présenter un questionnaire argumentaire avant le débat de mercredi.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

Conseil National de la Resistance : reprendre le flambeau
Le Conseil national de la Résistance est l'organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis politiques hostiles au gouvernement de Vichy à partir de mi-1943.
Son premier président fut Jean Moulin, délégué du Général de Gaulle. Ce Conseil était voulu par De Gaulle afin d'unifier les différents mouvements de résistance qui s'étaient spontanément constitués depuis la défaite et son appel du 18 juin 1940, le lendemain de la demande d'armistice par le Maréchal Pétain.
Parmi les mesures envisagées et appliquées à la Libération, citons la nationalisation de l'énergie, des assurances et des banques, la création de la Sécurité Sociale, l'indépendance des syndicats. Ces actions ont constitué jusqu'à aujourd'hui une grande partie des acquis sociaux de la seconde partie du XXe siècle qui, hélas, ont été grignotés ces trente dernières par une politique économique ultra-libérale soumise à la loi de la piraterie financière internationale.
Parce que cette bataille est toujours d’actualité, quelques vétérans de ces mouvements de résistance ont à nouveau lancé un appel, 60 ans après.
A nous de reprendre le flambeau.

Voici cet appel :

" CREER, C'EST RESISTER. RESISTER, C'EST CREER "

Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l'héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et soeurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n'a pas totalement disparu et notre colère contre l'injustice est toujours intacte.
Nous appelons, en conscience, à célébrer l'actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d'accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s'éteigne jamais :
Nous appelons d'abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l'anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des "féodalités économiques", droit à la culture et à l'éducation pour tous, presse délivrée de l'argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd'hui de l'argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l'Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l'ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l'actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.
Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations, institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau "Programme de Résistance" pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l'intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales.
Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l'amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n'acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.
Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : "Créer, c'est résister. Résister, c'est créer".
Signataires : Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant et Maurice Voutey.
Voir aussi la version vidéo

Le programme du Conseil National de la Résistance (1945) : lien

Écrit par : virginie2 | 30 avril 2007

La pédagogie Montessori, créée en 1907 par Maria Montessori, est une méthode d'éducation dite ouverte, par rapport aux méthodes dites fermées ou traditionnelles, telle que l'enseignement mutuel. Sa pédagogie est expérimentale, plutôt qu'idéologique, dans le sens que c'est l'observation de l'enfant qui amène l'éducateur à poser les gestes appropriés pour favoriser son apprentissage.

http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dagogie_Montessori

Écrit par : julien94 | 30 avril 2007

Merci videomelora.

Hervé: On a des militants, on a une doctrine. Pour les députés qui nous quittent, tu veux dire qu'on n'a presque plus d'élus de l'UDF, mais on trouvera des nouveaux, c'est tout. Le renouvellement de la vie politique, c'est aussi ça. Enfin je veux croire, pour notre démocratie, que la manoeuvre de Nicolas Sarkozy apparaitra de façon transparente: essayer de nous étouffer, de priver François Bayrou de ses soutiens pour qu'il n'ait pas de députés, et empêcher, encore une fois, le débat démocratique. Et donc j'espère que cela se retournera contre lui le 6 mai!

Je préfère qu'on existe à côté de Ségolène Royal (surtout que si elle est élue présidente je crois qu'on a de grandes chances d'avoir quantités de députés Alliance Démocrate à l'Assemblée) plutôt que réduits au rôle de faire-valoir de l'UMP qui nous demanderait de renoncer à nos idées et de faire amende honorable,puis nous écraserait au rouleau-compresseur.

Egalement, j'ai trouvé cela - je trouve la dignité et la retenue de François Bayrou exceptionnelles.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-903646@51-902911,0.html

Alors, on comtera les tee-shirts orange demain à Charlety? :-)

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

1968 : Les trente glorieuses pour les patrons !
Ils ont lâché la quatrième semaine de congés payés, une augmentation du smic de 25 %... ils ne se sont pas remis.
Et Sarko nous parle de revanche ! Il a la rancune tenace ou il veut laver l'affront fait à ses aïeux ?

"Les accords de Grenelle ont été négociés les 25 et 26 mai, en pleine crise de mai 1968, par les représentants du gouvernement Pompidou, des syndicats et des organisations patronales. Parmi les négociateurs figurait Jacques Chirac, alors jeune secrétaire d'État aux Affaires Sociales.

Les accords de Grenelle, signés le 27 mai 1968, aboutissent essentiellement à une augmentation de 25 % du SMIG et de 10 % en moyenne des salaires réels, ainsi qu'à une baisse du temps de travail (44 h par semaine). Ils prévoient aussi la création de la section syndicale d’entreprise, actée dans la loi du 27 décembre 1968."

Écrit par : Vali | 30 avril 2007

@ romain

Je pense comme toi, néammoins .. attends aprés le débat, je crois en toute honnéteté que l'on a jamais été si proche de ce que tu espére (oublie les députés).
J'espére encore que FB donnera son opinion personnelle.. et je pense .. que quitterie se sentira moins seule.

Cependant si FB ne dit pas clairement son choix. Oui effectivement je ne voterais pas Parti Démocrate, car pour moi il faut qu'un leader de sa trempe assume de trancher. Un peu comme il l'a fait en votant la censure courageusement. On ne peut rester "nulle part" ou "ailleurs".
Mais il le fera j'en suis convaincu, car c'est un homme courageux.

Salutations démocrates et républicaines

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

Un exemple, récente, de la pensée Sarkozienne..qui laisse quand même à réfléchir,
est-ce uniquement des propos de campagne (qui filent au vent..) ou veut il
sérieusement les appliquer ?

Jean

Nicolas Sarkozy persiste et signe.

Il propose, dans la continuité de l’action qu’il a mené pendant cinq ans, d’amplifier la logique du « Pacte pour la recherche » avec une généralisation du financement par projet, ce qui signifie donner la priorité à une recherche à court terme sur des thématiques que le gouvernement croit les plus rentables, au risque de passer à côté des grandes avancées scientifiques à venir et de sacrifier des disciplines sans applications industrielles, mais pourtant essentielles pour l’intelligence du monde dans lequel nous vivons.").

Pour information également, nous avons beaucoup de sources confirmant que Sarkozy a un projet de loi sur l'enseignement supérieur dans ses cartons, qu'il veut sortir pendant l'été. Ce qui suit montre bien le danger de sa logique politique, un utilitarisme destructeur, et un profond mépris pour la culture.

-----------------------------------

Communiqué de la Maison des écrivains

Dans le journal gratuit "20 minutes" du 16 avril, figure une
interview de Nicolas Sarkozy. Entre autres sujets, il y parle de
l'université et prend pour exemple de filière inutile, et qui ne
devrait plus être prise en charge par les fonds publics,
l'enseignement de la "littérature ancienne" :

« Vous vous fixez comme objectif de ne laisser aucun enfant sortir du
système scolaire sans qualifications. Comment comptez-vous parvenir à
cet objectif ?

Par exemple dans les universités, chacun choisira sa
filière, mais l’Etat n’est pas obligé de financer les filières qui
conduisent au chômage. L’Etat financera davantage de places dans les
filières qui proposent des emplois, que dans des filières où on a
5000 étudiants pour 250 places.

Si je veux faire littérature ancienne, je devrais financer mes
études ?

Vous avez le droit de faire littérature ancienne, mais le
contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature
ancienne si au bout il y a 1000 étudiants pour deux places. Les
universités auront davantage d’argent pour créer des filières dans
l’informatique, dans les mathématiques, dans les sciences
économiques. Le plaisir de la connaissance est formidable mais l’Etat
doit se préoccuper d’abord de la réussite professionnelle des jeunes. »

http://www.20minute s.fr/article/ 151848/20070416- France-Le- Pen-ne-m-interesse-pas-son-electorat-si.php

Ne prenons pas à la légère ces déclarations du candidat de l’UMP.
Pour lui, l’Etat n’a pas à assumer le prix de la culture.

Son jugement sur le « plaisir de la connaissance », opposé à
l’utilité ou à la rentabilité érigées en principe politique,
manifeste une ignorance et un mépris dangereux qui menacent le socle
de toute société démocratique.

Il avertit les artistes et les
penseurs, nous écrivains, en particulier, du sort qu’il réserve à la
culture, la littérature au premier chef, et à leur transmission par
l’Education nationale

Tous les chefs d’Etat, jusqu’ici : Charles De Gaule, Georges
Pompidou, François Mitterrand comme Jacques Chirac ont, chacun à leur
manière, exprimé leur attachement à l’héritage intellectuel et
artistique qui fonde l’identité française.

Ils ont écrit, se sont
revendiqués de la poésie, du roman, de l’art.

Dans le contexte déjà alarmant que dénonce notre Appel Filières
littéraires, une mort annoncée ?, la gravité de cette déclaration ne
peut nous laisser d’illusions. Elle engage la communauté littéraire
et éducative à se mobiliser.

26 avril 2007

Écrit par : Marsipulami | 30 avril 2007

Note aux députés de l'UDF:

Les 18% se sont portés sur Mr Bayrou et non sur vous ou sur Mr de Robien.

Vous n'auriez rien pesé politiquement sans lui. Merci de ne pas l'oublier.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

Tout le monde le sait que la poesie c'est pas rentable.

Vite mettons Bigard à la NRF !

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

@ Marsipalumi

Il est vrai que quand on est soutenu par Bigard et toute sa finesse, on ne peut guère espérer représenter aussi l'élite intellectuelle.

Écrit par : un ami d'Hervé Torchet | 30 avril 2007

@ Lou

Combien de députés ?

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

prevalli: François Bayrou est un homme courageux - la preuve c'est qu'il continue son combat pour rénover la politique, qu'il ne se laisse pas "inféoder" par l'UMP ou par le PS, qu'il accepte de discuter avec Ségolène Royal, et j'ai bien aimé qu'elle lui reconnaisse, elle a dit "il a du cran" et face à Nicolas Sarkozy il en faut avec toutes les pressions qu'il a mises sur nos députés, je n'imagine pas une seconde qu'il n'a pas tenté des menaces et des cajoleries envers François Bayrou. C'est que NS se dit "sans parti, FB ne pourra rien aux législatives" - ce qui serait aussi la mort de notre mouvement.
François Bayrou a résisté aux pressions sarkozystes car c'est un homme sincère, intègre et droit. (C'est pour cela que je suis devenue "orange".) Je crois qu'il en est de même pour Ségolène Royal, au-delà des idées strictement politiques, et c'est pour cela que FB a accepté le dialogue. D'ailleurs il était courtois voire amical: on sentait bien le respect mutuel malgré les divergences. (Je l'ai écouté et de mon point de vue subjectif, il y avait moins de divergences qu'on ne l'a dit au journal de France 2.)
Ségolène Royal/Nicolas Sarkozy, pour les centristes, ce n'est pas choisir entre la peste ou le choléra, c'est choisir entre un rhume des foins d'un côté et la peste (brune) pour la France PLUS le choléra (on est laminés par l'UMP).
Je signale que François Bayrou a dit quelque chose comme "je ne donnerai pas de consigne de vote mais je peux dire pour qui moi personnellement je vais voter". Sûrement après le débat du 2 mai. En tous cas, c'est clair que lui ne votera pas pour Nicolas Sarkozy, donc il votera soit blanc soit Royal. Et dans les circonstances présentes, voter blanc c'est comme aider Sarkozy à nous éliminer de la vie politique, c'est comme donner raison à ces députés UDF qui ont rejoint l'UMP (je ne crois pas qu'il y en a dans mon coin mais je ne voterais pas pour eux!), c'est comme trahir l'espoir qu'il a fait naitre en nous.
François Bayrou ne nous trahira pas et nous n'avons pas le droit de douter de son courage.

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

@attentif

Je n'ai pas dit cela.
Le PS explosera parce il doit le faire au prochain congrès ... ses fissures sont des failles et même une éventuelle solidarité gouvernementale ne pourra l'éviter.
Croire qu'en un jour un jeune Parti Démocrate pourra lancer une OPA sur les socdems, fort bien mais comment ?
D'abord les socdems croient en un compromis social et n'adhéreront qu'à un parti de masse où ils pourront débattre avec l'ensemble du corps social (yc des CFDT).
Donc si le nouveau Parti démocrate est un parti d'élus, de notables, de csp+ voire d'étudiants cela ne suffira pas. Il lui faudra aussi des sections populaires, d'employés, de fonctionnaires etc ...

Bon travail camarades,
Nos voeux vous accompagnent !

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

@Marsupilami
Je crois que le candidat de l'UMP n'aime pas la culture, sauf si elle rapporte de l'argent. Pour lui, c'est fait pour la distraction, pour les gens qui ont du temps à perdre, mais en aucun cas il n'imagine que ça puisse participer du bonheur de l'Homme, individuellement ou collectivement. Que la culture et l'éducation ont pour rôle de faire grandir l'Homme et de l'amener à être un être accompli, à s'ouvrir au Bien, au Beau. Peut-être aurait-il vraiment dû étudier les lettres anciennes, et la littérature en général, il y aurait certainement découvert ce qui lui manque : les idéaux humanistes... Peut-être devrait-il passer plus de temps à admirer les oeuvres d'art. Le Beau tire l'Homme vers le haut.

Écrit par : Laurent | 30 avril 2007

Faute de parti de masse,

Vous les jeunes, commencez par vous organiser en essayant d'être le plus ouverts possibles autour de thèmes fédérateurs (demandez une liste à Quitterie ... ses causes sont honorables).

Regardez du côté des Jeunes Radicaux de gauche mais évitez de vous frotter aux MJS.

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

Je n'en doute pas.

J'attends.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

Hervé: on en avait 29, dont 11 vraiment UDF et les autres à moitié phagocytés par l'UMP.
Il nous en reste 9.
Mieux vaut 9 VRAIS, des convaincus - on présentera de nouveaux candidats Alliance Démocrate face à eux et ils seront écrasés. Je suis même prête à discuter avec le PS sur ça.... Je pense qu'on a des chances sans accord avec le PS mais là où c'est nécessaire on peut faire au cas par cas. (Je vous choque peut-être?)
A l'UDF aussi on n'apprécie pas les lâcheurs, être centriste orange ça ne veut pas dire être mou.
Plus que tout, je veux qu'on en finisse avec le système Sarkozy qui donne une si mauvaise image de notre parti.
Vous savez que Lellouche a dit "vous ne serez pas nos harkis?" Déjà le choix du terme c'est super insultant pour les harkis, en gros pour M. Lellouche c'est un synonyme acceptable de "supplétifs" ou "larbins" ou je ne sais quoi, enfin c'est clair que Lellouche ne faisait pas un compliment... et pour nous aussi!
J'espère fortement que ces députés qui font honte à nos idées ne nous représentent pas maintenant, et ne nous représenteront plus en juin!

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Le discours de Nicolas Sarkozy sur Mai 68, "une démarche de réaction", selon le PS
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 30.04.07 | 16h48 • Mis à jour le 30.04.07 | 17h03

L'attaque en règle de Nicolas Sarkozy contre "les héritiers de Mai 68", les accusant, dimanche 29 avril, lors de son meeting à Bercy (Paris), d'avoir détruit les valeurs et la hiérarchie, ne sont visiblement pas du goût de tous et lundi, des réactions assez vives se sont fait entendre.

Côté politique, la gauche a fustigé les propos du candidat de l'UMP, François Hollande en tête. Le premier secrétaire du Parti socialiste a estimé que Nicolas Sarkozy mène "une démarche de régression, pour ne pas dire de réaction", ajoutant que "ce n'est pas la société de demain que prépare Nicolas Sarkozy (...) c'est la société d'hier ou d'avant-hier". Dressant un portrait à charge du candidat de l'UMP, le premier secrétaire du PS l'a qualifié de "candidat de la régression, du bilan, du statu quo, de l'injustice" mais aussi "de l'incantation".

Le député européen Daniel Cohn-Bendit (l' un des 1ers à avoir appelé à tendre la main au centre de F Bayrou) a estimé de son côté que "parler de liquidation de Mai 68, c'est du bolchevisme", jugeant "incroyable ce terme stalinien, bolchevique, de 'liquidation'". "Si on veut un bolchevique au pouvoir en France, eh bien : Sarkozy !" a-t-il lancé.

MAI 68, "UN NOUVEAU BOUC ÉMISSAIRE"

Le député européen socialiste Henri Weber, qui fut comme M. Cohn-Bendit l'un des leaders de Mai 68, n'a pas non plus apprécié les propos de M. Sarkozy, qui "a trouvé un nouveau bouc émissaire : après les immigrés, les fonctionnaires, c'est Mai 68 qui est désormais responsable de tous les malheurs de la France !" Pour ce proche de Laurent Fabius, la "campagne de la droite" contre Mai 68 a "deux objectifs" : "en finir avec le modèle social français" et "revenir à l'ordre moral répressif et à l'exercice autoritaire du pouvoir qui prévalaient avant le soulèvement de mai".

Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) rallié à Ségolène Royal, a également estimé dimanche que le candidat UMP "ferait mieux de balayer devant sa porte avant de donner des leçons de morale dont Mme Royal n'a rien à cirer".

"J'ai participé aux événements de Mai 68, a rappelé de son côté Jack Lang, conseiller spécial de la candidate socialiste. Cela a été un moment de libération dans un pays qui à l'époque était relativement claquemuré. Mai 68 a été un moment où se sont affirmés des droits nouveaux dans tous les domaines", a-t-il déclaré. "En même temps, donner à penser que la gauche d'aujourd'hui serait une gauche qui détruirait les valeurs, qui serait favorable au désordre, c'est se moquer du monde, c'est jouer avec la réalité. C'est une fois de plus un discours de tromperie, d'imposture", a-t-il ajouté.

"L'AUTORITARISME DE PÉTAIN"

La communauté enseignante est également montée au créneau, lundi. Le fondateur des IUFM (instituts de formation de maîtres), Philippe Meirieu, a estimé que "ce que Nicolas Sarkozy dit sur l'autorité ressemble au discours de Pétain, avec un retour à l'autoritarisme, à une forme d'obéissance arbitraire fondée sur la force et non sur la compétence", a-t-il souligné. "Liquider Mai 68, c'est un recul inquiétant de la démocratie : c'est mettre en place un dispositif dans lequel l'autorité ne se discute pas, or l'autorité démocratique, par essence, se discute", a-t-il ajouté.

Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, principale fédération de l'éducation, a pour sa part qualifié les propos de M. Sarkozy de "discours idéologique" qui sous-entend un "retour à un âge d'or qui n'a jamais existé". "L'école de Jules Ferry était une école de tri social extrêmement forte. On se donne l'illusion qu'avant on formait bien tout le monde alors que c'est totalement faux", a-t-il ajouté.

"C'est toujours la même procédure, il y a derrière tout cela, non pas un discours de compréhension du système éducatif, mais un discours de la nostalgie qui fait froid dans le dos. Ce n'est pas en stigmatisant qu'on comprend l'évolution de la société" a également déclaré Patrick Gonthier, secrétaire général de l'UNSA-Education.

Écrit par : virginie2 | 30 avril 2007

Une petite question, a l'ump ils ont crée un blog udf avec ump.

Qui va créer un blog les oranges avec les roses ?

Celà urge.

Écrit par : prevalli | 30 avril 2007

@Lou

Je n'aime pas plus les traîtres que vous mais n'oubliez pas qu'un repenti convaincu vaut mieux que 10 exclus.

Je suis triste mais si sarkozy échoue, il faudra peut-être leur remettre le marché en main pour les Législatives. L'Alliance Démocrate n'a pas vocation à être une cellule crypto-extrême-centriste. Des élus servent à fournir une logistique au Parti. Plus d'élus veut dire plus de relais locaux, plus de locaux, plus de moyens. Et vous avez un Parti à construire.

Si Sarkozy gagne, ils seront ligotés et contaminés dans une UDF canal historique (puisque, les 3 lettres appartiennent à Hervé de charette). Vous pourrez les combattre aux législatives !

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

@ Lou

Rien ne me choque. 9 députés ne font pas un groupe à l'assemblée, mais c'est un socle.

La première chose, c'est de retrouver un score aux législatives comparable à celui de la présidentielle. Compte tenu d'une participation moindre, disons 6 millions à 6,5 millions d'électeurs. On sera financés en partie sur ce nombre de voix et ce sera une grande sécurité pour la suite, faire vivre notre combat.

Ensuite, il faut des élus. L'Alliance démocrate des libres ne pourra peser dans le débat démocratique que si le parti du président n'a pas à lui seul la majorité absolue.

Dans ce cas de figure, il faut une centaine de députés. Est-ce réaliste ?

Je connais la phrase de l'abominable Lellouch, honteux plagiaire et faux intellectuel, qui s'en est excusé auprès de la "communauté harkie", rappelant au passage à ceux qui en doutaient que Sarko = communautarisme. Ce gars-là n'est pas républicain.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

@prevalli

"Qui va créer un blog les oranges avec les roses ?"

Quitterie sert à cela pour l'instant.

ce blog udf-ump ne publie que certains messages
ai essayé plusieurs recadrages en baissant d'intensité,
chaque fois le modérateur m'a éliminé !
Sarko et Raffarin lui ont offert une paire de ciseaux toute neuve !
règle N°1 : ne pas copier l'adversaire.

Organisez votre Parti, ses valeurs, ses thèmes et ses blogs, nous y interviendrons !
promis !

Vous pouvez aller poster sur la Blogosphère, je vous y invite ...

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

Votons Royal et fesons nous boufer aux prochaines élections. Déjà que l' ump est entrain d' exploser

Écrit par : Valerie | 30 avril 2007

@prevalli
Votre ennemi ce n'est pas le vote blanc, c'est l'abstention, la déception et la démobilisation. regroupez-vous, comptez-vous, organisez-vous !
(il n'empêche que le vote blanc ne fait pas l'affaire de ma candidate mais bon, c'était la règle, je la respecte)

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

Le PS ne demande absolument pas à l' UDF de renier ses valeurs! Ce serait d'abord absurde, ensuite inconvenant!

Le choix n' est pas: PS ou UMP!!! Mais DEMOCRATIE ou TOTALITARISME!!

_________________________________

Voilà pourquoi il faut voter pour Ségolène Royal ( Lundi, 30 Avril 2007)

Les instituts de sondages désignent Nicolas Sarkozy vainqueur de l’élection présidentielle. Si leurs pronostics ont été fiables au premier tour, ceux du second tour, plutôt défavorables à Ségolène Royal, pourraient bien être déjoués... pour de bonnes raisons.

Le Président de l'UMP l'a vraiment en travers de la gorge ! Alors qu'il a été écarté du second tour, François Bayrou joue les troubles-fêtes et poursuit sa campagne électorale comme si de rien n’était. Lui-même et Ségolène Royal affichent leur volonté de rénover la politique ; les deux leaders ont commencé à le faire avant même le verdict du 6 mai, en misant sur le dialogue pour trouver des convergences susceptibles de rassembler le plus grand nombre de Françaises et de Français. Incontestablement, cette démarche d’ouverture – même si elle n’aboutit pas à un ralliement de François Bayrou à Ségolène Royal – ringardise Nicolas Sarkozy qui se retranche dans son bastion UMP qui ne représente, finalement, que 31% de l’électorat. Eh oui, il est important de rappeler que 69% des électrices et des électeurs de ce pays n’ont pas voté pour lui, le 22 avril dernier.
Nicolas Sarkozy a beau évoquer les grands principes de la Ve République pour condamner le débat «anticonstitutionnel» (1) qui s’est instauré entre Ségolène Royal et François Bayrou, ces derniers ne s’en soucient guère, et pour cause : la candidate socialiste et le Président de l’UDF aspirent à l’instauration d’une VIe République.

Le bilan insignifiant du numéro 2 du gouvernement

A aucun moment, sur aucune chaîne de télévision, face à Arlette Chabot, Christine Ockrent, PPDA… Nicolas Sarkozy n’a eu à rendre de compte sur son bilan personnel et sur celui du gouvernement sortant dont il était numéro 2. «Ce bilan n’est pas le mien !» a-t-il eu le toupet de soutenir devant les caméras de France Europe Express dernièrement. Un petit retour en arrière s’impose donc !
Ministre de l’Economie et des Finances, Sarkozy n’a pas respecté sa promesse, pourtant annoncée à grand tapage médiatique, d'imposer aux patrons de la grande distribution une baisse des prix à la consommation. Il n’a pas non plus relancé l’économie, pas plus qu’il n’a fait baisser le chômage qui flirtait avec les 10% quand il était en fonction à Bercy. Ministre de l’Intérieur, ses propos irresponsables ont déclenché les plus importantes émeutes urbaines que la France a connues depuis Mai 68. Enfin, en qualité de Président de l’UMP, Nicolas Sarkozy a soutenu le CPE, bien qu’il s’en défende aujourd’hui. Il a même été jusqu’à initier sur le site Internet de l’UMP une pétition de soutien à Dominique de Villepin. Voilà une bien curieuse façon de se démarquer de l’action du Premier ministre !
Croissance en berne, taux de chômage qui place la France en queue de peloton européen, stagnation du pouvoir d’achat, délocalisations industrielles massives, crises du logement et du CPE, révolte des banlieues, scandales politico-industriels (affaire Clearstream, déconfiture d’Airbus…), accroissement de la dette publique, déficit commercial record… le bilan plus que quelconque de l’action gouvernementale est bien à mettre au passif de Nicolas Sarkozy, numéro 2 du gouvernement sortant, Président de l’UMP, le parti qui détient aujourd’hui tous les leviers des pouvoirs exécutifs (au gouvernement) et législatifs (à l'Assemblée nationale).
Et s'il est élu, avec qui Nicolas Sarkozy compte-t-il gouverner la France ? Avec la plupart de ceux qui ont été ou qui sont toujours aux affaires : les Fillon, Devedjian, Copé, Hortefeux… et pourquoi pas les de Villepin, Raffarin, Breton ? Le candidat UMP nous assure qu'il fera demain ce que SA majorité et SON gouvernement n'ont pas mis en œuvre entre 2002 et 2007. Pourquoi avoir tardé ?

L’homme des slogans réducteurs et caricaturaux en guise de programme

Non, monsieur Sarkozy, les Françaises et les Français ne veulent pas «travailler plus pour gagner plus» ! Des millions d’entre eux (les chômeurs et les travailleurs contraints à une activité réduite) veulent tout simplement travailler ! Et ceux qui sont en poste aspirent avant tout à être convenablement rémunérés pour le travail qu’ils effectuent. La question de savoir s’ils PEUVENT travailler plus se posera quand la machine économique sera relancée, ce que n’a pas réussi le gouvernement dont vous avez été ministre de l’Economie et des Finances.

«Les chômeurs ne seront plus indemnisés s’ils refusent le travail qu’on leur propose», menace le candidat de l’UMP qui feint d’ignorer que la quasi totalité des chômeurs et des travailleurs contraints à une activité professionnelle réduite (26 heures par semaine par exemple) aspirent à trouver un emploi à plein-temps. Pensez-vous vraiment qu’il est possible de vivre avec 14 ou 15 euros par jour, le montant du RMI ou de l’ASS ? Croyez-vous qu’on se satisfait sans difficultés de 57% de son salaire brut quand on relève de l’assurance-chômage après un licenciement ?
En sous-entendant que les chômeurs refusent de travailler, Nicolas Sarkozy fait injure aux millions de Françaises et de Français victimes du sous-emploi. Chaque année, le chômage brise des milliers de vies professionnelles, des milliers de vies de famille et hypothèquent l’éducation et l’avenir d’autant d’enfants.

Nicolas Sarkozy : Un favori campé sur des propositions rétrogrades

En caressant l’ambition d’accéder à la Présidence de la République depuis des années (et pas seulement quand il se rase), Nicolas Sarkozy a relégué son adversaire au rôle d’outsider. Et ce rôle est parfaitement tenu par Ségolène Royal qui se retrouve au second tour d’une élection, alors qu’elle ne pouvait l’imaginer il y a un peu plus d’un an. La candidate socialiste doit sa place en finale à une popularité qui ne fait que se renforcer à sa gauche mais également à sa droite.
De son côté, le candidat de l’UMP, qui se prépare à cette échéance depuis près de 4 ans, a fait le plein de ses voix au premier tour, 31% des suffrages, en empiétant très largement sur les plates-bandes du Front National. Son programme gravé dans le marbre s’oppose à toute rénovation de la vie politique, en s’arc-boutant sur le régime de la Ve République qui a fait son temps (notre Constitution a été adoptée en 1958, il y a près de 50 ans). Pourtant une large majorité de Françaises et de Français (entre 75 et 78%, selon les sondages publiés en 2005 par Le Figaro et Le Parisien) aspire à cette rénovation de notre démocratie dont le dysfonctionnement le plus criant est le manque de représentativité de l’Assemblée nationale. Dans une démocratie moderne, il est INACCEPTABLE que 30% des électeurs (ceux de l’UMP) disposent d’une majorité absolue au Parlement. Cela sous-entend qu’une «minorité» s’adjuge le pouvoir législatif, c’est-à-dire la faculté de voter des lois qui s’appliqueront aux 70% restants. Et vous, Nicolas Sarkozy, vous voulez perpétuer ce déni de démocratie ! Ne vous offusquez pas alors que Ségolène Royal et François Bayrou envisagent la vie politique sous un tout autre jour, celui d’une plus juste représentation des Françaises et des Français qu’instituera la VIe République inscrite dans leurs programmes.
Sur ce principe de rénovation démocratique, Ségolène Royal a toutes les chances de rassembler la majorité des Françaises et des Français qui y aspirent. La candidate socialiste est donc en capacité d’élargir son enracinement populaire ; la marge de manœuvre de Nicolas Sarkozy est réduite aux seuls voix de Le Pen et de Villiers, et à celles des députés UDF qui ont fait l’erreur HISTORIQUE de se rallier à sa candidature.

Et enfin, surtout, il y a Ségolène Royal

Ici, sur Rénovation-démocratique, nous n’avons pas fait de cadeau à la candidate socialiste qui n’a pas jugé utile de nous recevoir, alors que ce site est édité par une des associations les plus actives sur les thèmes du chômage (2) et de la rénovation de la vie politique (3).
Après des débuts hésitants, Ségolène Royal a su, au fil des semaines, imposer sa griffe dans la campagne électorale. En quelques mois, elle a acquis une stature que l’on ne soupçonnait pas chez elle. Son sourire de circonstance est moins figé et plus naturel ; sa communication électorale s’est effacée au profit de ses convictions ; son regard est plus profond, intraitable aussi dès qu’il s’agit de neutraliser les arguments adverses et les questions pièges (comme on a pu le constater lors de ses dernières prestations télévisées sur TF1 et France2). Ces six derniers mois, Ségolène Royal a pris le temps d'affiner son programme alors que son adversaire n’a fait que rabâcher ses slogans trompeurs, voire mensongers.
Et puis, et ce n’est pas rien, la plupart des pays du monde, et notamment les pays européens : l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne…, attendent de la France qu’elle désigne une femme de la stature de Ségolène Royal à la tête de l’Etat. Ce serait en soi une Révolution au regard de notre fâcheuse propension au machisme politique inscrite dans des siècles d'Histoire de France.
Enfin, Ségolène Royal soutenue par Dominique Voynet, José Bové et, semble-t-il maintenant par Nicolas Hulot, est mieux entourée que Nicolas Sarkozy pour répondre à l’urgence écologique du XXIe siècle.

Pour toutes ces raisons, Ségolène Royal doit l’emporter le 6 mai prochain. Elle incarne la rénovation de notre démocratie : La seule valeur qui peut véritablement amorcer le renouveau de la France.

Yves Barraud

(1) Qualificatif absurde retenu par André Santini, député UDF rallié à Sarkozy.

(2) Entre 6.000 et 10.000 visites par jour sur notre site Actuchomage.org, des actions retentissantes et exemplaires sur de grands dossier sociaux : «Recalculés de l’Assédic» en 2003/2004, sous-emploi des Seniors, discriminations à l’embauche (déjà deux procès gagnés en 2007), réalité des chiffres du chômage…

(3) Nous militons activement depuis plus de deux ans sur le thème de la rénovation de nos pratiques démocratiques. Arnaud Montebourg, Julien Dray, François Bayrou et tant d’autres que nous avons rencontrés, comme Nicolas Dupont-Aignan (ex-député UMP), peuvent en témoigner.

Écrit par : Bob | 30 avril 2007

@ valérie

Tout le monde ne pense qu'à dépouiller Bayrou de ses électeurs, sauf quelques-uns de ses rares amis. Il n'y a clémence à attendre ni de droite ni de gauche. C'est ce que le monde politique a de moins sympathique : chacun pour soi.

Écrit par : Giscard | 30 avril 2007

Ceux qui copient des pages entières d' articles manquent cruellement d' intelligence. C' est gavant et on n' a franchement pas envie de se taper 200 lignes de propagande politique !

Merci de plus les poster sur ce blog ou créez vous votre blog pour les soumettre au peuple !

Écrit par : maxime | 30 avril 2007

@ vidéo méliora

Honnêtement, j'ai l'impression d'une entreprise d'enfume de l'UDF qui s'est étalée sur toute la campagne. La stratégie, c'est 1988 : comme le PS a besoin de voix centristes pour passer au 2d tour, il organise toute une intox pour diaboliser l'adversaire et réaliser ensuite avec des ralliements individuels un dépouillement en règle du centre lui-même. Pas joli joli, votre affaire.

Écrit par : déjà déçu de ségo | 30 avril 2007

Ce blog est infesté de propagande Socialiste ! AU SECOURS

Écrit par : Mitterand | 30 avril 2007

@Hervé Torchet

Les legislatives sont une organisation plus gourmande en énergie qu'une Présidentielle.
Vous aurez des candidats partout,
1) il faudra les connaître et les faire connaître d'abord aux électeurs de Bayrou (les connaissez-vous ?) dans chaque circonscription. Donc réunions d'appartements en notant tous les présents. Puis on prend date pour un "meeting".
2) il faut aussi une cellule de veille des autres candidats. Aller aux meeting et aux réunions des autres pour connaître leurs thèmes, leurs alliés, leurs déclarations. C'est pas le plus drôle !
3) tractage sur les marchés, boîtes au lettres, affichage comme d'hab ! avec toujours la question :"Vous aimeriez le rencontrer ? laisser mois votre nom et votre email, je vais vous organiser cela !"
4) quand on a une trentaine de postulant, on tente une réunion avec toute l'équipe selon les disponibilités de chacun. Comme le candidat ne peut répondre à toutes les questions on promet une autre réunionon se sert du mail ou du site du candidat pour répondre.
5) il faut aussi prévoir des itinéraires de campagne pour le candidat sur l'ensemble de la circonscription pour serrer des mains, repérer les cafés importants et en parler avec le patron, choisir les bons jours pour les marchés.

Bref c'est une campagne de terrain ... pas d'internet !

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

@déjà déçu de ségo

Je ne crois pas à l'enfume !
Le PS n'a jamais rien demandé aux militants de Bayrou et les a officiellement combattus jusqu'au 22 avril.
Le PS ne m'a pas demandé de tracter pour Bayrou, d'aller à ses meeting avec pleins d'amis de droite et de voter pour lui au premier tour.
Depuis le 23 avril, les Bayrouistes doivent choisir NS-BLANC-SR ou s'abstenir.
Officiellement Ségolène a "bousculé" le mur, cela me réjouis, on doit pouvoir parler ensemble mais pas de dimanche prochain car moi, je comprends la posture et la respecte.
Vous êtes potentiellement 6 millions sauf si votre énergie s'arrête là ... ce serait dommage !

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

@déjà déçu de ségo

Le vote Ségolène est déjà un vote contre Sarko à 65 %.
Pour 65 % des sympathisants de gauche, ce n'est pas un vote d'adhesion.
C'est pas une intox mais on n'a rien de mieux à vous proposer !
et si vous ne vous bougez pas pour monter votre alliance démocrate ... vous serez cocu, mais la gauche n'y sera pour rien !

Écrit par : video meliora | 30 avril 2007

Les "Bayrouistes" de plus en plus tentés de voter Royal au second tour

Selon deux sondages LH2 et Ifop réalisés en partie après le débat Royal-Bayrou, la proportion des électeurs du leader centriste au premier tour voulant voter Ségolène Royal au second est en augmentation. Nicolas Sarkozy est cependant toujours donné gagnant dans ces deux sondages.

Deux sondages réalisés en partie samedi, c'est-à-dire après le débat entre la candidate PS Ségolène Royal et l'ancien candidat UDF François Bayrou, et publiés lundi 30 avril, montrent une augmentation du vote socialiste au second tour chez les électeurs centristes du premier tour.

Selon un sondage LH2 pour RMC, BFM TV et 20 minutes, parmi les électeurs de François Bayrou, 55% se reporteraient sur la candidate socialiste, contre 45% sur le candidat UMP (contre 50-50 le 22 avril au soir).

80% des personnes interrogées disent avoir fait définitivement leur choix, 12% ont une préférence marquée pour un candidat tout en pouvant encore changer d'avis, et 8% hésitent encore.
74% des électeurs de Jean-Marie Le Pen choisiraient le candidat UMP le 6 mai, et 26% Ségolène Royal (contre 90-10 au soir du premier tour le 22 avril).

57% des "Barouyistes" derrière Royal selon Ifop

Selon un autre sondage, réalisé par l'institut Ifop à paraître cette semaine dans Paris Match, 57% des électeurs de François Bayrou (+4 par rapport à un sondage du même institut publié samedi) choisiraient Ségolène Royal au second tour, contre 43% (-4) pour Nicolas Sarkozy.
Nicolas Sarkozy l'emporterait au second tour de la présidentielle par 53% (+0,5) des voix, contre 47% (-0,5) à Ségolène Royal, selon ce sondage.
Parmi les électeurs de second tour de la candidate socialiste, 85% se disent sûrs de leur choix, contre 15% qui peuvent encore changer d'avis. Parmi ceux du candidat UMP, la proportion est de 84% et 16%.

Écrit par : greg | 30 avril 2007

@ greg

Donc c'est plié, les centristes peuvent se rabattre sur la pêche à la ligne.

Écrit par : déjà déçu de sarko | 30 avril 2007

http://www.betapolitique.fr/?page=comparotron

N' écoutez plus les sondages IFOP/IPSOS et autres... Tous aux mains de NS

Allez plutôt sur ce lien! Elle va gagner

(J' ai voté Bayrou au 1er tour!)

Greg

Écrit par : greg | 30 avril 2007

Puisque Sarko va gagner, la stratégie est simple : rapprochement entre PS et UDF dans l'opposition, avec accord de désistement permettant au PS et à l'UDF de conserver chacun un nombre suffisant de députés.

Écrit par : fin stratège | 30 avril 2007

C'est génial...plus les centristes penchent pour Ségolène, plus les sondages continuent à penser..Sarko ! -d'ailleurs un traducteur a encore été viré...bravo !-

Peut on sérieusement penser à notre société avec Sarko à la barre ?

Ce sera vraiment très charmant...et là pour pas mal de monde, droite modéré..centre..gauche etc..et l'UMP avec qui va t il gouverner, avec les députés UDF étiquette UMP et...avec le FN ?

Je suis certain que l'on parle beaucoup du président ou de la présidente, avec des médias qui ne pensent qu'à celà, mais..avec quelle majorité législative et sur quel programme pour le pays ?

Ce qui m'étonne est finalement que les citoyens votent..au second tour..sans une vision nette sur le gouvernement qui va en déboucher !

Les législatives seront surement pittoresques..

Écrit par : Marsipulami | 30 avril 2007

@ greg

Seulement, votre calcul aboutit à 600 000 voix d'avance pour Ségo en prenant une participation encore bien plus forte qu'au 1er tour (87%?) donc quasi-inédite, avec un différentiel de 300 000 voix pour Ségo sur ce seul poste, qui me paraît pifométrique.

Y aura-t-il une réaction au gros score de Sarko au 1er tour ? Voire.

Mais pour le reste, je dois reconnaître que vos proportions de reports de voix tiennent debout. Vous sous-estimez le report Bayrou-Ségo et vous surestimez le rapport Le Pen-Ségo, du moins en termes de proportions (vous placez le second à 2/3-1/3 de LePen1ertour, alors qu'il est apparemment plutôt 3/4-1/4, 1/4 étant Ségo), ce pour le moment, puisque Le Pen ne s'est pas encore exprimé.

En tout état de cause, il y a une hypothèse que ce soit serré.

Écrit par : ifop | 30 avril 2007

Et sinon des tee shirts orange à Charlety ?

Outre le discours final de Ségo, y aura plein de bons artistes...et ce sera aussi une bonne récompense pour tous les militants qui se sont acharnés sur Paris, en ont plein les bottes et puis...ça permettra de consolider ou d'infléchir les avis des uns, et des autres.

Écrit par : Marsipulami | 30 avril 2007

Je suis d'accord Hervé: mieux vaut 9 députés avec nous et vraiment avec nous, qu'à moitié UDF et à moitié UMP.
Au fait, à partir de quel moment peut-on s'appeler "Alliance Démocrate"?
J'en ai assez d'être associée à ces lâches.
J'aime même "Alliance arc-en-ciel". François Bayrou est le chef que nous nous sommes choisis, je veux etrenner notre nouveau nom!
Plus sérieusement ça permettrait de faire nettement la différence entre l'UDF (qui va vers l'UMP) et Alliance Démocrate (qui accepte le dialogue avec ceux qui nous respectent - il se trouve qu'en ce moment c'est Ségolène Royal mais s'il n'y avait plus Nicolas Sarkozy, par exemple si leur chef devenait JeanLouis Borloo, on pourrait discuter.)
100 députés Alliance sur 577, oui c'est envisageable - ça fait un score d'environ 20% non? Bon il y a le coup de la proportionnelle - ce n'est pas possible de faire ces élections législatives à la proportionnelle par hasard? Quitte à les faire en septembre même? (Je suppose que c'est impossible de bouleverser le calendrier électoral mais c'est un peu bête. Je suis jeune ;-) )
Enfin j'imagine que si NS est battu à la présidentielle, on peut faire en sorte qu'il y ait un nombre équivalent de PS et d'Alliance à l'assemblée, avec le reste (minoritaire) pour l'UMP. Je serais prête à ce qu'on s'allie pour garantir cela, qui nous permettrait de peser dans la vie du pays!
Personnellement, également, j'apprécie que Ségolène Royal dise qu'elle ne "s'interdit rien" mais je préfèrerais qu'il y ait quelques ministres Alliance sans que François Bayrou ne soit au gouvernement.

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Alors, on converge tous sur Charlety demain avec nos tee-shirts oranges? :-)
ça sera génial de donner nos couleurs au meeting/concert. Je vais me le faire enregistrer, en vérité pour la beauté de l'image je veux beaucoup d'orange mais je voudrais bien qu'il y ait aussi les autres couleurs - vert, rose, rouge - partout tellement imaginez comme ça serait beau?
(Evidemment ça risque pas, vu que le coup des tee-shirts y'a que nous qui y avons pensé, mais enfin)
Et les invités - c'est autre chose que Bigard, Rika Zarai, veronique genest ou Henri salvador!
ça va déchirer!

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Ce grand concert-meeting gratuit baptisé "Pour nous c'est elle" au stade Charléty, dans le XIIIe arrondissement de Paris, accueillera notamment les chanteurs...

Benabar, Cali, Renaud, Georges Moustaki, Yannick Noah, Olivia Ruiz, Michel Delpech, Disiz La Peste, Grand corps malade, Dyonisos, Leny Escudero, Indochine, Kery James, Juliette et les Têtes raides. Mais aussi des comédiens tels Ludivine Sagnier, l'humoriste Elie Semoun ou encore les réalisateurs François Ozon et Emir Kusturica.

C'est gratuit, on accéde par Tramway (correspondance avec le RER B la Cité U, près du Parc Montsouris ou bus (par exemple le 21) ).....

Lou je suis d'accord avec toi, beaucoup de couleurs..de la joie, de beaux tee shirts et rien que du festif, marre de la prise de tête sarkoziste....maintenant il nous prone la société d'avant 1968, est l'homme martyrisé et le représentant des classes populaires !
Rigolo, on se marre bien dans cette campagne...sans blague, c'est bon pour les guignols !

Perso, je donnerais un coup de main à l'organisation...j'y serais tôt, mais pour tous ça ouvre à 15h30 et vous êtes attendus dans la diversité, avec votre jeunesse et vos idées, réflexions...ça sera cool, let s go !

Écrit par : Marsipulami | 30 avril 2007

@ Lou

L'avis de Quitterie sur les ministres serait éclairant.

Le reste du raisonnement est valide. D'accord avec Quitterie, je confirme que je voterai Ségo.

Le meeting/concert ? Il me semble que les tee-shirts oranges y seraient pertinents. Le chemin est tracé.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

J'ai fait ce soir une note sur les trois jours qui viennent, qui me paraissent décisifs pour faire bouger les lignes.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

J'ajoute que l'accès est un peu plus long à ma page en raison d'ujn pb du côté de www.moncompteur.com, non identifié par moi.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

lou

t'as une de ces pêches !

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

Merci Michael mais je suis tout le temps comme ça. :-) Sauf qu'en plus, là, je suis en vacances! ;-) Donc j'en profite, j'ai 2 jours pour me remonter le moral et partager avec vous tous. (D'habitude je lis j'ai pas le temps de faire plus mêmê si ça me démange)
C'est la première fois que je m'engage dans la politique. François Bayrou est honnête et sincère, courageux et ouvert, il A REUSSI A FAIRE BOUGER LES LIGNES: il mérite notre enthousiasme et a besoin de notre soutien. Ce qu'il fait, aller vers Ségolène Royal, accepter de discuter, il le fait en notre nom, il faut bien voir que cette discussion de samedi c'était HISTORIQUE, la preuve par l'action que tout ce qu'il disait pendant la campagne du premier tour il y croit vraiment. Et le fait que Ségólène Royal ait proposé la díscussion en public, et qu'elle est reconnu que François Bayrou a du cran, tout ça force le respect pour elle. A la limite vu les ennuis qu'elle a avec son PS et ses éléphants parfois je me dis qu'elle est socialiste centriste :-) :-).
Je pense que si elle passe, on a des chances de peser et d'avoir une centaine de députés à l'assemblée. ça serait le vrai changement, le début de´la 6e république avant memê les textes qui changent la constitution. alors que si Nicolas Sarkozy passe, franchement, je ne peux imaginer qu'un futur: il va nous laminer, nous écraser. C'est ce qu'il fait en faisant le forcing sur les 29 députés, je félícite les 9 qui ont résisté, on sait que ce sont des bons, comme dit Hervé ça fera un socle solide. Déjà qu'il trouve que notre mouvement il doit lui pardonner d'exister, vous imaginez ce qu'il va faire aux législatives si on se présente contre des UMP et qu'il est en position de force?

Et je suis écoeurée que des gens qui sont censément du centre, qui sont censés nous représenter, que l'UDF paye depuis des années ... l'aient laissé tomber! Je ne parle même pas de leurs convictions.! Comment ils se regardent dans une glace? On a dû leur en faire du chantage "je dirai a ta femme que tu as une maitresse" "je ré´ve`lèrai ton pot de vin dans l'affaire de la route départementale"...???
Evidemment moi si j'avais une femme et une maitresse (:P) je préfererais dire la vérité plutot que de passer chez l'adversaire.
Non je n'aime pas les lâches et les traitres, je ne veux plus qu'on associe notre mouvement pour un rassemblement de tous les Français et la rénovation de la politique avec ces pingouins, donc je voudrais savoir quand est-ce qu'on peut les laisser s'appeler "UDF" et qu'on devient ALLIANCE DEMOCRATE, le parti libre?

Écrit par : Lou | 30 avril 2007

Je viens de trouver sur Dailymotion..une vidéo de Ségosphère (organisation de jeunesse de soutien de Ségo, avec Thomas Hollande), lors de la venue de Ségo à Lyon, où..un militant de Bayrou est interviewé...

Sa réponse est claire, sans concession, à l'égard de Sarko :
"Si Nicolas est Président, il va verrouiller la vie politique et la vie médiatique !"

http://www.dailymotion.com/video/x1uc18_segosphere-en-prise-directe

A ma connaissance..c'est la première vidéo (dans cette campagne) où l'on peut voir des militants liés au PS et à l'ex-UDF (Parti Démocrate) s'exprimer dans un même évenement..et de façon très cool !

En connaissez vous d'autres ?

Qu'en pensez vous ?

Écrit par : Marsipulami | 30 avril 2007

lou

si tu savais comme je suis en phase avec ce que tu dis ; combien sommes nous à le penser à l'UDF ? somme nous la mouvance qui saura faire partager ces vues ? je réponds 100 fois OUI

Écrit par : michael silly | 30 avril 2007

A tous les électeurs de François qui s’étripent sur ce blog.

Pourquoi avez-vous suivi FB jusqu’ici ?

Parce qu’il voulait transcender le clivage gauche/droite pour sortir de l’immobilisme de l’affrontement camp contre camp ? Parce qu’il souhaitait un centre fort et indépendant ? Parce qu’il mettait au premier plan la réduction de la dette, l’éducation, la réforme des institutions, l’environnement, l’Europe ?

Si vous répondez oui à ces questions je pense que vous vous égarez en pensant que le Parti Démocrate peut gouverner avec l’UMP. L’UMP nous écrasera comme elle l’a fait de l’UDF en 2002. Et si l’UDF a survécu c’est grâce à la ténacité de François Bayrou et de ses proches.

Si vous répondez oui, je pense que vous vous trompez quand vous annoncez que le PS va nous bouffer si nous soutenons SR. Que Ségolène soit élue ou non, le PS va devoir se recomposer. Le PS aura besoin d’un allié s’il gouverne et dans le cas contraire le parti démocrate sera une force d’opposition constructive face à l’état UMP.

Le projet de François est de recomposer le paysage politique, de rassembler les républicains démocrates, de gauche, du droite et du centre. Aujourd’hui nous pouvons déjà rassembler ceux de gauche et du centre. Ceux de droite nous rejoindrons vite, quand ils seront passés par Canossa.
Alors arrêtez de vous étriper. Si vous souhaitez voter Nicolas Sarkozy, faites le, mais si vous avez répondu oui aux questions précédentes, vous vous reniez.
Je comprends ceux qui votent blanc ou orange, ils sont purs mais devons nous laisser le pays à Mr Sarkozy ?
J’ai moi-même hésité pendant trois jours, pour finalement me rendre compte que seul le vote Royal est utile, afin surtout que Sarkozy fasse le plus faible score possible s’il est élu.

Enfin dernière chose, @ n’oublions pas entre autre. Cela ne sert à rien de rappeler les phrases assassines que toute la gauche a proféré envers François Bayrou et l’UDF. Il y en a autant et peut être même pire qui sont venues de l’UMP (qui nous considérait comme des alliés en plus) et des ralliés UDF de la première heure à Sarko. Souvenez-vous de Mme Veil et de VGE.

Michel Hinard

Écrit par : Michel H | 30 avril 2007

http://ragsavoie.hautetfort.com/

D’autres ont déjà analysé les programmes éducatifs et pédagogiques des deux candidats au deuxième tour des élections présidentielles.
Tout a été dit ?
Je ne le pense pas.
Si les deux candidats affichent une volonté de faire de l’éducation une priorité, les méthodes sont elles, diamétralement opposées, notamment sur l’idéologie pédagogique qui les sous-tend.
Le programme et les déclarations de Sarkozy sont dans la droite ligne de l’actuel Ministre de l’Éducation.
Nombre d’enseignants ont dénoncé, ou constaté le retour au “très loin en arrière” des décisions unilatérales en matière pédagogique du Ministre De Robien soutenu par le numéro deux du gouvernement Nicolas Sarkozy.
J’ai déjà dénoncé dans de précédents articles cette politique, sur la lecture et l’écriture en particulier.
Les nouveaux décrets sur les leçons de vocabulaire vont toujours dans le même sens. Les cinq années du gouvernement sortant sont à mon humble avis les pires pour l’école depuis des temps immémoriaux. L’incompétence en la matière ne peut relever que du crétinisme ou de la mauvaise foi.
L’éviction de nos plus grands pédagogues du débat éducatif, comme cela a été le cas pour Philippe Meirieu, l’arrêt ou la grande diminution des aides aux associations promouvant et faisant de la recherche pour une école nouvelle ou pour tout simplement améliorer pas à pas les pratiques , (le cas de L’AFL est symptomatique) n’en est qu’une preuve supplémentaire.
On ne construira pas l’école de demain, avec des méthodes d’avant-avant hier !
L’éducation est le plus grand enjeu d’une élection présidentielle, tout en dépend de près ou de loin, l’économie, l’emploi, la sécurité, l’environnement, la recherche …
Notre pays, comme le reste de la planète, appartient à ceux qui viendront après nous. Il convient donc de leur donner les moyens de construire la société qu’ils souhaiteront. Cela passe par l’éducation, par l’absolue nécessité de former de futurs citoyens responsables et libres de leur choix.
Cet affichage de volonté de faire de l’éducation une priorité peut sembler être une évolution positive. Pour ma part, je préférerais que ce ne soit pas une priorité pour le candidat Sarkozy …
Ses dérapages sur l’éducation en disent long, “le dépistage des signes avant-coureurs de délinquance chez les enfants de moins de trois ans ?!, les rafles aux sorties des écoles, le “j’inclinerais à penser qu’on naît pédophile” ou suicidaire, et j’en passe …
C’est aussi une certaine idée de la nation, où travail, famille, patrie remplacent liberté, égalité, fraternité et nous renvoie aux plus sombres heures de notre histoire …
C’est ” l’École des Fliques” de Vian …, Les bons élèves, in Les fourmis, Le Terrain Vague, 1968.
Ce sont les valeurs de la France de Vichy, pas celle de la République.
On ne verra plus de dérapages entre les deux tours, il se modèle une nouvelle image …
Malgré une campagne machiste, où son adversaire était toujours dans la situation où elle devait prouver sa compétence, une première pour un candidat de ce parti, parce qu’elle est une femme, il changera de discours, il a déjà commencé…
Une campagne où la question de la compétence de Nicolas Sarkozy n’a jamais été posée …
En tout cas pas dans les médias, et cela devient inquiétant car ceux qui ont voulu la poser ont rencontré certaines difficultés … comme Serge Portelli, membre du syndicat de la magistrature, et son Livre Ruptures, qui, au dernier moment, n’a pas été publié …
Je le mets à disposition ici.
Cela mène naturellement aux mots.
La sémantique de Nicolas Sarkozy est violente, pour quelqu’un qui veut imposer des leçons de vocabulaire à l’école, il ne semble pas trop insister sur le sens des mots et leurs pouvoirs …
La sémantique de Ségolène Royal est douce.
Je vous laisse comparer, en lisant les programmes, et en écoutant les discours …
Mais les mots aujourd’hui, ce sont aussi ceux que l’on entend et ceux qui restent inaudibles faute de leur présence dans les grands médias, et cela pose deux questions, la liberté d’expression et l’indépendance des grands médias.
Les exemples inquiétants ne manquent pas : la difficulté d’organisation du débat entre Ségolène Royal et François Bayrou, la non-diffusion de certains reportages ou vidéos, comme celui-ci(http://www.marianne2007.info/Un-documentaire-inedit-decrypte-le-discours-de-Nicolas-Sarkozy_a1073.html) , ou celle là , les mots employés à l’encontre d’Azouz Begag (couverture médiatique très minimale), ou encore les rumeurs (qui sont en passant une malheureuse preuve du pouvoir des mots) persistantes sur internet et dans les cercles fermés parisiens, notamment sur la main courante pour violence conjugale de Cécilia Sarkozy (cette rumeur est tellement présente sur internet, que je ne sens pas coupable de me poser des questions et de vous en faire part, tant que les médias ne l’auront pas confirmé ou définitivement invalidée, même si en tant que rumeur, je m’interdis d’y croire, la question sur les médias qu’elle soulève est sans réponse …), cela peut en dire long sur une compétence de Nicolas Sarkozy : sa capacité à peser sur les médias, sur les mots autorisés et les mots interdits …
Ce documentaire (http://www.marianne2007.info/Un-documentaire-inedit-decrypte-le-discours-de-Nicolas-Sarkozy_a1073.html) est très instructif sur la sémantique de Nicolas Sarkozy …, je ne vais donc pas en rajouter.
Je vous laisse juger.
On pourrait m’attaquer en me plaçant dans les “agités” du “TSS” (tout sauf sarkozy), je ne fais que constater ce qui se passe pour l’éducation depuis cinq ans et que c’est en cohérence avec le programme éducatif de Sarkozy, et je vous invite à en juger vous-même, et je me pose des questions qu’il me semble légitime par rapport aux mots et donc aux médias, et c’est tout.
Quant à Ségolène Royal, sur l’éducation, il semble qu’on peut voir se dessiner des possibilités nouvelles, où tous ceux qui sont autour de l’enfant, vont pouvoir peut-être travailler ensemble …
Une nécessité depuis longtemps cernée mais qui n’arrive qu’infiniment peu à s’inscrire dans la réalité …
Si il ne s’agissait donc que choisir par rapport à l’éducation, le vote Royal serait déjà indiscutable.
Mais puisqu’il s’agit aussi de mots et de valeurs qui les sous-tendent aussi importante que la liberté, l’humanisme et bien d’autres à ne pas négliger, le vote Royal devient alors vital pour notre République. Même si pour certains il ne s’agira que d’un principe de précaution.
Il y va enfin de choisir entre une France qui donnerai le signe de la pacification, et celle de la violence (répression, pouvoir absolu ?, état policier ?, guerre civile larvée ?, …)
Et peut-être que ce n’est pas un hasard, qu’une femme porte la première et un homme la seconde …
Alors la chanson pourrait n’être plus utopique, la femme serait l’avenir de l’homme et ce serait historique …

Écrit par : chris | 30 avril 2007

Michel Serres a dit un jour :

"Le plus apte est celui qui, dans l'espèce humaine, invente à un
moment l'altruisme.
Contrairement à ce qu'on pense, le plus fort, celui qui gagne, le
battant est peut-être dans l'histoire de l'humanité celui qui amène la
régression.

Le progrès de nos civilisations paraît passer par la protection des faibles...
et peut-être avance quelquefois à partir des plus misérables.
La vraie doctrine c'est la doctrine de la faiblesse.
Le progrès humain passe par la protection des faibles.
Le progrès humain passe par la misère et non pas la richesse,
par la faiblesse et non pas la force, par la fragilité et non pas la puissance."

Que M.Serres me pardonne de la citer dans un tel contexte, mais je
trouve cette hauteur de vue appropriée, et relever chacun des basses
fosses râclées depuis quelques semaines par L' UMP

Chris

Écrit par : Chris | 30 avril 2007

Lu sur http://www.appelcontrelafranchise.org/

« FRANCHISE » SUR LES SOINS : L’ASSURANCE MALADIE SOLIDAIRE EN DANGER
En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients. Il faudrait donc les « responsabiliser », c’est à dire les pénaliser financièrement pour « qu’ils consomment moins », ou, au minimum, pour que « la Sécu rembourse de moins en moins ».
Déremboursements incohérents, augmentation du « ticket modérateur » sur des soins courants, généralisation des dépassements tarifaires pour les médecins spécialistes, invention du forfait de 1€ par acte de soins ou de biologie, du forfait de 18 euros sur les actes supérieurs à 91€, l’actuelle majorité a multiplié les atteintes à la prise en charge solidaire des soins. Mais si elle a augmenté le reste à la charge des patients, le déficit de l’assurance maladie n’en a pas été comblé pour autant.
Aujourd’hui Nicolas Sarkozy va plus loin, beaucoup plus loin, en annonçant que s’il est élu il mettra en place une « FRANCHISE » c'est-à-dire un seuil annuel de dépenses en dessous duquel l’assurance maladie ne remboursera rien. Rien du tout. Franchise qui, pour mieux jouer son rôle de dissuasion de la consommation, ne sera pas remboursable par les assurances complémentaires, au moins dans un premier temps.
Nous, professionnels de santé, acteurs du monde associatif ou médico-social, universitaires, représentants des usagers et/ou usagers du système de santé dénonçons les RISQUES MAJEURS D’UNE TELLE FRANCHISE :
Franchise = Régression sociale : Dans son principe même une franchise d’un montant identique pour tous « pèsera » différemment selon les revenus. C’est la fin d’un système d’assurance maladie solidaire dans lequel chacun cotise selon son revenu et qui protège, équitablement, les individus en bonne santé et les malades. On quitte la logique de la solidarité pour celle de l’assurance privée.
Franchise = Menace sur l’accès aux soins des plus modestes :Dans une France où vivent plus de 3 millions de chômeurs et 7 millions de « travailleurs pauvres », 100 € de soins de santé non remboursés ce n’est pas rien… Et ce sont eux qui seront les premières victimes de la franchise si jamais elle voit le jour. La franchise, c’est la remise en cause de ce progrès social et sanitaire évident qu’avait été la création de la CMU.
Franchise = Menace sur l’accès aux soins primaires et la santé publique : Pour les « gros consommateurs », c'est-à-dire les patients atteints de maladies lourdes, il n’y aura pas le choix : il faudra payer. Mais au-dessus du montant de la franchise, ce sera sinon gratuit du moins «comme avant ».
La cible de cette mesure ce sont surtout les petits ou moyens consommateurs qu’il faut dissuader de se faire soigner pour des maladies apparemment moins sévères (celles qui, non soignées, peuvent justement s’aggraver) et bien évidemment pour les actes de prévention que l’on croit toujours pouvoir « reporter » à plus tard. L’inverse d’une politique cohérente de santé publique.
Franchise = Remise en cause du « tiers payant » : Les professionnels de santé ne pouvant savoir si le montant de la franchise a, ou non, déjà été acquitté, les patients devront systématiquement faire intégralement « l’avance de frais ». Ce qui constituerait un obstacle supplémentaire à l’accès aux soins des plus modestes.
Franchise = Porte ouverte à l’escalade : Nicolas Sarkozy ne s’en est pas caché, cette franchise sera « modulable » c'est-à-dire que « si les dépenses augmentent et si le déficit augmente on pourrait augmenter le montant », et comme les dépenses augmenteront, inéluctablement, la franchise augmentera, non moins inéluctablement, et avec elle augmentera la gravité de ses effets pervers.
Nous refusons l’instauration d’une telle « FRANCHISE», socialement injuste, économiquement inefficace et dangereuse pour la santé publique.
Rejoignez-nous afin d’exiger des candidats à la présidentielle une clarification de leur position face à cette menace inacceptable sur l’accès aux soins en France.

_____________________________________________

Pour cette raison aussi, le vote S Royal est impératif!

Fredéric

Écrit par : fred | 30 avril 2007

Quitterie,

merci pour ce blog plein d'analyses intéressantes du dicours de NS à Bercy. Ma culture politique est faible, et je ne sais pas analyser les programmes autant que vous tous
J'ajouterai seulement à vos remarques sur le texte le parallèle frappant avec les techniques de communication des télévangelistes américains (gestuelle, structure de discours, mise en tension du public...).
Bref ce que je ressentais d'instinct au fil des discours de NS que je suis se formalise peu à peu en lisant ce que vous écrivez...C'est assez impressionnant de voir que les mots perdent leur sens ( le discours de NS n'a en fait au fond aucun sens, tout est contradictoire) et que la boite de Pandore s'ouvre peu à peu...

Avez vous lu "technique du coup d'état" de Malaparte ?

Et ces militants UMP qui veulent tellement croire à qqch qu'ils se laissent ainsi berner...les désillusions seront grandes.

Restons en contact pour continuer l'aventure orange après le 2nd tour

Écrit par : gilles | 30 avril 2007

Quitterie,

merci pour ce blog plein d'analyses intéressantes du dicours de NS à Bercy. Ma culture politique est faible, et je ne sais pas analyser les programmes autant que vous tous
J'ajouterai seulement à vos remarques sur le texte le parallèle frappant avec les techniques de communication des télévangelistes américains (gestuelle, structure de discours, mise en tension du public...).
Bref ce que je ressentais d'instinct au fil des discours de NS que je suis se formalise peu à peu en lisant ce que vous écrivez...C'est assez impressionnant de voir que les mots perdent leur sens ( le discours de NS n'a en fait au fond aucun sens, tout est contradictoire) et que la boite de Pandore s'ouvre peu à peu...

Avez vous lu "technique du coup d'état" de Malaparte ?

Et ces militants UMP qui veulent tellement croire à qqch qu'ils se laissent ainsi berner...les désillusions seront grandes.

Restons en contact pour continuer l'aventure orange après le 2nd tour

Écrit par : gilles | 30 avril 2007

http://www.dailymotion.com/video/x1uutw_preparation-meetingconcert-du-1er-m

Venez demain à Charléty!!!!

Il ne s' agit même pas seulement de soutenir S Royal!!! Mais de défendre la Démocratie!!! Venez en orange!!! Vs serez bien accueillis

Bob

Écrit par : bob | 30 avril 2007

Ségolène Royal, 6e femme la plus sexy du monde (Nouvel Obs) :

Elle arrive en sixième position du palmarès des "100 filles les plus sexy du monde", publié par FHM.
Selon un sondage CSA de juin 2006 dans le mensuel FHM, Ségolène Royal arrive en sixième position dans le palmarès des femmes "100 filles les plus sexy du monde".
La candidate "possible" à l'investiture socialiste pour la présidentielle de 2007 est classée derrière Adriana Karembeu, qui arrive en tête ou Angelina Joli (4e). Mais elle devance devant Loana (8e), Eve Angeli (27e) et Laetitia Casta (47e). Sophie Marceau (66e) et Monica Bellucci (91e) sont largement distancées.

Écrit par : jef | 30 avril 2007

@ fred
Merci de cette info alarmante

Merci de cette info alarmante. À dire vrai, je n'ai pas la sécu, mais je trouve l'idée de franchise dangereuse.

@ chris

Le texte est un peu long. Dommage. Mais sur l'éducation, c'est Bayrou qui a le meilleur programme et comme Sarko ne veut pas prendre Bayrou en considération, c'est un argument supplémentaire.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

@ jef

Perso, j'aurais mis Quitterie en tête du classement. Mais honnêtement, c'est plus ridicule qu'autre chose.

Écrit par : Hervé Torchet | 30 avril 2007

Pour quelles raisons un électeur centriste votera pour Mme ROYAL ?

Electeur centriste partagez vous les mêmes valeurs que moi ?
Au 1er tour j’ai voté F.BAYROU et au 2eme je voterai pour S.ROYAL
Voilà plusieurs raisons qui ont guidé mon choix :
Pour l’alternance. La démocratie après 5 ans d’UMP et 12 de présidence Chirac à besoin d’alternance
Pour l’ouverture de S.Royal envers F.Bayrou et son désir de débattre (N.Sarkozy a refusé tout débat depuis le 1er tour…)
Pour la liberté d’expression. Je pense qu’il n’est pas bon de laisser se concentrer plusieurs pouvoirs dans ce congloméra politico industriel médiatique et financier (groupes Lagardère, LVMH, Bouygues, Dassault+ Medef tous amis ou proches de N.Sarkozy)
Pour la paix sociale qu’est plus disposé a obtenir S.Royal que N.Sarkozy avec les partenaires sociaux
Au vu du bilan très médiocre de l’UMP après 5 ans de gouvernement
Pour le programme de S.Royal qui est beaucoup plus juste envers les faibles revenus
Pour le programme de S.Royal que je trouve plus proche de F.Bayrou
Pour le changement de constitution et la nouvelle façon de faire la politique proposée par S.Royal
Pour le réel changement. Je ne souhaite pas revoir le gouvernement sortant et encore l’UMP au pouvoir

Pour la devise de la république qui me semble beaucoup plus proche de S.Royal : Liberté, Egalité, Fraternité
Voilà pourquoi je ne voterai pas Sarkozy après avoir voté Bayrou !

Écrit par : val | 30 avril 2007

@ Val

Bon point pour l'ouverture de Ségo vers Bayrou et son intention de débattre. Dire que Sarko cherche à opposer Bayrou à son propre électorat en dit assez long sur sa conception de la politique.

Excellent sur la liberté d'expression. Ségolène Royal a reconnu que le programme de Bayrou était plus précis que le sien sur ce point, en particulier sur l'interdiction faite aux groupes qui vivent de commandes de l'État de posséder des organes de presse et média.

Vrai pour la paix sociale, moins qu'avec Bayrou mais quand même.

Exact pour le vilain bilan de l'UMP.

Pour les intentions vers les pauvres, même si le programme de Royal, sur ce point, reste irréaliste et donc perfectible. De toutes façons, de l'autre côté, les intentions pour les pauvres sont limitées, voire négligées, comme on l'a vu à propos des soins.

Bien vu pour les changements politiques et institutionnels, même s'il y aura à discuter sur la nouvelle constitution.

C'est convaincant.

Écrit par : Louis D | 01 mai 2007

Le discours de NS à Bercy a des accents mussoliniens. Berluskosy c'était du folklore, mais Mussokozy ça craint.

Écrit par : yohan | 01 mai 2007

PS : réponse à celui qui a écris "Mais comment pouvez vous voter pour Segolene Royal quand on voit tout ce que le PS nous a mis dans la tronche!!!! "
eh ! dis et Sarko il vous la met où d'après vous ? demandez à Bigard, lui il nous la met franco de porc

Écrit par : yohan | 01 mai 2007

@Jef : critere de vote determinant non? ;-)
@Philippe Touzeau : salut Philippe, ravie de t'accueillir!! qui disais que les centristes sont mous ? c'est mal connaitre Quitterie!
@Hervé : non pas de Charlety demain, Amitiés, virginie
@Gilles : j'espere bien qu'on se verra et qu'on poursuivra de plus belle l'aventure democrate après le 6 mai ensemble!

Écrit par : virginie | 01 mai 2007

Bonjour virginie,
on peut savoir ou il va le nouveau Parti Démocrate? Peux-tu faire passer cette question à François B:

Monsieur François BAYROU, êtes-vous « libéral » ou « égalitariste » ?



Portez-vous bien.

Écrit par : Jef | 01 mai 2007

Strauss Kahn , 1er ministre en cas de victoire de Royal

"Après BAYROU, dont elle n'a cessé de dénigrer le programme au premier tour, pour trouver des "convergences" au cours de son débat improvisé, elle nous sort DSK qu'elle a combattu puis superbement ignoré, méprisant son positionnement politique et sa capacité d'Homme d'Etat. Faut-il appeler cette façon d'agir de la stratégie ou de l'opportunisme. En tout cas, cela ressemble furieusement à de la manipulation médiatique. Pauvre Gauche Française qui en arrive à brader toutes ses idées pour des postes."

Écrit par : Julie | 01 mai 2007

Invasion du PS sur le blog de Quitterie !

les "j' ai voté Bayrou au 1 er tour, je voterais Royal au 2eme" sont tellement nombreux que ca devient une mascarade grotesque.

Le PS est marqué historiquement pour avoir anihilé tous les partis avec lesquels il s' est associé. C' est en connaissance de cause que je ne voterais pas Royal .
D' ailleurs la désagrégation du centre a commencé dès que Royal est venue lécher les bottes de Bayrou. La majorité des députés du centre virent à droite tandis que quelques jeunes qui n' ont jamais connu la gauche au pouvoir vire de son coté.

Quelle belle désillusion pour cette nouvelle vague de socialistes. On a voté Mitterand en 1981 avec les même espoirs que vous/. On en est ressorti avec une sacré gueule de bois.
Désolé , mais revoir ses anciens ministres remonter au créneau me fait littéralement gerber , d' autant que tous les jeunes socialistes qui les soutiennent ignorent leur incompétence ou leurs tricheries . J' ai hate d' être dans quelques années quand vous comprendrez mieux ce que j' écris ici et qu' à votre tour vous serez desespéré de voir une nouvelle génération de jeunes socialistes prêt à partir à l' abattoir.

Écrit par : l' abattoir socialiste | 01 mai 2007

Rejoignez moi sur http://roseorange.hautetfort.com/
Le blog des centristes qui votent Royal au second tour !

Écrit par : Romain | 01 mai 2007

@ Romain

Votre site anonyme ressemble à un attrape-centriste.

Et je dis ça sans hostilité de principe, on s'en doute.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@l'abatoire socialiste >

Cela fait 12 ans que je vote UDF.
Finalement ce que vous décrivez, n'est-ce pas ce que nous subissons avec l'UMP ?
Ce qui est incohérent dans votre discours, c'est que vous êtes après tout sur le forum de Quitterie, qui a annoncé qu'elle voterai Royal au second tour. Il est normal que nous les militants UDF appelant à voter Royal au second tour, soyons sur ce forum.
Par contre, peut-on en dire autant de vous ?
Vous êtes dans votre clivage droite gauche ... dépassez un peu le niveau de la politique poubelle qui consiste à dire tous pourris (qu'ils soient de gauche ou de droite) ?
La droite n'a-t-elle pas été autant au pouvoir que la gauche sur les 20 dernières années ?
Sont-ce exactement les mêmes personnes à gauche comme à droite ?

Arrêtons ces procès d'intention sinon on va ressortir le général de Gaulle et Thorez comme héritage ...

Écrit par : Romain | 01 mai 2007

méfions nous de ceux qui hurlent au loup !

L' ennemi est peut être déjà dans les esprits et tente de faire diversion en éxcitant les jeunes esprits.

Écrit par : Segol' haine | 01 mai 2007

C vrai que l'on peut me faire un procès d'intention, car je n'ai pas fait mon blog de manière non partisane mais je n'ai rien à cacher...
Je milite à l'UDF depuis 1995, au sein de la fédération du 91. Je connais particulièrement mon ami Jean-Raymond Hugonet, maire UDF de Limours, avec lequel je partage beaucoup d'idées, et qui partage sa mairie avec une majorité UDF/PS, voyez vous...
Comme quoi, cela est possible...

Écrit par : @Hervet Torchet | 01 mai 2007

@ l'abattoir socialiste et Romain

Ce qui tue un parti dans une alliance, c'est d'avoir toujours la même. Si les centristes se condamnaient de nouveau à ne s'allier qu'à l'UMP, ils disparaîtraient vite. Le parti de M. de Robien ne sera qu'un satellite dont il ne détiendra pas la clef. Robien est l'homme de l'appendice, de l'excroissance, rien de plus.

Mais faut-il pour autant une alliance en forme avec le PS ?

J'avoue que je n'ai guère envie de devenir le supplétif de la gauche après avoir été celui de la droite. Que resterait-il du projet d'indépendance alors ? Voilà la vraie question pour moi.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@ Romain

Je ne vois aucun inconvénient à une alliance locale avec le PS, et même à des tas, pourvu qu'il y en ait aussi avec l'UMP, des tas. Je n'ai pas envie de tomber de Charybde en Scylla de la bipolarisation.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@Romain

Cela fait des mois que je lis le Blog de quitterie qui votait Bayrou, car les idées du centre me plaisent.
Toi par contre tu débarques tel un opportuniste avec tes amis du PS pour essayer de racler les fonds de la casserole et apporter des voix à cette marionnette que vous désirez comme président. Je devine que tu es jeune et que dans les années 80 , tu n' as pas vu comment le PS a justement mis la main sur les médias ( ce que certains reprochent à Sarko ), et aussi mis la main sur la vie privée des gens: Mitterand adorait enregistrer les conversations du petit gotha parisien ( l' affaire des écoutes de l' élysée ). Ce point étant un détail par rapport à la montagne d' exactions. Aujourd' hui en 2007 , on revoit TOUS ses ministres revenir ! Ou est le changement ? On reprend l' équipe de bras cassé d' il y a 15 et rebelotte. Le PS est connu pour ses associations maudites avec les autres partis . J' ai certainement pas envie que le centre se fasse bouffer par le PS ! Stoppons cette mascarade. Ségolène déclarait le programme de Bayrou comme étant inexistant. 2 semaines après elle veut le rencontrer pour étudier tous les points communs qu' il avait avec le sien.
ELLE nous prend vraiment pour des demeurés ? oui ou non ?

Hors de question que je la soutienne, je préfère serrer les dents avec Sarko.

Écrit par : l'abattoir socialiste | 01 mai 2007

"J'avoue que je n'ai guère envie de devenir le supplétif de la gauche après avoir été celui de la droite. Que resterait-il du projet d'indépendance alors ? Voilà la vraie question pour moi."


VOILA pourquoi je voterais blanc! N' oublions pas que le pourcentage des ces votes blanc est comptabilisé et qu' il sera à la hauteur de notre INDEPENDANCE politique. Je n' en ferais pas cadeau à SEGO ou a SARKO. L' un ou l' autre , je m' en fiche, mais je leur donnerais pas la satisfaction de les avoir aidé à acceder au trone .

Écrit par : l' abattoir socialiste | 01 mai 2007

@Hervé Torchet

Alors soyons clair...
Je ne suis pas pour une alliance avec le PS....
Je suis pour la création du parti centriste sur la base et la ligne que François Bayrou a définies. L'enjeu du 6 mai est double pour moi :
- Dans un premier temps, battre Sarkozy, car dans l'hypothèse d'une victoire, il sera en position hégémonique, et je suis sûr qu'il achèvera tout projet centriste.
- Dans un second temps, faire un max au législatives en imposant dans le projet de VIème République un mode de scrutin avantageux au centre (du type Allemand).

Voilà mon sentiment... le reste n'est qu'affaire de sensibilité. Je n'ai jamais caché mon attachement aux théories libérales et si tu lis mon blog (surtout les premiers posts que j'ai fait dans la situation ouverte du 22 avril), tu verras que j'ai évolué dans mon choix et que les faits m'ont donné raison. Sarkozy est en train de nous démonter... le PS n'a que le choix de nous laisser exister. Rien ne nous empêchera par la suite de ne plus participer à une coallition, si nous ne sommes plus d'accord.

Simplement Hervé, force est de constater sur le terrain la difficulté dans laquelle nous nous trouvons à cause du positionnement (ou plutot du non positionnement) de François Bayrou. Vulgairement, les gens que j'ai convaincu à gauche me disent qu'on s'est bien foutu de leur gueule ... Alors laissez moi militer dans le sens qu'il me plaît et sans juger. J'ai mes arguments vous avez les votres, on se respecte, on est adulte... c'est cela la politique. Il n'est pas noble de systématiquement faire des procès d'intention aux gens comme je le vois souvent ces temps-ci ... "Es-tu vraiment de l'UDF ?" et moi de rétorquer tout aussi connement "Ne serais-tu pas de l'UMP?" etc... tout cela est bien stérile...

Écrit par : Romain | 01 mai 2007

@ l'abattoir social

Pas d'accord avec votre raisonnement qui est trop rapide et qui ne répond pas à l'interrogation que je me fais.

Un vote Ségolène Royal ne signifie pas nécessairement une position de supplétif. C'est plutôt une question d'alliance gouvernementale.

Mais si Ségolène Royal est battue, ce qui reste statistiquement probable, le problème ne se posera pas tout à fait. Mais une partie des députés centristes sera élue avec des voix de droite et une autre partie sur des désistements et des voix de gauche. Cette seconde formule ne me déplaît pas. Elle ne doit pas, à mon avis, aboutir à l'éclatement de l'actuelle mouvance centriste. J'ai toujours pensé qu'il valait mieux additionner que soustraire.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@l abbatoire socialiste :

Je suis simplement depuis des lustres sur le forum UDF qui malheureusement est down justement grace à de prétendus UDF ... Mon login sur le forum de l'UDF date de 2005 juste après la création du forum... J'ai participé activement à la campagne et je m'insurge contre cette tentative de me faire passer pour un PS... Je n'y connais personne.
D'autres parts, je ne suis pas si jeune,e fin j'ai 30 ans, et non je n'ai pas la mémoire courte... Simplement, vous pouvez toujours faire des inventaires. En votant blanc, vous choisissez malgré tout ce que vous pouvez dire de laisser Sarkozy arriver au pouvoir. Dont acte. Je n'en fait pas une maladie.

Il est simplement ridicule de penser que nous avons fait toute notre campagne sur le dépassement du clivage gauche droite et que finalement, lors de notre première possibilité de le faire, et bien de refuser. Sur le terrain et en tant que militant UDF, je me fait aujourd'hui assassiné par des remarques du type : "Et bien dites, l'UDF finalement c'est la droite... ils vont tous chez sarko"...
Si tu es sur le terrain comme moi, tu dois bien le voir tout ça. Je doute que cela soit seulement en Essonne. Moi perso, je cherche qu'une seule chose c l'émergence du centre, pas du centre droit, pas du centre gauche, du centre ouvert aux deux sensibilités. Après tu pleureras que Ump et le Ps nous ont vidé, mais l'important en politique c'est aussi la cohérence....
Tu ne peux pas dire pendant tout le premier tour que tu prendrais bien Strauss Kahn comme premier ministre et refuser de bosser avec lui....
C'est du non sens tout ça...

Écrit par : Romain | 01 mai 2007

Strauss Kahn le 18 mars : "Ségolène Royal a 100 propositions , François Bayrou est sans propositions"


Parlons maintenant de ce subit interêt du PS pour les centristes :)

Écrit par : vendetta | 01 mai 2007

Les communistes appellent à voter Royal. Je me sens vraiment pas de ce bord !
Le communisme a fait autant de mort que le fachisme sinon plus. En 70 ans des millions de morts et de gens torturés.
Sarkozy lui n' est soutenu par aucun extrème.

Ne nous trompons pas d' ennemi

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

Jacques Attali, soutien de S.Royal a déclaré "arrêtons les caricatures. L'un n'est ni un autoritariste et l'autre ni une folle furieuse". Tout à fait d'accord même si je soutiens le camp d'en face

Écrit par : valerie | 01 mai 2007

A vous voir vous invectivez je commence à désespérer de la jeunesse dans laquelle j'avais fondé des espoirs de renouveau de la vie politique.

Je pense que je vais prendre du recul et peut être réviser mon choix pour le 6 mai, et finalement voter blanc au lieu de Ségo. Au moins ce sera fidèle à la campagne de François.
Ces débats me font craindre beaucoup pour les législatives qui sont à présent le seul moyen pour faire vivre le projet d'espoir.

Il est grand temps que François et son staff rapproché nous mobilisent pour ces législatives et que nous ne parlions plus du 2nd tout dont en quelque sorte les Français nous ont éliminés.
Quelque soit le résultat nous aurons à nous "battre" pour faire vivre notre mouvement.
Alors si vous souhaitez être efficaces, ne débattez plus du second tour, débattez autour des idées du projet d'espoir pour constituer notre progamme législatif. Préparez vous à aller le défendre sur les marchés, auprès de vos proches pour que nous puissions construire ce mouvement.

Michel Hinard.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

JM Le Pen annoncera ses intentions a midi aujourd' hui

NS n' a nul besoin des extrêmes! Il est déja à l' extrême!

F Bayrou ne peut pas cautionner les phrases suivantes:

"Le triomphe de la volonté" (Bercy): Titre du film de Leni Riefensthal sur les congrés de l' Allemagne de 1938...

"Le travail rend libre" (Bercy et à d' autres occasions): Je n' ose même pas rappeler ici ce à quoi cette formule renvoie

"Il faut liquider l' héritage de mai 68" (Bercy): Sarkozy oublie qu' il est un produit de mai 68 (avec son nouvel ami Glucksman)

"Les nouvelles théories pédagogiques, fruits de 68..." (Bercy et en d'autres occasions): Il ne sait même pas de quoi il parle!! Les méthodes pédagogiques Freinet/Montessori et autres datent de 1900/1930. Et elle étaient appliquées encore plus qu' aujourd' hui

Les programmes et objectifs de l' Education nationale ne datent absolument pas de mai 68 mais sont issus des travaux du Conseil National de la Résistance!!!!

ASSEZ DE DESINFORMATION!!!!!! ASSEZ DE MENSONGES!!!!!!

Toutes et tous à Charléty pour la Démocratie libre et vivante!!!

Géraldine/Historienne de l' éducation

Écrit par : Géraldine | 01 mai 2007

Ce serait bien qu'on arrête de poster toutes les inepties que le PS a dites sur nous sans mettre à côté ce que l'UMP a dit sur nous. Le centre c'est trouver le juste milieu, l'équilibre - relisez ou ré-écoutez François Bayrou, il n'a pas dit qu'on était "ni-ni", il a dit qu'on s'engageait sur des valeurs de rassemblement.
Ce qui m'a fait évoluer c'est de voir que Nicolas Sarkozy est en train de nous laminer en ce moment (en faisant des pressions ou du chantage sur nos élus, 20 sur 29 sont passés à l'UMP) alors que Ségolène Royal nous respecte et ne nous demande pas d'abandonner nos idées. De plus cette discussion démocratique qui a été empêchée m'a vraiment fait réfléchir sur ce qui nous attendait si jamais Nicolas Sarkozy passait.
Ce que je PS a fait dans le passé je m'en fiche, Ségolène Royal semble avoir brisé leur "carcan", et entre un homme qui cherche à nous écraser dès maintenant et une chance réelle d'exister, même en se battant, alors je choisis l'existence et le combat.

Savez-vous si Jean Lassalle a résisté? Je l'espère.

Écrit par : Lou | 01 mai 2007

Cher(e) Lou

Je suis au PS depuis 4 ans. Ce qui a fait évoluer le PS, c' est ce formidable appel d' air nouveau de Désirs d' Avenir. Je suis militant PS et Désirsd' avenir. Ce dernier "mouvement" est d'ailleurs ouvert à tout le monde. Allez voir le site et celui qui osera dire qu' il n' y a rien, que c' est creux, que je ne sais quoi encore, alors celui là est d' une mauvaise foi totale!

Nous sommes TRES nombreux au PS à avoir la ferme intention de faire exploser les courants. On y est presque... Il suffirait de pas grand chose... Jeudi, lors d' une conférence de presse par exemple...

Et venez à Charléty!!! En orange si vous le souhaitez comme le disait un autre bloggueur ici!!! Il faut transgresser!!!!!!!

TRANSGRESSONS!!!!!!!!!!!!!!

Hélène

Écrit par : Hélène | 01 mai 2007

Bonjour Quitterie Delmas

Je suis tombé la semaine dernière sur ce « débat » Canal+ ou vous étiez avec ce jeune militant UMP dont j'ai oublié le nom. Je dois avouer que le contraste était saisissant et symptomatique de ce qui nous attend, je me réfère au sinistre général véhiculé par ce jeune homme. Comme quoi être jeune n'est pas toujours gage de modernité et d'avenir. Bref je vous ai découvert, très sincèrement et agréablement surpris par votre liberté et surtout clarté de ton et je suis venu voir votre blog, très interessant à vrai dire.
En deux mots pour me situer, car je ne suis pas du genre à crypter mes opinions, je suis un électeur de gauche de toujours qui ces dernières années et depuis mes premiers votes,et selon les élections, ai pu voter communiste, verts ou socialiste. Cette fois ci, dès le premier tour et sans hésitations je me suis porté sur Ségolène Royal, en bonne part sur le fond de ses idées, programme et liberté de tons.
Autour de moi, éléctorat plutôt de gauche, ce fut une vraie tourmente et valse d'hésitations, les 15 jours avant le premier tour. Très surpris de voir et entendre certaines personnes voulant se porter sur François Bayrou pas toujours il faut bien le dire pour ses idées mais par stratégie (la grande théorie ayant circulé étant que lui seul pourrait battre Sarkozy le 6 mai). Surpris car émanant de personnes ayant voté pour le non à l'Europe et qui auraient pu souvent même voter pour une candidature anti libérale unique s'il elle avait été au bout. Aussi des élécteurs traditionnels socialistes et pas mal d'autres cas de figure divers et variés.
Bref, je reconnais que François Bayrou a mis un grand coup de pied dans le système bipolaire et que cela est utile et constructif, et que moi même je suis devenu très attentif à tout cela. Connaissant bien par ailleurs l'Italie, je ne suis pas traumatisé loin s'en faut par ce qui pourrait arriver comme dans ce pays, ayant des ami(e)s qui en 15 ans, démocrates chrétiens, dans certaines villes sont passés d'opposants à alliés de la gauche italienne... Dans d'autres pays d'Europe aussi.
Il me semble juste que tout cela, ces rapprochements et cogestions, si l'on doit considérer que c'est inéluctable et nécessaire à la France, doit se mettre en oeuvre localement : les municipalités, conseils généraux et régionaux, voire même les législatives. C'est assurement plus facile.
Je suis quand même surpris qu'un certain nombre de députés UDF gomment d'un coup de baguette magique et aussi fermement leur liberté de ton récente. Même si je comprends que les choses ne sont pas si simples et faciles pour eux.
Bref, en l'état du pays, de l'aspiration somme toute importante manifestée dans l'éléctorat et centriste et socialiste, de leur mode de pensée respectif général, qu'il est plus naturel d'envisager des cogestions à tous les niveaux entre ces deux pôles. C'est un avis. Et il faut admettre que pour cela, il y aura des dégâts et pertes de tous côtés. Mais les recompositions doivent en passer par cela, c'est obligé.
Dans mon esprit, ce n'est pas être là dans le sens du vent, mais quand c'est le moment et quasiment mur de mettre en oeuvre des choses de ce type, je pense qu'il ne faut pas se priver de le faire.
Merci pour votre attention et bravo pour votre ton !

SB

Écrit par : SB | 01 mai 2007

@ Géraldine

Les phrases que vous relevez sont en général classées par les gens de droite que je connais, parmi les "propos de campagne", qui sont constitués des promesses un peu généreuses et des dérapages plus ou moins contrôlés. Ils sont faits pour provoquer et choquer. Ils ne constituent pas en eux-mêmes un repoussoir pour ces gens-là.

On dit en général que les "propos de campagne" s'effacent avec la campagne elle-même. Ils se dissolvent.

C'est pourquoi les tentatives d'exégèse qui sont faites à ce sujet portent à faux et n'aboutissent à rien. Personne ne prend les mots de Sarko au sérieux. Sans doute a-t-on tort, mais c'est ainsi, car je trouve perso qu'il joue honteusement avec le soufre.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

PS : à lire et relire d'autres commentaires, je reprécise à nouveau que je parle bien de "cogestion" et pas d'alliance, ce qui n'est pas tout à fait la même chose !
bonne journée à vous

Écrit par : SB | 01 mai 2007

C’est quoi cette dérive pseudo-BOLCHEVIQUE ??? A vous lire j’ai l’impression que BAYROU est devenu plus révolutionnaire que le PC. Plus on lit vos posts, plus on se dit que c’est le camp SEGO qui fait peur. Ca donne envie de voter pour Sarkozy, bien plus raisonnable !
Calmez-vous svp.

Écrit par : KeepCool | 01 mai 2007

@SB : merci pour ce message plein d'espoir! merci beaucoup..l'avenir est devant nous et l'espoir suscité lors de cette presidentielle nous permettra de construire ensemble une veritable sociale democratie! A bientôt virginie

Écrit par : virginie | 01 mai 2007

@SB : merci pour ce message plein d'espoir! merci beaucoup..l'avenir est devant nous et l'espoir suscité lors de cette presidentielle nous permettra de construire ensemble une veritable sociale democratie! A bientôt virginie

Écrit par : virginie | 01 mai 2007

@ helene

on y est presque hélène, on y est presque, on n'attend plus que les consignes de FB et on fonce...bon sang ça va être bon

Écrit par : michael silly | 01 mai 2007

Si l'on écoute les propos de Sarko à Bercy, c'est Mai 68 qui est la cause de la déliquescence de la société, des golden parachutes, des dérives financières, des fuites de capitaux, des pratiques douteuses de la vie politique, des frasques de Cecilia et j'en passe. Pauvre Johnny Halliday, pauvre Cécilia, pauvres patrons voyous, pauvres élus de droite compromis dans les pots de vin et autres scandales financiers et moraux, qui étaient dans la salle à Bercy, si vous avez péché, ce n'est sûrement pas de votre faute, c'était la main du diable : le diable c'est Mai 68.
Pauvre pécheur de banlieue, toi qui vole des scooters, tu n'as pas connu Mai 68, tu n'es donc pas concerné par mon absolution.

Écrit par : yohan | 01 mai 2007

Mai 68 : une sarkobusade...
Sarko s’attaque aux idées de mai 68.

Répliques.

En quête de toutes les absurdités qui feraient les beaux jours du Cirque Médrano, le candidat du CAC 40 vient de s’attaquer à l’esprit de mai 68 qui lui semble porter en germe tous les déboires de la société actuelle. Déboires auxquels bien sûr il n’a pas participé, se contenant pendant cinq ans de regarder passer la caravane et de claquer du bec comme un chameau. Le garçon de Neuilly était sans doute trop petit (enfant, je veux dire !) pour savourer ce que fut mai 68 et surtout pour savoir dans quel étau (on aurait pu dire garrot car c’était très à la mode à l’époque en Espagne !…) se trouvait la dite société. (Il en est pourtant un produit de cet "esprit" de 68)

D’abord il y avait à l’Elysée un grand-père glorieux certes mais tellement vieux que pour le dépoussiérer tous les matins, il fallait s’y mettre à plusieurs. Comme ses idées, tout autour de lui tombait en miettes. Ce grand homme dont on exhume de temps en temps les mânes fanés (et Sarko s’est rendu récemment sur sa tombe à Colombey pour tenter de capter l’héritage) avait une excellente et gentille dame avec laquelle il allait tous les dimanches à confesse pour s’absoudre de ses péchés. La dame s’appelait Tante Yvonne et avait une morale stricte comme un jour sans pain. Tatchérienne et judéo-chrétienne. Certes discrète la dame mais imposant la sévérité de ses jugements et de sa vertu. Il fallait à l’époque d’avant 68 aller se faire avorter en Angleterre ou se trouver une faiseuse d’anges. Evidemment quand on habitait Neuilly, on avait le médecin de (grande) famille pour enlever le fruit du péché (sic)…

Mais c’est bien connu les belles jeunes filles des grandes familles ne couchent pas avant marrida ! Après comme disait le Debré (oui celui que l’on dessinait avec un entonnoir sur la tête, le père du Michel), on pouvait faire des enfants sur une grande échelle… ce qui lui avait valu cette belle réplique : il a déjà essayé lui de baiser sur une échelle ? On avait dix gosses à l’époque mais dix nounous pour s’en occuper. Chez les Debré de l’époque comme chez les De Gaulle… Sarkozy je sais pas. Savez-vous Sarko que les cités universitaires avant 68 n’étaient pas mixtes et qu’à partir de dix heures t’avais pu le droit de visiter ta copine.

Mai 68 aura apporté un immense bol d’oxygène pour toutes les jeunes générations avec notamment l’apprentissage de la solidarité, le refus de la guerre, la défense de l’environnement… et tiens pour faire peuple, les accords de Grenelle aux côtés desquels les 35 heures, c’est de la pisse d’étourneau.

Mai 68… c’est la fin du vieux monde gaullo-gaulliste même s’il faudra encore des décennies avant de renvoyer le système (avec son célèbre Service d’Action Civique !!) aux gémonies !

Mai 68 Sarko, c’est pas contrairement à ce que vous croyez le refus du travail (et notamment dans les usines où rentrèrent beaucoup de mao spontex) mais c’est le rejet d’un travail con, chiant et cannibale. C’est pour un travail différent qu’on se battait, un travail j’allais presque dire intelligent, anticapitaliste, solidaire, équitable…


Enfin mai 68, c’est le refus de toute une génération de mourir idiot… et de s’opposer au merchandising de la planète, à ce que demain vous allez mettre en place si vous arrivez au pouvoir. Je me souviens d’un de vos discours où vous avez presque repris un slogan de mai 68 : faites l’amour, pas la guerre… Mais peut-être que pour vous, l’amour c’est la guerre ! Et que vous enlevez vos conquêtes en les tirant par les cheveux ! Je blague…

Mai 68 enfin c’est le refus de toute ambition politique qui ne soit pas tournée vers le mieux-être des autres, le partage, … Liberté, égalité et surtout fraternité, c’est évidemment très con comme devise.

Mais les idées de 68 sont majoritaires Monsieur Sarkozy et vous allez peut-être un jour l’apprendre à vos dépens… comme pour le CPE ! Car malgré tout, l’intelligence continue à veiller au grain !

Et on ne peut pas croire une seconde que F Bayrou ne soit pas du "Parti" de l' intelligence et de la raison au sens entendu par les Philosophes des Lumières

Écrit par : Virginie2 | 01 mai 2007

@keepCool
j'hésite à prendre pour moi votre terme de pseudo-bolchevique, car ce terme là est franchement d'un autre age et temps. A croire que ce pays - on le sait - par certains côtés pas très ouvert aux autres et à l'Europe (le réferendum...) ne voit pas ou ne veut pas voir ce qui se passe chez ses voisins. Certes on ne peut pas calquer tout sur tout, et un modèle sur un autre modèle à imaginer, mais quand même, on doit y être attentif.
Je viens là, certes peut être un peu naïvement, pour discuter et echanger, assurement pas pour agresser ou être agresser. Bref, je n'étais pas né en 1917, je ne fantasme pas non plus sur l'Italie, mais avouons que ce pays a vu passé en anticipé depuis plus de 15 ans, ce que nous ne voulons pas voir, ce que nous verrons peut être arriver, en bien ou en mal chez nous, et que c'est fort instructif...
Mais la grande nouveauté n'est elle pas que nous ayions envie tout simplement de discuter de tout cela ??? c'est déjà beaucoup d'avoir des envies !!!

Écrit par : SB | 01 mai 2007

http://poly-tics.over-blog.com/article-6522918.html

Prenez le temps de regarder!

Vraiment! Il n' y a ds ces vidéos ni haine, ni passion aveugle

Une vraie réflexion

DIFFUSEZ!!! DIFFUSEZ!!!

Virginie2

Écrit par : Virginie2 | 01 mai 2007

Salut,

Une petite chanson d'un pote qui joue dans ce groupe...

Vous pouvez faire tournez si ça vous dit !

http://3.upload.dailymotion.com/video/x154q0_bhale-bacce-crew-cet-homme-lo


Chris

Ne soyez pas surpris par l' intro...

Écrit par : chris | 01 mai 2007

SB: J'aime beaucoup ton message: COGESTION. C'est-à-dire: travailler et avancer ensemble. C'est le message de François Bayrou depuis le début.
Voilà: nous on fait une alliance de tous les démocrates du rassemblement, les esprits libres et critiques. Le PS se rénove avec Ségolène Royal à la présidence. On obtient une centaine de députés aux législatives (vu le mouvement populaire pour le dépassement des clivages, c'est plus que jouable). Et ensuite on travaille ensemble sans se renier.
Existence et combat pour les esprits libres! ;-)
J'espère quand même voir beaucoup beaucoup de tee-shirts oranges cet après-midi.

Écrit par : Lou | 01 mai 2007

Je précise pour les tee-shirts oranges que c'est parce que si on n'est que neuf pékins on se sentira seuls avec mes trois copains qui ont décidé d'y aller en orange.

Écrit par : Lou | 01 mai 2007

Arrêtez la guerre sur la rhétorique. Ce n’est pas parce que sur les portails des camps de concentration était écrit : ‘le travail rend libre’, qui si NS qui en dit que chose qui ressemble dans un contexte donné, que NS est est Nazi ! Vous êtes fou ou quoi ?

Je vous rétorque que dans « National-Socialisme », il y a le mot « SOCIALISME ». Vous avez pas honte d’appeler à voter pour les « Socialistes » ? Ce genre d’attaque peut continuer indéfiniment.

Alors, par pitié, attaquez le Pojet de NS. Pas NS lui-même.

Vous sous réclamez de Mitterrand ?
Mitterand était porteur d’un projet d’avenir.

Aujourd’hui le projet c’est N Sarkozy qui le porte.

Alors la question est la suivante :

Pour le projet de Sarkozy  alors je vote pour lui
Contre le projet de Sarkozy  alors je vote contre

Ne vous attachez plus aux projets du PS, de l’ex-UDF, etc. Prenez le temps de lire le projet de Sarkozy. Si vous êtes pour, alors votez pour. Si pour vous c’est « tout sauf ça » votez pour S. Royal.


Le rôle du nouveau parti de Bayrou se discutera plus tard.

Écrit par : NS ou TSS ? | 01 mai 2007

Séguéla votera Sarkozy
Le publicitaire Jacques Séguéla, qui avait orchestré les campagnes électorales de François Mitterrand, a annoncé mardi qu'il voterait Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle, après avoir voté pour Ségolène Royal au premier tour. "Je vais voter Nicolas Sarkozy. Cela fait 50 ans que je vote à gauche. Ce n'est pas une décision que j'ai prise en cinq minutes", a-t-il déclaré au préalable sur RTL. "Ségo m'a fait rêver et Sarko l'a fait", a-t-il lancé, en forme de slogan. Il a expliqué qu'un coup de fil passé par le candidat de l'UMP alors qu'il était en vacances au ski cet hiver l'avait "beaucoup troublé" et conclu: "C'est quand même le plus capable de rassembler les Français."

source: http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/presidentielle/200718/seguela-votera-sarkozy_15315.html?popup

Écrit par : jef | 01 mai 2007

Voici la France : la terre grande et le gouffre !
D’un côté, le flambeau, de l’autre le brasier.
D’un côté la pensée, la main pour ce qui souffre,
De l’autre la nuée, le fouet, le mors, l’acier,
Et le sceptre. Un mot devient un deuil. Tout est noir.
Hier la terre osait chanter Voltaire et Dante.
Ce matin, tout se tait, l’aube est un triste soir.
La France en deuil s’éteint, elle a suivi la pente
Funeste. Ô vieux pays, mère de tant d’idées,
Pourquoi la tentation ? Pourquoi la meurtrissure ?
Pourquoi vouloir la haine ? Et pourquoi te renier ?
Pourquoi le chant de mort ? Et pourquoi la blessure ?

Il te reste un peu d'âme, un peu d'été, souris :
Au milieu de cette ombre un soleil : Quitterie.

Pour elle, France, ô chant d'airain des républiques,
Ne laisse pas ta main se perdre. Au mal réplique.

Écrit par : Victor Hugo | 01 mai 2007

@ NS ou TSS

Très juste, mais il y a quoi, au juste, dans le programme de Sarko ?

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@ jef

Séguéla, on s'en fout. Il devait avoir une casserole.

Écrit par : France tranquille | 01 mai 2007

@ NS ou TSS

Euh, très juste sur le fait que ce soit son programme qu'il faille attaquer, par sur le fait que c'est le meilleur, ce que je ne pense pas.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Le programme de Sarkozy, c'est mon programme : lutte contre l'avortement, négation du darwinisme, la peine de mort pour les pauvres, le démantèlement des services sociaux.

Écrit par : George W Bush | 01 mai 2007

Enfin, je vais pouvoir vendre mes avions américains à la France. Enfin, j'aurai de nouveau la France dans l'OTAN, alignée, aux ordres. Enfin, le français cessera de me casser les pieds avec ses résistances. Enfin, je vais tuer un million d'Iraniens.

Écrit par : Pentagone | 01 mai 2007

Enfin, je vais pouvoir appauvrir les pauvres et enrichir les riches.

Écrit par : Cac 40 | 01 mai 2007

http://librevent.over-blog.com/article-10219676.html

A lire TRES attentivement

Virginie2

________________________________________________

Bon, c'est fait! Même Le Pen lache Sarko en appelant, non pas à choisir entre les finalistes, mais à s' ABSTENIR! Ce n'est pas la même chose

Si les militants et électeurs FN "obéissent" au chef (et en général ils sont très disciplinés), il faut retrancher un sacré paquet de voix qui étaient svt comptabilisées par les instituts de sondages et prévisionnistes "professionnels" de la TV (C Barbier de l' Express ou Apathie entre autres)

Virginie2

Écrit par : Virginie2 | 01 mai 2007

@ virginie 2

Ca rouvre de l'espoir. Si Sarko n'a que 40% d'électeurs lepénistes, il suffit à Ségo d'obtenir 50% d'électeurs bayrouistes (cependant que Sarko n'en a que 33%) pour passer devant.

Au fait, chez Birenbaum, j'ai vu que Sarko faisait 75 % chez les vieux. Un conseil : si vous voyez un vieux, dimanche, empêchez-le d'aller voter.

Écrit par : Madame Soleil | 01 mai 2007

@ Virginie2,je ne sais pas quel âge vous avez,mais vous décrivez plutôt bien 68;moi qui l'ai vécu,je n'avais que 15 ans mais l'esprit de 68 a duré plus longtemps qu'un printemps,je m'y retrouve plutôt bien.L'appréciation pétainiste de Sarkozy sur cette période est celle d'un fils de grand bourgeois de Neuilly,mal remis des accords de Grenelle qui arracha des lambeaux de chair au patronat.C'est celle aussi d'un homme aigri et verdâtre,qui vit toujours sous l'hégémonie d'une morale bienpensante judéo-chrétienne dont on sait les méfaits sur l'épanouissement de la personnalité.Je plains sincèrement Nicolas Sarkozy pour la petite vie étriquée qu'il mène,mais je lui en voudrais de nous l'imposer.

@NS ou TSS,Sarkozy n'a pour projet que lui-même et la défense de ses propres intérêts et ceux de sa classe!

@Keep cool,le vrai bolchévique,ne vous en déplaise,c'est Sarkozy lui-même!Ethymologiquement,le mot "bolchévik"est dérivé du russe "bolchevno"qui signifie littéralement majoritaire,sans partage,contrairement aux menchéviks minoritaires,dont Trotsky,après 1917,qui furent vite écartés,comme les UDF le seraient ou l'ont été jusqu'à maintenant avec l'UMP.

a bientôt.

Écrit par : alain gautier | 01 mai 2007

LePen appelle à l'abstention pour ne pas cautionner le "hold-up de ses idées" par le candidat de l'UMP. C'est lui qui le dit : on ne le taxera pas d'être un affreux gauchiste...
Cela dit, les lepénistes ne veulent pas non plus que Royal soit présidente, donc l'influence de la déclaration de LePen est très relative... Les sondages augmentent l'écart entre les deux candidats (IPSOS), mais rien n'est joué. On verra dimanche soir !
Bonne fête du 1er mai à tous !

Écrit par : Laurent | 01 mai 2007

Les communistes appellent à voter Royal. Je me sens vraiment pas de ce bord !
Le communisme a fait autant de mort que le fachisme sinon plus. En 70 ans des millions de morts et de gens torturés.
Sarkozy lui n' est soutenu par aucun extrème.

Ne nous trompons pas d' ennemi

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

Ce blog est envahit par les socialistes depuis quelques jours , ca fait peur cette main mise sur les idées

Écrit par : sophie | 01 mai 2007

@alain gauthier

Quand tu parles des bolchéviks tu penses j' espère aux communistes qui soutiennent depuis toujours le PS j' espère ...

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

@ julien et sophie

Le disque est rayé.

"Je n'ai pas à faire le tri entre mes bulletins de Vote" Mitterrand (en 1965).

Écrit par : lénine | 01 mai 2007

J' aimerais que Ségolène devienne presidente juste pour voir la tête de nos jeunes socialistes quelques temps après. Quand ils se prendront la même déculottée que nous qui avions voté Mitterrand en 1981, on rigolera bien.. enfin on pleurera plutôt


Comme disait Jack Lang en décembre 2006 : " Ségolène n' a pas les capacités à gouverner un pays "

Let' s see ...

Écrit par : Marxo | 01 mai 2007

Julien, il ne faut pas confondre le PCF et l'URSS. Les gens du PCF n'ont jamais tué des millions de personnes et même ils ont été les premiers à rejoindre la résistance. De Gaulle ne les a pas exclus. De plus, je considère que les électeurs communistes actuels ne sont pas infréquentables. Les accuser des crimes passés c'est un peu comme accuser les Irlandais d'aujourd'hui d'avoir massacré les Indiens sous prétexte qu'il y avait beaucoup d'Irlandais qui ont immigré aux USA à l'époque des massacres d'Indiens. Les Irlandais actuels n'en sont pas responsables. Donc qu'on tienne les Russes pour responsables des crimes de l'ère soviétique (quoi qu'on puisse aussi penser qu'ils en ont été victimes) mais pas les Français qui ont voté Marie-Georges Bufet.

Pour moi, seuls sont infréquentables ceux qui remettent en cause la démocratie et la république, c'est-à-dire les cadres de l'extrême-droite et leurs soutiens.

Je ne crois pas que Nicolas Sarkozy soit le moins du monde fasciste, mais son discours faisait fort référence à la rhétorique de Pétain quand il a attribué la défaite de 1940 à la décadence morale et la semaine de 40 heures. ça m'avait toujours semblé bizarre comme idée, dire que c'était la faute des 40 heures si on avait perdu la guerre parce que ça avait créé un esprit de jouissance, c'était rapport logique avec le fait qu'on n'avait que 18 avions de guerre contre 230 pour l'Allemagne nazie?
Moi je me disais "c'est la défaite des cadres de l'armée", mon arrière-grand-père qui était sur la ligne Maginot m'a dit que lui et ses copains ne voulaient pas se rendre et que les officiers les avaient obligés! Donc trouver des coupables ('assistés", mai 68...) n'importe où ça a des relents un peu nauséabonds.
(voir votre livre d'histoire de Première/Terminale si vous l'avez toujours pour le discours auquel je fais référence, il est au programme, on l'a tous étudié je suppose.)

L'esprit qui nous anime ici c'est aussi cet esprit dont parlent les Anciens dans la vidéo, celui de la Résistance où toutes les bonnes volontés étaient les bienvenues pour faire gagner la France, même si entre les Gaullistes et les communistes il y avait plus que de grosses différences: une incompatibilité. Il faut savoir parfois oublier ses chicanes pour lutter ensemble et faire avancer ensemble notre République.
Choisir l'esprit "résister c'est créer" comme a choisi Quitterie pour son billet c'est choisir de travailler et avancer ensemble comme nous l'a montré François Bayrou quand il a acccepté de discuter avec Ségolène Royal: ne rien renier, s'affirmer, mais choisir la voie de l'intérêt général en dépassant les querelles partisanes. Choisir le rassemblement des esprits libres ("Alliance Démocrate"!) c'est choisir de FAIRE GAGNER LA FRANCE.

Écrit par : Lou | 01 mai 2007

@Lou

N'importe quoi ce que tu dis , si je résonne comme toi Le Pen n' a tué personne donc il est fréquentable.

Ségolène est inapte à gouverner et j' ai pas envie de me retrouver avec Hollande ou Strauss Kahn comme 1er ministre

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

"Le soir du 22 avril 2007, Nicolas Sarkozy a fait son discours Salle Gaveau puis s’est rendu rue d’Enghien en Renault Mégane
Le soir du 22 avril 2007, Ségolène Royal a fait son discours en fonction de celui de Nicolas Sarkozy, à MELLE, puis s’est rendue à PARIS en jet privé.

Manque d’idées et débauche de moyens ? à vous de juger."

Écrit par : Vendetta | 01 mai 2007

Julien si tu relis ce que j'ai marqué, tu verras que j'ai dit "seuls sont infréquentables ceux qui remettent en cause la démocratie et la république, c'est-à-dire les cadres de l'extrême-droite et leurs soutiens."

Si tu ne vois pas que je parle de Jean-Marie Le Pen et du Front National, si tu crois que le FN ce n'est pas l'extrême-droite, c'est que tu n'as rien à faire sur ce blog.

Écrit par : Lou | 01 mai 2007

@ Lou

le communisme n' a jamais rimé avec Démocratie ni république.
Si ca te dérange pas que le PS les traite en amis et alliés ...
Moi ca m' a toujours choqué. Mais que ne ferais pas le PS pour glaner des voix.

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

Suivez en direct sur internet le Grand concert-meeting "Pour nous c'est elle" au stade Charlety à partir de 16h30.

Suivre le direct sur www.parti-socialiste.tv Ségolène Royal sera rejointe par Benabar, Cali, Michel Delpech, Disiz La Peste, Leny Escudero, Miossec, Yannick Noah, Mafia Kafri, Renaud, Sapho, Têtes raides, Mokobé, Kery James, Grand corps malade et d'autres artistes qui exprimeront leur soutien et leur espoir de voir gagner la "France présidente" le 6 mai.

_____________________________________________________

Le communisme en France représente, globalement, 5% des voix

Refonder le PS c' est l' éliminer encore plus... Votez S Royal c' est éliminer Sarkozy...

Fred

Écrit par : Fred | 01 mai 2007

@ Julien-quand je parle des bolchéviks,dont j'ai donné l'éthymologie,non je ne parle pas particulièrement des communistes.c'est un terme général qui concerne toutes les formations politiques de droite ou de gauche,majoritaires,ces 25 dernières années;Le scrutin uninominal majoritaire à 2 tours,qu'on trouve maintenant jumelé tous les 5 ans avec présidentielles et législatives,est la pire forme d'expression démocratique de type"bolchevik",qu'on puisse imaginer;en effet,au pire,un ou une candidate élu(e) président(e),soutenu(e)par 50%+1 voix du peuple,met sous l'éteignoir pour 5 ans l'autre moitié du pays.On n'est plus sous la 4ème!
Je pense que les électeurs,citoyens majeurs,peuvent assumer la proportionnelle dans tous les types d'élections.Les bolchéviks sont ceux qui pensent que les électeurs ne sont pas majeurs.Quant aux communistes,ça fait longtemps qu'ils n'ont plus le couteau entre les dents,d'ailleurs ça n'a jamais été le cas et je m'étonne qu'un jeune homme de vôtre âge,Julien(25,26 ans?)véhicule encore ce genre d'image d'Epinal en 2007!

Écrit par : alain gautier | 01 mai 2007

Julien là je suis d'accord, communisme et démocratie ne faisaient pas bon ménage même en France. Mais on les a vu au pouvoir en 81 (enfin pas moi directement mais tu vois ce que je veux dire) et la France est restée une république, en plus ils ont été relativement écrasés (comme rappelle Fred) et d'ailleurs comme NS veut nous faire à nous en nous intégrant à l'UMP. faut pas oublier non plus le Mur de Berlin en 89, rostropovitch vient de mourir et on a vu les images avec son violoncelle, le communisme c'est plus l'uRSS, le communisme maintenant c'est la Chine et même les Américains traitent avec eux.

Et puis bon franchement même si le PCF était un danger il y a 30-40 ans, tu crois VRAIMENT que depuis 10 ans les communistes français représentent une menace? Alors NON ça ne me dérange pas qu'on parle avec les petits vieux de la banlieue parisienne, avec les anciens ouvriers limogés dans le Nord, avec les vignerons du Midi, et avec Marie-Georges Bufet. Elle a été ministre du sport je crois, en 97-98, c'était plutôt bien question sport à l'époque non? ;-) On n'a pas obligé tous les clubs de foot à s'habiller en rouge? On n'a pas kolkozé Zidane?
Du communisme, je retiens cet idéal qu'il faut aider les plus démunis et ça je crois personne n'est contre. Evidemment c'est pas avec la doctrine communiste qu'on y arrivera mais cette année la campagne du PCF n'avait même plus le sigle PCF dessus alors on arrête les vieilles idéologies, on se rappelle ce qu'a dit François Bayrou "rassembler toutes les bonnes volontés", "dépasser les clivages", et ça il l'a pas seulement dit il l'a FAIT.

Alors, Julien, tu le mets ton tee-shirt et tu sautes dans le RER? :-)

Écrit par : Lou | 01 mai 2007

Je sais, c' est un peu long...

Mais j' essaye de vous informer le mieux possible, avec arguments à la clefs

______________________________________

Les 10 fractures programmées de SARKOZY

Que serait la France de Nicolas Sarkozy s'il accédait, le 6 mai, à la présidence de la République ? Une France qui serait tirée vers le bas, par des mesures rétrogrades ou contre-productives !

.
1) Une certaine idée de la justice

Ce qu'il veut faire.
- «Lutter contre la récidive en instituant des peines-planchers pour les multirécidivistes» (peine maximale au bout de trois fois).
- Nicolas Sarkozy veut aligner la justice des mineurs sur celle des majeurs.
Tous les spécialistes estiment qu'une telle mesure provoquerait l'explosion de la population pénitentiaire. Or les pénitentiers sont des usines à fabriquer des récidivistes... C'est un cercle viceux contre-productif.

Ce qu'il a fait.
- Il a remis en cause le principe de la séparation des pouvoirs, en mettant en cause personnellement des magistrats, accusés de «démissionner» face aux délinquants.
- Sarkozy a multiplié le fichage en étendant le fichier national automatisé des empreintes génétiques. Ce fichier ne contient pas que des condamnés mais aussi des suspects, contre l'avis de la CNIL.
La criminalité ne sera pas enrayée durablement, par une remise en cause des libertés individuelles de tous les citoyens.
En savoir plus : lire ici l'ouvrage "Ruptures" du magistrat Serge Portelli, qui dresse le bilan de 5 ans de gouvernement Sarkozy et réfutant la plupart des fausses évidences fondant sa politique de sécurité. Au dernier moment, son éditeur a « renoncé » à publier ce texte.

.
2) Une certaine idée de la police

Ce qu'il veut faire.
- Il veut une direction unique du renseignement qui réunirait RG et DST. Une direction unifiée présente l’intérêt d'être plus facilement contrôlable pour le pouvoir politique.

Ce qu'il a fait.
- Dès son arrivée au ministère de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a mis en place la «culture du résultat». Les policiers ont dénoncé ces pratiques lors de leurs élections professionnelles.
- Il est le ministre de l'Intérieur qui a enterré la police de proximité.
Cette «culture du résultat» force les policiers à multiplier les interpellations (petite délinquance) pour «faire du chiffre», quitte à négliger les enquêtes longues et minutieuses (grande délinquance). C'est une politique contre-productive qui favorise la répression aveugle en donnant l'illusion médiatique de l'efficacité.
En savoir plus : lire ici l'article "Sécurité : le bilan de Sarkozy" et lire ici l'article de Libération "Sarkozy a imposé une police d'efficacité médiatique".

.
3) Une certaine idée de l'immigration

Ce qu'il veut faire.
- Créer d'un «ministère de l'Intégration et de l'Identité nationale» regroupant les attributions confiées aujourd'hui à trois ministères.
- Faure adopter une troisième loi sur l'immigration, qui limiterait le regroupement familial.

Ce qu'il a fait.
Alors ministre de l'Intérieur, il a fait adopter deux lois sur l'immigration, en 2003 (suppression de la «double peine») puis en 2006 (limitation des conditions de régularisation des immigrés, mise en place de l’immigration «choisie»).
En savoir plus : lire ici le rapport de la CIMADE "De la loterie à la tromperie" (à télécharger), qui démontre que les critères de régularisation (des sans-papiers) sont flous, subjectifs, appliqués de manière incohérente et sans transparence. Pour « faire du chiffre », c’est l’arbitraire qui domine.
.
.
4) Une certaine idée de l'individu

Ce qu'il veut faire.
- Nicolas Sarkozy propose le dépistage des signes avant-coureurs de délinquance chez les enfants de moins de 3 ans. A trop scruter les «susceptibilités génétiques», il risque de considérer qu' «un sujet "est" délinquant avant même d'entrer dans l'existence», comme le regrettait alors le docteur en psychopathologie Rodolphe Adam.

Ce qu'il a dit.
- Dans un entretien avec le philosophe Michel Onfray, publié par Philosophie magazine d'avril, Nicolas Sarkozy déclarait : «J'inclinerais à penser qu'on naît pédophile», et, plus loin : «Il y a 1 200 ou 1 300 jeunes qui se suicident en France chaque année [...] parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable [...]. Les circonstances ne font pas tout, la part de l'inné est immense.»
Privilégier l'inné sur l'acquis, c'est renoncer au rôle de l'éducation et se contenter de "gérer" de prétendues fatalités.
En savoir plus : lire ici le récit de l'entretien entre Michel Onfray et Nicolas Sarkozy, qui affiche une vision de l'individu et une personnalité... effrayantes.

5) Une certaine idée du social

Ce qu'il veut faire.
- Le candidat Sarkozy veut encadrer le droit de grève en imposant un vote à bulletin secret au bout de huit jours d’arrêt de travail. Il souhaite l'organisation d'un service minimum dans le secteur public.
- Il veut réduire le nombre de fonctionnaires en ne remplaçant pas la moitié des départs à la retraite.
Nicolas Sarkozy veut fragiliser les services publics (écoles, police, justice, hôpitaux, ...), pour compenser les cadeaux fiscaux faits aux entreprises.
- Pour les salariés du secteur privé, il remplacera le CDI et le CDD par un contrat de travail unique, sur le modèle du CNE ou du CPE, ce qui permettrait à tout employeur de se séparer d'un salarié sans avoir à se justifier.
On nous fait croire qu'il faut renoncer à la sécurité de l'emploi, pour avoir une chance d'être embauché. Mais seul 1 CNE sur 10 correspond à une réelle embauche nouvelle ; c'est surtout une aubaine pour le patronat qui aurait embauché (en CDD ou CDI) de toute façon.
En savoir plus : lire ici l'article de l'Express "un an après, le bilan"
- Il propose d'exonérer totalement de charges sociales et fiscales les heures supplémentaires.
Cela signifie que les entreprises auraient intérêt à allonger la durée du travail plutôt qu'à embaucher.
En savoir plus : lire ici des articles qui démontrent le "n'importe quoi" du slogan "travailler plus pour gagner plus".

Ce qu'il a fait.
- Au ministère de l'Economie, le budget 2005, qu'il a préparé et fait voter, se traduisait essentiellement par le non-remplacement d'une partie des départs à la retraite de fonctionnaires.
- Il a soutenu la création du CNE (2 ans de période d’essai dans les petites entreprises) à l'été 2005.

6) Une certaine idée du logement

Ce qu'il veut faire.
- Alors que la France compte 1,3 million de demandeurs de HLM, Nicolas Sarkozy, entend fixer «une obligation annuelle de vente de 1 % du parc social» par an.
Ces ventes concerneront les plus beaux HLM, accentuant ainsi les phénomènes de ghettoïsation. La mise en oeuvre d'un tel programme pourrait réduire l'offre d'habitat social, et ainsi accentuer la flambée des loyers du privé.

Ce qu'il a fait.
- Président du conseil général des Hauts-de-Seine, Nicolas Sarkozy a décidé en 2005 de vendre 4 000 HLM dans son département en cinq ans.
- Maire de Neuilly pendant neuf ans, sa ville compte moins de 3 % de HLM. C'est l'une des pires élèves parmi les communes de France, bien en deçà des objectifs de la loi SRU qui impose 20 % de logements sociaux.


7) Une certaine idée de la santé

Ce qu'il veut faire.
- Il propose «un système avec quatre franchises» (les premiers euros annuels sur les examens biologiques, les premiers euros annuels sur les médicaments, les premiers euros annuels sur les visites médicales et même sur l'hospitalisation). Ces sommes ne seraient «pas remboursées» par la Sécurité sociale (le montant serait décidé chaque année).
Cette logique revient à rembourser de moins en moins les malades, les contraignant à souscrire des assurances complémentaires de plus en plus onéreuses. Comme pour la sécurité (et notamment la sécurité routière) : pour dissuader une minorité d'individus inciviques, c'est l'ensemble des citoyens qui trinquent !

Ce qu'il a fait.
- Ministre de l'Economie en 2004, Nicolas Sarkozy a refusé de puiser dans les recettes fiscales pour renflouer la Sécurité sociale. Il ne prône que la baisse des dépenses pour équilibrer les comptes, même pour les comptes sociaux.

8) Une certaine idée de la fiscalité

Ce qu'il veut faire.
- Nicolas Sarkozy a prévu d'abaisser encore le «bouclier fiscal», ce qui revient quasiment à supprimer l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF)
- Il souhaite supprimer jusqu'à 95 % des «droits de donation et de succession».
Mais 80 % des patrimoines échappent déjà à toute imposition ! Avec cette nouvelle proposition, 20 % des Français les plus riches (qui ne sont pas ceux "qui se lèvent tôt", mais ceux qui vivent de la rente) échapperaient à cette contribution.

Ce qu'il a fait.
- Baissant l'impôt sur le revenu (IR), la majorité a pourtant fait augmenter le taux des prélèvements obligatoires pour tous (qui comprend la TVA, la taxe d’habitation, …). Elle a aussi inventé le «bouclier fiscal».
L'imposture de Nicolas Sarkozy, c'est aussi de faire croire aux pauvres qu'ils vont payer moins d'impôts... alors que seule sa clientèle privilégiée est concernée.

9) Une certaine idée des médias

Ce qu'il veut faire.
- Il prévoit de diluer le Ministère de l’Education, dans un superministère rassemblant les médias, la culture et l'éducation.

Ce qu'il a fait.
- Nicolas Sarkozy compte beaucoup d'amis dans les médias : Arnaud Lagardère, patron du groupe éponyme ­ qui a gentiment viré Alain Genestar, patron de Paris-Match (coupable d'avoir publié un article présentant Cécilia Sarkozy et son nouvel amoureux) ­ ou encore Martin Bouygues, qui possède TF1.
Il est régulièrement accusé de collusion avec les patrons de médias, voire d’intimidations et de menaces envers les journalistes, pour verrouiller leur liberté d’information.
En savoir plus : lire ici l'article de Libération "La haute main de Sarkozy sur les médias" et lire ici l'article du Nouvel Observateur "Comment Sarkozy met la presse sous pression".

10) Une certaine idée du pouvoir

Ce qu'il veut faire.
- renforcer les pouvoirs du président (il veut un «président fort»), grâce à une révision de la Constitution.

Ce qu'il a dit.
- Il défend les institutions de la Ve République : «Ce régime, avec son président fort et son gouvernement doté des moyens d'agir, est fait pour la France».

Nicolas Sarkozy veut confisquer le pouvoir. Craindrait-il les "gardes-fou" (sans jeu de mots) ?


D'après l'article "Les dix fractures programmées de Sarkozy" (Libération du 25 avril 2007)

Autre article sur le même thème :

"Nicolas Sarkozy à l'épreuve des faits"

Écrit par : Virginie2 | 01 mai 2007

http://www.marianne2007.info/Pourquoi-il-est-raisonnable-de-voter-Royal-le-6-mai_a1274.html

Par un électeur de F Bayrou

Passionnant

Écrit par : benji | 01 mai 2007

Merci Virginie2 pour cet argumentaire.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@ Lou

Il n'est pas vrai de dire que ce sont les communistes qui ont été les premiers résistants : tout d'abord, leur appareil, lié par le pacte Molotov-Ribbentrop (partage de la Pologne) d'août 1939, a prôné la collaboration ; c'est ainsi que plusieurs cinéastes communistes ont pu tourner leurs films fin 1940-début 1941. C'est seulement après qu'Hitler s'en est pris à l'Union Soviétique que les communistes, en tant que tels, sont entrés dans la Résistance.

Il y a cependant eu des résistants, en rupture d'appareil communiste, dès la première heure, comme Raymond et Lucie Aubrac, qui s'exprime dans cette vidéo. Et les communistes ont ensuite payé un lourd tribut humain à la Résistance.

Nous devons nous souvenir avec les anciens des heures les plus sombres, du partage qui en est découlé, de l'espoir magnifique qu'a été la Libération et des idéaux qui ont été exprimés à cette époque-là.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Super ton intervention sur le Grand Journal Quitterie !
( http://www.youtube.com/watch?v=E818e1WxHSk j'aurai préféré sur dailymotion)
Je crois bien que je suis sur la même ligne udf !!!
Ah! Quitterie je t'adooore !

Écrit par : morigan | 01 mai 2007

Je viens de faire une note sur le vote du second tour sur mon blog.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Voilà ce qu'on dit de François Bayrou chez Sarközy de Bagy-Bocsa :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/bigard%2Bsarkozy/video/x1umuu_bigard-bercy-sarkozy

Écrit par : Bayrolien | 01 mai 2007

Ravissante Quitterie(me diras-tu un jour d'où vient ce prénom.. ébouriffant?pas obligée non plus,c'est personnel!),ébouriffante Quitterie donc,sur cette vidéo,postée par Morigan,tu tailles en pièces ce consternant et si désuet Charles-Edouard!Un peu facile,quand même;le jeune homme n'a que 17 ans et contrairement à Rimbaud n'est que trop sérieux,lui qui a 17 ans et pourrait être la parfaite réplique de son mentor au même âge,une tête de plus et l'assurance en moins.Bref!tu te fais plaisir et tu as un abattage,une assurance réjouissants,sinon que tous les UMP ne sont pas de pâles Charles-Edouard,loin de là et que j'aimerais te voir combattre un Copé ou un Fillon,bon plus jeune,là je ne trouve pas,peut-être Baroin à la voix de cuivre mais un peu tendre quand-même!...Ce qui m'épate tout de même,chez vous tous,jeunes politiques aux dents longues,c'est qu'on a l'impression que vous n'avez pas le temps de vivre vraiment votre jeunesse!Tu vois là,Quitterie,c'est un des plus beaux printemps que j'ai vus depuis longtemps et je suis sur que tu as à peine eu le temps d'en profiter!Tout près de chez moi,un ruisseau murmure et le parfum de la brise est si doux;les blés en herbe commencent à onduler doucement dans le vent et dans 2 ou 3 heures un couple de rossignols commencera à chanter sous la lune...,mais bon c'est vrai,il faut choisir,travailler plus pour gagner plus(avec un peu de chance)ou prendre le temps de rêver,parce que la vie est si courte.

Écrit par : alain gautier | 01 mai 2007

Merci Virginie2 pour cet argumentaire.

Ecrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007


Merci Hervé

Je regarde le meeting de ségolène Royal... C' est quand même nettement plus joyeux et festif que celui de N Sarkozy. Moi c' est de cette France là dt je rêve, pas celle de Steevy ou Bigard!

Pourvu que François Bayrou fasse le bon choix...

Mais bon...

Écrit par : Virginie2 | 01 mai 2007

Je me demande ce que fait Quitterie, pendant ce temps-là.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Hahahaha, qui a dit que la politique n’intéressait plus ?

D’un côté : 40.000 personnes à un meeting politique… agrémenté d’un peu de musique.

De l’autre 40.000 personnes à un concert gratuit… agrémenté d’un petit discours.

Amusez vous bien.

Écrit par : jef | 01 mai 2007

Elle y est peut être...

Ce serait bien

En tout cas en regardant ça, je n' ai absolument pas l' impression d' être éloignée des valeurs qui sont les miennes et qui m' ont amenée à voter F Bayrou et qui m' amèneront à voter pour S Royal sans l' ombre d' une inquiétude

Virginie2

Écrit par : virginie2 | 01 mai 2007

Hahahaha, qui a dit que la politique n’intéressait plus ?

D’un côté : 40.000 personnes à un meeting politique… agrémenté d’un peu de musique.

De l’autre 40.000 personnes à un concert gratuit… agrémenté d’un petit discours.

Amusez vous bien.

Écrit par : jef | 01 mai 2007

@ jef

Non, jef, t'es pas tout seul.

Écrit par : Jacques Brel | 01 mai 2007

40 000 personnes a l' intérieur

40 000 personnes à l' extérieur

Les métros sont arrêtés! Ils n'arrivent plus à acheminer les gens

SUPER!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bravo ségo!!!!!!!!!!!!

Euh... Je deviens fan moi!

Allez Ségo!!!! Allez François Bayrou!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Virginie2

Écrit par : Virginie2 | 01 mai 2007

Tous les commentaires venaient donc bien de militants PS, ces jours derniers. Ils sont tous à Charléty. C'est d'un calme.

Écrit par : pas militant | 01 mai 2007

@ virginie 2

Vous auriez mieux fait d'y aller. Je ne crois pas utile d'enthousiasmer ici pour Ségo. Attention : vous frisez la récup.

Écrit par : centriste | 01 mai 2007

Nicolas était aujourd'hui dans le Finistère.
Six cars de CRS assuraient sa sécurité pour son arrivée à l'aéroport.
Il n'a même pas eu droit à une manif... on l'a ignoré ! il doit être vexé.

Ségolène c'est en direct sur BFM TV ! au moins, elle, elle nous intéresse.

Écrit par : Vali | 01 mai 2007

Pourquoi je voterai Sarkozy le 6 mai

1°) Parce qu'y en a marre que, depuis 1981, tous les cinq ans on vire la majorité sortante, si bien qu'à chaque fois le nouveau pouvoir défait ce qu'avait entrepris le précédent. Du coup, on n'avance pas : c'est l'immobilisme. D'ailleurs, un signe ne trompe pas à ce sujet : lors du fameux débat Royal-Bayrou, Ségolène Royal a affirmé que si elle est élue, elle remettra en cause la loi Fillon sur les retraites. Il faut au contraire poursuivre l'effort entrepris depuis 2003.

2°) Face aux grands défis qu'aura à relever le nouveau chef de l'Etat tant au plan intérieur qu'extérieur, il me semble que Nicolas Sarkozy est le mieux qualifié.

3°) Je ne crois pas à la soi-disant alliance arc-en-ciel qui irait de l'extrême-gauche de Besancenot au centre de Bayrou. C'est contre-nature et une telle alliance ne tiendrait pas bien longtemps au delà du 6 mai.

Écrit par : Hugues | 01 mai 2007

@virginie2,3 4

40000 personnes ??? morte de rire

40 fois moins qu' un concert de jean michel jarre ... et lui personne n' en voudrait comme président

Écrit par : agnes | 01 mai 2007

Allez, lancons nos paris

Hollande ou Strauss Kahn comme premier ministre dans 1 semaine ?

Écrit par : PS forever | 01 mai 2007

40.000 personne à un DEBAT POLITIQUE!!!!!!!!!!!!! ohoho tu te reveille.

POLITIQUE = c'est pas une sitcom !!

Sarkozy attire les foules pour l'écouter parler

Segolène doit réunir des artistes...... pour offrir un CONCERT GRATUIT.... parce qu'elle n'a rien a dire...

La gentille femme contre le méchant monsieur ????

La joie de vivre contre ceux qui disent qu'il faut bosser ???

ET Quittrie, qui crois que ce qui se passe sur le net est révélateur de ce qui se passe dans la réalité!

Evidement qu'il y a plus de gens de gauche que de droite sur les blogs. Facile de réunir avec les artistes.... franchement, réunir autour d'idées de droite.... je pensai pas qu'on y assiste un jour en France.

Écrit par : tu vote POUR ou CONTRE Sarko? | 01 mai 2007

Les valeurs de Woodstok vs les valeurs du travail.

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

Tiens, la droite est de retour sur ce blog.

Écrit par : Mdr | 01 mai 2007

La désinformation de l' UMP se poursuit

Les jeunes UDF apprécieront.... F Bayrou appréciera

Continuez

Virginie2

Écrit par : virginie2 | 01 mai 2007

@ tu votes

Argument hilarant.

Mais accuser Quitterie (avec un e entre le 2e t et le r) de ne pas discerner ce qui est révélateur de ce qui ne l'est pas, c'est ne pas lire son blog, ou alors de la mauvaise foi.

Internet est un révélateur et, de plus en plus, un annonciateur. La percée de Bayrou, c'est sur Internet qu'il fallait la chercher. Et d'ailleurs, Bayrou devrait vite aller voir son ami l'homme du 5e pouvoir, pour préparer la suite.

Bien sûr, il y a ceux qui croient que la politique, ça se fait comme au temps de grand-papa, ça c'est sarko. Il a 75% chez les vieux, paraît-il, tellement il est innovant. Mais pas pour longtemps, car je suis convaincu que chacun des Jeunes Libres va appeler sa grand-mère pour la convaincre de ne pas voter Sarko et de faire passer la consigne à ses amies. Et alors, la vérité de la politique d'aujourd'hui apparaîtra.

Et il deviendra possible de remettre en avant le programme de Bayrou.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@ PS for ever

M'en fous. Moi, je vote contre Sarko.

Écrit par : Bayrou for ever | 01 mai 2007

@ "tu vote pour ou contre Sarko ?"
C'est quoi ce pseudo ?
De l'intimidation ? Cela semble nauséabond. Et il faut arrêter de crier. Je te rappelle que sur le net (courriels, chat, post...), écrire en majuscule indique que l'on crie. Alors calme toi. Sur ce site personne n'est pour le programme de Nicolas Sarkozy, pas plus que pour le programme de Ségolène Royal, nous sommes pour le projet d'espoir de François Bayrou. Maintenant nous devons nous déterminer pour le second tour par rapport à ces deux programmes. Il y beaucoup de gens qui votent blanc, d'autres Ségo et d'autres Sarko. Ce que nous souhaitons c'est débattre autrement, et tu te distingues par ta véhémence. La valeur travail n'est pas l'apanage du programme de Sarkozy, et l'opposer parce que Madame Royal organise un rassemblement festif est vraiment douteux. Vous vous prenez pour des fourmis ?
Je n'ai de leçons à recevoir de personnes sur le travail, des heures j'en ai fait et j'en referai et bien au delà des limites imposées par la législation, j'ai passé des week-ends au travail.

Le travail est important, mais s'ouvrir à la culture et au monde aussi. lLa musique est un aspect pour le faire. Il y a aussi la spiritualité (et je ne parle pas forcément de religion), réfléchir sur le devenir de l'Homme par exemple. Il n'y a pas que l'argent dans la vie...

Ici nous souhaitons débattre autrement, si François Bayrou a fait ce score, c'est bien parce que la politique telle que vous la menez désintéresse.

Je te conseille d'aller travailler, puisque cette valeur t'agrée, ton français car au nombre de fautes dans ton texte (et même dans ton pseudo), il y a du boulot. Et ne te retanche pas derrière ces sales profs qui n'ont pas su t'éduquer...

@Votre Choix
Serait-ce le même ? Encore des majuscules. On oppose encore la cigale et la fourmi ? J'apprécie énormément la musique de la fin des années 60 et celle des années 70, dont Woodstock est un symbole. Ces artistes étaient emprunt d'Humanité, même si je ne partage pas toutes leurs dérives. Au moins ils avaient l'utopie de porter des valeurs humanistes qui ont été le socle de ceux qui ont fait progresser le monde depuis des siècles : Liberté, Egalité, Fraternité. Renierais-tu notre devise républicaine ?
A titre d'information, visionne le film de Martin Scorsese sur Woodstock, tu verras que des jeunes se sont défoncés (pas de drogue) mais au boulot pour l'organiser ce festival. Ca c'est du travail et pour le plaisir des autres. L'altruisme, voilà une autre valeur importante !
A ne pas vous relire.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@ Virginie2

François Bayrou ne peux que se taire. Il n'apportera aucune indication sur son vote, ce serait se déjuger par rappoort à sa campagne et au débat de samedi.
Il ne peut qu'appeler à nous rassembler, autour de son projet, pour les législatives afin que nous puissions peser de toutes nos forces sur le destin du pays.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@ Michel Hinard

J'ai lu que Bayrou indiquerait son vote perso.

Mais bien entendu, le plus important est de constater que sa démarche était fondée avant le premier tour, qu'elle reste fondée avant le deuxième, qu'elle restera fondée après le deuxième. Il y a un combat juste à mener pour les législatives.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Il a voté ROYAL au 1er tour, il votera SARKO au 2eme




Le publicitaire Jacques Séguéla, qui avait organisé les campagnes de François Mitterrand, a annoncé qu'il voterait pour Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle. Au premier tour, il a voté pour Ségolène Royal.

"Je vais voter Nicolas Sarkozy. Cela fait 50 ans que je vote à gauche. Ce n'est pas une décision que j'ai prise en cinq minutes", a-t-il déclaré sur RTL. "C'est quand même le plus capable de rassembler les Français", a-t-il ajouté.

"Ségo m'a fait rêver et Sarko l'a fait", a lancé en forme de slogan le publicitaire âgé de 73 ans, qui revendique la formule "La force tranquille", choisie lors de la campagne victorieuse de François Mitterrand en 1981.

Écrit par : seguela | 01 mai 2007

@ Hervé
Si il annonce qu'il vote blanc ou qu'il s'abstient cela sera cohérent. S'il annonce qu'il vote Ségolène, comme moi, cela ne sera plus cohérent et fera fuir un certain nombre de ses électeurs et notamment ceux qui militent à l'UDF depuis très longtemps, ou les personnes plus agées que celles qui viennent sur ce site.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

Qu'importe Séguéla ?

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

qu' importe Michel H

Écrit par : julien | 01 mai 2007

@ seguela

Encore une fois, Sarko se fournit dans les maisons de retraite. Note bien que le plus âgé des soutiens des candidats, c'est Jeanneney ... 97 ans ! et il est pour Ségo. Tout est relatif.

Alors, Jacques ex- de chez RSCG passé chez Havas et chez Bolloré, entre les deux tours, comme ça, la révélation t'est venue ? Pouf ! Comme Claudel ? Derrière un pilier de Notre-Dame ?

Ségo t'avait fait rêver ? Qu'est-ce que tu fumes ? Qu'est-ce que tu prends ? À ce degré d'hallucinogène, c'est incroyable. Sarko l'a fait ? Il a fait quoi ? Il a fait ce qu'il y avait dans le rêve que tu avais fait de Ségo ? Houlala, ça devient grave, mon vieux. Faut prendre ta retraite, vite, vite, avec les autres électeurs de Sarko qui, comme toi, sont pleins aux as et prétendent défendre le peuple.

À la trappe ! aurait crié le père Ubu.

@ Michel H

Bayrou fera ce qu'il voudra. S'il n'indique rien, je ne m'en formaliserai pas et j'avoue être très contrarié de devoir prendre parti (en cela je crois être toujours d'accord avec Quitterie). De toutes façons, je vais aller aux info in carne oribusque comme on disait dans mes cours de latin.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Strauss Khan futur 1er ministre


http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/250874.FR.php

Écrit par : amélie | 01 mai 2007

@Hervé torché


La grosse différence en Séguéla et toi, c' est que lui connait l' envers du décors. Il connait personnelement tous les acteurs du PS. Il laisse tomber la cause socialiste comme Eric Besson ou Roger Hanin et j' en oublie...
Je n' ai jamais vu autant de ralliement unilatéral dans une éléction.
TU ne connais pas les personnes que tu amènes au pouvoir, eux si ! comment peux tu te permettre de juger ?

Écrit par : séguéla | 01 mai 2007

@ Hervé torchet

"À la trappe ! aurait crié le père Ubu."

voilà un message bien typique d' un socialiste. Il ne vous plait pas car il ne pense pas comme vous > à la poubelle.

DIre que vous qualifiez Sarko de fachiste ! c' est l' hopital qui se fout de la charité lol

Écrit par : amélie | 01 mai 2007

@ Amélie

La sagesse de Ségolène me paraît sage et son ton mesuré. Elle a raison de n'examiner ni les appareils ni les coalitions.

Il me semble qu'elle ne met pas la pression sur Bayrou pour un ralliement qui signifierait, selon elle, une négociation d'appareils, négociation qu'elle ne juge pas urgente.

Décidément, le ton est juste.

Le temps viendra de surmonter les affrontements bloc contre bloc, c'est ce qu'elle dit. Chaque chose en son temps. Continuons avec Bayrou.

Écrit par : Bayrou président 2012 | 01 mai 2007

"Le temps viendra de surmonter les affrontements bloc contre bloc"

tu m' étonnes. Déjà que le PS est sujet à des affrontements permanent en interne... comment veux t elle satisfaire tout le monde de l' extrème gauche jusqu' au centre ?
Ne nous leurons pas, elle va galerer !

Écrit par : maxime | 01 mai 2007

"Le temps viendra de surmonter les affrontements bloc contre bloc"

tu m' étonnes. Déjà que le PS est sujet à des affrontements permanent en interne... comment veux t elle satisfaire tout le monde de l' extrème gauche jusqu' au centre ?
Ne nous leurons pas, elle va galerer !

Écrit par : maxime | 01 mai 2007

@ Monsieur Ségalat

TORCHET, on vous a dit !!!

Écrit par : un ami d'Hervé Torchet | 01 mai 2007

@ Hervé
Nous sommes sur la même longueur d'onde Quitterie, toi et moi. Il n'empêche, tous ne réagissent pas comme nous.
@Séguéla
Nous n'en avons rien à foutre, je deviens vulgaire, de ces ralliements pour la soupe. Je ne suis pas pour Ségolène, ke ne suis pas pour Nicolas. Celui qui avait le bon prjet c'était François. Alors advienne que pourra. Mais tous ces ralliements me font vomir. Toutes ces personnes n'ont donc pas de dignité, de fierté personnelle ?
Moi mon candidat c'est François Bayrou et je voterai Ségo, parce que Sarkozy a des méthodes que je réprouve et que si Ségo n'est pas élue, Sarkozy fera un plus faible score et sera obligé d'entendre ceux qui n'ont pas voté pour lui. Si Ségo est élue elle sera bien obligée de prendre en compte les électeurs de Bayrou et de s"aligner quelque peu sur notre politique économique et de résorption de la dette.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@ Amélie

Non, je ne suis pas socialiste et ne l'ai jamais été. J'ai ma carte à l'UDF depuis le 2 octobre 1981 et aurai bientôt celle du PD.

Ce n'est pas parce que Séguéla ne pense pas comme moi que je l'envoie à la trappe du père Ubu, mais parce que ce qu'il dit est ridicule.

Qui je suis pour juger ? Pas plus bête qu'un autre. La démocratie, c'est que nous sommes tous égaux devant le jugement, que cela plaise aux sarkozystes ou non.

Je ne qualifie pas Sarko de fasciste, mais d'ultraconservateur réactionnaire tendance télévangéliste américain. Il n'a rien à voir avec la droite française. C'est une OPA inamicale de Bush sur le pays des libertés et de la laïcité.

@ maxime

L'appel à l'abstention de Le Pen, ce matin, écarte l'idée d'évolution à l'Italienne.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

@Hervé torchet

"Qui je suis pour juger ? Pas plus bête qu'un autre. La démocratie, c'est que nous sommes tous égaux devant le jugement"

Oui mais pour juger où trouvez vous vos infos? des ragots de rues ou dans les journaux à la solde de tel ou tel parti ? Vous n' avez pas toutes les cartes en main contrairement aux Séguela, Besson et Hanin qui ont vu et vécu dans les coulisses. Vous avez beau dire que vous êtes intelligents mais si vous n' avez pas les bonnes infos rien n' y fera.
Je vous laisse à vos fantasmes politiques. Ce qui me console si Royal accède au trone, c' est de vous entendre dans quelques temps une fois l' euphorie passée. On a déjà vécu ca en 1981. Malgré toutes les caricatures que l' on peut faire de Sarko , il est plus apte à redresser le pays. Royal, elle, passera son temps à arrondir les angles avec tous le monde. Déjà qu' au sein du PS , personne ne s' entend, alors MIchel qu' immaginez vous lorsqu' elle devra satisfaire l' extrème gauche et les centristes ...

Écrit par : Amélie | 01 mai 2007

@ Amélie

Je n'aurai aucune euphorie si Ségolène Royal est élue, seulement la double satisfaction d'avoir écarté Sarkozy du pouvoir et d'avoir ouvert le dossier de la 6e république.

Contrairement à vous, je n'appelle pas le pouvoir le trône, je suis républicain.

Je trouve mes info où je peux, c'est là encore la règle de la démocratie. Les rancoeurs personnelles animent souvent les gens qui connaissent "l'envers du décor" comme vous dites.

Les journaux sont surtout à la solde de votre candidat.

Apte à redresser le pays ? En le mettant à feu et à sang ? À vous de juger. Je ne le crois pas.

La méthode Bayrou est au contraire de retisser du lien. Ségolène Royal entend s'en inspirer, voire s'y associer, c'est constructif.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Je suis à l' UDF

J' ai entendu le discours de S Royal

Il m' a totalement convaincu. Et puis, à comparer avec l' image donnée à Bercy, franchement, je préfère une France apaisée et réconciliée. François, si tu me lis...

Gael

Écrit par : Gael | 01 mai 2007

A charlety , elle aurait pu faire gaffe à ceux qui l' entoure !

Renaud l' alcoolo, Julien Dray l' extremiste, Menucci qui ne veut pas de centristes au gouvernement .
Bel image

Écrit par : aurélien | 01 mai 2007

Je suis à l' UDF

J' ai entendu le discours de S Royal

Il m' a pas convaincu. On dirait qu' elle parle à des demeurés ! au secours

On aurait du une réunion de secte

Écrit par : lucie | 01 mai 2007

je sais pas pourquoi mais qd jecoute sarko je trouve a chaque fois que le temps passe vite il a tjrs qqch interessant a dire etc il est convaincu de ses idees, sego elle me saoule en 2 mn jai envie de couper le son elle a une voix stridente agancate elle parle pas elle ideologise et ca ca me saoule ! jesp du ondde mon ame que sarko va gagner ! pas de ps ras le bol du ps ! dehors

Écrit par : mooubar | 01 mai 2007

Amélie:
je suis à 100% votre analyse

quote: ""Qui je suis pour juger ? Pas plus bête qu'un autre. La démocratie, c'est que nous sommes tous égaux devant le jugement"

Oui mais pour juger où trouvez vous vos infos? des ragots de rues ou dans les journaux à la solde de tel ou tel parti ? Vous n' avez pas toutes les cartes en main contrairement aux Séguela, Besson et Hanin qui ont vu et vécu dans les coulisses. Vous avez beau dire que vous êtes intelligents mais si vous n' avez pas les bonnes infos rien n' y fera.
Je vous laisse à vos fantasmes politiques. Ce qui me console si Royal accède au trone, c' est de vous entendre dans quelques temps une fois l' euphorie passée. On a déjà vécu ca en 1981. Malgré toutes les caricatures que l' on peut faire de Sarko , il est plus apte à redresser le pays. Royal, elle, passera son temps à arrondir les angles avec tous le monde. Déjà qu' au sein du PS , personne ne s' entend, alors MIchel qu' immaginez vous lorsqu' elle devra satisfaire l' extrème gauche et les centristes ...
"

Julien:
Ceux qui restent, au final, se sont débarrassés de tout le monde (leaders, élus, même leurs références aux humanistes fondateurs de l’Europe) . Ils ne comprennent pas ce que signifie la fidélité. ALors quend tu parles de Segela...
Ici, le parti soi-disant 3e voie / libéral / girondin / ni droite-ni gauche…. N’existe déjà plus. Tous ce que veulent les personnes qui écrivent sur ce blog c’est : se jeter dans les bras de ségolène.

Ca y est, dans 5 minutes Hervé Torchet va me contredire et affirmer :
« C’est pas vrai, », « comment tu peux dire ça », « c’est Ségolène la plus belle »…etc. etc. etc. (repeat to fade)

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@ lucie

La réunion de secte, c'est avec Sarko qu'on va la faire, à la scientologie.

Écrit par : tom cruise | 01 mai 2007

@ votre CHOIX ?

Je ne dirai certainement pas que c'est Ségolène la plus belle, car c'est Quitterie, la plus belle.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

pour pas changer mme royal nous distille un discours creux et toujour avec sa voix monotone et sans aucune passion. ce n est pas ce discours qui vas me faire changer d avis,dimanche je vote pour le vrai changement et l action

Écrit par : maka | 01 mai 2007

lucie:
je vois de quoi tu veux parler, ça me fait ça à chaque fois que je l'entend parler



........... attention, observez Mr le Professeur Torchet.... réaction?

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@hervé torcet

Question !

Si ROyale devient présidente , est ce que l' ump peut gagner les legislatives juste après ?

Écrit par : andré | 01 mai 2007

@Lucie

ouais, on dirait un robot ou une prof, elle me fait presque peur

On a vraimen la sensation qu' elle veut s' adresser à ceux qui ne sont pas fini , les très jeunes ou ceux à qui il manque une case.
Et ca marche. On a pu voir une majorité de jeunes à son rassemblement

Écrit par : maxime | 01 mai 2007

Avec un discours dans le vague, avec de vieilles recettes (qui ne marchent pas) on veut nous faire croire au changement!! Alors le changement oui en effet mais pour cela on va revenir 20ans en arrière !! Le PS en général n'a aucune vision économique du programme qu'il propose!! Ségolène donne tout et à tout le monde !! Comment va-t-elle financer ça !! avec un petit emprunt je pense sur les générations futures (on n'est plus à ça près!!)!! ;) Je trouve que Ségolène (en essayant d'être objectif) n'a pas les compétences, les épaules aussi pour assumer cette haute fonction. Sa candidature a été fabriquée par les médias car c'était la seule qui n'a pas (encore) été mélée à une sale histoire de corruption! Ex : Quand je vois Fabius je lis sur son front "Sang contaminé" j'en ai marre qu'on nous présente toujours les mêmes! Si elle est élues faut pas oublier que les personnes qui vont l'entourer seront ceux qui on été incompétents par le passé. Sarkozi est dynamique et présente de manière pragmatique un programme réaliste. Il ne fait pas la langue de bois alors il est dangereux !! Personnellement je vote Sakozy dimanche!! sans hésitation!!

Écrit par : pascalou | 01 mai 2007

@ votre choix

C'est plus simple, maintenant, chez les sarkozystes, ils se copient-collent en couronne. Comme ça, ils n'ont même plus besoin de réfléchir.

Je suis, comme Hervé Torchet que vous attaquez, un homme libre. Je fais mes opinions moi-même et je n'ai nul besoin d'un maître à penser. MM. Hanin, Besson, Séguéla, ont leurs opinions, souvent dictées par l'intérêt ou l'amertume. J'écoute ce qu'ils disent et je l'évalue. Mon opinion n'est pas la leur, voilà tout.

Je trouve mes info là où le pouvoir de presse média sarkozyste me laisse le droit de les trouver. Ses amis Dassault, Lagardère, et même Bolloré, endoctrinent ; je cherche ailleurs, en particulier sur Internet. Oh, je sais, M. Sarkozy n'aime guère Internet.

Le parti UDF ne sera bientôt plus et laissera place au Parti Démocrate. Et alors ? François Bayrou n'a-t-il pas cité Robert SChuman et Jean Monnet, puisque vous parlez d'Europe ?

Fidélité ? À qui ? À Giscard, un homme qui n'hésite pas à manger dans la main qui l'a poignardé ? À Santini ? Parlez-lui donc de la fondation Hamon. À Robien ? Cet homme n'est qu'une marionnette.

Fidélité aux principes que nous avons toujours défendus, à la France, à l'Europe, à la cause de l'humanisme. Fidélité au monde à construire, à l'économie libre, équitable et solidaire. Fidélité à l'avenir. Ca, oui.

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

@ maka et votre CHOIX

Pas de réaction. Votre opinion du discours de Royal m'est indifférente : je ne l'ai pas regardé. Je ne vote pas pour elle, mais contre l'autre.

@ maxime

Ca, Sarko fait moins de voix chez les jeunes que chez les vieux.

@ Pascalou

Sarko n'a rien à envier à Ségo pour les absurdités budgétaires. Quand il était ministre du budget, la dette extérieure de l'État a augmenté de 25% en deux ans.

Écrit par : Hervé Torchet | 01 mai 2007

Hervé:
(Mr le Prof.) Si c’est ça votre critère, il y a pas mal du côté UMP :

http://www.n-k-m.com/

http://www.jeunesradicaux.net/pyreneesorientales/photo/329950-407318.jpg?nocache=324732

alors vous en dites quoi ?

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

à maka et votre choix
il y a ds les commentaires un lien du discours de Royal lors de son meeting à Lyon, allez le voir et dites moi franchement qu'elle est mauvaise oratrice ou qu'elle s'exprime comme un robot.

Écrit par : daquin | 01 mai 2007

J'ai la rage, car pendant que j'écrivais une longue réponse à Amélie j'ai tout perdu. Deux fois que cela m'arrive ce soir. Je ne vais pas reprendre ce que j'écrivais car depuis d'autres commentaires m'ont énervé.
Arrêtez avec les ralliements. Hanin il a soutenu le PC dansn les années 50, il a soutenu Mitterrand, dès que son beau-frère fût pratiquement enterré, il a soutenu Chirac (vous êtes trop jeunes pour vous en souvenir ?), après c'était Robert Hue (içl est vrai que le PC avait changé), maintenant Sarkozy ! Mais que croyez vous que Mr Hanin connaisse plus que nous l'encres du décor (à part le PC) ? Quand à Besson le record du monde de vitesse du changement de veste ! Je vais vous faire une confidence. J'ai beaucoup d'estime pour Azouz Begag. Mais son livre, publié à ce moment là, je n'en tiens pas compte, car, même si tout ce qu'il écrit est vrai, c'est suspect. Alors Mr Besson....
Moi je me suis bat depuis 30 ans pour que mes valeurs centrales aboutissent. Il m'a fallu attendre tout ce temps pour qu'un candidat les réprésente, François Bayrou. Il n'a pas toujours été ainsi, il a évolué. Alors je ne veux pas laisser passer cette chance. Je pense sincèrement qu'il est possible de travailler pour réformer le pays entre personnes de gauche démocrate-sociale, Centre et droite modérée.
Je sais que ce ne sera pas possible avec Sarkozy. Ségolène Royal n'est pas la meilleure candidate, mais elle ne pourra que composer avec nous. Elle n'aura pas le choix. Il restera aux gaullistes sociaux de nous rejoindre.
J'eus préfér que François soit élu Président. Mais dois-je tout bloquer parce que celui dont je suis le plus proche n'est pas en tête ? Pourquoi fais-je de la politique ? Pour le bien de la cité. Certes la solution proposée n'est pas la meilleure, mais au moins avec SR je pourrais imposer une partie du projet auquel j'adhère. Avec NS je n'ai aucune chance sur les sujets primordiaux (Réforme des institutions, Environnement, Education, Europe, il n'a pas les mêmes vues et priorités que moi).
Alors pour répondre à Amélie, croyez vous que Ségolène Royal va gouverner avec l'extrême gauche ? Avec ce que je viens d'écrire la réponse me parait évidente...

Michel Hinard

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@ votre CHOIX

Ne vous exténuez pas à convaincre Hervé Torchet qu'il existe d'autres jolies femmes que Quitterie Delmas. Il rêve qu'elle soit libre pour pouvoir l'épouser. Il ne se disperse pas. C'est un homme très droit.

Écrit par : un ami d'Hervé Torchet | 01 mai 2007

@le démocrate


"ils se copient-collent en couronne" + "Fidélité aux principes que nous avons toujours défendus, à la France, à l'Europe, à la cause de l'humanisme. Fidélité au monde à construire, à l'économie libre, équitable et solidaire. Fidélité à l'avenir. Ca, oui."


tu m' étonnes , chez le ps ils disent la même chose que toi** de belles phrases pour exciter les faibles cerveaux mais des actes qui ne suivent pas


mdr

Écrit par : julien | 01 mai 2007

Mr Démocrate,

Quote :: C'est plus simple, maintenant, chez les sarkozystes, ils se copient-collent en couronne. Comme ça, ils n'ont même plus besoin de réfléchir.

je vous précise que j’ai soutenu FB au premier tour et NS au second. Ceci étant dit, je vais faire du copier/coller en votre faveur :


Quote :: Je suis, comme Hervé Torchet que vous attaquez, un homme libre. Je fais mes opinions moi-même et je n'ai nul besoin d'un maître à penser. MM. Hanin, Besson, Séguéla, ont leurs opinions, souvent dictées par l'intérêt ou l'amertume. J'écoute ce qu'ils disent et je l'évalue. Mon opinion n'est pas la leur, voilà tout.

Dans la liste des gens que vous citez, n’oubliez pas de mentionner F Bayrou.


Quote :: Je trouve mes info là où le pouvoir de presse média sarkozyste me laisse le droit de les trouver. Ses amis Dassault, Lagardère, et même Bolloré, endoctrinent ; je cherche ailleurs, en particulier sur Internet. Oh, je sais, M. Sarkozy n'aime guère Internet.

Ok, mais gardez une certaine distance. Internet est totalement incontrolé. On peut dire/ecrire/lire tout et n’imorte quoi sur Internet. Il n’est pas toujours possible de recouper les informations. Souvent une rumeur peut se propager en réaction en chaîne dans différents cites Internet. Vous parlez de la Liberté de la Presse. Mais il y a aussi un problème de d’éthique journalistique qui est absente sur le Net.


Quote :: Le parti UDF ne sera bientôt plus et laissera place au Parti Démocrate. Et alors ? François Bayrou n'a-t-il pas cité Robert SChuman et Jean Monnet, puisque vous parlez d'Europe ? Fidélité ? À qui ? À Giscard, un homme qui n'hésite pas à manger dans la main qui l'a poignardé ? À Santini ? Parlez-lui donc de la fondation Hamon. À Robien ? Cet homme n'est qu'une marionnette.

On dit la même chose : Bayrou n’a plus toutes ces personnes…. Que ces personnes construisent un nouveau parti. Que Bayrou fasse le sien. Le mieux serait, pour éviter toute ambiguïté que les deux partis s’appeler autrement que «UDF ».


Quote : Fidélité aux principes que nous avons toujours défendus, à la France, à l'Europe, à la cause de l'humanisme. Fidélité au monde à construire, à l'économie libre, équitable et solidaire. Fidélité à l'avenir. Ca, oui.

Je faisaiq ma critique par rapport à un ralliement au PS. Il me semble que ces valeurs que vous citez ne sont pas compatibles avec la gauche étatique.


Ca va ? J’étais constructif ? Je vous démolis pas. J’exprime que je vois les choses différemment. Pourtant nous avons tous les deux soutenu Bayrou.

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@Hervé
Attention le mari de Quitterie va finir par être jaloux. lol

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@Michel H

tu oublies Jacques Séguéla

de quelle tarre vas tu l' affubler pour t' en débarrasser ? lol

Le leitmotiv des socialistes : " Tous des merdes sauf nous "
alors forcémment quand on est jeune est incrédule , on y va car on veut pas être une merde

Écrit par : Pipo PS | 01 mai 2007

@ julien

Des actes ? Attends qu'on ait le pouvoir et tu verras.

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

@un démocrate


Tu as quel age? tu étais encore dans les jupes de ta mere dans les années 80 ?
Le ps au pouvoir on connait

Et là tous les ministres de mitterand frétillent derrière ségolène

Au secours la gauche revient

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

http://www.dailymotion.com/related/1046402/video/x1em1d_debat-entre-dsk-et-sarkozy/1

Le Figaro annonce 51/49 ce soir (avant le meeting) NS/SR. On est loin des 54/46 du 1er tour!

Dans trois jours au plus, les lignes vont se croiser!

On ne peut pas faire élire NS! Avec lui, on est mort! Il ne pardonnera jamais à François d' avoir osé parler avec S Royal... Jamais!

Virginie2

Écrit par : virginie2 | 01 mai 2007

Daquin :
je reconnais que Segolène est une Formidable oratrice. Je reconnais aussi qu’elle est charmante, rassurante, qu’elle dit tout ce qu’on veut entendre. Elle ne froisse personne. Elle fais de belles phrases. Oui, Sarkozy parle de « racaille » de « Karcher », etc. Ils parle moins bien.

Bon, mais on choisi pas un Prof là. On choisi des idées concrètes… Tu vois ce que je veux dire ?

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

Bonsoir chers amis,

Je reviens de la journée à Charlety. C'était un très grand moment s'osmose. Et c'était vraiment exténuant vu le peuple qu'il y avait: 40 000 dedans, 20 000 dehors.
Plusieurs mouvement de foules, quelques malaises... le quotidien du Service d'Ordre (juste bien entendu)!
Je n'ai pu entendre Ségolène Royal. J'ai vu quelques personnalités et j'ai surtout pu voir 3 grands chanteurs: Bénabar, Renaud et Yannick Noah!!
Si vous voulez savoir quel était le bruit le plus audible dans les travées de Charléty, c'était: DSK sera premier ministre, DSK sera premier ministre, DSK sera premier ministre. Et ce n'est pas parce que j'ai soutenu Dominique Strauss-Kahn aux primaires socialistes que je vous le dis!!!

Quitterie, Virginie, je vous embrasse et vous dit à très bientôt!

Écrit par : abadinte | 01 mai 2007

@Pipo PS
D'une part je ne suis pas socialiste, je suis du centre depuis 30 ans, donc pas jeune. J'ai assez observé de trahisons dans la vie politique pour ne plus en tenir compte.
Trop d'hommes politiques, ou virevoltant autour comme Séguéla, ne l'ont fait que pour s"enrichir., pour les combines. Si l'on parle des "publicitaires", car c'est quand même le métier d'origine de Mr Séguéla, ils vont là où leur protefeuille les mène. Prenons Mr Saussez. Je l'ai connu soutenant Giscard, puis Barre (pour le moment c'est presque cohérent), puis Chirac (tiens donc), puis maintenant Sarkozy où il va retrouver Mr Séguéla qui était son adversaire dans toutes les autres campagnes ! Ne feraient-ils pas du bayrou ? Rassembler à gauche et à droite ? Ah j'avais pas compris !

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@michel H

A la seule différence c' est que Séguéla n' avait jamais changé son fusil d' épaule auparavant.
Ce n' est pas une girouette
SOuvenez vous des critiques de Strauss Kahn, Fabius, et Jack Lang avant que Ségolène ne soit intronisé. Tous la considerait INAPTE à la présidence.
Mais toi Michel , tu la connais sans doute mieux qu' eux...

lol

Écrit par : Pipo PS | 01 mai 2007

@ votre CHOIX

Vous dites que vous avez soutenu Bayrou au 1er tour, mais comme vous n'avez pas le courage de vous démasquer, cette assertion n'engage que vous.

À ma connaissance, Bayrou n'a pas soutenu Sarkozy. Et il n'a pas, jusqu'ici, contrairement à la liste de noms que vous donnez, eu la prétention de me dicter ma conduite.

La presse, quand elle est à ce point contrôlée, n'offre guère de garanties quant à la qualité des info qu'elle fournit. Toutes les évaluations faites sur les info trouvées sur Internet déterminent une fiabilité au moins équivalente. Et combien plus de liberté face aux grands intérêts économiques.

Le parti des gens qui ont quitté l'UDF ne sera qu'une perfusion de l'UMP, un appendice, un fantôme. Pas de liberté, pas d'existence. Tout juste un théâtre d'ombres.

Les valeurs que je cite ne sont pas compatibles non plus avec la république des renvois d'ascenseurs et des gabegies financières orchestrée par Sarkozy. Elles seront présentées au peuple, qui tranchera aux législatives.

Moi, je continue à soutenir Bayrou. Vous parliez de fidélité ?

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

Alain Prost roule pour Sakozy...
... au bio-carburant

en ce moment sur direct8

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@abadinte

Dominique Strauss-Kahn 1er ministre, oui on le sentait venir depuis quelques jours.

Belle ouverture au centre.

Sur que je voterais BLANC maintenant

Écrit par : Pipo PS | 01 mai 2007

Moi c'est Bayrou, mais entre la peste et le choléra, alors que je peux soigner le choléra et pas la peste, je chosi le choléra.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

Mon dernier post était pour Pipo PS

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

Me Démocrate, vous soutenez Bayrou? Vous soutenez quoi? Mais qu'est-ce qu'il pense Bayrou?

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

Fastoche.

www.bayrou.fr

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

@virginie2 : je pense comme toi qu'il est important que FB poursuivent dans la même voie et que si Sarko gagne : tous sera fait pour marginaliser son mouvement. Pourtant il faut qu'on avance vers le dialogue et la bonne foie : je ne supporte plus les débats bidons avec critiques aprisent par coeur.

Écrit par : johana | 01 mai 2007

Notre prochain 1e ministre (sourir):

http://ph.ris.free.fr/Presidentielle-DSK/

...enfin le votre. Moi je me tire pour de bon là.

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

Dominique Strauss-Kahn 1er ministre

waou

Il s' est gavé dans la Mutuelle des étudiants , la MNEF

mais ca nos nouveaux socialistes , jeunes et innocents l' ignorent

http://www.humanite.fr/journal/1999-11-30/1999-11-30-300375

Écrit par : A gauche toute | 01 mai 2007

oui encore un calcul de ROYAL pour attraper du centriste :

http://www.menstep.com/actualite-16420-partis-presidentielle-2007-ps.html

Écrit par : julien | 01 mai 2007

@ a gauche toute

Carton rouge : M. Strauss-Kahn a bénéficié d'un non-lieu. Attention à la diffamation.

@ Quitterie Delmas

Vous êtes la responsable éditoriale de ce blog. Donc complice de la diffamation. Je vous suggère donc d'efface le commentaire d'a gauche toute.

Écrit par : juge arbitre | 01 mai 2007

@juge arbitre

oui , il y a eu tellement de non lieu dans les affaires politiques. Mais nous , le peuple Francais, nous ne sommes pas dupes.

Écrit par : a gauche toute | 01 mai 2007

Johana :
je pense sincèrement que c'est le contraire. Si Sarko gagne il va mettre en oeuvre 80% du programme de www.bayrou.fr.

Il offre plus de garanties, car il a des équipes motivées et bien en place.

Ségolène, ça fait que 15 jour qu'elle s'intéresse à nos idées.

On ne peut nier que FB et NS ont travaillé longtemps ensemble. La différence est sur la méthode. Mais les objectifs sont identiques. La preuve : cela même qui ont rédigé le programme de FB ont rallié NS.

En revanche l'union de la gauche ne fait que rassembler tous ceux qui ont ‘peur’ de Sarkozy. Ils sont prêt à "Tout sauf Sarko".

Même si Sarkozy a 1 tonne de défauts, au moins il a envie de mettre en œuvre un programme pour le pays.

Royal, ne propose aucune motivation. Ca va continuer comme aujourd’hui. Alors que des réformes s’imposent.

Quand aux arguments par rapport aux magnas de la presse, du CAC40, etc…. on est des simples gens. On est manipulé. Il ne faut pas croire que les bobos, la gauche caviar, est moins impliquée dans ces réseaux que la droite.

Bayrou à toujours renvoyer dos à dos UMP et PS sur ce point.

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

Cela devient vraiment malsain ces commentaires infondés. Ce n'est pas comme cela que la politique va s'ammender et redorer son blason aux yeux des électeurs...

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

un excellent article julien:

extrait:
"A six jours du scrutin, Ségolène Royal, qui veut "sortir des schémas traditionnels", mise sur le social-démocrate Dominique Strauss-Kahn pour attirer l'électorat de François Bayrou tout en cherchant à rassurer son aile gauche."

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@Quitterie et Virgine
Je pense qu'il faut que vous effaciez certains commentaires qui, effectivement, sont contraires à des décisions de justices qui ont été prononcées. Nous sommes dans un état de droit.

La justice est séparée de l'exécutif et du législatif (enfin devrait, mais il faudra attendre que nos idées puissent enfin gagner pôur rétablir ces principes initiés par Montesquieu et appliqués lors de la révolution française).

Certains ici se montrent sous leur vrai jour, la démocratie est loin d'être leur credo.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

@Michel H

tu n' as pas relevé mon texte où je te parlais de ces ministres du PS qui critiquaient tous Ségolène, avant de se rallier à elle par pur interêt ? serais tu dérangé ? lol

"Cela devient vraiment malsain ces commentaires infondés. Ce n'est pas comme cela que la politique va s'ammender et redorer son blason aux yeux des électeurs..."

Oui oui comme d' habitude, tout ce qui n' a pas un raisonnement PRO PS est à jetter. Tu as raison vous n' êtes pas pret de redorer le blason de la politique. La diabolisation de Sarko dont vous avez été les instigateurs m' a litéralement dégouté de votre parti politique.

Écrit par : Pipo PS | 01 mai 2007

juge arbitre:

à partir du moment ou la personne donne ça source, elle peut dire ce qu'elle veut. On est libre de discuter sur ce blog. Et ça se passe pas trop mal non?

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

C'est surtout fatigant.

Sarkozy ne mettra sûrement pas en oeuvre les deux caractéristiques du programme de Bayrou : la vertu comptable et l'intégrité morale.

Il n'a aucune intention de bâtir 20000 logements hypersociaux et n'est déjà pas capable de tolérer qu'on construise de simples logements sociaux dans sa ville.

Il ne fera pas la 6e république.

il n'interdira pas aux grands groupes qui vivent des commandes de l'État de posséder des moyens d'info, et pour cause.

Il ne fera pas le "Small Business Act" à la française.

etc.

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

@Quitterie et Virgine
Je pense qu'il faut que vous effaciez certains commentaires qui, effectivement, sont contraires aux interets du PS

mdr

Si on devait effacer tout ce qui est diffamatoire sur Sarkozy, il ne resterait plus rien sur le net !

D' autres part il s' agit juste d 'un lien avec un article de LIBERATION.
A la justice de le faire oter du web donc....

Écrit par : Julien | 01 mai 2007

C'est vraiment agaçant ces anti-démocrates. J'en ai rien à faire du PS, Je n'aime pas plus le PS que l'UMP. Mon commentaire s'adressait à des la personne qui remettait en cause une décision de justice.
En droit français c'est répréhensible. La justice est souveraine. Pour la contester il y a des procédures et des cours ad'hoc.

Écrit par : Michel H | 01 mai 2007

"Il ne fera pas la 6e république."


ce n' est pas un chiffre qui changera les mentalités de nos politique. 6eme , 7eme , pfff n' importe quoi. Vous avez vraiment besoin du susucre pareil pour voter pour Royal ?

Écrit par : a gauche toute | 01 mai 2007

@ votre CHOIX

Votre source n'en est plus une à partir du moment où l'article est antérieur au jugement et où votre phrase évoquait une culpabilité certaine, que l'article lui-même ne se hasardait pas à ériger à un tel sommet.

Écrit par : juge arbitre | 01 mai 2007

souvenir:

Bayrou se dit "le seul à pouvoir réunir Strauss-Kahn et Borloo"

(article du Figaro)
http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20070418.FIG000000218_bayrou_se_dit_le_seul_a_pouvoir_reunir_strauss_kahn_et_borloo.html


---
entre Strauss-Kahn et Borloo, je choisi Borloo

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@Michel H

si l' article de Libération est répréhensible , il doit être retiré du net! Pourquoi tu t' excites ? Pire que celui que tu critiques !


Si Sarko est facho alors toi qu' es tu ?

Écrit par : a gauche toute | 01 mai 2007

"Plus à gauche du PS, le satisfecit est similaire, chez le sénateur Jean-Luc Mélenchon, qui s'était élevé contre l'idée d'une alliance PS-UDF. "Pugnace et convaincante, Ségolène Royal n'a rien cédé sur ses propositions. Il n'a pas été question des ministres UDF et c'est parfait.""


bein voilà, le centre ne sera pas au gouvernement. On va se faire entuber

Écrit par : audrey | 01 mai 2007

démocrate:
et Ségolène fera quoi?

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@ a gauche toute

J'ai l'ambition d'institutions plus démocratiques, plus représentatives et plus efficaces. Mais les verrous actuels de la France arrangent bien votre candidat.

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

@ a gauche toute

L'article (L'Huma pas Libé) n'est pas répréhensible ; c'est ta lecture qui l'est.

Écrit par : juge arbitre | 01 mai 2007

Je propose de prévenir les flics afin qu' ils traquent l' individu qui a reporté le lien avec le journal libération mettant en cause notre DSK. J' espère que de lourdes sanctions seront prises à son égard.

Ca te plait ca Michel H ?

Sarko c' est un enfant de coeur à coté de toi :)))

Écrit par : audrey | 01 mai 2007

@ votre CHOIX

Mme Royal a inscrit la 6e république dans son programme. Pour le reste, nous proposerons nos vues aux Français aux législatives. Ils trancheront.

Écrit par : un démocrate | 01 mai 2007

Démocrate :

T’as vu ce qui se passe en ce moment sur le blog. Quelqu’un a lu une info sur Internet…. Et il paraîtrait que ce ne soit pas vrai…. On est vachement plus libre quand on croit tout ce qu’on lit sur internent…… vu que ce n’est pas contrôlé/censuré. On est plus sur de rien, on doute de tout. On fait plus la différence entre réel et virtuel. On est dans le flou.

Écrit par : votre CHOIX? | 01 mai 2007

@ audrey

Ce n'est pas Libé, mais L'Huma. L'affaire a été jugée. En parler relève de la diffamation. C'est à DSK de le faire s'il le juge utile. Mais vous cherchez à nuire à Quitterie Delmas en maintenant vos assertions. Dommage qu'elle ne nous lise pas en ce moment.

Écrit par : juge arbitre | 01 mai 2007

c pas DSK qui a pris mais son collègue

"Un proche de DSK
Jean-Christophe Cambadélis, aujourd'hui proche de Dominique Strauss-Kahn, a été condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis et 20 000 euros d'amende, pour une supposée mission de conseil sur les étudiants étrangers, entre 1991 et 1993, basée sur sa qualité de sociologue."

http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=4024


encore une histoire de famille

Écrit par : maxime | 01 mai 2007

Au moment où Sarko ne sait plus quoi faire pour se rendre interessant, il se met à nous promettre un plan..alzheimer ( http://fr.news.yahoo.com/01052007/290/nicolas-sarkozy-promet-un-plan-alzheimer-egal-au-plan-cancer.html ), incroyable !

Est-ce pour soigner son électorat en perdition ?

Sinon, meeting-concert très sympa à Charlety (40.000 à l'intérieur, et pas mal dehors..à écouter avec la sono) avec Ségo...et des artistes à la hauteur (pas des doc gyneco and co..) type Cali (à fond...dès la première note), Bebabar...et puis Ségo nous a fait un grand plaisir elle est resté jusqu'au bout, s'entretenant d'ailleurs avec Renaud/Higelin/Noah en back stage....

Delpech a fait passé un frisson dans le stade..avec le classique "White is White...Dylan is Dylan..." spécial dédicace pour Sarkozy (http://www.dailymotion.com/video/x1vbgd_delpech)

Dans les interview, marrant un chiraquien gaulliste..(ayant voté Sarko au 1er tour) et n'ayant pas apprécié le passage de ce dernier à Colombey..s'appretant à voter Ségo !
ça promet si les gaullistes s'y mettent..

Noah a souligné sa fierté d'être français et son soutien plein, entier pour Ségolène...
avec en prime son hit "Aux Arbres Citoyens !"
(http://www.dailymotion.com/video/x1vas6_yannicknoahauxarbrescitoyens)
repris en coeur...par la foule, avec "Aux Armes..Citoyens !"

J'ai bien aimé le final où Le Bolloch(très bon comme présentateur de soirée..) n'a pas manqué de souligner que lors de la victoire de Noah à Rolland Garros, la passion s'était emparé du pays..devant cette image de Yannick en train de courir vers son père dans les tribunes !

Le Bolloch a ensuite, justement souligné, le recul actuel...où nous en sommes (avec Sarkozy) à arrêter un grand père qui vient chercher un enfant à l'école, et où une répression tombe de façon aveugle..au lieu de proner la tolérance, l'entente entre tous les citoyens.

Vous y avez assisté aussi, comment avez vous ressenti l'atmosphère ?
Car..il y avait des tee-shirt oranges !

Écrit par : Marsipulami | 01 mai 2007

@maxime

attention tu vas déranger nos amis du PS

Écrit par : Pipo PS | 01 mai 2007

@ notre choix
euh oui, mais moi je répondais sur un post dont le discours était Ségo/robot, donc désolé de t'avoir englobé là dedans par erreur.
sinon j'y trouve du sens ds les propos de Royal, (je l'ai dit dès le début: je suis sympathisant PS ) , j'y trouve une promesse de démocratie renouvellée, des idées intérressantes pour l'économie , comme l'aide aux entreprises produisant sur des secteurs sensibles à la concurrence, ou embauchant, une meilleure gouvernance avec les régions, une ouverture des marchés publics aux PME (90% du tissus productif français), des aides aux investissements de capacité sur les secteurs compétitifs hors taux de change (ce que fait l'allemagne), et ds tous les cas la promesse que la croissance repartie personne ne sera oublié. ça c'est mon vote raison.
après j'ai un vote coeur aussi, parce chez cette candidate, j'y trouve aussi de la décence, ce n'est pas ségolène qui ira fustiger chomeurs et rmistes, feignants qui ne veulent pas travailler . ma copine a été ds les deux situations pendant 10 mois, et ce fut une vraie souffrance, morale, et physique, parce qu'on oublie souvent de dire que les 500 euros de rmi tu ne les touche que qd tu es célibataire, si tu as la malchance d'être en couple c'est 200 euros de moins, je précise que l'autre source de revenus du couple c'était ma bourse d'étude, donc 150 euros. vous calculez : 450 euros pour deux pendant 10 mois, vous enlevez les loyers, la bouffe, les factures, les livres pour étudier, et le fait que nos économies étaient à 0 à cause de nos années d'étude précedentes (à bac + 5 c'est difficile au vu du niveau de continuer à être pion et étudiant) et vous obtenez l'aide obligatoire de mes parents, parce que sinon ben c'était la rue. donc à un moment les discours d'une certaine partie de la droite, sur l'assistanat ça me fait assez mal au coeur. alors après on a tous, à droite où à gauche où au centre des idées différentes pour relancer l'économie, où repartir mieux, différement ou moins les prestations sociales, mais ne venez pas chercher des boucs émissaires chez ceux qui sont déja bien fracassés.
bon désolé, je viens de lire un argumentaire UMP sur le site du monde, et je suis énervé.

Écrit par : daquin | 01 mai 2007

MEA CULPA

je me suis fourvoyé , en effet DSK est INNOCENT, je confondais avec son collaborateur.

De plus il est évident que DSK est un homme intègre au dela de tout soupcons.

Écrit par : A gauche toute | 02 mai 2007

MEA CULPA

je me suis fourvoyé , en effet DSK est INNOCENT, je confondais avec son collaborateur.

De plus il est évident que DSK est un homme intègre au dela de tout soupcons.

Écrit par : A gauche toute | 02 mai 2007

Là, je suis mort de rire.
Cet article sur Straus- Kahn est de l’humanité = le journal du PC !!!!

Coucou, voter Ségolène, c’est voté pour le PC, Besansnot, LAguillet.

C’est avec ça que vous voulez faire équipe ?


Comment si vous êtes pas en mesure de dsicuter au sein de la même équipe (je vous site : "diffamation", sic.) comment allez vous mettre en place les moindres solutions à partir du moment ou vous serez au pouvoir?? Interminables et interminables discussions en perspectives....

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

Bon, je vous laisse entre gens de l'UMP.

Écrit par : un démocrate | 02 mai 2007

Vous avez gagné, je me casse de ce site. Dommage car Quitterie avait levé quelque chose de neuf.
Bravo les UMPS, continuez ainsi à aliéner la politique. Ne venez pas vous plaindre plus tard.

Voilà les pratiques que j'exècrent qui ont fait que j'ai mis beaucoup de temps à militer.

Mais je ne vous laisserai pas la joie de me renvoyer à mes chères études. Je continuerai de milter, mais pas dans des conditions ou le respect n'est pas la voie normale.

Cela aussi c'est dans la démarche du projet de François Bayrou.

Tant que vous continuerez à pratiquer de cette sorte, ne vous étonnez pas que les gens se désintéressent de la politique et que les extrêmes montent. La récupération des électeurs du FN par Sarkozy ne sera peut être que de courte durée. Au moisn je lui reconnais cela, même si sur la méthode je m'inquiète vivement.

Écrit par : Michel H | 02 mai 2007

@a gauche toute

Je l' aurais dit 3 fois à ta place !

Avec la Kommandature Socialiste ici présente on est jamais trop sure

Pas étonnant qu' ils pactisent avec l' extrême gauche. Vous connaissez ce courant qui emprisonne tous leurs opposants politiques ( cuba, ex-urss etc... )

Bon, je vous laisse entre gens du PS

Écrit par : maxime | 02 mai 2007

@ Marsu

Pardon, mais on est dans un flot d'UMP. C'est extrêmement désagréable.

Non, je n'étais pas à Charléty, mais je sais que des bayrouistes s'y trouvaient avec la voiture "François Bayrou".

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

hahaha, ça y est, les PS sont parti? Donc non seulement nous on se lève tot. Mais en plus on se couche tard. (je décone)

Pensez à ce simple fait, avant de dire « les gens se désintéressent de la politique »

Sarko réuni 40.000 personne à un meeting ou il parle de politique… avec un peu de musique. (d’ailleurs Gilbert Montagné était génial)

Ségolène réuni plus de 40.000 personnes à un concert gratuit…. Avec un petit discours de 30 minutes

Qui a fait tout le monde s’intéresser à la politique ? Qu’on soit pro / anti ou ni-ni

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

Oui c'est vraiment pénible de voir des UMP obligés de se faire passer pour des extrème gauche.

J'ai vu pas mal de sexy centristes et même une orange avec un T-shirt: le centre vote Ségolène Royal! J'ai adoré!!!!!!!

Écrit par : abadinte | 02 mai 2007

Bonjour les commentaires qui prédisent des pensées !

C'est cela l'UMP ?

Je n'ai jamais dans mes commentaires traité quiconque de fascho ? Et pourtant un commentaire le laisse supposer.

Je suis du centre avec une culture de droite, mais voir ces petits cons se comporter ainsi cela me fait vomir. je commence à m'interroger s'ils sont de l'UMP ou du FN aux vues de leur discourS;

Quitterie il faut que tu crées un autre site... là nous serons polluer par des énergumènes qui n'ont rien compris au sens du mot débatrre.

Écrit par : Michel H | 02 mai 2007

Je lis ce soir que le report des voix d'électeurs bayrouistes du 1er tour sur Ségolène Royal a baissé. Je me demande pourquoi. C'est d'ailleurs au profit du vote blanc, non de Sarko. Un résultat de l'intox ? Une consigne de certains ?

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Michel H tu parles de moi?

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

bonsoir

je suis une femme come Mme Royal, je voterais pour elle

bizoux à tous

Géraldine

Écrit par : géraldine | 02 mai 2007

Hervé Torchet, C'est Sarko tout puissant qui les a truquer. Tu crois pas? (je rigole)

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

@Hervé Torchet

"Je lis ce soir que le report des voix d'électeurs bayrouistes du 1er tour sur Ségolène Royal a baissé. Je me demande pourquoi. C'est d'ailleurs au profit du vote blanc, non de Sarko. Un résultat de l'intox ? Une consigne de certains ?"


Tout simplement une partie d' entre eux pensait que Bayrou serait 1er ministre.
Mais en fait Royal va le mettre ministre des sports lol

Écrit par : audrey | 02 mai 2007

Bravo madame Géraldine.

Hervé : c'etait quoi une "voiture françois bayrou"?

le site pour les sondages ifop est là:
http://www.ipsos.fr/presidentielle-2007/

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

audray : je sais que l'heure est grave, mais, juste pour rire:
- ministre de l'agriculture :)

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

Bayrou ne sera jamais ministre de Royal. Il ne peut pas le devenir s'ils souhaite devenir un jour président de la République.
Par contre Sarnez pourrait prendre un portefeuille...

Écrit par : abadinte | 02 mai 2007

@ abadinte

Marielle ne prendra aucun portefeuille, car hélas Royal ne gagnera pas. Le résultat du week-end sur l'électorat centriste est une baisse nette du report sur Royal, au profit d'ailleurs de l'abstention/vote blanc.

Or Royal a besoin d'un gros report de voix centriste.

Si elle a 9 pts d'extgche sur 10, elle arrive autour de 34, 2 pts de Le Pen la montent à 36, 1/3 de Bayrou la montent à 42 (base 1er tour). Or Sarko a 31, Villiers le monte à 33, 1/3 de Bayrou à 39 ; il lui suffit alors d'1/3 de Le Pen pour arriver à 42. Or il aura au moins 40 ou 50% de Le Pen (sinon 60, disent encore les spécialistes qui ne croient pas à l'efficacité de la consigne d'abstention). Donc si Sarko a 45, il faut 3 pts de plus à Ségo pour revenir à sa hauteur, soit 50% du report Bayrou. Or ces 50%, je ne les vois pas, ils viennent même, à mon avis de disparaître.

Désolé, abadinte, on va tous se retrouver dans l'opposition.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Ne soyons pas défaitistes. Il y a en France des gens qui votent pas au 1er tour mais au 2nd tour oui!!!!!

Écrit par : abadinte | 02 mai 2007

Bonsoir

ici encore Géraldine

je voulais savoir quand il y avait les élections legislatives?

merci

Écrit par : géraldine | 02 mai 2007

Au fait, ce sondage a été AVANT le débat entre Royal et Bayrou!!!!

Écrit par : abadinte | 02 mai 2007

Au fait, ce sondage a été fait AVANT le débat entre Royal et Bayrou!!!!

Écrit par : abadinte | 02 mai 2007

@ Géraldine

C'est en juin, mi-juin.

Écrit par : camille o | 02 mai 2007

@Abadinte : tu as raison faut toujours y croire!
@Julien et Michel H : bonjour messieurs, vous allez bien? venant de rentrer pouvez vous m'indiquer les commentaires à enlever? merci beaucoup, a bientôt, virginie

Écrit par : virginie | 02 mai 2007

@ abadinte

Sondage effectué les 30 avril et 1er mai (au passage scandaleux qu'on fasse travailler les sondeurs le 1er mai). Ipsos.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

@camille

ok, mais donc on peut se retrouver avec des députés dans le camp opposé du ou de la gagnante ?

et se retrouver en collocation ? non ?

Écrit par : Géraldine | 02 mai 2007

@ Géraldine

Dans ce cas de figure-là, ce n'est jamais arrivé sous la Ve république.

1981 : élection de Mitterrand en mai, législatives en juin, maj abs pour le PS
1988 : élection de Mitterrand en mai, législatives en juin, de peu maj abs pour le PS
2002 : élection de Chirac en mai, législatives en juin, maj abs pour l'UMP.

Donc...

Écrit par : camille o | 02 mai 2007

ok

je verrais bien Royal présidente et Sarko 1er ministre lol

Un sacré couple pour la France. L' un tempérant l' autre.

Écrit par : Geraldine | 02 mai 2007

CHARLETTY super aprés midi! foule multicolore, détendue, soleil... le vent est favorable. Croisé une vingtaine de T-shirts oranges ainsi qu'un ours "sexy-centriste" mal rasé!

Rencontré plusieurs UMP encartés qui vont voter Royal.
La flèche sur Doc Gyneco, Malraux, Sarko, De Gaulle, n'était peut ètre pas gratuite. Le voyage express à Colombey n'aurait pas été aprécié en haut lieu. Un petit signe en route venant de l'élysée pour vendredi?

Et François il hiberne? Les vaisseaux ont brulé. Il faut aller de l'avant. (et prier pour que Sarko se plante, il nous fera la peau jusqu'au dernier, c'est un petit garçon rancunier).

Écrit par : Balou | 02 mai 2007

@ Balou

On nous a fait le coup des UMP etc, du signe de Chirac etc...

N'y croyez pas. C'est de l'enfume.

Écrit par : Bagheera | 02 mai 2007

@ balou et Bagheera

ce n'est pas de l'enfume, mais n'en exagérez pas la portée. Ca ne fait pas bouger bcp de voix et probablement, ce sont déjà des "bayrouistes" du 1er tour. Ne vous leurrez pas, restez lucides. Il y a sans doute une chance quand même, mais n'attendez votre chance que de vous-mêmes.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Bonjour ou bonne nuit à tous (il est 2h31)

Un article à lire avant d'aller voter :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=22693

Et un autre, plus amusant (si l'on veut), mais aussi avant d'aller voter.
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=23087

Sur ce, je suis d'accord avec une des analyses que j'ai lu plus haut :
L'élection de SR est la seule configuration pour permettre les conditions de création d'un véritable espace politique durable au centre.
Si c'est NS :
1. Il fera tout pour "liquider" Bayrou, comme Mai 68.
2. Sa politique très probablement autoritaire, pour ne pas dire plus, radicalisera nécessairement son opposition politique institutionnelle.

Écrit par : Bart & Rémy | 02 mai 2007

Retour de Charlety, cadeau aux amis centristes :

http://img125.imageshack.us/img125/3645/bayrou23342av8.jpg

"J'ai entendu le message des électeurs du centre et des républicains de progrès : rien ne se fera sans goût de la démocratie, sans une Europe qui fonctionne et surtout sans un Etat impartial", a-t-elle déclaré hier à Charlety.

Écrit par : Richard... | 02 mai 2007

Bart et Remy..

Il y a quand même eu une nouvelle sensation politique au PS, comme au centre avec l'ex-UDF..avec les dynamiques Ségolène Royal et François Bayrou !

Dans les deux cas, maintenant l'important..c'est qu'elles puissent se traduire et "rénover" des partis pour apporter enfin au pays du neuf, mettre fin à la politique de morosité et de recul de la droite sarkoziste.

"Doc Gynéco ce n'est pas Malraux, Mauriac ce n'est pas Tapie, De Gaulle ce n'est pas Sarkozy !"

A Charlety, la moblisation était patente...j'ai apprécié la diversité, les couleurs des tee-shirts (rouge, bleu, blanc...orange), les multiples drapeaux (j'ai ramené en souvenir un..MJS Jeunes !) et le fait aussi que la jeunesse était présente en "force", détendue, profitant du beau temps et de l'atmosphère....à nous de porter maintenant, partout, cette joie et cette envie autour de Ségolène, non pour porter une parole sectaire mais une envie de montrer que chacun à sa place dans la France de demain !

Écrit par : Marsipulami | 02 mai 2007

BVA donne un score meilleur à Ségo chez les centristes. Il faut donc faire la moyenne. 49 (BVA) + 37 (Ipsos) = 86 : 2 = 43, ce qui correspond à 8 pts de Bayrou au 1er tour. À base égale, ça donne qu'avec un report de 60% des lepénistes du 1er tour, Sarko est à égalité avec Ségo. En prenant comme postulat que les abstentionnistes du 1er se répartissent équitablement, il faut donc empêcher tous les lepénistes au-delà de 60% d'aller voter. Si vous en connaissez, c'est le moment de leur offrir une journée bien remplie à Disneyland.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

@Abadinte : nous aussi on t'embrasse très fort, et à très bientot, l'avenir est devant nous! virginie V

Écrit par : virginie | 02 mai 2007

Résistance, oui, mais contre quoi ? Les idées et les méthodes de Sarko ? ou l'enlisement promis par Ségo ?
Arg, j'ai hâte de voir se dessiner les contours du parti démocrate. Espoir, espoir...

Écrit par : VincentGautier | 02 mai 2007

385 messages excellent !

Écrit par : julien94 | 02 mai 2007

@ julien94

386 !

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Mercredi 2 mai 2007,

Bonjour Amies et amis blogueuses et blogeurs.

Bonjour Quitterie
Bonjour Virginie


Hier Ségoland à Charlety :

Arrivé vers 15h30
Déjà 1/4 du stade rempli.

Impression : la musique sympa : rap variete française
et puis le discour : un peu plat :
"Sarko c'est pas de gaulle"
"la valeur travail"
"aimons nous les uns les autres"
"donnons nous la main"

Beaucoup d'explication sur Mai 68 et ses "grandes avancées sociales"

Avoir l'audace de voter pour une femme.

Votez Sego, sinon c'est la révolte de la rue.
ça si c'est pas vouloir faire peur au peuple, alors je m'y connais pas !!

***

reflexion :
si sego est elu, bayrou est sur d'avoir plein de nouveaux député
si sarko est elu, bayrou est bien ennuyé surtout depuis que hervé morin va voter sarko

Au fait sego, elle mettra qui au gouvernement !!
Les éléphants du ps ou des nouveaux ?

Écrit par : julien94 | 02 mai 2007

Un mensonge déja prêt!

Lisez cet article paru ce matin dans Bêtapolitique

Source: http://www.betapolitique.fr/spip.php?article0757

C' est édifiant quant aux méthodes utilisées par l' UMP et toute leur clique. Ah Mr Sarkozy a bien retenu les leçons de Mr Pasqua!

Amis de l' UDF, ON N'EN VEUT PAS DE CETTE FRANCE LA!!!! JE VOTERAI S ROYAL!

Diffusez partout cet article! On nous a manipulés depuis le début!!!!! C' est une honte!!!!

________________________________________

Débat Royal Sarkozy : la stratégie de l’IFOP, de Parisot et de l’UMP pour affaiblir Ségolène Royal
Raphaël Anglade

mercredi 2 mai 2007

Voir en ligne : Le sondage Ifop / Paris Match

Mines réjouies et airs entendu lundi soir au QG de l’UMP. L’arme fatale contre Ségolène Royal est prête. On refait le coup de Villepinte.

Villepinte ? Vous vous souvenez ? Ségolène Royal, accusée depuis des semaines d’être une idiote sans programme, y avait présenté son Pacte présidentiel et avait annoncé 100 propositions. Comment neutraliser cette prise de position alors que Nicolas Sarkozy n’avait pas pris le moindre engagement ferme (il ne l’a toujours pas fait, d’ailleurs) ?

C’est simple. Le lundi matin tôt, L’IFOP (l’institut de Laurence Parisot, 273e fortune de France, patronne du MEDEF) appelle de pauvres Français qui n’en peuvent mais et leur demande ce qu’ils ont pensé de ce pacte qu’ils ne connaissent toujours pas (puisque le meeting de Villepinte n’a pas été télévisé et que les sondés n’ont pas encore pris connaissance des propositions). Quelques questions bien orientées et hop ! « Les Français ne sont pas convaincus par le pacte présidentiel ». Une dépêche AFP le mardi, une parution le jeudi dans Paris Match, les gesticulations à contre-temps de Besson le Félon, et le pacte est (médiatiquement) noyé...

Alors voici qu’on recommence. Mines réjouies et airs entendu à l’UMP (bis)

Demain, jeudi 3 mai, Paris-Match (groupe Lagardère, faut-il le rappeler) publiera un sondage indiquant que 53 % des Français vont voter pour Nicolas Sarkozy. Le débat n’aura donc pas convaincu. Sarkozy sera vainqueur du débat. Royal perdante.

Comment le sait-on déjà ? Parce que ce sondage a été réalisé les 27 et 28 avril... vendredi et samedi... Avant le débat Royal / Sarkozy et avant même le dialogue Royal / Bayrou...

Voilà une précision importante ! Figurera-t-elle en Une de Paris Match ?

Il n’est pas toujours nécessaire de truquer les chiffres pour manipuler un sondage !

Écrit par : Val | 02 mai 2007

Bonjour à toutes et tous
Comme sur tous les blogs assez fréquentés, il est vrai que les messages polluants sont toujours énervants et c'est le cas ici aussi, normal. La pollution pouvant être ici d'ordre partisanne puisque l'on y parle politique ! logique, pour ne pas dire bêtement supportrice au sens sportif.
Bref, je reviens quand même car il y a toujours à mon gout de très interessants apports et dialogue, l'essentiel étant de ne pas se cacher honteusement pour balancer des trucs gratuits, voire insultants.
Bref, donc le rappelle, je suis un électeur de gauche du premier tour, c'est clair, et du deuxième bien sur, et au delà des appels à voter dimanche, je suis très interessé par ce rapprochement, du moins dans le dialogue entre le centre et la gauche.
Il me semble que quelque soit le résultat de dimanche, les élections législatives dans la foulée vont être d'une haute importance, et risquent encore de bousculer les choses, car on ne peut y faire une transpostion d'un vote national même récent, surtout cette fois ci. Les situations locales vont il me semblent devenir encore plus complexes... Comme un troisème tour.
Si je me fie là où, je suis, désolé, ce n'est pas à Paris, mais en voisin de François Bayrou, vous savez la ville citée souvent dans les Guignols où il est supposé se rendre voir sa grand mère !!! (voyons si les perspicaces trouvent !) Petite ville donc de 9000 habitant où le maire et conseiller général est un de ses UDF proches. Il y est maire depuis pas mal de temps, une ville où aux élections nationales, la gauche est nettement en tête, mais largement battue lorsqu'il y a une election locale car elle n'y a plus de personnalité forte. Pour dire qu'à l'échelon local, la personnalité d'un élu bien entendu compte, et dans cette ville c'est très net, car déjà à plusieurs reprises, ce maire a obtenu, comme François Bayrou, bon nombre de suffrages de gauche dès le premier tour. Là, pour préciser, le total de gauche fait près de 50 %, Bayrou 25, Sarkozy 17, Le Pen + de villiers 8 %. Bref, ce maire UDF gère la ville avec une opposition de gauche de 4 élus assez peu virulent sur le fond de la gestion, souvent en accord. Il a rallié quasiment toute sa majorité, y compris les UMP à François Bayrou, et se présente aux législative là, bien sur. Les attaques les plus violentes qu'ils vient de subir déjà proviennent du candidat UMP déclaré sur la circonscription. En face, il aura aussi un député socialiste sortant dans le profil très anciennement élu, député de base bon "soldat" qui est assez populaire dans les campagnes ; et qui commence à lasser pour ne pas dire agacer sérieusement, y compris ses électeurs, y compris moi même !
Bref, ce petit décor local étant posé, il me semble que là tout est réuni pour que les fameuses lignes bougent. Je me dis, mon choix etant déjà fait depuis fort longtemps pour dimanche, pour les législatives, pourquoi ne bougerais-je pas mes lignes personelles ???
Il me semble et je l'avais ddéjà écrit plus haut, que c'est bien localement que les choses vont se faire et bouger.
Vos témoignages lainsi ocaux seraient interessants...

Écrit par : SB | 02 mai 2007

hello à tous,

je crois que la position de Le pen pour le second tour n'a pas été commenté sur ce blog ; compte tenu de l'appel à l'appel à l'abstention massive et du report assez mécanique des voies FN sur Sarko, faut-il en tirer comme conclusion que Ségo pourrait en tirer avantage ?

Écrit par : michael silly | 02 mai 2007

A Julien 94

Je trouve ton raccourci sur son discours orientés. Ce qu'elle a simplement dit c'est que des réformes passant sans concertation, des phrases qui heurtent, un êtat partial et injuste, peut mener (ménera) le pays au blocage, aux ressentiments, et malheureusement aussi parfois aux violences, ce qui est mauvais pour le pays tant économiquement qu'en terme d'image. Et que cela avec une démocratie vivante, réelle on l'évite. Et donc que son projet est plus porteur de paix civile et d'énergie citoyenne que celui de NS.

Non elle n'a pas joué sur la peur, elle a simplement indiqué aux citoyens ou mêne une politique fondée sur l'affrontement. D'ailleurs qui peut nier que les tensions ont augmentée dans ce pays depuis que NS est au pouvoir (si si vous savez il est déja au pouvoir). N'y a t'il pas eu des violences, vous sentez vous le pays plus apaisé ?

Moi j'ai aimé le discours de SR, je ne l'ai pas trouvé "plat", au contraire. Je n'attendais pas une liste d'épicier à la jospin ou autres.
Je vote pour un chef d'état. Et un chef d'etat ce n'est pas un boutiquier ou un petit chef d'une france contre l'autre france.

C'est quelqu'un qui incarne un idéal, c'est quelqu'un qui incarne des valeurs, c'est quelqu'un qui est touné vers les citoyens et qui est capable de les rassembler positivement autour d'un projet, c'est quelqu'un qui sait ce que sont les fondements de la République (Education, Justice indépendante, Laïcité etc..). Et tout cela je l'ai ressenti hier à Charlety comme des milliers d'autres citoyens.

Je ne veux pas d'un homme qui utilise des mots de Karcher, Racaille, Liquider, Mettre à genoux, faire rendre gorge, nettoyer, forts et faibles, reformater les français, utiles et inutiles etc.. les mots ont un SENS.

Mr Sarkosy s'est réjoui le soir du premier tour de la bipolarisation de la vie politique, il a même indiqué que l'UDF devait se taire car les français l'avait éliminé au premier tour. Il ne voit pas la vie dans sa complexité et sa diversité, il voit la vie en deux camps gauche et droite, gentils et méchants, faineant et bosseurs, gagneurs et loosers etc...
Dés qu'il est contredit ou que l'on souligne ces excés, il se sent victimisé, caricaturé... le povre qu'il est bien fragile.

Raisonnement simpliste, mots violents, victimisation. Bref il n'a pas l'envergure d'un chef d'etat. Je n'en veux pas pour mon pays.

Electeur Bayrouiste convaincu, UDF, chef d'entreprise innovante, je voterais pour SR avec enthousiasme dimanche pour une france ouverte, tolérante, fraternelle, dynamique qui avancera dans le débat permanent et pragmatique pour résoudre les problémes.
Je ne veux pas d'un homme qui me dise quoi penser, qui prétend savoir ce qui est bon pour moi,et qui prétend me dire pour justifier ses échecs que c'est la faute de "xx".

Écrit par : prevalli | 02 mai 2007

@ Michael Silly

Il suffirait qu'il dissuade 1 point d'électeurs frontistes de se déplacer pour donner un peu d'air à Ségo.

Disons que Le Pen fait 10 % au 1er tour. 10 % de ses électeurs font 1% du total base 1er tour.

Or 31 (Sarko) + 2 (Villiers) + 5,5 (30%deBayrou) = 38,5 à 39.
Et 25,5 (Ségo) + 9,5 (extgche) + 8 (45%deBayrou) + 2 (20%deLePen habituels) = 45.

Le différentiel entre Ségo et Sarko est donc le suivant : 45 - 38,5 = 6,5.

Or 6,5 base 1er tour = 65%deLePen.

Autrement dit, comme on estime que l'électorat de Le Pen devait, avant l'intervention de Le Pen, se reporter à 60% voire 70% sur Sarko, s'il est possible que Le Pen fasse baisser ce total à 50 ou 55%, ça aide Ségo.

CQFD.

Mais Ségo ne doit compter que sur elle-même et sur sa dynamique propre.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

@ Val

Je ne vous remercie pas d'avoir étalé mes combines au grand jour.

Écrit par : ifop | 02 mai 2007

La Politique par la Preuve :

Sarkozy est tout sauf un Ministre de l'Intérieur efficace :
Il avait promis d'éradiquer les zones de non-droit et de faire baisser la criminalité.
Or les violences aux personnes ont très largement augmenté et les forces de police ne se rendent plus dans les cités qu'avec des forces telles que celles déployées lors de guerres.
Le ministre lui-même n'ose plus se rendre en banlieue.
Est-ce cet homme là qui pretend rassembler la France et la remettre en mouvement ?

Pour le bilan cf interview de Sébastian Roché :
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/opinions/interviews/20070110.OBS6403/un_bilan_globalement_negatif.html

N. O. –Pour défendre son bilan, il avance cette statistique≈: depuis qu’il est Place-Beauvau, la délinquance a baissé de 9%. Sous Lionel Jospin, elle avait augmenté de 14%...

S. Roché. – Le pourcentage global est exact, mais il n’exprime qu’une partie de la réalité. Car certains crimes et délits ne sont pas pris en compte par les statistiques officielles de la délinquance. Nous y reviendrons plus loin. Examinons d’abord les chiffres du ministre. Qu’est-ce qui baisse depuis quelques années ? Les atteintes aux biens. Ou pour parler plus simplement les vols, qui représentent aujourd’hui près des trois quartsdes quelque 3,3 millions de faits de délinquance recensés par la police – le reste se partage entre les atteintes aux personnes et les infractions économiques et financières (voir encadré 1). Nul besoin d’être un grand statisticien pour comprendre que si le « poste vol » – de loin le plus important – diminue, alors le chiffre global de la délinquance décroît aussi. Mais cette baisse globale de 9% cache des hausses.

N. O. – Le recul des vols, ce n’est quand même pas négligeable...
S. Roché. – Evidemment. Cependant, la décrue observée aujourd’hui en France se produit dans toute l’Europe. Partout, il y a moins de vols d’automobiles ou dans les magasins (voir encadrés 2 et 3). En France comme dans des pays où Nicolas Sarkozy ne dirige pas la police ! Nous sommes dans la moyenne sans plus par rapport à nos voisins.

N. O. – La diminution des atteintes aux biens n’a rien à voir avec l’action de Nicolas Sarkozy ?

S. Roché. – Ni avec celle d’aucun autre ministre de l’Intérieur ! Elle est due à l’amélioration des systèmes de protection. Les constructeurs de voiture, par exemple, sensibles aux demandes des consommateurs, ont développé les alarmes, les coupe-circuit ou les serrures renforcées. Et les hypermarchés se sont équipés de vidéosurveillance ou de portiques.

N. O. – Venons-en au bilan en matière d’atteintes aux personnes, peu flatteur selon vous pour Nicolas Sarkozy...

S. Roché. – Reportons-nous aux chiffres du ministère de l’Intérieur. En mai 2002, quelques jours après l’arrivée de Nicolas Sarkozy Place-Beauvau, selon la définition de l’OND (Observatoire national de la Délinquance), on compte 372 263 atteintes à l’intégrité physique. A la fin de l’année 2006, on en dénombre 432 441. Cela représente 60 178 faits de violence supplémentaires, soit une hausse de 16% (voir encadré 4).

Écrit par : Richard... | 02 mai 2007

@ prevalli
merci de ta réaction.

Je suis d'accord pour dire que Sarko est un fou qui fait peur à tout le monde.
J'étais au meeting de Bercy et même Villepin, Robien et autre étaient loin d'être souriant. ça sentait l'obligation de présence.

Je suis de plus en plus anti l'homme Sarko. mais sa politique economique peut surement aider la France à sortir de son manque de vigueur.

Une chose est sur c'est que l'économie va bien quand le peuple à confiance dans son gouvernement.

Peut on avoir confiance à Sarko ?
Peut on avoir confiance à Ségo ?

Je pense qu'on peut avoir confiance en Ségo, en tant que fille d'un militaire, elle doit être droite dans ces actions.

En faite c'est une femme de droite qui a trouver du travail au parti socialiste. C'est peut être pour cela que les éléphants du Ps sont ennuyé.

Vive la famille de Droite qui fait des beaux enfants intelligent comme Ségolène

Vive la disparitions du Parti Socialiste : c'est peut être ça le plus important.

vive la France Libre.

Écrit par : julien94 | 02 mai 2007

1 http://www.dailymotion.com/video/x1vahi_royal-charlety-14
2 http://www.dailymotion.com/video/x1vakh_royal-charlety-24
3 http://www.dailymotion.com/video/x1vaob_royal-charlety-34
4 http://www.dailymotion.com/video/x1vap9_royal-charlety-44

Écrit par : julien94 | 02 mai 2007

Extrait de l'article du Monde sur le discours de Ségolène Royal à Charléty :

"A Bercy, s'exclame-t-elle, on a fait ovationner le mot Kärcher, on a parlé de liquider une partie de l'histoire, celle de Mai 68, on a même entendu : Nous allons reformater les Français … Les plus hautes valeurs de la France ne sont pas compatibles avec de tels mots." MmeRoyal, qui s'est adressée à toutes les composantes de la gauche, celle des altermondialistes et celle d'Olivier Besancenot, comme aux "républicains humanistes" du centre, conclut, avant de céder la place à Bénabar, Renaud et Yannick Noah, sur un mode quasi évangélique : "Il y a une sorte de miracle français (…). En avant! Rassemblons-nous! Aimons-nous les uns les autres…"

Sarkozy l'homme qui veut reformater les français, waoooo...

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1- href="mailto:0@2">0@2-823448,36-904216@51-822961,0.html

Écrit par : Richard... | 02 mai 2007

Résistance, oui, mais contre quoi ? Les idées et les méthodes de Sarko ? ou l'enlisement promis par Ségo ?
Arg, j'ai hâte de voir se dessiner les contours du parti démocrate. Espoir, espoir...

Ecrit par : VincentGautier | 02 mai 2007

______________________________________________________

L' enlisement avec S Royal??? Ah bon!!!

la disparition du centre avec Sarko? Ca oui!!!!!

Moi aussi je veux voir émerger le Parti dém. mais avec Sarko, ce parti est mort-né!

Virginie2

Écrit par : virginie2 | 02 mai 2007

Comparez les deux réponses!

SR: une réponse humaine
NS: un robot!


Ma belle soeur s'occupe d'une asociation pour l'adoption internationale
cette association a interpellé les candidats. je vous laisse découvrir la réponse faite par ségolène et celle faite par sarko (ou plutôt son équipe). Accrochez-vous !



M.
Lorsque j’étais ministre de la famille, j’ai été sensible aux problèmes de
l’adoption et j’ai beaucoup appris en assistant aux réunions du Conseil
supérieur de l’adoption, que j’avais réanimé après plusieurs années de mise en
sommeil. J’ai alors pris conscience du caractère fabuleux que représente cette
rencontre improbable entre un enfant isolé qui a commencé sa vie ailleurs, très
souvent à des milliers de kilomètres et sa famille d’ici, qui va lui permettre
de s’enraciner définitivement dans la vie. J’ai compris combien la double
attente d’une telle rencontre pouvait faire naître d’espoirs et de déceptions
aussi.

J’ai donc été favorable au vote de la loi du 6 février 2001 relative à
l’adoption internationale qui mettait en œuvre les principes de la Convention de
La Haye du 29 mai 1993 dans notre droit. Un guide de l’adoption très détaillé a
été élaboré en collaboration avec le Conseil supérieur de l’adoption et édité
par le ministère de la famille. Très émue par la situation des pupilles de
l’Etat français, pour lesquels aucun projet d’adoption n’est formé parce qu’ils
sont plus âgés, malades ou handicapés, j’ai initié un système d’information
national afin de permettre leur rencontre avec des familles choisies
spécifiquement pour eux. Enfin, j’ai défendu la loi sur l’accès aux origines
personnelles des personnes adoptées et pupille de l’Etat du 22 janvier 2002, qui
leur a ouvert un nouveau droit tout en préservant celui de parents de naissance.

Cependant, quand j’ai quitter ce ministère en mai 2002, j’avais pris conscience
des difficultés nouvelles de l’adoption internationale : une certaine stagnation
du nombre d’enfant adoptés à l’étranger par les familles françaises, les pays
d’origine se fermant à l’adoption par démarche individuelle, développant
l’adoption interne conformément au principe de subsidiarité de la Convention de
La Haye et une concurrence très active des autres pays d’accueil, notamment
européens, qui déjà développaient une politique volontariste en ce domaine.
Surtout, j’avais ressenti le défaut d’accompagnement des familles désemparées ne
sachant plus vers quel pays se tourner.

Mes successeurs ont mis deux ans à réagir et à se pencher sur ces problèmes qui
appelaient pourtant une réaction urgente. Ils ont fait voter, en 3 mois, sans
réelle concertation, sans avoir pris conscience des vraies difficultés et sans
avoir fait de comparaison avec la situation de nos partenaires européens, la
création de l’Agence Française de l’Adoption.

Moins de 9 mois après son ouverture au public, cette agence est critiquée de
tous, devenue un goulot d’étranglement, elle apparaît comme un échec. Pourtant
richement dotée d’un budget annuel de 4 millions d’euros, avec un effectif de 31
personnes et un réseau de correspondants dans tous les départements, elle n’a
adressé que 350 dossiers aux autorités compétentes des pays d’origine, ce qui
est une goutte d’eau sur les 28 000 familles agrées en vue de l’adoption.
Celles-ci se plaignent de l’opacité et de la bureaucratie de cette nouvelle
institution. En outre, je viens d’apprendre que son conseil d’administration a
décidé, le 14 mars 2007, d’organiser le tirage au sort par huissier de justice
des quelques dizaines de dossiers de familles qui seront adressés au Vietnam.

Un tel choix renvoie à une conception de l’adoption qui a prévalu jusque dans
les années 1960, un enfant pour une famille et non une famille pour un enfant. A
cette époque, la notion d’apparentement n’existait pas, il s’agissait de « faire
plaisir » au plus grand nombre de familles possibles, on « distribuait » un
enfant par famille, on séparait les fratries et on ne souciait pas beaucoup de
l’intérêt de l’enfant à avoir telle ou telle famille. Manifestement, cette
manière de faire n’est pas conforme à nos engagements internationaux ni à
l’éthique de l’adoption internationale. Elle traduit au mieux un manque
d’anticipation, au pire une légèreté coupable car nul ne pouvait ignorer les
problèmes de l’adoption internationale, qui, quoi qu’on en dise, ne sont pas nés
ces 9 derniers mois.

Comme je l’ai fait quand j’était ministre de la famille, je veux apporter une
attention particulière à ces enfants forcément différents, et à leur familles
qui les aiment parce qu’ils sont différents.

A cet égard, je pense que l’annonce de la création d’un ministère de
l’immigration et de l’identité nationale représente un véritable traumatisme
pour ces familles qui ont fait le choix d’adopter à l’étranger. Sans compter que
je m’interroge sur les effets que peut avoir une telle proposition sur les
autorités des pays d’origine qui aujourd’hui font confiance à nos concitoyens
pour devenir les parents des enfants nés sur leur sol ?

Il faut remettre les choses à plat et se mettre à l’écoute des familles et des
associations qui les regroupent, ce que j’ai toujours fait, car j’ai apprécié
leur force de proposition et de mobilisation. Encore une fois, je pense qu’il
sera pertinent de regarder attentivement les politiques menées en ce domaine par
nos partenaires européens.

La place de la France dans l’adoption internationale s’est érodée. Si jusqu’au
milieu des années 1990, nous étions le 2ème pays au monde après les Etat - Unis
pour le nombre absolu d’adoption internationales et le 1er pour le taux
d’adoptions par rapport au nombre d’habitants, cela n’est plus vrai aujourd’hui.
Pour s’en tenir aux seuls pays européens, depuis quelques années, plus de 5500
familles espagnoles par an adoptent un enfant étranger (5541 en 2004 dont 1562
pour la seule province de Catalogne), soit 1500 de plus que les familles
françaises. Le taux d’adoptions internationales pour 100 000 habitant est
ailleurs supérieur à 12 en Espagne. Il est de 12,5 en Suède, de près de 10 au
Danemark et en Norvège, alors qu’en France il se situe à 6,80, derrière
l’Italie. Dans les 3 pays d’Europe du Nord cotés, le nombre d’enfant adopter à
l’étranger représente environ 1% du nombre des naissances, en France, ce rapport
est e 0,5%, si la moitié. Ces chiffres amènent nécessairement
des interrogations. Comment expliquer que les autorités des pays d’origine qui
décident de l’apparentement fassent moins confiance aux familles françaises pour
élever leurs enfants ?

Parce qu’adopter, c’est ne pas discriminer, parce qu’adopter c’est d’abord être
juste avec l’enfant et respecter son intérêt, parce qu’adopter c’est aimer la
différence, je suis prête à m’engager de nouveau dans cette cause. Là où il y a
une volonté, il y a un chemin.

Je vous prie de croire, M …. à l’assurance de mes salutation distinguées

Ségolène ROYAL













Bonjour,

Votre message a bien été reçu et nous vous en remercions.

Tout d'abord, vous voudrez bien nous excuser pour cette réponse
tardive. Nous recevons des milliers de messages par semaine, nous ne
pouvons donc pas répondre personnellement à chacun.

Néanmoins, nous vous le redisons, chaque message est lu et une
synthèse très détaillée est remise chaque jour à Nicolas Sarkozy, à
laquelle il attache beaucoup d'importance pour connaître mieux vos
préoccupations et vos souhaits.

Dans ces derniers jours avant le premier tour des élections
présidentielles, nous voulons vous rappeler tout ce qui aura changé
pour vous avant décembre 2007 si Nicolas Sarkozy est élu président de
la République :

vous gagnez 165 euros de plus par mois si vous êtes rémunéré au SMIC
et que vous acceptez de travailler 50 mn de plus par jour ;
vous pouvez donner de l'argent sans contrainte et en franchise
d'impôts à vos enfants, vos petits-enfants, vos neveux et nièces ;
vous déduisez de vos impôts les intérêts de vos emprunts
immobiliers ;
vous ne payez pas plus de 50% de vos revenus en impôts directs ;
vous pouvez investir dans des PME au titre de votre contribution à
l'ISF ;
vous pouvez cumuler un emploi et votre retraite ;
vos enfants ne paient plus d'impôt sur leur travail étudiant, les
stages d'été etc. ;
vous pouvez débloquer une partie de vos réserves de participation ;
vous ne subissez plus les grèves dans les services publics ;
vous pouvez participer au jugement des délits les plus graves ;
vous pouvez choisir l'école de vos enfants (à raison de 20% des
effectifs pour la rentrée 2007) ;
vos enfants fréquentent une école plus autonome, sans portable, sans
casquette, sans cigarettes, sans violence, où l'on se lève quand le
professeur entre dans la classe ;
si vous le souhaitez, vos enfants ont droit à des études dirigées
tous les soirs ;
vous êtes reçu quand vous le demandez par les enseignants et le
directeur de l'établissement scolaire de votre enfant. Vous recevez
une information régulière sur les performances de votre enfant et
celles de son école ;
un service public de l'orientation aide vos enfants à choisir leur
voie. Ils ne s'engouffrent plus dans des filières sans débouchés ;
vous pouvez saisir le Conseil supérieur de la magistrature si vous
avez été victime de la négligence d'un magistrat ;
vous n'êtes plus placé en prison sans défense comme dans la terrible
affaire d'Outreau ;
si vous cherchez un emploi, vous bénéficiez de l'aide efficace d'un
service public de l'emploi unifié, qui intervient tout de suite et
vous suit régulièrement jusqu'à ce que vous ayez trouvé un emploi ;
en cas de licenciement économique, vous gardez votre contrat de
travail, qui est transféré au service public de l'emploi, et 90% de
votre salaire. Vous avez la possibilité de suivre une formation ou
d'essayer un nouvel emploi ;
vos enfants ne subissent plus la précarité du marché du travail, car
ils bénéficient dès le départ d'un contrat unique à durée
indéterminée ;
si vous êtes étudiant, enseignant ou chercheur, vous pouvez créer
votre entreprise à partir de votre université et vous bénéficiez
d'une franchise d'impôts;
si vous habitez dans un quartier difficile, vos enfants sans
qualification suivent une formation qualifiante depuis la rentrée ;
si vous êtes entrepreneur ou profession libérale, vous pouvez donner
à vos salariés des heures supplémentaires sans charge, recruter sans
effet de seuil et vous ne craignez plus de ne plus pouvoir licencier
en cas d'embauche.
Par ailleurs, nous vous invitons à consulter, ci-joint, son projet
dans un document de seize pages (8 pages A4). Nous espérons que vous
y trouverez les réponses à vos interrogations politiques.

Quoiqu'il en soit, nous vous remercions de votre intérêt et de votre
volonté de participation.

Bien cordialement.

L'Équipe de campagne de Nicolas Sarkozy

Écrit par : virginie2 | 02 mai 2007

Ségolène Royal, candidate socialiste à l'élection présidentielle, s'adresse aux Français :

"Ma lettre aux Français"

Nous voici dans la dernière ligne droite d’un grand et beau combat démocratique qui va décider de l’avenir et des valeurs de la France pour cinq ans et en réalité plus longtemps encore. Aujourd’hui, le choix se clarifie et c’est très bien ainsi. C’est un choix entre deux conceptions différentes de l’exercice du pouvoir, deux conceptions du redressement économique, social et écologique du pays, deux approches de l’Europe et du rôle de la France dans le monde.




Le désir de changement est vif et très largement partagé. Face à un système dépassé, injuste et inefficace, inefficace parce qu’injuste, une majorité de Françaises et les Français n’en peuvent plus et n’en veulent plus. L’exaspération est là, palpable, mais l’espérance aussi. Je veux y répondre en réformant profondément le pays mais sans brutalité et en rassemblant largement, au-delà des partis et des blocs, tous ceux qui veulent une France plus fraternelle et en même temps en prise sur son époque, capable d’en relever les défis, forte d’une confiance retrouvée et qui réconcilie l’efficacité économique et sociale. Trop de temps a été perdu, trop de cartes gâchées, trop d’inégalités creusées, trop d’inefficacité économique, trop de dette : il y a urgence. A chacun de prendre ses responsabilités.





La France a choisi pour devise des valeurs universelles. La France n’est jamais aussi forte, aussi respectée, aussi aimée que quand elle porte haut et fort ce message de justice et quand elle en donne l’exemple chez elle. Quand ces valeurs sont malmenées, la France ne se reconnaît plus.





Je veux une France de liberté. Et la première des libertés, c’est celle de choisir et de conduire sa vie. Parce qu’on a un bon bagage éducatif de départ. Parce qu’on a un emploi qui permet de vivre dignement et de faire des projets. Parce qu’on conserve sa vie durant le goût d’apprendre et la possibilité de se former. Parce que les solidarités sont au service de cette liberté et de cette responsabilité individuelle. Je sais que nous sommes nombreux, très nombreux, à ne pas vouloir que notre pays soit transformé en laboratoire d’un berlusconisme tardif qui va s’aligner sur les postures de Georges Bush. Je sais que nous sommes nombreux, très nombreux à rejeter la confusion des pouvoirs, la mise au pas des contre-pouvoirs, la soumission au pouvoir de l’argent. Voilà pourquoi j’appelle au rassemblement de tous ceux qui ne veulent pas d’un Etat de droit au plus bas et d’un recul des libertés publiques.




Je veux une France de l’égalité des possibles, pas simplement formelle mais réelle. L’égalité républicaine, ce n’est pas tout le monde sous la toise, ce n’est pas l’uniformité. C’est le droit égal garanti à chacun qu’il pourra aller au bout de ses possibilités, grâce à la priorité donnée à l’Education, qu’il sera aidé quand il en aura besoin, qu’il lui faudra donner s’il a reçu car l’égalité des droits suppose l’égalité des devoirs. L’égalité républicaine, c’est l’assurance donnée à tous d’un traitement impartial, indifférent à la naissance, à l’origine, à la fortune, au carnet d’adresses. Ce n’est pas l’exonération des droits de succession pour les patrimoines les plus riches, cette restauration des privilèges héréditaires de la rente contre lesquels, jadis, le peuple français fit une Révolution. Ce n’est pas la promotion de quelques uns sous prétexte de discrimination positive, qui assigne à l’origine et masque mal l’abandon du plus grand nombre. Ce n’est pas la remise en cause de la loi de 1905 pour mettre les religions dans la politique et la politique dans les religions, ce n’est pas l’instrumentation des communautarismes et des clientélismes. Ce qui menace notre identité nationale, ce n’est pas l’immigration régulière, c’est la destruction de notre pacte républicain. Car il en va ainsi chez nous : quand la République s’affaisse, la France s’abaisse.





Je ne veux pas d’une France en proie au doute, tentée par le repli, s’abandonnant à la peur, affaiblie par ses divisions et impuissante à maîtriser son destin. Je veux une France de la fraternité, une France unie qui reprenne la main. Une France capable de changer sans se perdre. Une France capable de se réformer parce qu’au clair sur ses valeurs et forte de tous les siens. Sans la fraternité, la liberté et l’égalité se désaccordent. Voilà pourquoi j’appelle au rassemblement de tous les Républicains de progrès qui veulent, eux aussi, que la loi du plus juste l’emporte sur la loi du plus fort. Voilà pourquoi j’appelle au rassemblement de tous ceux qui ne veulent pas d’un pouvoir confisqué par un seul parti et soumis aux puissances de l’argent et aux injonctions du Medef et du CAC40.





L’Etat, spécialement en France où sa formation est ancienne, a préexisté à la démocratie. Il s’est construit dans des siècles où l’arbitraire était la règle et le droit l’exception. Depuis 1789, et malgré des retours en arrière, l’Etat a dû se plier au respect de la loi : le citoyen a peu à peu conquis des droits, l’anonymat et la brutalité de l’action publique ont dû laisser place à plus de transparence et de dialogue.





Mais notre Etat porte encore les stigmates des conditions de sa naissance et des habitudes d’un pouvoir sans frein. Qui ne voit que l’autorité judiciaire ne jouit pas encore de la pleine indépendance imaginée par Aristote et élaborée par Montesquieu ? Qui ne voit que les citoyens sont ravalés souvent encore à la condition subalterne d’administrés et ne parviennent ni à comprendre la logique des décisions qu’on leur impose, ni à faire valoir leur droit légitime dans les arcanes d’une administration qui les traite parfois en importuns ? Qui ne voit que la collusion des pouvoirs politiques et économiques bride l’indépendance de la presse et favorise les abus dans les nominations et les rémunérations comme on l’a vu à Airbus ? La droite porte la lourde responsabilité d’avoir aggravé la subordination de la justice, ignoré les citoyens et confondu l’intérêt public avec les intérêts privés.




Les Français veulent un Etat impartial et je veux le construire avec eux. Aujourd’hui, l’Etat n’est pas assez présent là où on a besoin de lui mais il est envahissant là où il multiplie sans raison les procédures et la bureaucratie, le maquis des aides et des démarches. Il est trop timide là où il devrait jouer son rôle d’entrainement et trop lointain là où il devrait être proche, à l’écoute, réactif. Il se trompe souvent quand il décide seul. Voilà pourquoi j’appelle au rassemblement de tous ceux qui veulent un Etat réformé avec des services publics efficaces, un Etat qui enraye la vertigineuse croissance d’une dette qui l’étouffe.





Je veux une France capable de vérité. Une France lucide sur ses points faibles, énergique sur ses points forts, capable d’anticiper les mutations nécessaires, de se mobiliser pour réinventer son avenir, d’investir dans l’éducation, la recherche et l’innovation, aujourd’hui paupérisées et sinistrées, dans la qualification et les emplois de qualité. Car c’est la seule réponse vraiment moderne aux transformations de l’économie mondialisée et de la compétition planétaire. Le projet coercitif de Nicolas Sarkozy se trompe d’époque et tire la France du mauvais côté de la nouvelle division internationale du travail. Il ne comprend pas l’efficacité économique du travail pour tous et du bien-être au travail. En disant aux uns de « travailler plus pour gagner plus » et en faisant peser sur les autres, ceux qui n’ont pas d’emploi, le soupçon de paresse et de fraude, il empêche la France de tirer parti de son principal atout, de son avantage concurrentiel le plus durable : son capital humain. Quel est ce projet de société où l’on ne pourrait pas s’en sortir dans le cadre de la durée légale du travail ? Ce qu’une vision archaïque ne cesse de disjoindre et d’opposer – la performance économique, la performance sociale, la performance écologique – je veux au contraire le lier solidement ensemble car c’est ainsi que la France se relèvera, misera sur les activités et les emplois de demain. L’économique d’un côté, le social de l’autre, l’écologique à part, cela ne marche pas, cela ne marche plus. Personne n’a jamais réussi à restaurer la compétitivité française, stimuler la créativité, l’inventivité, la réactivité économiques dont nous avons besoin en écrasant, en méprisant, en traitant mal les salariés producteurs de richesses. Ce modèle est inefficace, comme le prouve la situation actuelle, car l’avenir de la France, ce sont des productions à forte valeur ajoutée, des services de qualité donc des salariés qualifiés, motivés, engagés dans leur travail. Je veux, avec les PME construire une nouvelle donne qui leur permettra de réussir, de se développer, de conquérir les marchés. En un mot, de réconcilier la France avec les entreprises.




Il faut un regard neuf sur l’économie du XXIème siècle et, pour tirer parti de nos atouts, de nouvelles règles du jeu. Il nous faut inventer et mettre en place les nouvelles sécurités qui ne seront pas l’ennemie mais la condition de la prise de risque et de l’agilité nécessaire dans la « grande transformation » du temps qui est le nôtre. L’Etat sera garant de ce nouveau compromis social et du nouveau dialogue qui, arrachant la France à l’archaïsme de ses relations de travail, fondera enfin dans notre pays une démocratie sociale facteur de réussite économique.




Le pays a besoin d’oxygène. Voilà pourquoi la nouvelle République que je veux bâtir avec tous repose sur quatre piliers à mes yeux indissociables : une démocratie représentative rééquilibrée, une démocratie participative vivante, une démocratie sociale forte d’un syndicalisme de masse et une démocratie territoriale où chaque échelon de la puissance publique sait, sans doublons, ce qu’il a à faire.




La voix de la France dans le monde a faibli. Sa place en Europe, comme inspiratrice de sa construction et garante d’un juste équilibre entre développement économique et progrès social, est contestée. Avec moi, elle retrouvera son rang et son influence, elle défendra ses intérêts sans crispation ni arrogance, en recherchant toujours des compromis dynamiques et les solutions les meilleures pour elle comme pour nos partenaires.




L’Europe est en panne institutionnelle et en panne d’idéal, en mal de projet. Où va l’Europe ? A quoi sert la construction européenne ? C’est parce que depuis trop longtemps nous n’avons pas su répondre à ces questions, qu’une majorité de nos concitoyens ont dit non il y a deux ans. Je ramènerai la France à la table de l’Europe, parce que c’est ensemble, avec tous nos partenaires, anciens et récents, que nous préparerons le plus efficacement l’avenir. Je veux une Europe de la connaissance, où les étudiants et les chercheurs échangent, travaillent ensemble, voyagent, coopèrent. Je veux une Europe de l’excellence écologique. Je veux une Europe qui comprenne que l’efficacité économique et le respect des salariés ne vont pas l’une sans l’autre. Je veux une Europe qui protège ses emplois, non pas de façon conservatrice et statique, mais en innovant, en se projetant dans l’avenir, en construisant les industries et les services de demain. Je veux une Europe où les salariés seront sécurisés, mieux formés, mieux rémunérés. Je veux enfin une Europe qui pèse dans la mondialisation, une Europe qui porte par ses actes un message de développement économique et humain, d’égalité entre les hommes et de paix entre les peuples. L’Europe doit se tourner vers l’Afrique pour l’aider à s’arracher à la pauvreté, vers l’Amérique latine où elle est attendue, vers l’Asie où sont les nouvelles grandes puissances économiques et politiques. Elle doit trouver un juste équilibre dans ses relations avec les Etats-Unis, pays ami et allié, et l’amener à renoncer à l’unilatéralisme et à accepter la nécessité du développement durable.



Cette France neuve, ce vote d’audace pour un changement serein mais garanti, c’est celui d’une France Présidente qui avance parce que chacun et chacune est appelé à donner le meilleur de lui- même."

Écrit par : hub | 02 mai 2007

Le Bonjour de Demian West à Quitterie et Virginie,

On dirait bien que les élections présidentielles vont être bientôt basculées par quelque nouvelle forme de démocratie quand l'ordinateur aura disparu. Et tiens ! c'est aujourd'hui, puisqu'il suffit d'une seule connexion ADSL et que les opérateurs de réseaux ont tout transposé dans le cyberespace. Juste un clavier et un moniteur et le vote permanent est lancé.

Toutes les familles, même les plus pauvres auront leur connexion, et tout le Peuple qui élira chaque jour son Président et qu'ils le sortiront aussi, quand il aura fait des cornarderies sur la nappe des journaux complètement blogués, entre la poire et le fromage.

Là, des personnes comme vous prendront toute leur dimension qui est vaste. C'est aujourd'hui et c'est nouveau comme les martiens quand ils ont cessé de nous attaquer avec leurs pistolets à eau franchement poilade !

Écrit par : Demian West | 02 mai 2007

@ Virginie2

J'aurais du préciser : l'enlisement économique, dû à une aggravation de notre déficit structurel.

Écrit par : VincentGautier | 02 mai 2007

NOUS VIVONS LE TROISIEME TOUR 2002,

IL FAUT FAIRE BLOC ET VOTER POUR LE PLURALISME, DELORS DIXIT, VOTONS SEGOLENE ROYALE TANT QU'IL EST ENCORE TEMPS, LEPEN VIENT DE DONNER DES DIRECTIVES A SES ELECTEURS, ILS NE VONT PAS VOTER....

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

Nicolas Sarkozy affûte ses arguments avant le débat télévisé
02.05.07 | 11h27

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a rodé mercredi matin sur France Inter quelques-uns de ses arguments, à 12 heures du débat télévisé qui l'opposera dans la soirée à la candidate socialiste à l'Elysée, Ségolène Royal.

"Il y a quelque chose qui m'a frappé", a ainsi déclaré le candidat de l'UMP à propos du grand meeting de sa rivale, mardi au stade Charléty : "A aucun moment Mme Royal n'a dit ce qu'elle voulait faire pour résoudre les problèmes des Français."

C'EST FAUX!

"Le discours est toujours le même : attention, la droite revient, la brutalité revient", a poursuivi Nicolas Sarkozy, qui a de nouveau accusé la gauche d'être "sectaire".

C'EST FAUX!

"Si je ne suis pas d'accord, je suis brutal. Si je dis quelque chose qui ne va pas dans le sens de la pensée unique de gauche, je suis illégitime. Je suis un danger pour la démocratie pour la seule raison que je n'ai pas les idées de la gauche", a dit l'ancien ministre de l'Intérieur. "Quand j'avance une idée, c'est une polémique. Quand la gauche avance une idée, c'est un débat. Quand je remporte les élections, je suis populiste, quand la gauche les perd, elle est populaire."

"Est-ce que vous m'avez entendu dire des choses comme 'ignoble' quand Mme Royal parle de mes propositions ?" a-t-il poursuivi. "Est-ce que vous m'avez entendu dire qu'elle était brutale ? Non. Je crois qu'elle se trompe sur les 35 heures - elle veut les généraliser. Quand elle promet la régularisation (des sans papiers) pour tout le monde, à deux générations pour les enfants scolarisés, je ne suis pas d'accord. Mais je ne vais pas insulter les gens."

POUR NSarkozy L'IGNOBLE C'EST LE PEUPLE!

Il a réitéré sa condamnation de l'héritage de la révolte étudiante de mai 1968, dont Ségolène Royal s'est revendiquée.

"Le mouvement ouvrier a toujours considéré que 68 c'était une révolution mondaine. On a dévalorisé le travail, méprisé les travailleurs", a-t-il dit. "Il ne fallait plus de croissance, il n'y avait plus besoin de travailler et à partir de ce moment-là celui qui travaillait dans les usines, celui qui travaillait dur, n'a plus été considéré."

Il a en revanche contesté que la pilule et le droit à l'avortement soit un héritage de mai 1968 : "De quand date la pilule ? 1967. C'est un peu difficile de dire que la pilule, qui est un progrès (...) est le résultat de mai 1968. L'IVG (en 1975) c'est Valéry Giscard d'Estaing, qui est président de la République, c'est Jacques Chirac, qui est premier ministre, c'est Simone Veil."

BEN VOYONS!!!! MAIS S'IL N'Y AVAIT PAS EU MAI 68, ON ATTENDRAIT ENCORE!!!!

DES POINTS COMMUNS AVEC BAYROU

Il a accusé la gauche d'"exaspérer" les Français en exonérant "de leurs responsabilité les fraudeurs, les voyous, les casseurs". Il a en revanche évoqué des points communs avec le président de l'UDF, qui a débattu samedi sur BFM TV et RMC avec Ségolène Royal bien qu'il ait été éliminé au premier tour.

"Que dit François Bayrou ? Premièrement qu'il faut réduire la dette de la France. Il a raison", a-t-il déclaré. "Quel est le seul candidat qui propose des économies (...) ? C'est moi. Mme Royal ne propose aucune piste d'économie."

C'EST FAUX! QUAND ON ANALYSE DS LE DETAIL LES DEUX PROGRAMMES, CELUI DE SARKO VA COUTER TRES CHER! QUANT A LA REDUCTION DE LA DETTE QUEL CANDIDAT PRONERAIT SON AGGRAVATION?

"François Bayrou a fait comme moi le coeur de sa campagne sur le travail", a-t-il ajouté.

Il a émis des doutes sur la possibilité pour Ségolène Royal, de rallier une majorité présidentielle "cohérente".

AH BON????????????????????????????????????????????????????

"J'ai vu qu'elle avait confié une mission à José Bové (...), qu'elle était soutenue par (les dirigeants d'extrême-gauche Alain) Krivine et (Arlette) Laguiller", a-t-il dit. "Est-ce que vous ne croyez pas que ma majorité, si je gagne, serait plus cohérente que celle de Mme Royal ?"

OUI AVEC DE VILLIERS, LE FN, CA C'EST COHERENT AVEC VOS IDEES!!!

"Elle a changé deux fois de premier ministre en deux jours, parce que j'avais noté que le jour du débat (avec le président de l'UDF) c'était plutôt Bayrou (...). Le lendemain, c'est (Dominique) Strauss-Kahn", a ajouté Nicolas Sarkozy.

POLITIQUE POLITICIENNE D'UN AUTRE AGE!!!!! F BAYROU NE QUEMANDE PAS DE PORTEFEUILLES!!!!!

Il a refusé de dire qui serait son Premier ministre. Il s'est contenté de dire que son conseiller François Fillon et les ministres de la Défense et de l'Emploi, Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo, étaient "des personnes de qualité".

Selon son entourage, il devait consacrer le reste de la journée à préparer le débat télévisé du soir "seul et chez lui", à l'aide de notes fournies par ses collaborateurs.

Le candidat de l'UMP, donné favori par les sondages, a néanmoins minimisé l'enjeu de cette confrontation directe avec Ségolène Royal : "Chaque moment est décisif mais je ne suis pas de ceux qui dramatisent les enjeux d'un débat à ce point-là. Je ne pense pas que les Français choisissent pour cinq ans un président de la République sur la seule impression qu'ils auront d'un débat de deux heures."

BEN VOYONS!!!! TROUILLOMETRE A ZERO OUI!

____________________________________________________

ALLEZ SEGO!!!!!!!!!!! ALLEZ FRANCOIS!!!!!!!!!!!!! ET ON LA FAIT CETTE VIème REPUBLIQUE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : thierry | 02 mai 2007

2 mai, report des voix des bayrouistes (source : http://www.ipsos.fr/presidentielle-2007/)

sarkozy : 37 %
royal : 36 %
blanc/abst. : 27%
et donc :
sarkozy : 53,5%
royal : 46,5%

je suis pour les réformes qu’on fait nos pays voisins. je vote sakrozy. bonne chance.

Écrit par : votre CHOIX? | 02 mai 2007

Strauss Kahn 1 ministre avec ROyal, la je suis très décu

L' ouverture au centre, elle aura duré 1 semaine !

Écrit par : Julie | 02 mai 2007

votre CHOIX?

Parle en un peu des réformes des pays voisins..libérales voir ultra libérales,
elles conduisent aux licenciements et aux délocalisations massives (même à l'intérieur
de l'Europe et avec des subventions encore..)...

C'est celà le paradis économique Sarkoziste ?
mais le vote sur le texte du traité européen
a démontré que nos citoyens..ne voulaient pas d'un tel programme,
ils souhaitaient une prise en compte plus marquée du social et par le haut, en Europe.

Idem pour ce traité..que Sarkozy veut faire passer en catimini à l'Assemblée Nationale,
sans l'assentiment des citoyens !

Sarkozy ce sera le serrage de ceinture pour tout le monde..excepté pour les plus riches, alors quel pied en effet !

Sur la santé..pas mal aussi, la franchise SARKOZY..

« FRANCHISE » SUR LES SOINS : L’ASSURANCE MALADIE SOLIDAIRE EN DANGER

En matière d’assurance maladie l’UMP et Nicolas Sarkozy ont une idée fixe : l’augmentation des dépenses de santé, ce serait d’abord et avant tout la faute des patients.
Il faudrait donc les « responsabiliser », c’est à dire les pénaliser financièrement pour « qu’ils consomment moins », ou, au minimum, pour que « la Sécu rembourse de moins en moins ».

Déremboursements incohérents, augmentation du « ticket modérateur » sur des soins courants, généralisation des dépassements tarifaires pour les médecins spécialistes, invention du forfait de 1€ par acte de soins ou de biologie, du forfait de 18 euros
sur les actes supérieurs à 91€, l’actuelle majorité a multiplié les atteintes à la prise en charge solidaire des soins.
Mais si elle a augmenté le reste à la charge des patients, le déficit de l’assurance maladie n’en a pas été comblé pour autant.

Aujourd’hui Nicolas Sarkozy va plus loin, beaucoup plus loin, en annonçant que s’il est élu
il mettra en place une « FRANCHISE » c'est-à-dire un seuil annuel de dépenses en dessous duquel l’assurance maladie ne remboursera rien. Rien du tout. Franchise qui, pour mieux jouer son rôle de dissuasion de la consommation, ne sera pas remboursable par les assurances complémentaires, au moins dans un premier temps.

Nous, professionnels de santé, acteurs du monde associatif ou médico-social, universitaires, représentants des usagers et/ou usagers du système de santé dénonçons les RISQUES MAJEURS D’UNE TELLE FRANCHISE :

Franchise = Régression sociale :
Dans son principe même une franchise d’un montant identique pour tous « pèsera » différemment selon les revenus. C’est la fin d’un système d’assurance maladie solidaire dans lequel chacun cotise selon son revenu et qui protège, équitablement, les individus en bonne santé et les malades. On quitte la logique de la solidarité pour celle de l’assurance privée.

Franchise = Menace sur l’accès aux soins des plus modestes :
Dans une France où vivent plus de 3 millions de chômeurs et 7 millions de « travailleurs pauvres », 100 € de soins de santé non remboursés ce n’est pas rien… Et ce sont eux qui seront les premières victimes de la franchise si jamais elle voit le jour. La franchise, c’est la remise en cause de ce progrès social et sanitaire évident qu’avait été la création de la CMU.

Franchise = Menace sur l’accès aux soins primaires et la santé publique :
Pour les « gros consommateurs », c'est-à-dire les patients atteints de maladies lourdes, il n’y aura pas le choix : il faudra payer. Mais au-dessus du montant de la franchise, ce sera sinon gratuit du moins «comme avant ».

La cible de cette mesure ce sont surtout les petits ou moyens consommateurs qu’il faut dissuader de se faire soigner pour des maladies apparemment moins sévères (celles qui, non soignées, peuvent justement s’aggraver) et bien évidemment pour les actes de prévention que l’on croit toujours pouvoir « reporter » à plus tard. L’inverse d’une politique cohérente de santé publique.

Franchise = Remise en cause du « tiers payant » :
Les professionnels de santé ne pouvant savoir si le montant de la franchise a, ou non, déjà été acquitté, les patients devront systématiquement faire intégralement « l’avance de frais ». Ce qui constituerait un obstacle supplémentaire à l’accès aux soins des plus modestes.

Franchise = Porte ouverte à l’escalade :
Nicolas Sarkozy ne s’en est pas caché, cette franchise sera « modulable » c'est-à-direque « si les dépenses augmentent et si le déficit augmente on pourrait augmenter le montant », et comme les dépenses augmenteront, inéluctablement, la franchise augmentera, non moins inéluctablement, et avec elle augmentera la gravité de ses effets pervers.

Alors oui..tu voteras Sarko et ensuite tu pleuras, en te rendant compte de ta "boulette"....une fois de plus en France, il est temps de passer à autre chose
et à faire..que ça bouge au centre, au PS et à gauche..
car cette droite là va cultiver la morosité comme le chiendent, c'est tout !

Écrit par : Marsipulami | 02 mai 2007

LES SONDAGES ON LES CONNAIT DE L'INTOX NE PAS OUBLIER LE DEUXIEME TOUR 2002 LES SONDAGES DONNAIENT BIEN JOSPIN CHIRAC... TOTAL LE FACHO ALORS TOUS AVEC DELORS POUR SEGO, ELLE PERMETTRA A BAYROY DE BIEN ASSOIR SON PARTI ET EN 2012 TOUT EST POSSIBLE MEME FACE A SARKOKON

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

Oui gorane...

Tout est possible, le débat de ce soir sera surement capital..il reste beaucoup d'indécis (parmi les bayrouistes, mais aussi les électeurs FN..) sans oublier les abstentionnistes du 1er tour et la tendance est à la remontée de Ségolène Royal qui fond sur le petit Nicolas alors qui sait....

Écrit par : Marsipulami | 02 mai 2007

pas tant d'indécis que cela, non, suis allée au meeting de royal hier, des voitures oranges de Bayrou avec votez ségolène, plus de 60 000 personnes, il faut donc croire à une sous estimation de l'impact bercy, le foramatage et karchérisation des français, c'est grave le type remet en question toutes la pensées de l'histoire de France...

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

marsu le débat a peu d'importance à mon avis puisqu'il n'est pas même obligatoire, mais je pense que le face à face peut etre interessant, sans pour autant lui donner une trop grande importance, rapplelle toi que chirac avait refusé le débat avec le facho en 2002...

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

VI eme république ?

mdr, encore un attrape nigau publicitaire

le numéro change mais c' est la même équipe de bras cassé derrière.
Ca me rappelle la Générale des eau qui a changé de nom car trop impliquée dans les affaires... d' ailleurs je ne compte plus le nombre de boites qui ont changé de nom , Thomson aussi a changé.
Si vous êtes assez benet pour y croire, alors allez y votez royal. Offrez lui un pied d' estale à toute sa démagogie. De toute facon, Royal maintenant, c' est la porte ouverte pour Sarko dans 5 ans. Voir avant les legislatives

Écrit par : maxime | 02 mai 2007

@gorane

"pas tant d'indécis que cela, non, suis allée au meeting de royal hier, des voitures oranges de Bayrou avec votez ségolène, plus de 60 000 personnes,"

30 fois moins qu' un concert de Jarre ! et lui personne n' en veut comme président lol
Il y a plus de monde dans la rue pour manifester quand il y a un bleme que pour Ségolène.
60000 personnes ( chiffres du PS ) , un jour de beau temps et un 1er mai et en ramenant une floppée de musiciens , le tout gratuitement, ca me parait un STRICT minimum , tu ne penses pas ?
Combien y a aurait t il eu de personnes juste pour Ségolène ? et un jour pluvieux ?
Y a pas de quoi s' exciter, non vraiment pas.

Écrit par : marie | 02 mai 2007

moi j' ai des potes qui y sont allé juste pour les artistes, ils se sont cassés quand Ségolène a débarqué. En témoignent les gens qui étaient la bas. D' ailleurs le PS, toujours de mauvaise fois a laissé entendre que ces personnes avaient des bus à prendre pour rentrer chez elles !

Le bide !

Écrit par : julien | 02 mai 2007

@ Votre CHOIX

Les sondages disent les uns 37 (Ipsos qui a tjs plombé Bayrou) les autres 49 % de report d'électorat bayrouiste sur Ségo. C'est pourquoi je fais la moyenne des instituts de sondage (méthode éprouvée dans la période récente pour Bayrou, car la moyenne des instituts de sondages sur le dernier mois donnait 18 à 19 % à chaque fois pour Bayrou, soit son score final. Donc 49 + 37 = 86 : 2 = 43. Donc autour de 45 % de report de voix bayrouistes sur Ségo, soit environ 8 des 18,5 du premier tour.

De la même façon, entre 27 et 37 % donne 32% max pour Sarko. C'est une combinaison équilibrée.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Il y a du vrai dans les deux.

Sinon le stade était plein, et seule 1/8 est parti avant l'arrivée de Ségoléne Royal qui, il faut le dire avait presque 1 heure de retard, ce qui peut expliquer aussi les départs.

Je peux te dire qu'il y avait une ambiance du tonnerre, et julien il faut être beau joueur c'était un succés.

Écrit par : prevalli | 02 mai 2007

Sarkosy 50 fois moins qu'un concert de Johnny !!

Le bide. Et il faisait beau et à couvert en plus !
D'ailleurs beaucoup sont venu juste pour regarder, dixit des pôtes à moi, qui se sont ennuyés mortel.

Écrit par : prevalli | 02 mai 2007

désolée pour la contradiction, les gens ont commencé à partir après le discours de royal, ça suffit les mensonges, même le monde et reuter inventent des chiffres, quand au nouvel obs, plus proche de la réalité, dis moi que bercy a plus de succès grace à faudel ce petit gringalet qui a le cul posé entre deux chaises... c'est là ou on voit les limites de sarko qui utilise une immigration choisie, la mieux placée et la mieux payée; il sait comment manipuler, diriger des français contre les français, des souches maghrébines contre des sous souches maghrébines, une honte, Birkin se disait une immigrée lors de ce meeting, quel contraste!

quand au concert de jarre, crois moi que benabar a bien plus de succès, tu aurais cité cet exemple au moins tu aurais raison...

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

SVP, regardez cette video avant de vous abstenir Dimanche ou de voter Sarkozy :

Analyse du Discours de N. Sarkozy par G. Miller
http://www.dailymotion.com/video/x1vfyt_gerard-miller-analyse-sarkozy

A rapprocher des propos de Stéphane Hessel sur le Conseil National de la Resistance.

Écrit par : Richard... | 02 mai 2007

@ gorane

L'invective ne sert à rien. parlez de son programme. C'est bien suffisant pour convaincre de lui faire obstacle.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Il faudra que le Parti Démocrate soit vraiment ambitieux. Ségolène Royal, si elle l'emporte, est-elle prête à accepter que François Bayrou dirige sous sa présidence un gouvernement d'union nationale comprenant des gens de droite et de gauche ?

Écrit par : un démocrate | 02 mai 2007

A voir absolument le film ''Réfutations' de Thomas Lacoste (66') pour se faire un jugement avant de voter blanc ou N. Sarkozy. C'est une analyse bien argumentée sur la réthorique et le projet de Sarkozy avec Jeanne Balibar (comédienne), Monique Chemillier-Gendreau (juriste), Anne Debrégeas (Fédération Sud-Energie), Eric Fassin (sociologue), Hélène Franco (Syndicat de la magistrature), Susan George (économiste), Michel Husson (économiste), Bruno Julliard (Uunef), Christian Lehmann (médecin), Nacira Guenif-Souilamas (sociologue), Thomas Heams (Convention pour la 6e République), Richard Moyon (Réseau Éducation Sans Frontière), Thomas Piketty (économiste), Emmanuel Terray (ethnologue), Louis-Georges Tin (maître de conférence, CRAN), Alain Trautmann (Sauvons la Recherche !).
C'est sérieux et différent d'une propagande simpliste ou partisane, c'est sur le site http://www.lautrecampagne.org/

Écrit par : petitjardin | 02 mai 2007

@julien

C'est vrai que beaucoup de monde est parti quand ségo est arrivé, mais bon c'est normal à 19h c'est un peu tard. surtout si on travail le lendemain.

Sego a une notion trés large de la valeur travaille. Pour elle c'est repos le 1er mai, mais pour tous les organisateurs, la sécurité, et les policier et les gendarmes, c'était pas le 1mai de repos pour revendiquer une hausse de leur salaire.

Je profite de ce blog pour remercier les gentil gendarmes qui faisaient les barrières pour permettre de laisser sortir du stade ceux qui devait rentrer chez eux.

@prevalli
c'est vrai que le rassemblement multicolore était magnifique, trés bonne ambiance, c'était presque la fête de l'huma devant la grande scène mais sans la boue.

Je pense que Ségo peut travailler dans l'organisation de concert, elle a l'air d'avoir un meilleur carnet d'adresse que nicolas sarkozy.

vive la france libre de voter sego, de voter sarko, de voter blanc (bayrou), de ne pas voter (vote FN)

vive les blogs libre

Ségolène je compte sur toi pour montrer ce que tu as dans le coeur à Sarko.
Les futur député bayrouiste compte sur toi.

Vive le Parti Royal
Vive l'Amour, La Paix

aimons nous les uns les autres et donnons nous la main pour construire ensemble une belle france, car ensemble tout est possible avec ou sans pacte presidentiel

Écrit par : julien94 | 02 mai 2007

@un démocrate :

C'est le peuple qui en décidera souverainement en élisant des députés.

Personnellement, comme je l'ai déjà dit à la question de François Bayrou Premier Ministre :

Je ne m'interdis rien.

Cordialement,

Ségolène :-)

Écrit par : Ségolène | 02 mai 2007

Amis centristes,
rassurez-moi, à part Quitterie, existe-t-il un seul parlementaire UDF (député ou sénateur) qui ait officiellement déclaré qu'il voterai Ségolène au 2e tour ?
allez, un seul ....
c'est important pour la suite !

Écrit par : video meliora | 02 mai 2007

A mon humble avis

les députés ou sénateur sortants qui n'ont pas encore annoncé leur vote le feront aprés françois Bayrou qui j'en suis persuadé dira vers qui se dirige son choix de démocrate.

Écrit par : prevalli | 02 mai 2007

@video meliora :

Un parlementaire UDF pourrait bien déclarer demain qu'il vote Ségolène Royal.

Il s'agit d'un parlementaire qui ne représente que lui-même selon la merveille (en deux mots).

Un parlementaire qui a obtenu récemment près de 7 millions de suffrages sur son nom.

Écrit par : Bayrolien | 02 mai 2007

@prevalli

donc comme je t'attends pas cela de François Bayrou ...

personne n'est assez courageux ou assez sûr de ne pas se représenter ou certain de ne pas se faire réelire chez les élus UDF ?

beaucoup sont assez libres pour dire "je voterai Sarkozy"
(ceux-là ils va falloir qu'ils s'arrêtent car l'UDF commence à grêver le temps de parole de Nicolas !)

Un seul ... je suis sûr qu'il ou elle est passé(e) inaperçu(e) !

Écrit par : video meliora | 02 mai 2007

Si pas un seul ne le fait, vous serez des militants libres !
Mais nous, socialistes, resterons sceptiques ...

Écrit par : video meliora | 02 mai 2007

@julien

a mon avis a defaut de relater ce genre de remarque parle plutot de la concentration des pouvoirs, du cumul des mandats, et le pluralisme, quand je pense à F Bayrou évincé par Robien, des traitres, il est plus que temps de zapper la décadence, et préparer 2012. Et puis ça ne fera pas de mal une femme, après tout la parité ne peut qu'emerger du monde politique, dans le monde 5 femmes gouvernent pas même une femme par continent, à l'ONU à peine 10... et qu'on ne me parle pas d'incompétence vu celle des traitres qu'on constate depuis des décennies!

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

@ Bayrolien

Il faut admirer Gilles Artigues qui n'a pas choisi de voter Sarko, Jean Lassalle qui fera comme François Bayrou, Gérard Vignoble (je ne sais pas ce qu'il a dit, mais je sais qu'il ne votera pas Sarko), Jacqueline Gourault a dit qu'elle voterait blanc, ce qui est une façon de résister à Sarko, et quelques autres. J'aime bien la mine réjouie de Michel Mercier quand il parle des vice-pdts UDF du conseil d'agglomération de Lyon dirigé par la gauche, bref, il y a de tout, à l'UDF, et il ne faut pas généraliser trop vite. Je suis content que parmi les députés qui ont annoncé leur vote personnel Sarko, certains s'apprêtent ensuite à rejoindre le PD, de façon à équilibrer ce parti dans l'avenir à dropite et à gauche pour surmonter les frontières bloc contre bloc.

Quant au choix personnel de Bayrou, je suis convaincu qu'il sera le bon.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

@ video meliora

Votre intimidation sera contreproductive à quelques jours du second tour.

Écrit par : hervé Torchet | 02 mai 2007

@video meliora :

Le grand journaliste politique Jean-Michel Aphatie, roi de l'analyse tactique et stratégique n'attendait pas non plus que François Bayrou accepte le débat avec Ségolène Royal.

http://blogs.rtl.fr/aphatie/index.php/post/2007/04/25/Itv-Francois-Rebsamen-25/04

"Depuis quelques heures, la campagne électorale se trouve donc revivifié par cette proposition de Ségolène Royal. A bien la regarder, cette offre de dialogue avec François Bayrou est tactiquement très intelligente car, très probablement tout à l'heure, le président de l'UDF la refusera."

Écrit par : Bayrolien | 02 mai 2007

@ video meliora

N'influez pas sur le vote de notre conscience. C'est imprudent.

Écrit par : centriste libre | 02 mai 2007

@Hervé Torchet :

François Bayrou est à ma connaissance l'homme politique le plus cohérent parmi ceux que j'ai eu l'occasion d'entendre.

C'est pour cela que je suis allé lui serrer la main à Annecy le 8 mars dernier.

Il a souhaité l'Union Nationale, il a fait campagne sur cette idée.

Pour moi le vote de cohérence est donc celui qu'a choisi Quitterie, c'est une des rares certitudes que je puisse avoir.

J'ai confiance que le choix personnel de François Bayrou sera cohérent.

Écrit par : Bayrolien | 02 mai 2007

Chère Quitterie, je peux dire chère car j'admire vraiment votre position honnête, claire, franche. Pour renforcer votre conviction et en vous demandant de transmettre autour de vous à ceux qui font confiance à N. Sarkozy ceci que j'ai trouvé sur le blog Françoismitterand2007.hautefort.com
c'est le témoignage d'une jeun fille à un meeting de N. Sarkozy, je ne veux pas d'une France comme celle-là! Et connaissant votre sens de la démocratie comme M. Bayrou je suis sûre que vosu n'en voulez pas non plus!
« A tous les Français, je dis qu´ils ont tous, riches ou pauvres, forts ou faibles, droit au même respect, au même amour, à la même compréhension, et que ce respect, cet amour, cette compréhension ce sont les valeurs, les sentiments qui fondent mon idée de la France. »

C´est ce que Nicolas Sarkozy disait hier soir à son meeting au Palais des Congrès de Dijon. Pendant que le premier candidat aux élections présidentielles proclamait son discours sur les valeurs humaines de fraternité, tolérance, et d´universalité, des gens se faisaient tabasser.
Leur seule faute était de se trouver là au mauvais moment.

Avec quelques copains, je suis allée hier soir au Palais des Congrès, « pour voir ». Il y avait une trentaine de jeunes, comme nous, à être venu observer ce qui se passait, voir que nous étions effectivement en désaccord avec les propos de Monsieur Sarkozy. Après quelques minutes passées à l´extérieur, nous nous sommes décidés mes amis et moi, à entrer, par curiosité. Nous ne criions pas, nous ne remuions pas les foules, on aurait pu nous prendre pour de vrais sarkozistes !! Nous n´étions pas à l´intérieur depuis un quart d´heure, que déjà on apercevait un jeune homme se faisant traîner sur le sol par les quatre membres parce qu´il avait hué M. De Robien, ministre. Un de mes amis s´est précipité sur lui pour le soutenir, le relever. Il s´est finalement retrouvé par terre à côté de lui, entouré de 5 ou 6 costaux, chargés de la « sécurité »... Ils les violentaient, ils leur donnaient des coups de pieds, les traînaient au sol... Nous ne pouvions pas laisser faire ça !! En voulant s´interposer entre ces vigiles et nos amis, nous nous sommes retrouvés tirés vers l´extérieur, on nous tordait les poignets pour qu´on se laisse faire, on nous attrapait par le cou pour que l´on ne crie pas... je n´ai vu qu´un seul homme avec un comportement humain parmi ces machines à allures d´hommes. Nous étions 6, ils étaient une dizaine.

Une fois à l´extérieur, nous avions retrouvé notre calme, pas un seul d´entre nous ne criait, pas un seul n´avait un comportement violent, pas un seul d´entre nous ne buvait ou ne fumait. Nous étions une trentaine. Nous avons alors vu arriver dix CRS, en plus des huit camions qu´il y avait de chaque côtés de la rue. Nous avons décidé de tous nous asseoir par terre, signe pacifiste et non violent par excellence ! Les CRS se sont mis en ligne devant nous, nous poussant, nous tirant par les bras, nous donnant des coups de matraque et nous encerclant. A ce moment là, nous étions 22. Ils étaient 27. Ils refusaient de parler, disaient que c´est interdit d´être là (c´est pourtant bien un lieu public, je me suis renseignée), qu´on avait pas le droit de nous asseoir à cet endroit. « La Bourgogne, c´est un vieux pays où l´on ne se bat que lorsque c´est nécessaire, que lorsque l´essentiel est en jeu. » continuait Monsieur Sarkozy. Je ne dois pas avoir la même notion de « l´essentiel » que ces hommes en armes, battant des hommes et des femmes faisant la moitié de leur poids, tous pacifistes, dont la seule faute était d´être là, de ne pas partager les idées de Monsieur Sarkozy.

« L´ouverture dont je veux être le candidat c´est l´ouverture d´esprit. L´ouverture d´esprit c´est être capable de prendre en considération les raisons de l´autre, c´est être capable de penser que l´autre pourrait avoir raison, c´est être capable d´échanger avec l´autre et de le respecter même quand on pense qu´il a tort. »

Nous n´avons pas eu le temps de nous exprimer, que déjà, nous étions encerclés. Nous ne pouvions même pas être là en signe de désaccord, que déjà on nous cachait. La liberté d´expression serait-elle bafouée ?!

« Pourquoi tant de haine ? Parce que je veux que la police fasse son métier ? Qu´elle arrête les délinquants et les fraudeurs ? Qu´elle poursuive les voyous ? Parce que je dis que la victime vaut plus à mes yeux que le délinquant ? »

Nous ne sommes ni des délinquants ni des fraudeurs, ni des casseurs, mais nous sommes bien, nous, les victimes de ce système qui nous attend, de cette société policière à quoi il nous prépare.

« Je veux leur dire que si j´ai voulu mettre la morale au coeur du débat politique, je veux aussi la mettre dans le comportement politique. »

Si elles ressemblent à ce que j´ai vécu, la morale, la démocratie que M. Sarkozy nous propose, je vous avouerai que j´ai très peur...

Perrine, Dijon, le 24 avril 2007

Écrit par : Artemisia | 02 mai 2007

http://2007.fr.msn.com/sondagePerso.aspx?key=S_Royal_prend_un_leger_avantage_au_2nd_tour

Allez, un dernier coup de rein les enfants!!! Et la France marchera vers la VIème République avec Ségolène et François

Bruce/Militant UDF

J' appelle à voter S Royal. je ne suis pas d'accord avec tout son programme. Mais celui de Sarko, je ne suis d'accord avec RIEN!!!

Écrit par : bruce | 02 mai 2007

NOUVELOBS.COM | 02.05.2007 | 11:09
Les syndicats ont rassemblé 117.000 à 200.000 personnes dans des cortèges où les slogans anti-Sarkozy étaient nombreux. C'est le double par rapport à 2006.
Le double de l'an dernier: les syndicats ont rassemblé mardi entre 117.000 et 200.000 lors des traditionnelles manifestations du 1er mai, marquées cette année par la volonté de peser dans la campagne présidentielle. Dans les cortèges, les slogans anti-Sarkozy étaient nombreux.
Les manifestants étaient 25.000 à 60.000 à Paris. Ils étaient des milliers à Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Rennes, Lyon et Grenoble, et plus d'un millier à Tours, Clermont-Ferrand, Dijon, Strasbourg, Mulhouse, Nancy, Lille, Rouen, Le Havre, Montpellier, Nice et Pau.

250 manifestations

Ce sont au total plus de 250 cortèges, plus ou moins unitaires selon les régions, qui ont rassemblé 117.000 participants, selon le ministère de l'Intérieur, et plus de 200.000 selon la CGT. En 2006, ils étaient 50.000 selon la police et 135.000 selon les syndicats.
Si les manifestants s'en sont souvent tenus à des slogans syndicaux sur les salaires, l'emploi et les retraites, sans prendre position dans le duel entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal pour le second tour de la présidentielle, l'hostilité au candidat UMP était palpable dans plusieurs cortèges, notamment à Bordeaux, Perpignan et dans le principal défilé parisien.

"Stop Sarko"

Dans la capitale, des manifestants arboraient des autocollants "stop Sarko". Organisée de République à Nation par CGT, FSU (enseignants), Unsa (autonomes), Solidaires (syndicats Sud) et Unef (étudiants), ce défilé a aussi été marqué par une participation importante de mouvements de gauche et d'extrême gauche.
Les leaders syndicaux ont défilé séparément: Bernard Thibault (CGT) a manifesté à Paris, François Chérèque (CFDT) à Metz dans un cortège CDFT-CGT-FSU-Sud, Jean-Claude Mailly (FO) était à Lille.

Avertissements
La diversité syndicale s'est illustrée par les divergences entre confédérations sur l'attitude à adopter avant l'élection. La CGT alerte contre le programme "ultra-libéral" d'un candidat, Nicolas Sarkozy en l'occurrence, alors que la CFDT, comme FO, écarte "toute démarche partisane".
Cela n'a pas empêché les dirigeants syndicaux de lancer un avertissement au candidat UMP: François Chérèque a affirmé qu'il défendrait "bec et ongles" la reconnaissance des syndicats dans les entreprises -un acquis de Mai 68. Jean-Claude Mailly a pour sa part mis en garde contre un "effet boomerang" en cas de réformes décidées "à l'arraché". Bernard Thibault a espéré que ces manifestations donneraient "davantage de poids" aux syndicats avant "les premières rencontres avec les nouvelles équipes gouvernementales".

Écrit par : gorane | 02 mai 2007

Plusieurs milliers de personnes d’origine étrangère ont reçu leur papier d’expulsion. Parmi eux de nombreux enfants ayant fait toute leur scolarité en France. Ils vont devoir brutalement arrêter leurs études et pour certains se retrouver dans une situation grave. Par exemple cette malienne de 16 ans scolarisée dans un lycée technique, arrivée à 4 ans avec ses parents en France, son retour au pays, en plus de l’arrêt de sa formation, la met dans le risque d’un mariage forcé et même de l’excision.

L’expulsion de milliers de personnes est en attente du résultat des élections

L’élection de l’organisateur des descentes dans les écoles vaudra pour une acceptation

Si vous êtes pour le respect des droits de l’homme, voter contre ces expulsions.

Ce vote est aussi une forme de référendum sur d’autres sujets.

Þ Le droit de grève (projet de suppression pour les fonctionnaires et plus à venir)

Þ Le droit du travail (suppression latente des 35 h, extension du droit aux licenciements sans motif

Þ Légitimation d’un droit à la "bavure" pour les policiers et les magistrats.

Face à tous ces risques tous les candidats de gauche ont appelé à voter contre ces mesures. La plupart l’ont fait sans illusion sur la politique qu’ils souhaiteraient mais sans réserve pour le vote.

L’arrivée au pouvoir d’une droite dure avec un nouveau 93 à l’assemblée nationale, une France penchant fortement à droite, éliminerait toute la gauche pour longtemps et laisserait pour seule opposition un petit parti social-démocrate face à une droite dure triomphante.

_______________________________________

François, on ne PEUT PAS cautionner CA!

Françoise

Écrit par : Françoise | 02 mai 2007

"Et puis ça ne fera pas de mal une femme, après tout la parité ne peut qu'emerger du monde politique, dans le monde 5 femmes gouvernent pas même une femme par continent, à l'ONU à peine 10... et qu'on ne me parle pas d'incompétence vu celle des traitres qu'on constate depuis des décennies!"
@gorane:
oui nous avons besoin des femmes et sego donne un signal positif à hilary clinton aux usa. ce qui peut aider pour arreter la betise de la guerre en irak.

Écrit par : julien94 | 02 mai 2007

@ Hervé Torchet

Comme j'ai pu le dire à Quitterie ce Dimanche sur le Marché Blanqui :
Je suis très surpris que Jean-Christophe Lagarde ne soit pas de ceux qui annoncent voter Ségolène Royal.
Il a pris des décisions localement qui ont aidé Bayrou dans son positionnement "à gauche".
Il ne risque pas de represailles UMP, étant élu d'une circonscription Drancy-Bobigny qui a massivement voté pour Ségolène Royal.
Pourquoi ce non-choix ?
La trouille ? De quoi ?

Drancy
--------

Nombre d'électeurs inscrits : 32 965
Nombre de votants : 26677
Bulletins nuls : 325 soit 1,22%
Nombre de suffrages exprimés : 26352 soit 98,78 %

Olivier Besancenot : 1071 voix soit 4,06%
Marie-Georges Buffet : 1205 voix soit 4,57%
Gérard Schivardi : 47 voix soit 0,18%
François Bayrou : 5446 voix soit 20,67%
José Bové : 236 voix soit 0,90%
Dominique Voynet : 264 voix soit 1,00%
Philippe de Villiers : 416 voix soit 1,58%
Ségolène Royal : 7327 voix soit 27,80%
Frédéric Nihous : 74 voix soit 0,28%
Jean-Marie Le Pen : 3132 voix soit 11,89%
Arlette Laguiller 318 voix soit 1,21%
Nicolas Sarkozy : 6816 voix soit 25,87%

Bobigny
-------

Inscrits 20 068
Abstentions 4 050 20,18
Votants 16 018 soit 79,82%

Nombre % Votants
Blancs ou nuls 229 soit 1,43%
Exprimés 15 789 soit 98,57%

Voix % Exprimés
M. Olivier BESANCENOT 734 voix soit 4,65%
Mme Marie-George BUFFET 991 voix soit 6,28%
M. Gérard SCHIVARDI 25 voix soit 0,16%
M. François BAYROU 2 404 voix soit 15,23%
M. José BOVÉ 187 voix soit 1,18%
Mme Dominique VOYNET 147 voix soit 0,93%
M. Philippe de VILLIERS 168 voix soit 1,06%
Mme Ségolène ROYAL 6 414 voix soit 40,62%
M. Frédéric NIHOUS 28 voix soit 0,18%
M. Jean-Marie LE PEN 1 191 voix soit 7,54%
Mme Arlette LAGUILLER 170 voix soit 1,08%
M. Nicolas SARKOZY 3 330 voix soit 21,09%

Écrit par : Richard... | 02 mai 2007

Bon, moi je vais me battre comme un lion pour la victoire de SR et pour qu'enfin grâce à cette élection le PS se convertisse en parti social démocrate ce qui permettra l'alliance naturelle de projet entre le centre et la gauche réformatrice.

Seul les naifs peuvent croire que si SR perd aprés avoir tendu la perche comme elle l'a fait à FB, le PS éclatera. Elle se fera trucider. La ligne de la main tendue aura perdue au PS et non gagnée.
On peut faire des calculs politiciens pour le parti démocrate, mais moi je pense d'abord à mon pays, et j'estime qu'une gauche moderne serait une chance pour mon pays.

Cependant je me fait guére d'illusion, au mieux SR peut espérer 48% des voix. La seule petite (je dis bien petite) chance qu'elle gagne serait un soutien fort de FB a cette derniére juste aprés le débat.

Ce que je crains, c'est qu'avec le ralliement massif des députés UDF, le parti démocrate reste et cela maintenant pour longtemps étiqueté aux yeux des électeurs de gauche ayant fait confiance en Bayrou comme un parti de droite. Même si je sais que FB est de centre gauche et que beaucoup des militants sont des humanistes.

Un centre pur n'existe pas. A un moment il faut savoir dans quel ordre on classe ses valeurs entre démocratie et economie, entre justice et liberté etc..
Quitterie le sait, d'autres le savent.

Pour moi l'avenir du PD est au centre gauche, ou ne sera pas. Bourlanges pense la même chose mais il regrette simplement que cette alliance se soit pas faite avant le 1er tour. Il en tire la leçon : bipolarisation.

J'aurais fait mon devoir de citoyen.. et je pleurerais dimanche, car oui j'en suis intimement convaincu, la france, mon pays dont je suis si fier, va bientôt avoir une vrai sale tête.
Et je méditerais sur tout ceux qui n'auront pas pris leur responsabilités.

C'est ma conviction. Les années vont être longues.

Écrit par : prevalli | 02 mai 2007

Merci aux oranges croisés hier à Charléty... Jolie voiture, d'ailleurs... ;D

Merci à ce blog où je retrouve ce qui m'avait intéressé (et même plu, mon âme socialo doit bien l'avouer...) chez François Bayrou pendant la campagne.

Merci aux démocrates qui semblent s'attacher aux valeurs humanistes que le centre et la gauche ont en commun, alors que jamais la droite n'a été aussi radicale, aussi sectaire. Faisons vivre la démocratie ensemble !!!

Écrit par : Eulenspiegel | 02 mai 2007

Je me permets de vous contacter avant la bataille finale au sujet des remarques courageuses et réitérées de Monsieur Bayrou, de cet homme qui a du cran d'après l'expression de Ségolène royal elle-même, remarques qui pourraient éventuellement être utiles pour aider certains électeurs UDF indécis à voter pour la démocratie et le renouveau de la France.

Monsieur Bayrou signale de plus en plus souvent les dysfonctionnements du Riche département du 92 qui avait pour président Nicolas Sarkozy. J'habite dans le 92, à Levallois Perret et je vous assure que c'est la réalité. La démocratie et la justice suffoquent dans certaines villes et certaines institutions de ce département. C'est horrible d'imaginer que peu à peu la France entière pourrait devenir ainsi.

François Bayrou a bien compris que si Nicolas Sarkozy est élu, cette concentration de pouvoir qui a son centre vital (Média Industrie Politique) dans le 92 va s'étendre sur toute la France. Et cela est très courageux de la part de François Bayrou de le dénoncer aussi nettement car il sait de quoi il parle et il sait aussi qu'il va le payer très cher si Nicolas Sarkozy devient président. Ségolène Royal est d'ailleurs tout a fait d'accord avec lui sur ce point et avec courage dénonce elle aussi ce danger, depuis longtemps déjà. Mais, je pense que les électeurs socialistes sont peut être plus sensibilisés que certains électeurs UDF sur le danger que représente Monsieur Sarkozy pour la démocratie Française.

Mais voilà, comment faire comprendre à ceux qui vivent dans des villes et des départements « normaux » que ce qui se passe dans le 9-2 est bien la réalité ? J'ai des parents qui vivent en Auvergne et il m'a fallu des heures et des heures de discussions pour qu'ils soient convaincus de la réalité des dysfonctionnements de la démocratie dans une bonne partie des villes « UMP » du 9-2. Et c'est normal. Comment des citoyens honnêtes et paisibles peuvent imaginer que la Saga (Par ordre alphabétique) des Aeschlimann, Balkany, Ceccaldi, Devedjian, Gaubert, Pasqua, Santini, Sarkozy, Schuller et il en manque, est bien réelle et se déroule bien en France ? Ce n'est pas possible.

Je vous propose donc ce modeste dossier à diffuser auprès de vos connaissances UDF qui ne savent pas pour qui voter. Tout ce qui est dans ce dossier est factuel et vérifiable. L'essentiel est tiré de l'ouvrage de Frédéric Charpier : « Nicolas Sarkozy, enquête sur un homme de pouvoir ». Ouvrage qui est presque passé inaperçu alors qu'il décode bien ce personnage redoutable.

Si vous avez des contacts UDF fiables à qui diffuser ce document allez y gaiement. Ici, il y a une telle pression sur les élus UDF de la part de l'UMP, que l'on ne sait plus à qui on peut faire confiance.

En tout cas, ce qui est sur c'est que Monsieur Santini qui a initié le ralliement de l'UDF à L'UMP sera bien assorti à la bande qu'il rejoint puisqu'il est mis en examen tout comme Charles Pasqua, dans le scandale de la Fondation Hammon. Encore un qui est protégé par son statut de parlementaire. De toute façon, quand il ira au tribunal de Nanterre, il se trouvera face au Juge Courroye, placé la bas par Nicolas Sarkozy, contre l'avis du Conseil Supérieur de la Magistrature. Eh oui, c'est comme cela dans le 9-2 !

A l'aide

Claude Guitton/UDF

Écrit par : Frank | 02 mai 2007

Si le PS avait su évoluer, s'affranchir de ses dogmes, de ses oripeaux de "bien pensance", nous n'en serions pas là. Je n'ai pas besoin d'attendre le duel de ce soir pour m'en convaincre. Ségolène est trop coincée dans sa com (10 minutes de Ségolène et mon seuil d'écoute est déjà saturé) et dans son pacte (elle n'a même pas été capable de saisir la perche tendue par François Bayrou). Aurait-elle seulement accepté de troquer ses emplois tremplins contre un small business act et les deux emplois sans charge, qu'on pourrait à cette heure envisager d'entrevoir un quart de dixième du bout du tunnel et renvoyer Sarko méditer sur l'histoire de France.

Écrit par : yohan | 02 mai 2007

L'appel des Cordeliers (qui fait référence au Conseil National de la Résistance) sur :

www.cordeliers2007.blogspot.com

Écrit par : Le Club des Cordeliers | 02 mai 2007

@Richard

Richard, je suis content de trouver quelqu'un de Seine Saint-Denis qui se réveille. Je me sens très isolé dans ce département, et notamment dans ma circoncritopn et ma commune où le maire, ancien UDF, mais siégeant comme UDF au conseil régional, se présente sans étiquettes et a établit un accord de désistement avec le candidat UMP. J'ai appris ce soir qu'il était soutenu par de Robien.

J'ai envoyé un mail à JC Lagarde, sans réponse depuis une semaine. Le problème est que la gauche ne sera prête à nous soutenir, et que JCL ne peut conserver la mairie de Drancy sans l'UMP, voilà peut être l'origine de son silence. C'est quand même beaucoup plus noble que de déclarer voter Sarko.

Je te propose de me contacter sur e-soutien.bayrou.fr (mon pseudo est michin sur ce site).

A plus

Écrit par : Michel H | 02 mai 2007

Bonjour à tous,
Je ne sais pas si vous regardez le débat.
Moi oui.
Et je veux témoigner sur la situation des enfants handicappés, parce que je suis révoltée REVOLTEE par ce que j'ai entendu sur les enfants handicappés de la part de Nicolas Sarkozy.
S'il te plait Quitterie va enquêter fais quelque chose pour qu'on SACHE qu'il a MENTI à la TELE sur les enfants handicappés.
Moi aussi je suis TRES EN COLERE. En fait quand j'ai entendu Nicolas Sarkozy parler avec son sourire entendu j'ai eu envie de crier. Et quand Ségolène Royal s'est mis en colère toute ma famille était avec elle. (Et ma famille est plutôt Sarkozyste, je suis le vilain petit canard. Et je devrais dire qu'ils "votaient Sarkozy", parce que maintenant on ne PEUT plus. Vous n'imaginez pas notre indignation. Ségolène Royal était tout en retenue comparé à nous dans notre salon.) Alors quand Nicolas Sarkozy a ironisé sur la colère j'ai eu envie de pleurer (ben oui, c'est grave) puis de tempêter puis j'ai décidé d'aller sur ce forum parce que c'était IGNOBLE ce qu'il a dit, c'était IMMORAL c'était tellement révoltant que je n'ai plus de mots.
Il y a des choses qu'on NE PEUT PAS PARDONNER.
Quitterie s'il te plait fais quelque chose.
Victor mon petit frère a eu son auxiliaire de vie qui lui permettait d'aller à l'école SUPPRIMEE par les coupes dans les budgets décidés par le gouvernement auquel appartenait M. Sarkozy. Franchement on avait oublié, ou mes parents faisaient mine de l'ignorer, pour leurs intérêts financiers probablement.
C'était en 2004, et depuis il ne va plus à l'école. Certains de ses copains on les a scolarisés 'à l'arrache', comme ça, sans personne pour les aider ni pour aider les instits.
Voilà.
Il a MENTI. Il a RI de mon petit frère, des problèmes qu'IL lui a causés, il a MEPRISE notre colère quand il a méprisé la colère de Ségolène Royal. C'était INDIGNE. Je ne pardonnerai JAMAIS, JAMAIS il ne sera mon président même si d'autres l'élisent, JAMAIS JAMAIS.

Écrit par : Lou | 02 mai 2007

@video meliora

Pourquoi vouloir que les parlementaires UDF se prononcent pour un candidat ? Notre vision est que les femmes et hommes de gauche et de droite nous rejoignent pour travailler ensemble.

Un ceratain nombre d'entre eux, par calcul politique pour récuprérer leur siège, ont appelé à voter NS depuis le 22 avril. Je réprouve, même si je peux comprendre. Personnelement j'ai fait le choix de barrrer la route à Sarkozy en votant pour Royal, qui m'est personnel et ce n'est pas cohérent avec ce que nous avons défendu tout au long de la campagne.
Il est hors de question que je devienne le supplétif de qui que ce soit.
Ce que tu demandes c'est du même accabit que ce que Sarko et de Robien font depuis le 22 : du chantage. Pas au même niveau certes.

Pour moi François doit annoncer qu'il votera blanc pour rester cohérent, ainsi que les parlementaires qui ne se sont pas encore prononcé, s'ils se prononcent. Mais nous avons très bien compris, et les Français aussi, que le programme de Sarkozy avait plus de défauts à ses yeux que celui de Royal.

Ce que je souhaite maintenant, c'est que le parti que nous allons fonder se place dans une posture d'opposition constructive face à l'UMP si Sarko est élu. Si, mais je n'y crois pas beaucoup, Ségolène est élue, je pense que nous devrons nous placer comme une force de participation critique.

Ceci à condition que vous amendiez :
- votre programme économique
- la question des retraites
- la réduction de la dette et moins d'état.

Sinon nous serons là aussi dans une opposition constructive.

Michel Hinard

Écrit par : Michel H | 02 mai 2007

bémol pour la fin du débat

ELLE a lu UN PROMPTEUR , ses yeux allait de gauche à droite !!!!!!!!!!!

Écrit par : mimi | 02 mai 2007

Le débat est terminé. Ségolène Royal a dominé la première partie, la deuxième a été plus équilibrée. Je ne crains pas de la voir présidente. Il faudra limiter le pouvoir du PS sur elle en élisant bcp de députés démocrates.

Sarko a enterré toute idée de constitution européenne. Les électeurs centristes apprécieront. Je fais le faire savoir.

Écrit par : Hervé Torchet | 02 mai 2007

Ouais completement, moyen le coup du prompteur.
Pour cela qu' elle regardait donc la caméra.
Comme Chirac ou PPD en gros

Écrit par : Julien | 02 mai 2007

Après le débat, un débat de qualité médiocre, Mme la professeur contre le nerveux qui se contient.

Ce bleu qui vire au brun ne me convient pas. Ce rose qui n’a pas fait son aggiornamento ne le rend pas séduisant. L’orange reste incertain. Rien de mieux que de rester le seul peintre de ses idées, la curiosité et la rencontre pour élargir la palette. La réalité doit se conjuguer au rêve, au dialogue, à l’espoir. Il sera toujours question de transformer le réel probable.

Faire le pari que nos institutions seront assez solides pour résister à la couleur brune. Assez souple pour faire émerger une démocratie renouvelée. Pour le reste, pour le bulletin dans l’urne, si je sais pour qui ne pas voter (on ne transige pas avec certaines valeurs !!!), je ne suis pas convaincu.

Bien entendu, le chemin sera différent, mais toujours il sera question d’implication, de faire ensemble, de tisser des aventures humaines pour résister et pour créer, pour habiter le rêve d’une utopie concrète. Le réel est toujours insatisfaisant, la question est insoluble, c’est l’absurdité de la vie et toute sa saveur.

Bien à vous,
Héloïm

Écrit par : Héloïm Sinclair | 02 mai 2007

Oui j' ai vu aussi le coup du prompteur, ma copine bosse à la télé

Elle avait les yeux qui bougeaient horizontalement. Ca ne trompe pas.
Regardez les présentateurs de journaux, tous on le même mouvement
Sarko lui a baissé la tête , sans doute pour montrer que lui il parlait du coeur.

Écrit par : damien | 02 mai 2007

bémol pour la fin du débat

ELLE a lu UN PROMPTEUR , ses yeux allait de gauche à droite !!!!!!!!!!!

Ecrit par : mimi | 02 mai 2007


__________________________________________

Absolument pas! Ils étaient interdits sur le plateau

Ben

___________________________________________

En tant qu' électeur UDF j' ai retenu:

1- On nous annonçait la "fin" de SR. Il n' en a rien été. Cette femme m' a bluffé! Elle est extraordinaire de force et de courage. Il faut le faire de faire taire NS! Croyez moi...

2- Mr Sarkozy a été menaçnat à l' encontre de l' UDF: "Je ne vois pas pouquoi il (l' UDF) ne votrait pas pour moi puisqu' on a gouverné ensemble pdt 5 ans". Mme Royal a eu la courtoisie de ne pas nous "draguer".

3- Sur TOUS les sujets, elle l' a démoli. Soyons clairs. En particuliei sur les sujets qui sont les "notres": Europe/Education/Environnement/VI ème République

J' appelle le plus grand nombre à voter S Royal
J' appelle F Bayrou à se déclarer désormais clairement

Ben

Écrit par : ben | 02 mai 2007

C'est elle qui a été sincère. Lui, toutes ses idées n'étaient que des mots pour agiter des symboles. Elle parlait de réalités.

Écrit par : lionel | 02 mai 2007

héloim comment tu peux ne rien faire ne rien dire quand un candidat à la présidentielle JOUE avec le sujet des enfants handicappés, quand il MEPRISE la colère de son adversaire qui est la COLERE de TOUTES LES FAMILLES qui ont un enfant handicappé?
On ne PEUT pas rester sur la touche et regarder quand il se passe des choses pareilles!!!
Qu'on soit orange blanc bleu je m'en fiche on ne PEUT PAS aider un type aussi méprisable à devenir président! Dites-moi que je ne suis pas la seule indignée c'est pas possible!???!!!!

Écrit par : Lou | 02 mai 2007

Ségo, elle m'a tout pris...

Écrit par : programme de bayrou | 02 mai 2007

Je m'en fiche du prompteur d'abord je croyais qu'ils étaient interdits elle avait peut-etre appris par coeur mais meme si elle a lu un prompteur je m'en FICHE ET CONTREFICHE
c'est quoi un prompteur comparé à un homme qui MENT à la télé sur les ENFANTS HANDICAPPES et qui aprè`s SE MOQUE de notre colère (car c'est nore colère à nous toutes les familles qu'exprimait Mme Royal).

Écrit par : Lou | 02 mai 2007

@Lou
Je suis d'accord avec toi : il y a une morale en politique et de la pudeur à avoir à l'égard des souffrances quotidiennes des gens.
Le handicap est une chose terrible, que connaissent tous ceux qui l'ont fréquenté d'un peu près. C'est un sujet délicat qui mérite mieux que d'argument dans un débat aussi polémique et "utilitaire" que peut l'être un débat de second tour, où les choses ne peuvent pas être expliquées longuement, débattues avec sérénité. Royal a eu raison de dire sa colère, que je ne crois pas feinte.

Écrit par : Laurent | 03 mai 2007

77% de l' électricité est produite par le nucléaire en France, on en revend 16%

Il nous reste 61% , Sarko avait donc presque raison

D' autres part , faire perdurer les vieilles centrales c' est la porte ouverte à d' autres Tchernobyl. Sarko a encore raison en expliquant la nécessité d' en construire des neuves beaucoup plus fiables et sécurisées.

Écrit par : merlin | 03 mai 2007

77% de l' électricité est produite par le nucléaire en France, on en revend 16%

Il nous reste 61% , Sarko avait donc presque raison

D' autres part , faire perdurer les vieilles centrales c' est la porte ouverte à d' autres Tchernobyl. Sarko a encore raison en expliquant la nécessité d' en construire des neuves beaucoup plus fiables et sécurisées.

Écrit par : merlin | 03 mai 2007

Sarko avait tort et Ségo presque raison : 17% c'est la proportion de toute l'énergie produite en France (donc 17% du total par le nucléaire).

Le chiffre qu'il a cité, 50%, ne correspond à rien du tout.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

Ils sont aussi nuls l'un que l'autre pour les chiffres. Mais bon, Mitterrand l'était aussi, sans parler de de Gaulle.

Écrit par : algèbre | 03 mai 2007

J'ai dit un mot de mon appréciation du débat sur mon blog.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

77% de l' électricité est produite par le nucléaire en France, on en revend 16%

Il nous reste 61% , Sarko avait donc presque raison

D' autres part , faire perdurer les vieilles centrales c' est la porte ouverte à d' autres Tchernobyl. Sarko a encore raison en expliquant la nécessité d' en construire des neuves beaucoup plus fiables et sécurisées.

Ecrit par : merlin | 03 mai 2007

_______________________________________________

Je suis Ingé nucléaire EDF

C' est bien 17%! NS avait juste à cliquer sur google

Valentin

Écrit par : Valentin | 03 mai 2007

Oui j' ai vu aussi le coup du prompteur, ma copine bosse à la télé

Elle avait les yeux qui bougeaient horizontalement. Ca ne trompe pas.
Regardez les présentateurs de journaux, tous on le même mouvement
Sarko lui a baissé la tête , sans doute pour montrer que lui il parlait du coeur.

Ecrit par : damien | 02 mai 2007

_________________________________

IL N Y AVAIT AUCUN PROMPTEUR!

INTERDIT SUR LE PLATEAU

REVENONS AUX ARGUMENTS

NS nous a méprisés!!!!!!!!!!!!!!!! Point barre

je vote S Royal!

Écrit par : hélène | 03 mai 2007

Pas de prompteurs sur le plateau, c'est annoncé partout.

D'ailleurs, Damien, vous avez fait un copié-collé du même commentaire sur le DEL, le blog de Birenbaum. Encore une manip des Sarko.

Écrit par : Viviane | 03 mai 2007

J'étais avec ma fille qui est en 2nde au lycée. Notre bilan c'est qu'elle n'a pas assez travaillé son programme et qu'elle devrait perdre.
Désolé, même si j'ai expliqué à ma fille pourquoi je voterai pour elle car il ne faut pas pénaliser tous mes camarades qui ont préparé ce programme ... elle n'aura pas lu leurs fiches !!

Désolé pour mes potes centristes, ma candidate n'était pas la bonne et nous le savions depuis le début. Je voterai contre l'homme de la circulaire du 13 juin 2006 et en avant pour reconstruire la gauche moderne !

Écrit par : video meliora | 03 mai 2007

@ video meliora

C'est marrant : moi qui suis centriste, je l'ai trouvée bonne et lui très mauvais. Elle l'a envoyé dans les cordes et elle l'a dominé. Marrant, ça.

Écrit par : Viviane | 03 mai 2007

Magnifique...Ségolène a bougé un Sarko qui m'a fait pitié avec ses droits "opposable" à tout (à chaque fois tu n'obtiens rien....mais tu dois pas passer en justice) sur la petite enfance, les handicapés.

Sur ce dernier théme Ségolène a clairment montré que SARKO MENTAIT et ne reconnaissait pas l'action de son gouvernement...et l'idée sur la moralisation de la politique m'a plu, ENFIN ENFIN...on y vient, que les représentants du peuple se l'appliquent !

Pareil lorsque Ségo..dit à Sarko qu'il va falloir penser "revoir" les statuts particuliers des parlementaires, et pas seulement les statuts...d'EDF/SNCF and co....

Sarko est un conservateur pur jus, il en reste à la Véme (parle du discours Bayrou/Ségo comme d'un vestige de la IVéme...Incroyable !) sans parler de son..irrespect vis à vis de l'UDF (uniquement cité pour..noter les ralliements opportunistes des députés UDF, et de nous faire croire à une ouverture "à gauche" !), son enterrement de l'idéal européen....

Ségo table (avec Montebourg) pour la 6éme..plus équilibrée pour tous les partis et respectueuse des citoyens, avec un renouveau démocratique.

Sur les centrales, le choix de Sarko (EPR 3éme génération) est..on le sait, déjà dépassé, et on s'oriente vers la 4éme génération.

Le débat autour des EPR n'a pas eu lieu, biaisé au parlement, absent dans la population..ce qu'on d'ailleurs dénoncé les verts très souvent !
Il ne s'agit pas du tout ou rien sur le nucleaire, mais de faire de bons choix et de compléter avec des énergies complémentaires plus écologiques....

Sarko a pas lu de façon très bonne ses fiches...il n'a cherché que tristement la contradiction, mais il n'est pas sûr de ses propos en la matière.

On savait Ségo forte, elle l'a démontré..Sarko elle l'a démoli sur un plateau de télé,
maintenant c'est à nous tous de nous mobiliser dimanche et de penser à la suite..
à savoir est ce que nous voulons "oeuvrer" ensemble et amplifier le mouvement pour le 6 mai avec une suite derrière ?

J'espère que Bayrou se prononcera avec courage, un engagement ferme (ce qui ne veut pas dire un alignement sur la gauche) en faveur de Ségo..car après ce débat, elle le mérite
et nous devons être forts, pousser tous ensemble, prouver qu'une majorité de progrès peut et doit se dégager !

Je suis désolé..je peux pas imaginer ma capitale, le 7 mai, avec Sarko et vous ?

Écrit par : Marsipulami | 03 mai 2007

@Michel Hinard

merci pour votre sincérité ... je ne demande pas à François Bayrou qu'il se prononce, c'est la règle que je me suis fixée en votant pour lui au premier tour.
Je me renseignais seulement s'il y avait UN SEUL PARLEMENTAIRE UDF qui l'avait fait ... je sais bien que beaucoup l'on fait dans l'autre sens ... plus par honnêteté que par honneur mais je le respecte (quoique pour Morin, je suis déçu)
En écoutant SR au débat ce soir, je n'attends plus grand chose de personne ...
Bonne nuit

Écrit par : video meliora | 03 mai 2007

Je suis enseignant et je trouve que Bayrou a quand même beaucoup plus de substance que Mme Royal sur le sujet de l'enseignement. Mais je ne voterai pas Sarkozy. Donc Royal dimanche et Bayrou en juin.

Écrit par : albert v | 03 mai 2007

@hélène

"NS nous a méprisés!!!!!!!!!!!!!!!! Point barre"


non mais c' est l' hopital qui se fout de la charité !

Royal a été en permanence méprisante, hautaine et très directrice ( tiens ca ressemble à dictratrice ) :)

Écrit par : julien | 03 mai 2007

Sarkozy est loin de l' image que veulent lui faconner les socialistes.

Un dictateur , un excité ? non mais vous avez vu Royal ?

ps: excellent le prompteur

Écrit par : maxime | 03 mai 2007

Il n'a pas aimé quand elle a parlé des femmes battues.

Elle a été TOUJOURS respectueuse. Elle n'a pas cédé un pouce de terrain. Elle lui a dit quand il avait tort.

Mais puisqu'on vous dit qu'il n'y avait pas de prompteur !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : Viviane | 03 mai 2007

je comprends pas en quoi royal aurait gagné le debat, elle a été très flou notament sur les 35h, sur la turquie, renvoyant sur d' autres sujets la responsabilité au parlement et ne donnant pas de réponse, si les journalistes trouvent qu' elle a gagné des points quand elle c' enervé je comprends plus rien, je l' ai trouvé assez arrogante et méprisante, changeant a chaque fois de sujet et interrompant à chaque nicolas sarkozy.... à bon entendeur.

Écrit par : johana | 03 mai 2007

je comprends pas en quoi royal aurait gagné le debat, elle a été très flou notament sur les 35h, sur la turquie, renvoyant sur d' autres sujets la responsabilité au parlement et ne donnant pas de réponse, si les journalistes trouvent qu' elle a gagné des points quand elle c' enervé je comprends plus rien, je l' ai trouvé assez arrogante et méprisante, changeant a chaque fois de sujet et interrompant à chaque nicolas sarkozy.... à bon entendeur.

Écrit par : johana | 03 mai 2007

Qui a coaché SR ? Il y a un problème. Dès la 1ère image, j'ai eu l'impression d'une veuve noire qui attendait sa proie, regard qui tue, etc… limite quelqu'un qui entrait sur un ring de boxe. C'était too much. Soit c'est du contre-emploi et c'est une grosse erreur, soit c'est vrai et il y a un écart entre les prétentions et la réalité de la compétence. A contrario, et éventuellement également à contre-emploi, NS avait adopté pour une stratégie fausse garde, plus cool qu'il ne doit l'être en réalité. De ce fait, la "brutalité" n'a pas été du côté où on l'attendait. Pugnacité dans le débat mais renvoi aux partenaires sociaux pour tous sujets (qui dirige, le PR et le gouvernement ou les partenaires sociaux ?) et si pas d'accord pas de loi donc on ne bouge pas. Paroles, paroles et zéro action.

Écrit par : cosworth | 03 mai 2007

Qui a coaché SR ? Il y a un problème. Dès la 1ère image, j'ai eu l'impression d'une veuve noire qui attendait sa proie, regard qui tue, etc… limite quelqu'un qui entrait sur un ring de boxe. C'était too much. Soit c'est du contre-emploi et c'est une grosse erreur, soit c'est vrai et il y a un écart entre les prétentions et la réalité de la compétence. A contrario, et éventuellement également à contre-emploi, NS avait adopté pour une stratégie fausse garde, plus cool qu'il ne doit l'être en réalité. De ce fait, la "brutalité" n'a pas été du côté où on l'attendait. Pugnacité dans le débat mais renvoi aux partenaires sociaux pour tous sujets (qui dirige, le PR et le gouvernement ou les partenaires sociaux ?) et si pas d'accord pas de loi donc on ne bouge pas. Paroles, paroles et zéro action.

Écrit par : cosworth | 03 mai 2007

Qui a coaché SR ? Il y a un problème. Dès la 1ère image, j'ai eu l'impression d'une veuve noire qui attendait sa proie, regard qui tue, etc… limite quelqu'un qui entrait sur un ring de boxe. C'était too much. Soit c'est du contre-emploi et c'est une grosse erreur, soit c'est vrai et il y a un écart entre les prétentions et la réalité de la compétence. A contrario, et éventuellement également à contre-emploi, NS avait adopté pour une stratégie fausse garde, plus cool qu'il ne doit l'être en réalité. De ce fait, la "brutalité" n'a pas été du côté où on l'attendait. Pugnacité dans le débat mais renvoi aux partenaires sociaux pour tous sujets (qui dirige, le PR et le gouvernement ou les partenaires sociaux ?) et si pas d'accord pas de loi donc on ne bouge pas. Paroles, paroles et zéro action.

Écrit par : cosworth | 03 mai 2007

j'ai regardé et écouté attentivement le débat et j'ai constaté comme la majorité d'entre vous que Ségolène n'est pas à la hauteur, elle n'a pas arrété de couper la parole et fait beaucoup de réflexions désobligeantes et quand elle n'a pas su quoi répondre elle s'est mise en colère ce qui est indigne d'une future présidente car elle n'a aucune maitrise de soi, de même elle est incapable de donner des chiffres et des réponses concrètes - enfin elle leurre les plus démunis et ceux qui n'ont pas ou peu de culture générale comme gpas ou hamin -dada et qui tremblent pour leur aides sociales car avec Sarko il faudra qu'ils se cherchent du travail ou acceptent ce qu'on leur proposera. Personnellement je vote Sarko, même si je ne suis pas entièrement d'accord avec lui, mais au moins il avance des choses réelles et réalisables et non des leurres ou des utopies qui nous enfonceront encore plus dans la merde, car elle promet mais est incapable de dire où elle prendra l'argent (car les actions seront insuffisantes et ne sont pas des valeures sures - c'est selon la bourse et à la bourse il y en a qui ont tout perdu comme aux courses). Alors je pars du principe qu'il vaut mieux tenir que courrir et c'est le cas de Sarko.

Écrit par : sos | 03 mai 2007

Sur les 35 h, elle a abandonné en rase campagne l'idée du PS d'une généralisation unilatérale et autoritaire. Elle a reconnu qu'il faudrait régler branche par branche. Constructif. J'habite Lille et Mme Aubry, que nous avons eue comme élue, doit reconnaître aussi les limites de son principe.

Sur la Turquie, elle est plutôt pour et DSK carrément pour. Évidemment, elle n'a pas ouvert le conflit. De toutes façons, il faudra un référendum.

En quoi serait-il mauvais de renvoyer la responsabilité du parlement ? POUR UNE FOIS QUE QUELQU'UN SE SOUCIE DU PARLEMENT !!!!

Elle s'est énervée, je l'ai trouvée sincère. Ca m'a rappelé la gifle instinctive donnée par Bayrou à un gosse qui lui faisait les poches. C'est bien, la sincérité. Les élus ne sont pas des machines...

Arrogante et méprisante ? Elle était pugnace.

Changeant de sujet ? Interrompant Sarko ? Elle l'a mis dans le "reculoir" comme disent mes amis du rugby.

Ah, je vais vraiment voter pour elle.

Écrit par : Vandermeersch | 03 mai 2007

Un débat utile à la démocratie, intuile aux électeurs. J'ai vu deux candidats au poste de premier ministre, aligner des chiffres souvent faux. Aucune vision. Il faut aimer la France et les français pour vouloir que l'un des deux gagne (enfin pour moi ce sera l'une).

Écrit par : philippe | 03 mai 2007

Mme Royal a bien peu d'avis personnel sur sa politique toujours aussi floue ! si ce n'est pour se tourner vers ses "partenaires sociaux" pour chacun des problèmes de notre société ! quand on connaît l'extremiste de gauche de nos "partenaires sociaux" ça signifie que rien ne va changer sinon en pire ... agressive et très satisfaite d'elle même, elle s'est montré incompétente sur la part du nucléaire en France 17% (71% en réalité) et le pouvoir des régions. Par contre j'ai trouvé Sarkozy trop aimable, notamment sur la fin quand il la qualifie de compétente ... même si son adversaire n'était pas de son niveau, il aurait pu être plus agressif.

Écrit par : teddy | 03 mai 2007

Pas mal les sarkozistes sont déjà au front..allez soyons fair play, reconnaissez que ce soir Ségo une fois de plus vous a bluffé..et que le petit Nicolas, finalement est reparti penaud à Neuilly dans son loft, ça va inquiéter les électeurs du FN tout celà !

Svp pas de trip copier coller...c'est pas cool....

Écrit par : Marsipulami | 03 mai 2007

Bonsoir , effectivement les partenaires sociaux vont maintenant gouverner la france , quand je vois comment ils ont negociés les 35 heures au rabais , et surtout du coté du patronat français , depuis c'est vrai que je n'ais pas droit de faire d'heure supplementaires , aucunes embauches n'as été faite et pire je fais le travail de deux personnes pour gagner le meme salaire , les français attendaient un programme des chiffres et des implications personnelles de chaque condidats ,pas une attaque generale de toutes les miseres de la droite sur Sarkozy, quand on ne sais pas que l'EPR est un reacteur de 4eme generation , ou le pourcentage de production d'electricitée Nucleaire , le pire c'est que Sego se vante d'aller voir les entreprises françaises qui delocalisent en chine pour les soutenirs, que la dette du pays seras remboursée si on depasse les 5% de croissance , elle ne nie pas non plus de qu'elle ne touchera pas la retraire des fonctionnaire , du vague rien de concret , je ne savais pas pour qui voter aujourd'hui apres ce debat je le sait , parce qu'il vaux mieux une personne qui dis franchement a quoi on vas s'attendre , qu'une personne indecise et qui perd facilement sont sang Froid

Écrit par : Steph | 03 mai 2007

@ cosworth (c'est le nom de mon moteur de F1)

J'ai trouvé qu'elle prenait seulement l'ascendant, comme dit M. Torchet sur son blog (je suis allé voir). C'est un mot juste. Elle l'a dominé.
Elle veut remettre des dossiers aux partenaires sociaux mais, l'autre jour, dans l'excellent dialogue avec M. Bayrou, c'était ringard, aujourd'hui elle a mieux parlé.

Écrit par : ford | 03 mai 2007

Spécial dédicace pour les Sarkozistes de service....

http://www.dailymotion.com/video/x1vnju_segolene-royal-clash-nicolas-sarkoz

Une fois de plus Sarkozy ment, mais là il est remis..à sa juste place !
"Sarkozy atteint le sommet de l'immoralité politique (Ségolène Royal)"

Écrit par : Marsipulami | 03 mai 2007

Le débat a montré que Nicolas Sarkozy a vraiment la stature du futur président de la république. Il s'est montré respectueux, concis, précis dans ses propositions. Ségolène Royal s'est montré irritable, perdant ses moyens sans raison. Comme à son habitude, elle a usé et abusé de "yaka faucon" et dès qu'on lui demandait d'être précise, elle a préféré botter en touche sur des sujets importants

Écrit par : didstep | 03 mai 2007

Chère Ségolène, je propose qu'on crée un 'service national du goûter" pour permettre à ceux dont la maman ne peut pas apporter le goûter à la sortie de l'école d'avoir un goûter apporté par une 'maman républicaine'. Lorsque vous aurez perdu cette élection présidentielle, je vous invite à travailler cette idée pour ensuite en discuter avec les partenaires sociaux qui dans votre discours semblent êt être les seuls interlocuteurs valables à vos yeux. Bien à vous et tendres salutations à François qui pourrait être le 'poisson-pilote' d'un tel projet qui ravira surement Thomas, Clara, etc...

Écrit par : fox | 03 mai 2007

il est clair que notre propre opinion influence la façon d'interpréter le débat mais je ne peux pas faire autrement que de m'effrayer devant Mme Royal qui a consacré tout son temps de parole à "cirer les pompes" de toutes les catégories sociales françaises, tout le monde a eu droit à une petite pensée et un petit cadeau... Et quelle ironie quand elle reproche à Mr Sarkozy de vouloir diriger le pays de façon autoritaire alors qu'elle n'a cessé de dire : "je veux..." ! Ses introductions sur chaque sujet ressemblait plus à une récitation qu'à une vraie conviction et les trois minutes de conclusion transpiraient le "par coeur". On doit gouverner avec de la chaleur et de la sincérité. Que les urnes soient remplies de bon sens dimanche prochain !

Écrit par : boboa | 03 mai 2007

@ sos

70 milliards de baisse des prélèvements obligatoires pendant qu'il promet 60 milliards de dépenses nouvelles non financées et qu'il y a déjà presque 40 milliards de déficit budgétaire ? (soit 170 milliards, soit 12% de l'endettement de l'État en une année, comme ça, d'une traite...) C'est réaliste. Lool.

Écrit par : Mdr | 03 mai 2007

Donc ça se confirme, pas besoin d'élire Ségolène Royal (ou plus généralement un Président de la République) à l'entendre. On va juste tous se démerder avec les partenaires sociaux pour sortir de la France du marasme. Quand on voit la CGT et FO... les pires syndicats du monde. lol... Ah oui et pour que ça marche il faudra une forte croissance bien sur... avec plein de fonctionnaires et en bossant 35 h. Ségolo n'était pas inintéressante dans la proximité, en citant les progrès sociaux des autres pays européens. C'est une élue locale. Pas une présidente. J'ai trouvé que Sarko n'est s'est pas forcé sinon.

Écrit par : karamba! | 03 mai 2007

@ boboa

Il avait bien répété ses intonations, juste comme il faut à l'Américaine. Elle n'a dit que des choses simples et c'est dans le débat qu'elle a prouvé sa sincérité.

Écrit par : Alain Lot | 03 mai 2007

Sur toute la première partie, elle a été baladée en ne donnant aucun chiffre et en changeant de sujet puis sur les sujets qu'elle maîtrise mieux elle a marqué des points (environnement et éducation) sa colère montre qu'elle manque de sang froid... que ferait-elle en cas de crise grave internationale ? Sur la fin il y a parité. Globalement, Nicolas Sarkozy s'en est beaucoup mieux tiré en étant clair, net et précis ce qui a manqué dans le sac fourre-tout de la candidate du PS. Pour finir, comme a son habitude, elle coupe la parole mais n'admet pas la réciproque, c'est ce qu'elle appelle sans doute l'ordre juste !

Écrit par : burowski | 03 mai 2007

C'est fou ce que les sarkozystes ont contre les partenaires sociaux. L'habitude du caporalisme, sans doute.

Écrit par : partenaire sociable | 03 mai 2007

Je vois pas en quoi elle aurait dominé le débat, si ca se mesure au nombre de fois ou l'on interrompt l'autre alors là oui. Ce que je retient c'est que Sarkozy explique ce qu'il va faire, ne s'en cache pas. ROyal nous parle des partenaires sociaux a tour de bras, réponds à coté, fin' rien de concret non ? Si les partenaires sociaux n'arrivent pas à un accord alors on en reste la ? bravo l'audace...

Écrit par : pigmer | 03 mai 2007

@ Burowski

On a pas vu le même débat. Mdr.

Écrit par : Toto | 03 mai 2007

on voit clairement 2 programme, celui de royal avec des idées qui ne sont pas concret et réalisable qui reste que du flou . du coté de sarkozy on voit une programme un peu plus réfléchi qui a les capacités de fonctionner correctement si il est appliquée.

Écrit par : maxime | 03 mai 2007

@Video meliora
Si aucun parlementaire n'a encore appelé à voter pour SR, une future parlementaire l'a fait :
Quitterie Delmas !
Dommage que je ne puisse voter pour elle car je ne réside pas dans sa circonscription....

Hervé, tu ne me contrediras pas :-)

Écrit par : michel H | 03 mai 2007

@ pygmée

Quand Sarko explique ce qu'il va faire, je frissonne.

Décidément, vous avez qq chose contre les partenaires sociaux. Pauvre Mme Parisot.

Rien de concret ? Si : ce qu'elle a emprunté au programme de Bayrou. Et là, c'était bon.

Écrit par : hector | 03 mai 2007

@ Michel H

Soupir. (Doux) soupir.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

j'étais indécis et sans opinion... maintenant, il n'y a pas photo. D'un côté Mme Royal qui caffouille et cherche ses mots dans ses notes sans parvenir à qq chose de cohérent, de l'autre, un Saroko pour une fois posé et surtout avec une maitrise parfaite de tous les dossiers. Bien sur ce sue houhaite Sego est merveilleux... mais ce sue souhaite Sarko est réaliste. Entre Sego au paradis dees teletubbies et un homme déterminé et compétant qui ne promet pas l'impossible, mon choix est fait.

Écrit par : patrick | 03 mai 2007

J'ai une proposition concrète à faire : on élimine tous les commentaires des sarkozystes qui font plus de 10 fautes d'orthographe. Ca gagnera de la place et du temps.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

Bon,

Les jeunes maintenant suffit de discuter du 2nd tour, en tout cas pour ceux qui ont soutenu François Bayrou au premier tour.

Laissons le peuple s'exprimer.

Il faut maintenant nous atteler aux législatives, développer le projet d'espoir (j' y tiens beaucoup à ce projet d'espoir sémantiquement et réellement).
Alors vous êtes plein d'énergies et d'idées, il faut construire notre programme législatif sur ces bases.

Je vous souhaite à tous une bonne nuit

Michel Hinard

Écrit par : Michel H | 03 mai 2007

Eh bien nous à Besançon on l'a goûtée la démocratie de la gauche : on nous a fait répondre à un beau référendum pour connaître notre avis sur la nouvelle gare TGV : on était 80 % d'accord mais on ne nous a pas écoutés... Alors les référendums de la gauche on sait maintenant à quoi ça sert : à dépenser nos impôts. Et j'espère bien que le président français sera Sarko car ici on se tape déjà le maire, la région et le département comme gauche caviar. Ségo n'a absolument aucun argument ni aucun programme précis. Elle ne peut pas diriger un pays à travers ses "partenaires sociaux". Ce n'est pas une attitude responsable que de répondre ceci à chaque fois. Soyons sérieux. Je crains le pire si cette femme est élue. Elle est déjà connue comme un despote dans sa chère région. Mais là en plus elle a bien prouvé qu'elle ne savait rien et qu'elle n'avait pas de solution concrète, pas de politique globale tangible, rien, du vide... Et quant à protéger les policiers par des gardes du corps en quelques sortes, on croit rêver. Dans mon usine les femmes travaillent de nuit, il faut que Ségo leur colle un garde du corps à 4 h du matin sinon ce n'est pas juste... Pour info j'avais toujours voté à gauche jusqu'à maintenant, mais la connerie a des limites et Ségo les a atteintes. PLUS JAMAIS LA GAUCHE. VIVE LA FRANCE

Écrit par : bisontine | 03 mai 2007

Mme Royal a bien peu d'avis personnel sur sa politique toujours aussi floue ! si ce n'est pour se tourner vers ses "partenaires sociaux" pour chacun des problèmes de notre société ! quand on connaît l'extremiste de gauche de nos "partenaires sociaux" ça signifie que rien ne va changer sinon en pire ... agressive et très satisfaite d'elle même, elle s'est montré incompétente sur la part du nucléaire en France 17% (71% en réalité) et le pouvoir des régions. Par contre j'ai trouvé Sarkozy trop aimable, notamment sur la fin quand il la qualifie de compétente ... même si son adversaire n'était pas de son niveau, il aurait pu être plus agressif.

Écrit par : teddy | 03 mai 2007

@Hervé
Je serais plus drastique que toi, hormis les fautes de frappes inévitables, je propose de les effacer (je n'emploie pas le verbe liquider), à partir de 3 fautes d'ortographes pour les UMP, 4 pour le PS (ils parait que les profs sont laxistes alors donnons leur une chance), et une seule pour les futurs militants du parti démocrate. Il faut être sévère avec nous-mêmes. Et je suis mal placé car, comme j'ai une mauvaise vue, à cette heure, je suis capable d'en faire plein. :-))

Écrit par : Michel H | 03 mai 2007

@ bisontine

Il faudra bien empêcher que les femmes policier soient violées. Vous avez remarqué comme il était gêné quand elle a évoqué les femmes battues ?

Écrit par : Vandermeersch | 03 mai 2007

@ Michel H

Mais notre égérie nous inspire.

Cela dit, je relis leurs commentaires et je trouve que vraiment, le disque est rayé.

NON 17% CE N'EST PAS UNE ERREUR !!!!!!
QU'AVEZ-VOUS CONTRE LES PARTENAIRES SOCIAUX ?!!!!!!
ELLE N'ÉTAIT PAS AGRESSIVE !!!!

Ouf.

Faut-il se battre pour rester d'accord avec Quitterie.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

M.... j'ai fait une faute (de frappe) dans mon précédent envoi (je n'aime pas les anglicismes). Vous allez me liquider ?

Humour.....

Écrit par : Michel H | 03 mai 2007

En gros sur ce blog tout le monde se fout completement qu'un candidat à l'élection présidentielle soit capable de mentir et de manipuler en parlant des enfants handicappés, puis se moque de la révolte, la colère qu'exprimait l'autre candidate, colère qui est modérée je vous l'assure comparé à ce que nous avons ressenti (nous= concernés)?

Que des combats politiciens, à part les fidèles (spécial dédicace à Hervé et Laurent) - je croyais qu'ici c'était un blog de refondation, de combat pour dépasser les clivages et créer une nouvelle façon de faire de la politique, et hop au débat tout le monde enfourche son vieux cheval ALORS QU"IL Y A UN GROS PROBLEME DE MORALE soulevé sur le plateau, et que la morale politique c'est ce pour quoi on se bat aussi.

Écrit par : Lou | 03 mai 2007

le rideau de fumée socialiste est tombé. Sarkozy n' a rien d' un méchant

l' agression venait de Royal

Écrit par : julie | 03 mai 2007

@ lou

Mme Royale a bien eu raison de parler d'immoralité de l'attitude de M. Sarkozi.

Écrit par : un juste | 03 mai 2007

@Lou

Non, en tout cas cela m'a aussi scandalisé et ému. Je n'ai pas réagi sur ce blog, mais j'ai copié/collé ta première réaction et l'ai envoyée par courriel à des amis qui votent pour Sarkozy. Je pense que cela, aussi, sera efficace.
De tout coeur avec toi.

Écrit par : Michel H | 03 mai 2007

@ julie

J'ai retrouvé là le Sarkozy tout miel décrit par Monsieur Aziz Begagg. Il le montre aussi devenir aussitôt violent qd on est pas d'ac avec lui.

Écrit par : Viviane | 03 mai 2007

@ lou

Je trouve immoral l'acharnement de mauvaise foi des sarko.

J'essaie de faire de mon mieux pour la cause et pour Quitterie.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

Mr Sarkozy appelle le "soutien scolaire", des "études surveillées".
Je crois que tout est dit.

Claude Robert MADRID.

Écrit par : Claude Robert MADRID | 03 mai 2007

@ CR Madrid

Bien vu.

Écrit par : un pion | 03 mai 2007

Eh les orange....c'est quoi cette réaction !

Jean-Christophe Lagarde, député UDF: "Un débat pénible. Je déplore le manque de crédibilité de Mme Royal pour occuper la fonction présidentielle. Son projet économique semble généreux, il n'est que flou et dangereux. J'ai compris pourquoi les soutiens de la candidate socialiste s'acharnaient à fasciser de façon irresponsable M. Sarkozy, au risque de faire naître des incidents graves au soir du deuxième tour de l'élection".

Soutien ump au moins c'est sûr, mais pour le reste..c'est juste délirant, ouf..vous êtes pas tous comme celà !

Écrit par : Marsipulami | 03 mai 2007

Merci à Juste et à Michel. Je commençais vraiment à me demander si je ne m'étais pas égarée ici.
:-(
Je suis encore debout tellement je n'arrive pas à croire qu'on ait pu dire et faire cela, je n'écris pas son nom.... ma colère ne retombe pas, il y a vraiment des choses qu'on n'a pas le droit de faire ou de dire surtout en politique et plus encore quand on est candidat à l'élection présidentielle.
Et là-dessus, j'attends même François Bayrou. Il y a des limites à ne pas franchir.

Écrit par : Lou | 03 mai 2007

L'école est-elle un systême carcéral pour les enfants?

Claude Robert MADRID.

Écrit par : Claude Robert MADRID | 03 mai 2007

@Hervé,

Tu as remaqué ? Ils continuent de hurler (les majuscules). Ils sont de bons petits robots (je fais référence à Asimov et Orwell), tu ne peux pas leur demander de dévolopper des arguments (et en plus l'ortographe et la grammaire), sans qu'ils les répètent continuellement.

Oui leur disque est rayé.

Bon, fais gaffe, comme je te l'écrivais hier soir, tu vas finir par avoir des problèmes avec le mari de Quitterie :-)

Écrit par : Michel H | 03 mai 2007

@ lou

François Bayrou n'aurait pas eu cette immoralité.

Écrit par : Viviane | 03 mai 2007

@ Michel H

Ce sont des robots. Ils passent les messages en copié-collé d'un blog sur l'autre. Aucun intérêt. Bon, si Quitterie n'a plus besoin de moi, j'éteins.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

@ Lou

Sachez que bien des Français savent que Mr Sarkozy a menti.
Je comprends votre révolte et celle de Mme Royal.
La vérité triomphera.

Claude.

Écrit par : Claude Robert MADRID | 03 mai 2007

@ tous

Juste un mot : félicitez Quitterie de sa 97e place au dernier classement des blogs francophones, toutes catégories confondues. 29e place des blogs politiques.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

Félicitations, Quitterie.

Claude.

Écrit par : Claude Robert MADRID | 03 mai 2007

Le Figaro titre : Des jeunes UDF partagés. Lorsque l'on regarde la vidéo, on se demande vraiment si nous percevons les mots de la même façon :
A voir sur mon blog
http://detoutesnosforces.hautetfort.com/

Bonne nuit.

Écrit par : Michel H | 03 mai 2007

Jean-Christophe Lagarde, député UDF
«Un débat pénible. Je déplore le manque de crédibilité de Mme Royal pour occuper la fonction présidentielle. Son projet économique semble généreux, il n'est que flou et dangereux. J'ai compris pourquoi les soutiens de la candidate socialiste s'acharnaient à fasciser de façon irresponsable M. Sarkozy, au risque de faire naître des incidents graves au soir du deuxième tour de l'élection».

Écrit par : max | 03 mai 2007

Je rentre à peine d'une soirée où nous avons regardé le débat dans un café. Soirée entre démocrates ! Demain matin après quelques heures de sommeil, je vous donne mes impressions. Il y a beaucoup à dire ! Merci à Hervé et Michel H, entre autres, d'être en direct sur ce blog et de commenter sans relâche. Merci aux vrais témoins et merci quand même aux bons petits soldats qui nous font l'honneur de s'affronter en terre Libre ;-) !
A demain !!! Bonne nuit ! En ce qui concerne les oranges, prenez des forces...

Écrit par : Quitterie | 03 mai 2007

manger des ... Oranges lol

Écrit par : James | 03 mai 2007

Jean-Christophe Lagarde, député UDF
«Un débat pénible. Je déplore le manque de crédibilité de Mme Royal pour occuper la fonction présidentielle. Son projet économique semble généreux, il n'est que flou et dangereux. J'ai compris pourquoi les soutiens de la candidate socialiste s'acharnaient à fasciser de façon irresponsable M. Sarkozy, au risque de faire naître des incidents graves au soir du deuxième tour de l'élection».

Écrit par : max | 03 mai 2007

Ce que je remarque sur ce blog confirme cette sensation que j'ai eu en voyant ce fameux débat : Les socialistes et pro-Ségo n'arrivent à compenser leur manque de crédibilité et de consistence que par la quantité de leur paroles. A croire que plus on parle, plus on est convaincant. Pourtant, vous tous, souvenez-vous lorsque vous étiez en cours ... Que pensiez-vous des profs qui parlaient sans arrêt ? Et encore maintenant, comment jugez-vous une personne qui développe toujours le moindre argument dans des tonnes de mots, rendant son discours aussi dilué qu'un remède homéopathique ?
Et bien, c'est la sensation que j'ai eu en écoutant Madame Royal ce soir. Elle adore être généreuse et donner ... la question est : à qui va-t-elle prendre ? Parce que là, par contre, elle ne s'en pas étendue sur le sujet. Et pourtant, sur ce sujet, même les honnêtes travailleurs socialistes seront touchés par les charges supplémentaires qui seront mises en place.
Les pro-socialistes voteront définitivement Ségolène, c'est indéniable. Mais, l'autre point indéniable est que Nicolas a marqué des points, ce soir, vis-à-vis des indécis du centre et d'ailleurs ... La France va tourner une page et les personnes vertueuses seront enfin récompensées.

Écrit par : patrice | 03 mai 2007

Quel bordel ici aussi. Ca ne vole pas haut (et encore, j'ai pas tout lu).
Bon, un débat un peu poisseux au final, pas grand chose de vraiment positif à en retenir.
Une Ségolène Royal particulièrement agressive, incapable de tenir son temps de parole, incapable de répondre clairement aux questions posées par les journalistes / modérateurs d'un soir, incapable d'avancer des chiffres clairs, des mesures claires alors que Sarkozy sait de quoi il parle, surtout en économie et en politique étrangère (très peu abordée - l'Europe un peu plus, mais insuffisamment). Il n'a pas été flamboyant (c'est mon avis), juste égal à lui-même, c'est-à-dire solide, et sur sa droite ligne habituelle. On est d'accord ou pas, le choix est clair. S. royal par contre, le flou artistique... qui penche à droite.
Je suis assez satisfait par contre, d'avoir vu Sarkozy la pousser jusque dans ses derniers retranchements, rattrapant 6 mois de laxisme journalistique, sur les sommes engagées, sur les économies à faire, sur les financements de ses mesures, on sentait une très nette absence de maîtrise de Royal. C'est pas le tout de vouloir faire des choses, il faut pouvoir les faire, et savoir comment les faire.
Après évidemment, au fur et à mesure que son argumentation prenait l'eau de toute part, elle s'énervait, et devenait de plus en plus agressive, et interrompait de plus en plus son interlocuteur. Ca a presque fait mouche sur la fin quand même, ça l'a énervé un peu le Nicolas, mais au fond, il a quand même gardé énormément de sang froid dans une telle situation.
Et ses remarques sont fondées : j'imagine mal Royal en train de discuter comme ça sur ce ton-là avec des chefs d'état d'autres pays, en Europe ou ailleurs, bonjour les incidents diplomatiques en cascade avec les gens en désaccord avec elle.
Grand éclat de rire en finish à entendre SR réciter par coeur sa conclusion, la grosse compilation à peine préparée.
Donc, au fond, elle aura presque tout fait pour tuer le débat. On a évité racaille et karcher (pas dans ces commentaires visiblement), mais sinon, c'est assez pauvre.
Mauvaise fois et intox ici ou là, boof.... Un débat qui va renforcer les positions actuelles.

Écrit par : Dr Wond | 03 mai 2007

En dehors des commentaires, copier/coller sénils des petites mains UMP sur ce blog, peut on avoir une idée de la perception du débat SR/NS par l'état major "démocrate" et en particulier par François Bayrou, mais aussi par la jeunesse orange ?

Ce qui parait évident c'est que Ségo a montré que la compétence elle l'avait..qu'il n'y avait aucun complexe à faire, qu'elle pouvait totalement obtenir un poste présidentiel et qu'elle était pugnace, dynamique dès le début du débat.

Côté Sarko, pourquoi ment il sciemment sur les handicapés et n'accepte t il pas de reconnaitre que son gouvernement a supprimé des lois qui aidaient les familles ?
Il a été fidéle à son portrait, avec lui...uniquement des faux fuyants et rien de sérieux, ah si il a eu un éclair dans les yeux pour dire qu'il était content de débaucher les députés udf...

D'ailleurs au niveau des yeux, pourquoi Sarko ne regardait pas Ségo dans les yeux ?

Écrit par : Marsipulami | 03 mai 2007

@Michel H : tu as raison, les jeux sont faits..la vie continue d'autant plus le 7 mai l'avenir se dessinera dans nos combats legislatifs, municipaux, cantonaux...La reaction de beaucoup m'assure que les mots et la vision de FB n'est pas chimere beaucoup veulent depasser les clivages, veulent une veritable sociale democratie..A nous de la faire!!!
battons nous pour dessiner le pays de demain..c'est dans cet esprit que je m'engage auprès de Quitterie!
@Tous : bravo pour vos prises de position pour votre envie de cooperatif, de discussion...merci pour les commentaires sur le dabt..Quand je vous lis, je pense que l'avenir va se construire avec nous et je suis heureuse et prête à apporter ma pierre à toutes les votes pour construire l'edifice! Amitiés, virginie

Écrit par : virginie | 03 mai 2007

Ce que je retiens du débat d’hier.

Tout d’abord, il est apparu clairement aux yeux de chacun que Mme Ségoléne Royal a des idées, et même parfois libérale. J’analyse son intervention en plusieurs axes

Une économie fondée sur un small business act, accouplée à des pôles de recherches et d’éducation et à une clarification profonde de la décentralisation.

Une économie de l’environnement, et une refondation de la politique énergétique fondée sur un bouquet d’énergie incluant certes le nucléaire mais aussi les énergies renouvelables et les économies d’énergies.

Une politique d’immigration axée sur le co-développement avec des exemples très concrets qui ont été développé (énergie, politique de l’eau etc..)

Une rénovation des institutions passant par un renforcement du rôle du parlement et une remise en avant des corps intermédiaires, privilégiant la négociation des partenaires à l’inflation législative.
Clarification des financements et des responsabilités, des départements, des régions et des communes.
Points réguliers du président face au parlement. (elle n’a pas dit responsabilité de celui-ci devant lui).
Non cumul absolu des mandats.
Vote de lois que si les lois existantes ont été complètement appliquées. Accélération de la sortie des décrets d’application (moins de bureaucratie à t’elle dit).

Darfour : Action immédiate Boycott JO en chine pour faire pression sur celle-ci. Mr Sarkosy lui attend la fin du génocide pour traduire les fautifs au tribunal.

Turquie : Il y a référendum, la porte n’est pas fermée par principe et par respect pour le processus ouvert depuis le général de gaulle, les critères ne sont pas encore rempli. Mr Sarkosy d’emblée dit non.

Europe : pas abordé, on connaît leurs positions respectives.

Retraites : Mme Royal n’a pas été bonne, néanmoins elle a quand même dit des choses, les régimes spéciaux seront inclus dans la rediscussion globale qui intégrera trois grands principes, revalorisation des petites retraites, intégration de la pénibilité du travail (juste car cela a effectivement un impact sur l’espérance de vie donc sur le temps pendant lequel on est à la retraite), considération du cas spécifique des femmes ayant subie des périodes d’interruption de carrière due à leur maternité. Incapable néammoins de chiffrer le financement.
Mr Sarkosy veut un réalignement simple des régimes spéciaux sur les retraites générales et un allongement de la durée de cotisation. Il veut revaloriser les petites retraites à la fin de son quinquennat.
Pour moi il est plus libéral de laisser les partenaires sociaux traiter ce point que d’imposer un réalignement d’office.

Enfin parce que je ne veux pas faire trop long, La proposition de Mr Nicolas Sarkosy de faire un droit opposable pour les crèches et les enfants handicapés est grotesque. Pourquoi ? Posez vous la question honnêtement, sérieusement, sans esprit partisan. Imaginez vous, devoir faire procès à l’état, connaissant les durées de procédures, pour obtenir une place en crèche ou à l’école ? Le temps que cela se fasse, votre enfant sera bien avancé en âge. De plus au bout ce que vous aurez cela ne sera pas une place, mais une indemnisation.. la belle affaire.
De plus ce que Mme Ségoléne Royal a dit est juste, ce gouvernement a supprimé les postes d’auxiliaire handicap dans les écoles. Mr Sarkosy l’a même reconnu en creux lorsqu’il a dit qu’il n’était ni premier ministre, ni ministre de l’éducation. Alors oui, ici il y a eu malhonnêteté politique.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

En tant qu'ingénieur nucléaire, je souhaite souligner que Royal et Sarkozy ont aligné autant de chiffres inexacts l'un que l'autre sur l'EPR.
Par contre, Royal a montré qu'elle ne comprend pas l'industrie. Sarko n'avait pas l'air meilleur, mais il ne s'est pas autant exposé.
Le débat pour savoir si Flamanville 3 (EPR en construction en France) est un "prototype" (Royal) ou une "centrale" (Sarkozy), c'était vraiment ridicule. C'est de la sémantique, on veut du fond.

Globalement, j'en reste à mon choix de voter blanc. Le programme économique de Royal est consternant. Sarko est très bon en communication, mais ses valeurs demeurent inquiétantes.

Écrit par : VincentGautier | 03 mai 2007

Ce que j'ai cru comprendre sur l'EPR, c'était qu'il existait déja un prototype (au danemark me souvient plus), que SR ne voyait pas l'intérêt dans re-développer un, mais qu'il fallait mieux investir directement dans les centrales de 4éme génération ? Mais je ne suis pas un spécialiste.

Ce que j'ai entendu en revanche c'est que Mme Royal propose un bouquet énergétique combiné à une économie environnementale et des économies d'énergie. Bref en gros tout ce qu'il y a dans le rapport facteur 4. Et ce que TOUS les experts préconise. Le tout nucléaire chacun le sait n'est pas la solution.

Et le fait que NS veuille déficaliser les véhicules propres, est une demi mesure, en effet un véhicule même propre, pollue. Et cela encore une fois privilégie la route et l'automobile.
Je préfére en toute honnêteté avoir une déficalisation massive des investissement environnementaux (agriculture, construction verte, etc..).

Voilà clairement une différence.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

Voter blanc c' est voter Sarkozy

F Bayrou, et nous le savons toutes et tous très bien, votera S Royal à titre personnel.

Mais François DOIT désormais absolument s' exprimer. Il ne peut pas s' être entretenu avec Ségolène Royal AVANT le débat et se taire APRES.

Personnellement, je voterai S Royal et j' invite VRAIMENT, pour une France souriante, européenne et la VIème République à faire comme moi

Mais SURTOUT!!!!!!!!

FRACOIS BAYROU: EXPRIMEZ VOUS! VITE!

Écrit par : Julien | 03 mai 2007

@Viviana

"C'est marrant : moi qui suis centriste, je l'ai trouvée bonne et lui très mauvais. Elle l'a envoyé dans les cordes et elle l'a dominé. Marrant, ça."

Mais je me bats pour faire de la politique avec la tête, les arguments, les idées et les méthodes !
je sais ce matin que les réactions sont beaucoup plus nuancées sur la prestation de Ségolène, beaucoup ont aimé sa combativité.

Il n'empêche que j'attendais cette combativité sur nos libertés, sur une société moins fliquée, sur la condamnation de concepts comme la "déviance", contre la prison pensée unique, contre les peines plancher et les peines automatiques, contre la circulaire du 13 juin 2006, contre les lois Perben, pour la nécessaire laïcité de l'Etat, contre le communautarisme et la discrimination positive et au moins la séparation des pouvoirs et le rôle des Juges.

Mais je crois savoir que les téléspectateurs ne retiendrons que 7% des concepts proposés et 35% des comportements.

Ma fille qui a 15 ans m'a avoué, désolée, que lorsque Nicolas Sarkozy parlait : elle comprenait presque tout et presque rien au charabia "musical" de Ségolène.

Je voterai pour elle même si je pensais voter pour elle ...

Écrit par : video meliora | 03 mai 2007

Tout à fait d'accord avec Julien.

François Bayrou a prôné l'Union Nationale.

Et c'est clairement Ségolène Royal qui lui a tendu la main en ce sens.

Des deux candidats c'est clairement Ségolène Royal qui est au delà de "son" parti.

Des deux candidats c'est Ségolène Royal dont le parti aura le plus de difficulté à obtenir la majorité absolue à lui tout seul à l'Assemblée, et qui d'ailleurs ne la cherche pas au contraire de l'autre.

C'est donc avec Ségolène Royal qu'il sera possible de gouverner au-delà des clivages.

Avec elle seule.

Il ne serait pas responsable de voter blanc.

Écrit par : Bayrolien | 03 mai 2007

Quelqu' un (Quitterie peut être?) sait il si F Bayrou s' exprimera avant dimanche

Après le débat avec S Royal il avait dit qu' il se prononcerait en attandant le débat NS/SR.

Vite François... Le temps presse! Allez, on la fait cette VIème!!!!! Avec elle et ENSEMBLE!!!!

Bernard, Michelle, Valérie, stéphanie, Kamel, Clothilde, Anne Charlotte, Vincent et bien d'autres d' Oloron et des environs

Adichat!!

Écrit par : Les amis d' Oloron | 03 mai 2007

J'ai hâte de connaître l'opinion de Quitterie sur le débat et le choix de François Bayrou sur le vote.

@ prevalli

L'Europe a été abordée. Sarko a tout simplement annoncé qu'il abandonnait toute idée de constitution européenne. Sans retour. Les centristes, dont je suis et dont l'engagement historique est européen, ne peuvent que se révolter contre ce choix. Voici un Sarko qui insulte les Allemands, qui torpille Airbus, et qui maintenant coule l'Europe. On voit bien à quoi sa politique va ressembler.

Sur l'EPR, dommage que Royal n'ait pas repris l'argument de forme développé par Bayrou : une décision prise à la sauvette. Pour le reste, elle a raison, si j'en juge par les info sommaires que j'ai glanées.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

@ prevalli
Il y un réacteur de type EPR en construction en Finlande (Olkiluoto 3). Ce n'est pas un prototype, c'est un outil de production industriel.
Même si le concept de départ est le même que celui en France, dans le détail ils sont assez différents. Et le détail, c'est très important.
La quatrième génération de réacteurs sera là, au mieux, dans 20 ans. D'ici là, il faut utiliser les solutions que nous avons.
Les économies d'énergie : oui ! de tout mon coeur, mais ça ne suffira pas.
Le tout nucléaire, on en est loin puisqu'on consomme plus d'énergie venant du pétrole que du nucléaire (cf. le fameux 17 % de Royal)

Écrit par : VincentGautier | 03 mai 2007

Courage François Bayrou, courage !

Les 6 800 000 électeurs se sont portés sur vous. Sur VOUS.

En aucun cas sur Leroy, Morin et Bourlanges qui ne sont que des suiveurs.

La lucidité c'est VOUS et vous seul qui l'avez eue.

Vos électeurs sont avec vous !

Ils ne sont pas des électeurs de l'UMP ni du PS, ni même de l'UDF, ils sont des électeurs de François Bayrou !

Il faut dire votre préférence, il faut dire votre vote !

Vive la cohérence.

Écrit par : Bayrolien | 03 mai 2007

amis socialistes,

laissons Bayrou tranquille,
compte tenu de la prestation de Ségolène hier soir, un "blanc" comme celui d'AM Comparini c'est déjà bien payé ...

elle ne méritait pas la moyenne, ce n'était pas du niveau d'un Grand Oral de science-po !

Écrit par : video meliora | 03 mai 2007

Sur les site du "Monde" :
François Bayrou, à l'issue du duel télévisé : "Je ne voterai pas pour Sarkozy"

Vote blanc probable comme Comparini, Artigues, Vignoble : ca fait peu pour reconstruire un groupe à l'assemblée ...

Écrit par : aja | 03 mai 2007

Sur les site du "Monde" :
François Bayrou, à l'issue du duel télévisé : "Je ne voterai pas pour Sarkozy"

Vote blanc probable comme Comparini, Artigues, Vignoble : ca fait peu pour reconstruire un groupe à l'assemblée ...

Écrit par : aja | 03 mai 2007

Et dire "Je vote Ségolène Royal" ce n'est pas dire "Je vote PS".

Ségolène Royal n'est pas le PS.

Ce n'est pas retomber dans un camp.

C'est choisir un individu parmi deux.

C'est choisir le président, pas la politique du gouvernement qui sera fonction de l'Assemblée Nationale qui sera élue en juin.

Alors que dire "je vote Nicolas Sarközy", c'est bien davantage dire "je vote UMP" puisqu'il en est le président, que ce parti portait dans son tout premier nom le "triomphe de la volonté" de gouverner à lui seul.

Écrit par : Bayrolien | 03 mai 2007

@ video meliora

c'est là où je pense que tu te trompes ; la politique est moins une affaire de Grand Oral, même si le fait d'etre un orateur est un plus indéniable, que de compréhension, d'écoute qui n'empeche pas la pugnacité, la conviction...ok sego ne maitrise pas à fond certains sujets, mais qui aujourd'hui maitrise la complexité environnante ?

Écrit par : michael silly | 03 mai 2007

@ Quitterie & Virginie & Herve

Bravo pour votre cohérence et votre dynamisme: pas évident de tenir une ligne "libre" et intelligente malgré l'histoire passé de l'UDF et le soutien à Sarko de pas mal d'anciens qui craignent pour leurs postes.

@ trolleurs UMP

Allez donc jouer ailleurs, ici c'est une terre "libre" et je doute que vous compreniez le sens de ce mot vu votre parti.
Votre chef avait trop bouffé de Lexomil & de chiffres bidons hier soir, il était tout mou... :)

@ tous

Après Charlety et ce débat, je suis sûr que les Français sauront faire le choix de l'avenir positif & dynamique de Royal plutot que rabougri facon Sarkozy.

Nous aurons alors un bel arc en ciel politique rouge-vert-rose-orange pour faire avancer l'humanisme et la démocratie plutôt qu'un bleu-vert de gris !

Écrit par : Fabien-Pierre NICOLAS | 03 mai 2007

Merci à vincent Gauthier et Hervé Torchet de leur précisions.

Je pense qu'effectivement il faut remplacer les centrales vieillissantes. SR ne l'a d'ailleurs pas démentie. Il y a surement une volonté d'accorcher les electeurs verts. Un peu comme sarko a accroché les electeurs FN Villériste et autres avec la turquie.

Aprés avoir lu le rapport facteur 4, je reste convaincu que l'excellence passe par
- un bouquet energétique incluant le nucléaire (biomasse, eolienne, solaire, géothermie etc.)
-des économies d'énergie massive tant dans l'industrie que dans le domaine des habitations
- des enfouissements de CO2 (déja commencé en allemagne)
- une limitation de l'émission des véhicules et le renforcement de modes de transports propres

Dans ce domaine SR est clairement plus "en pointe" que NS dire le contraire serait de la mauvaise foi.

Je préfére une société axées sur les connaissances, les PME innovantes et l'écologie qu'une société fondée sur les grosses entreprises, la sécurité et l'individualisme.

C'est mon choix.

C'est pourquoi je voterais SR.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

Pour faire son choix -- pour réfléchir

de quoi voulez vous:

d'un chef qui vous explique ce que l'on doit faire, ce qu'il va faire et le fait

ou

d'un manager qui vous associe à des projets, délégue, fixe des caps et vous fait confiance une fois défini en commun les objectifs et les moyens

pour moi le premier représente le vrai assistanat .. et celui là je sais qui c'est.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

A autre chose et dernier point pour les jeunes:

Un président(e) doit aussi je pense assumer l'histoire de son pays dans sa totalité, tant mauvaise que bonne. Car cette histoire c'est la notre. Tant Vichy, la colonisation, que la révolution française, clovis et mai 68.

Faire le tri n'est pas digne d'un chef d'etat.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

@ video meliora

Il faut positiver. D'après un sondage du "Monde", elle a gagné le débat haut la main : 48% contre 40%, 8 points d'avance. Donc... il faut se dire qu'il est infiniment pire qu'elle.

@ prevalli

Il me semble que la hiérarchisation des énergies indiquée par Ségo est cohérente :

- énergies renouvelables à développer
- énergie nucléaire avec prudence
- énergies fossiles à réduire

Ca ressemble au programme de Bayrou.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

pour ceux que ça intéresse, j'ai mis un petit commentaire rapide sur mon point de vue sur le débat.

Écrit par : MIP | 03 mai 2007

@ MIP

Vous avez raison.

@ tous

François Bayrou, à titre officieux (en "triple off" au journal Le Monde), a trouvé que Ségolène Royal s'en était "plutôt bien sortie".

http://www.orange.fr/bin/frame.cgi?u=http%3A//actu.orange.fr/articles/une/Francois-Bayrou-declare-qu-il-ne-votera-pas-pour-Nicolas-Sarkozy.html

Faites passer.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

Je garde de ce débat l'idée que Mme Royal, comme M. Bayrou l'est en ce moment, a besoin d'être libérée des appareils politiques.

Écrit par : un libre | 03 mai 2007

N'oublions pas que nous sommes quelque part au théâtre, les scènes sont jouées, voire surjouées. On ne peut donc pas tirer enseignement des attitudes de l'un ou de l'autre. Sarko voulait démontrer qu'il n'est pas le méchant qu'ont dit et Ségo voulait démontrer qu'elle a la pointure. Dans le dernier casting, on doit s'oublier soi-même pour se mettre dans la peau du personnage à jouer : un futur président de la France.
Au final, je ne sais même plus qui est qui, aucun des deux ne m'ayant convaincu en emballé (50/50) sur sa capacité à être "Le" président, et pourtant j'aurai bien aimé que l'un des deux fasse la différence. Conclusion : j'en suis là où j'étais avant de débat, hébété, inquiet et au final dépité que les français se soient encore leurrés sur les derniers nominés

Écrit par : yohan | 03 mai 2007

Au cas où le lien n'aurait pas bien fonctionné, de nouveau l'indication que Bayrou s'oppose à Sarko :

http://www.orange.fr/bin/frame.cgi?u=http%3A//actu.orange.fr/articles/une/Francois-Bayrou-declare-qu-il-ne-votera-pas-pour-Nicolas-Sarkozy.html

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

EPR : MOX
alternative : centrale à charbon (mineurs de tout pays unissez vous !)= CO2 en hausse

à vous de lire : ....

**
Le Combustible MOX (abréviation de mixed oxide) est un combustible nucléaire fabriqué à partir du plutonium et de l'uranium appauvri. Le terme MOX est l'abréviation de : "Mélange d'OXydes". Le combustible MOX contient les oxydes d'uranium (UO2) et de plutonium (PuO2).

Le combustible MOX est fabriqué à partir du plutonium créé par capture neutronique de l'uranium 238 dans les réacteurs nucléaires et isolé lors du processus de retraitement nucléaire des combustibles irradiés. Ce plutonium est mixé avec de l'uranium appauvri issu de l'étape d'enrichissement du combustible.

**
****************************
Le réacteur pressurisé européen (EPR, de l'anglais European Pressurized Reactor) est un concept de réacteur nucléaire de troisième génération[1]. Il est conçu et développé par Areva NP (ex Framatome-ANP), société commune de Areva et Siemens AG, au cours des années 1990 et 2000. En 2005 débute en Finlande le premier chantier d'un réacteur de type EPR.

Les objectifs affichés de l'EPR sont d'améliorer la sûreté et la rentabilité économique par rapport à celles des précédents réacteurs à eau pressurisée. Ce concept est développé pour les pays disposant d'un réseau électrique de forte capacité capable de distribuer une puissance électrique de l'ordre de 1 600 mégawatts. Le réacteur EPR est conçu pour utiliser de l'uranium enrichi à 5% et du combustible nucléaire MOX (avec l'objectif d'un cœur 100% MOX, alors que les réacteurs de ce type sont chargés avec environ 33% de MOX en 2006).

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_pressuris%C3%A9_europ%C3%A9en

**
Un réacteur loin d'être révolutionnaire
Loin d'être une nouveauté, l'EPR est un projet qui date déjà de plus de 10 ans et n'amène aucune avancée technique significative par rapport aux derniers réacteurs construits en France.

Côté sûreté, les faibles progrès avancés font pâle figure et ne répondent pas aux risques liés aux erreurs ou agressions extérieures (chute d'avion…). L'autorité de sûreté a même déclaré que si l'EPR n'était pas construit prochainement, il faudrait revoir les objectifs de sûreté fixés il y a déjà dix ans ! (2) L’autorité de sûreté finlandaise a même demandé de nettes améliorations.
Contrairement à ce qui est annoncé, aucune amélioration significative n'est apportée au cycle du combustible. Le recours au combustible MOX est même renforcé, or l'utilisation du MOX engendre un nombre de risques supplémentaires lié au retraitement, aux transports, à la sûreté…

De même en terme de prolifération, aucune amélioration n'est apporté, le réacteur produisant toujours du plutonium.

http://www.greenpeace.fr/EPR/EPR.php3

********
Comment sortir du nucléaire

Le nucléaire n’est pas le seul moyen de produire de l’électricité : il existe d'autres sources d’énergies. Une sortie rapide du nucléaire est possible.

En attendant le plein rendement des énergies renouvelables, on peut utiliser les autres moyens disponibles, en favorisant les plus efficaces et les moins polluants.
- Si les centrales nucléaires devaient être fermées demain, la France ne se retrouverait pas plongée dans l’obscurité pour autant. La soixantaine de centrales au fioul ou au charbon qui existent en France peut pourvoir en grande partie à notre consommation, pour peu qu’elles fonctionnent toute l’année. à l’heure actuelle, elles ne sont mises en marche que quelques jours pas an, pour compenser les augmentations de consommation dues principalement au chauffage électrique. Pour les centrales au charbon, une modernisation selon la technique du Lit fluidisé circulant (telle qu’elle a été pratiqué en Allemagne) permettrait de limiter considérablement les pollutions comme le soufre. Ce type de centrales présente l’inconvénient de produire beaucoup de CO2, ce qui en fait une solution transitoire.


Les prochains chantiers devraient s’orienter vers des centrales au gaz à cycle combiné. Utilisée dans de nombreux pays, cette technologie est peu polluante et très performante. Elle produit trois fois moins de C02 que les centrales au charbon et permet des rendements de l'ordre de 65 %, le double de celui des centrales traditionnelles.


- Des unités de production électrique peuvent être installées en cogénération. Le principe est de récupérer la chaleur perdue lors de la production d'électricité et de la réutiliser pour l’eau chaude ou le chauffage urbain. On peut atteindre ainsi des rendements de l’ordre de 80 %. La source d’énergie peut être le gaz, le fuel, le bois ou n’importe quel autre combustible.


-La pile à combustible est très peu polluante. Elle utilise l’hydrogène, dont la combustion produit de l'énergie et de l'eau. Elle demande cependant une source d’énergie préalable pour produire l’hydrogène : la plupart des installations existantes sont alimentées en gaz naturel. La micro centrale installée à Chelles (Seine et Marne) alimente ainsi 200 foyers en électricité et en chaleur. Encore coûteuse, c’est une technologie prometteuse en plein développement, qui mériterait de plus grands efforts de recherche.

http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=brochures&soussousmenu=aberration&page=comment

***

à vous de choisir votre avenir

moi c'est tout choisi : je change de planéte : (euh ! c'est pas possible qu'on m'a dit !!)

Bon nucléaire à tous
Vive nos ordinateur qui marche à l'energie nucléaire

Vive la france libre energetiquement

Écrit par : julien94 | 03 mai 2007

Bonjour,
Pour moi, il y a des choses non négociables.
Voter blanc c'est laisser prendre le pouvoir et nous représenter à un homme qui exploite la souffrance des autres, ment en direct,et ensuite se moque de la colère de milliers de familles, colère exprimée certes par SR mais qui nous représente tous je vous assure.
Au-delà de tous les points de programme, il y a la morale publique.

Écrit par : Lou | 03 mai 2007

@prevalli
"Je préfére une société axées sur les connaissances, les PME innovantes et l'écologie qu'une société fondée sur les grosses entreprises, la sécurité et l'individualisme."

La responsabilité :

Tu as raisons plus l'entreprise est grande moins les personnels se sentent responsable de leur travail.

La meilleure sécurité c'est de connaitre ses voisins, ses collègues, de dialoguer, de discuter.

L'individualisme c'est quoi ? un être humain tout seul dans son bureau et qui parle avec personne : c'est pas trés marrant comme vie !!

Écrit par : julien94 | 03 mai 2007

Etonnant : Royal, pour qui j'avais décidé de voter, ne la voyant - pour finir - pas si mal dans la peau de Présidente de la République, a réussi, par sa performance d'hier soir, à faire que je vais finalement voter pour elle, certes, mais sans aucune illusion. Son incapacité - celle que j'ai ressentie, en tout cas - à rester dans les limites des questions posées, cette stratégie d'enfouissement du concurrent sous un flot de parole, ce flou incommensurable (bien que je ne sois pas du tout d'accord avec nombre de propositions de Sarkozy, j'ai trouvé qu'il savait mieux les faire valoir). Très déçu donc, c'est décidément pour la moins pire des deux que je vais voter...

Heureusement que les législatives approchent et que je vais pouvoir voter pour des idées qui me plaisent vraiment ! Allez Quitterie !

Écrit par : Tom | 03 mai 2007

@ julien94

La question n'est pas d'accuser le nucléaire, mais d'augmenter considérablement la part des énergies renouvelables, de développer les biocarburants et de réduire la part des énergies fossiles autant que possible.

Écrit par : prolégomène | 03 mai 2007

Les deux phrases qui résument le débat pour moi:
"je ne m'énerve pas, je me révolte".
Si vous avez lu plus haut vous svez pourquoi. Pour moi c'est LA hrase essentielle du débat.
Bon et comme je sens que ça finit de vous ennuyer cette question de moral publique aui me semblait pourtant centrale dans notre projet, je retiens aussi "mon projet, c'est pire".
:-)

Écrit par : Lou | 03 mai 2007

J'ai lu un article du monde.fr sur l'ambiance hier au café "O Jules", 100% pro-Ségo et Anti-Sarko semble-t'il...
http://www.lemonde.fr/web/articleinteractif/0,41- href="mailto:0@2">0@2-823448,49-904737@45-3559,0.html

Cela ne donne pas vraiment envie de continuer avec une équipe aussi peu tolérante, et aussi marquée.
Je me tâte encore pour dimanche, et aussi pour après, les législatives : si l'UDF ou le nouveau parti démocrate est aussi peu tolérant avec les idées des électeurs qui ont voté UMP (1/3 des français), je vais finir par ne plus croire en cette voie centriste censée être rassembleuse.
Dommage...

Écrit par : Marc 13 | 03 mai 2007

Vous le savez je ne commente jamais les sondages, je trouve même à l'inverse de beaucoup qu'ils font du bon boulot, mais là je ne peux pas me taire.

Un sondage indique que 53% des français ont trouvé NS plus convaincant, et 37% SR.
C'est une arnaque.

53% c'est le score actuel de NS. Ce qui veut dire que les convaicus l'ont trouvé convaincant.

Bref c'est un sondage sans aucun intérêt manipulateur de l'opinion. Bravo LCI Le Figaro. Ils nous prennent pour des c---.

Note "le mon projet c'est pire" est une phrase de Nicolas Sarkosy.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

Suite à l'inconséquence et aux qualités morales douteuses des 2 candidats, je voterai blanc Dimanche.
Il me serait insupportable de voir Ségolène Royal se vanter d'avoir eu mon adhésion quand je ne voterais que par rejet.
Massif, le vote blanc (ou orange) est un vote fort.
N'oublions pas qu'il y a un troisième tour avec les législatives. Toutes les voix que nous donnerons à l'un ou l'autre le renforcera et nous affaiblira pour 3ème tour.
Nous aurons quoiqu'il arrive un(e) mauvais(e) président(e). Alors ne le cautionnons pas !

Écrit par : Yann | 03 mai 2007

@ Marc 13

Mdr.

Y a-t-il quiconque à l'UDF (ou au futur PD) qui ait fait pression sur les élus pour les empêcher de se prononcer pour Sarko ? A-t-on même seulement tenté de les retenir par des promesses mirobolantes ?

À l'inverse, Sarko n'a cessé de vouloir opposer Bayrou à ses électeurs et à ses élus, il n'a cessé de faire pression sur les élus, maniant surtout le bâton et très peu la carotte.

Alors, n'en rajoutez pas. je sais que vous êtes militant UMP, mais ne soyez pas, dès l'oeuf, un concentré d'aigreur et de menaces.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

@Marc 13 : appelles moi MArc que l'on en discute, amitiés
@Hervé : merci pour ces precisions, amitiés, virginie

Écrit par : virginie | 03 mai 2007

@ Yann

C'est curieux comme ce sont toujours les sarkozystes qui nous appellent à voter blanc.

@ prevalli

Le sondage du Monde donne 48% pour Ségo, 40% pour Sarko, 12% NSP.

Écrit par : vote pas neutre | 03 mai 2007

J'ai trouve SR tres agressive et meme arrogante. Elle qui pense donner des lecons a NS, elle ne connait pas ses sujets nous dit qu'elle va discuter avec les partenaires sociaux, combien de fois a-t'elle utilise ce terme? elle ne va faire que ca. La ou vraiment elle etait de mauvaise foi c'est pour F.Hollande, elle demande a NS d'en parler avec lui directement, il ne faut pas oublier que c'est le mec qui dort dans son lit, elle va nous faire croire qu'ils ne parlent pas de politique et qu'elle n'a pas une opinion sur cette nouvelle CSG, elle se defile chaque fois que ca devient serieux, il faut arreter avec ce genre de conneries. On dirait Becassine, tout est possible, on va travailler moins, payer tout le monde ca va etre super, il faudra juste qu'elle nous dise avec quel fric elle va financer tout cela... N.S a au moins le merite de dire ce qu'il va faire meme si c'est pas toujours agreable a attendre, on sait au moins ou on va.

Écrit par : laurine | 03 mai 2007

"Suite à l'inconséquence et aux qualités morales douteuses des 2 candidats, je voterai blanc Dimanche.
Il me serait insupportable de voir Ségolène Royal se vanter d'avoir eu mon adhésion quand je ne voterais que par rejet.
Massif, le vote blanc (ou orange) est un vote fort.
N'oublions pas qu'il y a un troisième tour avec les législatives. Toutes les voix que nous donnerons à l'un ou l'autre le renforcera et nous affaiblira pour 3ème tour.
Nous aurons quoiqu'il arrive un(e) mauvais(e) président(e). Alors ne le cautionnons pas !"


completement d' accord, ne nous fesons pas diriger par les petits socialos qui ont infesté ce forum

Écrit par : Julien | 03 mai 2007

A Laurine,

C'était qui la candidate ? Ségoléne Royal ou François Hollande ?

Si toi tu prends tes ordres de ton mari compagnon, c'est ton droit.

Moi je préfére une femme indépendante et avec ces idées.

Quel sexysme. Cela est partagé par les femmes et les hommes.

Hé bé
T'a qu'a voter pour ton chef, lui il te dira quoi faire et quoi penser. Cela te reposera.

Écrit par : prevalli | 03 mai 2007

@ prolégomène
"La question n'est pas d'accuser le nucléaire, mais d'augmenter considérablement la part des énergies renouvelables, de développer les biocarburants et de réduire la part des énergies fossiles autant que possible."

Sincerement, je pense que l'on peut abaisser fortement l'utilisation du nucleaire si nous changeons notre maniere de consommer.
D'abord faire disparaitre les supermarchés : recreer des petit marché de quartier, les camionnette étant électrique, voir à hydrogène.

chaque immeuble, maison et hangar doit être fait en photovoltaique.

Faire disparaitre tous les dechets : sacs en papiers, emballage en cartons

recreer la posibilité de se deplacer à cheval, oui à cheval, et à dos d'ane.

arreter de passer sa vie à acheter des habits "à la mode" dans des magasins surchauffer ou surclimatiser. develloper la fabrication sur mesure en directe sur internet.

apprendre au enfants à profiter de leur temps libre : ne pas regarder la télé mais sortir faire du vélo, de la voile, du cerf volant, du foot, aller dehors quoi ... !

transport fluvial au maximum des capacités.

privilégié le train à l'avion.

concentrer la recherche sur les moteurs d'avions à energie renouvelable (pile à combustible, solaire, eoliens, biomasse, ...)

la recherche dans l'energie nucleaire doit être mise en avant pour trouver des moyens d'ameliorer les rendements.

Écrit par : julien94 | 03 mai 2007

voter blanc c'est voter sarko
ne pas voter c'est voter fn donc sarko
voter sarko c'est ne pas avoir peur d'un dictateur, fasciste, mechant, qui est un peu nerveux mais qui est soutenu par gilles de robien, herve morin, maurice leroy, david douillet, raffarin, de villepin, ques des personnalité qui n'ont pas peur du "dicateur" sarko
voter sego c'est avoir confiance dans une fille de militaire proche de FMitterand qui veut que tous le monde s'aime les uns les autres et su'on se donne la main et qui veut aider tout le monde en distribuant je ne sais pas comment l'argent qui n'existe pas.

Écrit par : julien94 | 03 mai 2007

@ Hervé Torchon

Je suis militant UDF, et pas UMP, loupé !

Je suis en désaccord complet avec le programme économique rétrograde de Royal, voici ce qui m'empêche de voter pour elle.
J'apprécie en revanche son approche participative et souple.
Je n'aime pas le procès en dictature fait contre Sarkosy.

Je suis en complet désaccord avec les méthodes de Sarkozy, voici ce qui m'empêche de voter pour lui.
J'apprécie en revanche sa volonté de réformes réelles et son dynamisme.
Je n'aime pas le procès en incompétence fait à Royal.


Etant à l'UDF, j'ai le droit d'avoir des avis partagés sur les deux candidats, dont aucun ne me plaît, et dont je ne déteste aucun des deux.
Et de ne pas savoir encore pour qui je vais voter.

Les intolérants n'ont pas leur place dans le parti libre.


@ Virginie

on en reparle, Marc :-)

Écrit par : Marc 13 | 03 mai 2007

@ Marc -13

Et voilà, quand on vous prend dans le sac, gens de l'UMP, il ne vous reste que l'insulte. Vas-y, mon vieux, je suis blindé.

Je n'ai usé d'aucune intolérance contre vous. Tous les arguments que vous employez sont ceux des militants UMP qui hantent ces pages depuis une semaine et auxquels je réponds argument contre argument. Alors, baissez d'un ton, si vous êtes vraiment un adhérent UDF.

Écrit par : Hervé Torchet | 03 mai 2007

Il y avait un débat pas mal entre Rachda dati / Arnaud Montebourg:

http://www.dailymotion.com/video/x1vb36_montebourgdatiduel-sur-rtl33

il y a surement aussi un lien sur le site de rtl.

Écrit par : KeepCool | 03 mai 2007

Suite au "recueillement "médiatisée du candidat Nicolas Sarkozy, ce vendredi 4 mai, sur le plateu des Glières, haut lieu de la Résistance, en haute-savoie, je viens de recevoir ce témoignage et je vous le transmets:
" J'étais ce matin en compagnie d'un ancien résistant haut-savoyard déporté à Dachau. Quand lui et ses collègues ont appris que Sarkozy était au Plateau des Glières, ils étaient fous de rage. Que Sarkozy récupère leur histoire était proprement insupportable. Lui qui, dans son programme, tourne le dos à ce que le Conseil National de la Résistance a mis en place au sortir de la guerre:solidarité nationale, sécurité sociale, etc... Lui qui chasse sur les terres de l'extrême droite. Lui qui veut créer son ministère de l'immigration et de l'identité nationale, des propos déjà entendus dans les années quarante...
Ils n'ont pas été invités évidemment, ni prévenus. Ils ont essayé d'alerter les journalistes. Pas de réponse...
Ils n'ont certainement pas de légitimité contrairement aux élus locaux UMP qui l'ont accompagné.
Leur douleur m'a fait mal.."

Écrit par : André Pellet | 04 mai 2007